AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2940586454
Éditeur : Editions de l'Aire (15/03/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
«Le désir d’une autre vie me tenaille. Anne dit que nous vivions bien avant la guerre. Baba n’est pas mort.» Quand son père meurt soudainement, la narratrice vacille. Une année durant, débordée par le souvenir, elle mène une vie dépourvue de repères, suit des cours au hasard à l’université, prend des trains, part à la recherche des lieux de son passé, se rend à Prizren, au Kosovo, la ville où elle est née et qu’elle a quittée à l’âge de neuf ans pour émigrer en Suis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
miriam
  28 août 2017
C'est le premier roman de Meral Kureyshi qui nous vient de Suisse,  écrit en allemand (2015) et publié en français (2017) par les éditions de l'Aire. Une jeune kosovare originaire de Prizren, en Suisse depuis 1991. Ce court roman (177p.) se présente comme une lettre à son père:
Incipit :
"ton cercueil est dans la terre. Tu voulais être enseveli à Prizren. Depuis un mois, chaque vendredi matin, je recouvre mes cheveux d'un foulard blanc et récite Ya-Sin, la prière des morts pour toi"
N'allez pas croire que c'est un livre triste, pas du tout, c'est plutôt tendre, simple. La jeune fille évoque sa famille, son enfance, l'intégration laborieuse en Suisse.
J'avais choisi ce livre comme une occasion de retourner à Prizren que nous avons visité et que j'ai bien aimé. de Prizren, on ne raconte pas grand chose dans ce livre. La jeune fille va voir sa famille, son école et le cimetière. L'essentiel de l'histoire se déroule en Suisse. C'est plutôt le livre de l'exil, de l'espoir d'une vie meilleure, des papiers qu'on tarde à leur donner, de la nationalité suisse qui est refusée malgré une intégration satisfaisante. 
J'ai attendu les éléphants du titre, je suis toujours curieuse de comprendre les titres. Les éléphants sortent de l'imagination de la petite fille qui cherche à inventer des choses extraordinaires dans un quotidien plutôt ordinaire. 
Une note douce, affectueuse, mais en demi-teinte.

Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
pgremaudpgremaud   10 octobre 2017
Il ne m'est jamais arrivé de ne jamais être amoureuse. Le garçon qui le premier m'avait prêté son crayon, celui qui m'avait demandé comment je m'appelais, celui qui avait partagé son petit pain avec moi, celui dont toutes les filles étaient amoureuses. Plus tard, je suis tombée amoureuse de l'homme qui m'avait tenu la porte, de celui qui m'avait souhaité un joyeux anniversaire, de celui qui était mon meilleur ami, de celui qui m'avait dit que j'avais de beaux yeux, de celui qui portait une chemise bleu ciel, de celui qui était brillant, de celui qui m'avait emmené au restaurant, de celui qui m'avait conseillé un livre, de celui qui m'avait soudainement embrassé sur un banc public et de toute une série d'autres entre-temps. le plus souvent cependant, je gardais cela pour moi.
Je tomberai amoureuse de l'homme qui portera ses lunettes de travers, des lunettes derrière lesquelles se cacheront des yeux très bleus. Il oubliera sa monnaie partout,me dessinera, me déclarera sa flamme dans le train dès le troisième jour. Il m'embrassera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pgremaudpgremaud   22 octobre 2017
Je n'aime pas la langue allemande. L'allemand est ma langue maternelle. Ma mère ne parle pas l'allemand.
En délaissant ma langue d'enfant, je me suis délaissée moi-même.
Ma langue maternelle, je me la suis inculquée moi-même quand j'avais dix ans.
Près de vingt ans plus tard, mes mains ont grandi et je me sens toujours la même.
J'avais lu qu'on ne sentait plus rien une fois qu'on était mort. Ça me plaisait.
J'inventais des histoires à l'intention de mon moi adulte. Des histoires que je me figurais vraies. Je voulais plus tard pouvoir lire ces histoires et me rappeler d'une enfance heureuse. Quand j'écrivais ce qui s'était vraiment passé, je déchirais la feuille et la jetais à la poubelle.
Au bout d'un certain temps, j'ai fini par croire à mes mensonges. J'ai si souvent lui ces histoires qu'elles sont devenues mon passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pgremaudpgremaud   06 septembre 2017
"Les requérants d'asile sont des personnes qui ont déposé une demande d'asile en Suisse et font l'objet d'une procédure d'asile. Durant cette période, elles ont le droit de séjour en Suisse. Le titre de séjour des requérants d'asile est délivré pour une durée maximale des six mois qui ne peut toutefois excéder le délai de départ."
Dans notre cas, cette procédure d'asile a duré treize ans.
Treize ans sans quitter la Suisse.
Treize ans sans avoir de travail légal.
Treize ans avec la peur d'être expulsés.
Au bout de ces treize ans, j'étais devenue une femme et mes grands-parents étaient décédés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pgremaudpgremaud   25 août 2017
J'étais petite, mais suffisamment grande pour ne plus avoir le droit d'être petite.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : kosovoVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
965 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre