AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Karine Chesneau (Traducteur)
ISBN : 2877307387
Éditeur : Editions Philippe Picquier (01/09/2004)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Michi, une jeune fille de vingt et un ans, pressent que quelque chose est en train de se dérégler dans le monde après la disparition brutale ou le suicide inexpliqué de personnes de son entourage. Ailleurs, un jeune homme découvre dans un laboratoire un étrange programme informatique sur la vie artificielle. Dans l'au-delà, les morts qui grouillaient jusque-là dans une léthargique éternité se manifestent à travers des écrans d'ordinateur et entreprennent de prendre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Aaliz
  13 février 2012
Le résumé m'avait intriguée, je me suis donc plongée dans ce roman apocalyptique assez particulier.
Je dois reconnaître que le concept de base est assez original : Internet comme interface entre le monde des vivants et l'au-delà et comme moyen pour les morts de prendre la place des vivants, je trouvais ça intéressant. Et puis aussi, pour une fois, je lisais un roman sur les revenants qui soit un tant soit peu crédible. Je veux dire par là que les fantômes des romans gothiques caricatures du fantôme tout blanc qui apparaît à minuit et qui hante des vieux châteaux, eh bien je trouve ça trop ridicule. Donc pour le coup là j'étais plutôt contente.
Seulement voilà, plusieurs choses m'ont gênées dans ce roman.
La première est une incohérence due au concept ou alors c'est moi qui n'aie pas bien compris je ne sais pas trop. Mais si les morts prennent la place des vivants et sachant que depuis que l'humanité existe il doit y avoir des milliards de milliards de morts, comment expliquer que le monde se dépeuple ? On est que 6 milliards d'êtres humains sur la planète donc ils devraient tous être remplacés par des morts, non ? Enfin bref, moi pas avoir compris …
Autre point gênant : le style. Pour le coup, il est à l'image de l'ambiance décrite dans ce roman : un style plat et sans vie. Je n'ai ressenti aucune émotion à sa lecture. le climat était pourtant à l'angoisse, j'aurais donc du me sentir mal à l'aise, avoir un semblant de palpitation au coeur, mais non. J'ai trouvé ça vraiment dommage car l'histoire s'y prêtait vraiment et il y aurait vraiment eu matière à faire quelque chose de terriblement anxiogène. En clair, on met le concept dans les mains de Stephen King et là, j'en suis sûre, ce serait génial.
Bon ceci dit, d'après la 4 de couv, l'auteur est aussi cinéaste. Je ne sais pas ce que donne le film, j'aimerais bien le voir pour me faire une idée ( mais bon … avec la fermeture de megaupload, je n'en aurais probablement pas l'occasion). En tout cas, s'il est du même cru que Dark Water (que j'avais vraiment adoré !) , ça pourrait compenser le livre. Après lecture du synopsis du film, il semblerait que l'histoire soit quand même assez différente du livre.
Le roman a tout de même le mérite de soulever des questions sur le sens de la vie, la solitude de l'existence, l'immortalité et sur l'au-delà. Si vous êtes croyants, ne pensez pas trouver là des notions telles que Paradis, Jugement dernier ou Enfer. du moins … pour l'Enfer, pas au sens où il est décrit dans les religions.
J'ai aussi aimé cette dénonciation d'une société individualiste où la solitude règne et dans laquelle une personne peut disparaître du jour au lendemain sans que cela n'inquiète grand monde. J'ai senti aussi (mais peut-être que je me trompe) une mise en accusation de l'outil informatique et d'Internet qui, en donnant l'illusion à l'utilisateur d'être en connexion avec le monde, ne fait que l'isoler davantage de ses proches et de sa vie.
Un petit extrait pour illustrer mon désappointement face au style :
« Mitsuyama ouvrit le tiroir du bureau et sortit dans un mouvement ample un objet noir. C'était un revolver. Ryôsuke en eut le souffle coupé. Mitsuyama l'appliqua aussitôt sur sa gorge et tira. Dans un fracas assourdissant , tout son corps trembla brusquement et s'affala sur le bureau dans une posture tordue. Quel événement ! Rouge vif, le sang se mit à dégouliner par terre le long du bureau. »
Alors voilà, on est typiquement dans une scène tendue et dramatique et là PAF ! Ce « Quel événement ! » qui vient tout gâcher. Et là où j'aurais du trembler un minimum d'effroi, eh bien j'ai rigolé ! Il aurait pu écrire « Oh la la, quelle drôle de surprise ! » que ça m'aurait fait pareil …
Alors je ne sais pas, c'est peut-être moi qui suis trop difficile mais désolée car franchement j'en ris encore.
Donc voilà, un roman intéressant sur le fond mais présenté sous une forme qui ne me convient pas. Si je devais résumer mon avis en un seul mot, ce serait : dommage …

Lien : http://booksandfruits.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
kuroineko
  16 août 2013
Voici un court roman sombre et pessimiste. Instillant peu à peu le fantastique dans le quotidien, Kurosawa installe un climat angoissant à la limite de la claustrophobie.
Dans un Tôkyô surpeuplé, plusieurs personnes viennent à disparaître de façon mystérieuse tandis que d'autres se suicident. Utilisant Internet, les morts décident de lancer un assaut sur les vivants afin de prendre leur place. On n'est pas du tout dans un genre gore avec des cadavres à demi putréfiés. Il est plus question d'échange de présence, de matérialité.
Au-travers de ce récit, Kurosawa met en exergue la solitude de la vaste mégalopole japonaise. En effet, les protagonistes du roman sont des jeunes gens solitaires, sans envie particulière de former des relations sociales ou dans la difficulté d'en créer. Etudiants ou freeters, ils paraissent transparents. Les morts du roman ont plus de volonté qu'eux.
Autre thème majeur de l'intrigue: le développement croissant des nouvelles technologies, Internet en premier lieu (le roman est paru en 2001). Les rapports virtuels tendent ici à prendre le pas sur les relations sociales de visu. Ce qui renvoie également sur la solitude et la perte de repères dans le Japon du XXIème siècle.
L'écriture est froide et sans émotion. A la suite de cette lecture, on s'interroge sur l'anonymat des grandes villes et sur le devenir du rapport humain. Car les réalités mises en avant au Japon par Kurosawa ont un aspect plus universel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
zorazur
  08 novembre 2011
C'est un livre qui m'a fait peur. Vraiment peur. Je veux dire, j'ai eu peur pas comme à la lecture d'un Lovecraft ou de je ne sais quel roman d'épouvante. J'ai eu peur comme si j'y étais, spectatrice impuissante et/ou victime des évènements. C'est une sensation que j'ai éprouvée très rarement en lisant un livre. Je me suis dit à chaque page en le lisant : et si c'était vrai ? Et si de tels évènements survenaient dans notre quotidien, avec toutes les interprétation imaginables, et si nous-mêmes, par quelque force impossible à contrôler, étions plongés dans tout ce mouvement, dans toute cette horreur ? J'y ai cru, et en y repensant je croisd toujours que de tels évènements pourraient bien survenir et nous engloutir. Je veux dire par là que c'est un vrai tour de force de la part de l'auteur de nous y faire croire.
Kurosawa - qui est d'ailleurs le neveu de l'autre - a d'ailleurs tiré un film de son roman. le film est tout aussi terrifiant que le livre, et comme le livre, on y croit. Obscur, inquiétant, pesant, et c'est d'autant plus remarquable qu'il y a peu de moyens et quasiment pas d'effets spéciaux qui souvent ne font que gâcher un scénario.
A déconseiller aux jeunes ados tout à fait capables de faire la différence entre ce qui est plausible et ce qui ne l'est pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ShannaAspirot
  14 août 2015
En lisant le résumé, je m'attendais à un roman de science-fiction. J'étais déçu de découvrir (tardivement) qu'il s'apparentait davantage à... un livre d'horreur, je dirais? L'histoire en soit est intéressante mais je n'ai pas aimé l'écriture. L'auteur est aussi scenariste, ce qui ne m'étonne pas: je n'ai pas ressenti d'émotion particulière pendant ma lecture... comme si je lisais un scénario en quelque sorte. Je me concentrais sur l'histoire et le contexte qui, au moins, captait mon attention.
Bref, pas à la auteur de mes attentes mais tout de même une lecture agréable sortant de ma zone de confort.
Commenter  J’apprécie          50
Pixie-Flore
  18 juillet 2012
Le résumé ne m'avait pas spécialement emballée. Mais j'ai tout de même choisi de me lancer dans cette aventure... qui en fait c'est révélée être très pénible.
Première chose, je ne me suis attachée à aucun personnage, ce qui est souvent mauvais signe. Souvent, mais pas toujours.
Mais là pour le coup, je n'ai absolument rien ressenti. A aucun moment du livre. Les pages défilées, rapidement certes, mais en ne laissant aucune trace concrète dans ma mémoire.
Ce livre est fade. Sans saveur. Et l'histoire avait du mal à tenir la route. Je ne sais pas pourquoi je l'ai fini. Je n'avais sans doute rien d'autre sous la main... Quelle perte de temps. Tant pis pour moi...
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PenelopePenelope   28 juin 2008
Or, c'est aussi ce que ces êtres venus d'un univers inconnu, quelque temps auparavant, avaient aperçu dans un endroit précis du Massachusetts aux Etats-Inis. "Ils" avaient vu d'innombrables âmes solitaires, glacées, celles de vivants qui voilaient échapper à leur solitude mais ne savaient où aller. Puis ils réalisèrent qu'au fond ces vivants et eux-mêmes étaient absolument de la même nature.
Commenter  J’apprécie          70
zorazurzorazur   02 janvier 2012
- Là-bas, c'est le dernier endroit.
Michi se tourna vers le jeune homme qui scrutait une épaisse fumée.
- Ensuite, on continuera aussi loin qu'on peut aller.
- Aussi loin qu'on peut aller, répréta Michi comme pour s'assurer qu'elle avait bien entendu ces paroles.
- Oui, acquiesça Ryosuke...
- Tu as vu quelque chose ?
- Oui, j'ai vu l'avenir.
Commenter  J’apprécie          40
zorazurzorazur   02 janvier 2012
Ailleurs, "eux" aussi existaient. Ils foisonnaient, pullulaient dans un univers totalement inconnu de nous qui vivons le temps présent sur la terre. Ils existaient vraiment, mais séparés les uns des autres, dans un état de désespoir absolu, dans une léthargique éternité. Evidemment, selon la forme de notre raison, il était impossible de cerner la forme de leur existence.
Commenter  J’apprécie          20
alicia02alicia02   01 décembre 2011
Moi, j'ai vu le film et c'est vraiment perturbant, c'est si terrifiant aussi, on pourrait presque croire que cela arrive en vrai, j'ai vraiment u=eu peur en regardant ce film, je n'ai pas eu peur comme si je regardais un film d'horreur épouvantable, mais c'était plutôt une peur du réel peut-être.
Cependant ce film était très intéressant pour ma part, et je crois que je vais me mettre à lire le livre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Kiyoshi Kurosawa (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kiyoshi Kurosawa
Tokyo Sonata (2009), réalisé par Kiyoshi Kurosawa. Il a été présenté au festival de Cannes en 2008 dans la section Un certain regard.
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Kiyoshi Kurosawa (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre