AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B0868QQ1QQ
231 pages
Éditeur : Editions du chat noir (31/03/2020)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Fuyant un père qui les maltraite, Silla et Nori arrivent à "La Baume", le manoir de leur tante, une vieille bâtisse couleur de sang. Pour la première fois, les deux sœurs se sentent enfin en sécurité. Mais peu à peu une sombre réalité se dévoile… Le bois qui entoure la propriété n’est-il pas trop silencieux ? Tant de questions restent sans réponse : qui est cet homme que seule Nori peut voir ? Tante Cath n’est-elle pas en train de sombrer dans la folie ? Et pourquoi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Lesconfidencesdejulie
  09 avril 2020
J'ai découvert l'autrice avec « The dead house » et je lui ai trouvé un talent certain pour nous procurer, avec son écriture, des sentiments d'oppression, d'angoisse et d'horreur également. Alors une histoire de manoir entouré de bois hanté, cela ne pouvait que me tenter !! Et rien qu'avec le premier chapitre, le ton était donné !
Cette histoire commence donc avec trois jeunes soeurs pratiquant un rituel au coeur des bois. Elles vont confectionné une sorte de poupée protectrice fabriquée à partir de chiffons et de boue.
Puis quelques années plus tard, nous rencontrons Silla et Nori, fuyant le domicile familiale mais surtout un père maltraitant. Elles arrivent à La Baume chez leur tante Cath. La Baume c'est ce manoir entouré de bois. Quant à la tante Cath, elle est assez mystérieuse… Très vite, elle va demander aux jeunes filles, de ne surtout pas pénétrer dans les bois !
Pour vous expliquer le contexte, Catherine était une des jeunes filles ayant pratiqué le rituel dans les bois, quelques années en arrière. Elle est l'aînée de Anne et Pamela. Quant à Silla et Nori, elles sont les filles de Pamela. Silla voulant protéger sa jeune soeur Nori, elle décide de fuir et de se rendre chez Catherine. Malgré les recommandations de Cath, Nori se rapproche dangereusement des bois… Et puis, qui est cet homme qu'elle est seule à voir ? Et qu'arrive t'il à tante Cath… La folle… ?
Je m'arrête ici pour les quelques mots sur cette histoire. Je suis passée par plusieurs stades pendant ma lecture. Tout d'abord l'attrait pour l'histoire avec le premier chapitre. Ensuite, la découverte de l'univers, l'admiration, également, pour le travail éditorial, qui une fois encore est parfait et tellement agréable ! J'ai commencé à me sentir oppressée et inquiète. L'ambiance sombre et terrifiante est une fois de plus magnifiquement maîtrisée par l'autrice. J'ai aimé retrouver comme dans « The dead house » ces petits éléments de journaux intimes où le personnage se confie de la façon la plus naturelle qu'il soit. Cela donne un côté « réel » à l'histoire. Et je pense qu'en plus de l'écriture de Dawn Kurtagich, c'est cela qui apporte ce côté oppressant et horrifique.
Puis vers la moitié du roman, je suis restée perplexe… Je ne comprenais pas où l'autrice nous emmenait. Mais j'avais aussi cette sensation de sombrer dans le néant, dans la folie, comme nos personnages… J'ai eu peur de cette histoire, peur de ne pas saisir ce qu'il se passait et puis j'ai continué et là… La révélation !!!! La fin est incroyable, sombre mais tellement touchante.
La folie est encore au coeur de cette histoire et je suis très impressionnée par la capacité de Dawn Kurtagich à nous transmettre par écrit tous ces sentiments, ces émotions. La mise en page de ce roman joue aussi beaucoup avec les éléments qui sont intégrés comme ces extraits de journaux, les changements de typographie…
Quand on plonge dans ce livre, il est difficile d'en sortir tant il est prenant ! Et même si on peut se poser des questions vers le milieu, se sentir un peu perdu(e), il faut aller jusqu'au bout car toute l'histoire prendra sens à ce moment là !
Un nouveau roman aux éditions du Chat noir que je vous recommande vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LesFantasydAmanda
  22 avril 2020
--- Un roman d'ambiance… ---
Bien que je ne sois pas une adepte du genre horrifique, j'apprécie particulièrement les ambiances glauques. C'est justement pour cette raison que j'ai acheté Ce qui hante les bois lors de la Foire du Livre de Bruxelles, malgré quelques appréhensions. Et oui, si j'aime le glauque, je n'aime pas me faire peur. Ceci est totalement contradictoire, n'est-ce pas ?
Heureusement, j'ai trouvé ce que j'attendais dans ce one-shot : une atmosphère suffocante, une touche de fantastique et une incompréhension totale face aux mystères qui enveloppent les bois autour du manoir. Un mélange détonnant !
--- …et un chef-d'oeuvre stylistique ! ---
Prenante, la plume de Dawn Kurtagich capte l'attention du lecteur dès les premières lignes. Ses phrases sont courtes et percutantes, ses mots d'une justesse incroyable. Son talent pour instaurer, peu à peu, un sentiment proche de la folie est sans pareil ! Et pourtant, il s'agit d'une traduction.
De plus, je suis admirative du travail réalisé par la maison d'édition. Les changements de typographie, les variations de taille de la police, les ajouts de notes manuscrites : chaque page est comme une oeuvre d'art, même si on ne la comprend pas toujours !
Le résultat participe sans conteste à l'expérience d'effroi que vit le lecteur…
--- Quand même le dernier refuge est perdu, que reste-t-il ? ---
Alors qu'elle fuit un père violent, Silla porte le poids du monde sur ses épaules. du moins, le poids de son monde. Elle doit devenir mère avant l'heure pour s'occuper de sa petite soeur et la préserver de tous les dangers. Mais n'est-elle pas, elle aussi, traumatisée ?
Apprendre à la connaître n'a pas été simple. Il s'agit d'un personnage complexe, dévasté et dévoré par la peur. Pleine de haine et de rancoeur, Silla est capable de s'en prendre à Nori et de le regretter la seconde suivante. Son désir ardent de protéger cette dernière est néanmoins ce qui l'incite à lutter. À survivre ! Tandis que les bois alentour se rapprochent inexorablement…
Oh, elle n'est pas la seule à craindre les arbres. Tante Cath ne s'est jamais remise de ce qui s'est passé, autrefois, dans les bois. Mais que s'est-il passé au juste ? Je vous laisse le découvrir !
Sachez simplement que la folie guette les pensées de nos personnages. Alors que l'on croit les comprendre enfin, ils nous échappent, nous délivrent un nouveau pan de la vérité. Ou peut-être nous mentent-ils sans le savoir ? C'est possible ! Et, chaque fois, j'ai été obligée de tout remettre en question, d'attendre un nouvel indice…
--- Peut-être aurais-je dû être effrayée ? ---
Cette question, je me la suis posée à plusieurs reprises. En effet, même si j'étais particulièrement sensible au style de l'auteure, je n'ai pas éprouvé le moindre soupçon de peur – il faut dire que je suis une habituée de ce genre d'ambiance et que le récit ne verse jamais dans le gore (ouf !).
J'ai donc eu le temps de décortiquer l'intrigue et, je dois avouer, qu'elle m'a paru répétitive par moments. Et pour cause, nos deux héroïnes tournent littéralement en rond. En fait, Dawn Kurtagich crée des boucles lourdes de signification, et c'était extrêmement bien joué. Cependant, j'ai pour ma part ressenti des longueurs, d'autant plus que la première partie ne nous offre aucune réponse.
Bref, je commençais à m'impatienter ! Jusqu'à ce que…
--- …l'histoire explose ! ---
Après voir tourmenté Silla et Nori plus que de raison, l'auteure amorce le dénouement de son récit. Et sincèrement, je me demandais de quelle manière elle allait bien pouvoir nous offrir un final digne de ce nom. J'avais effectivement relevé quelques facilités, quelques incohérences dans le scénario – du moins, c'est ce que je croyais au début ! En vérité, Dawn Kurtagich maîtrise son intrigue jusque dans les moindres détails, n'en doutez pas !
Quoi qu'il en soit, le rythme s'accélère soudain en seconde partie. Et j'étais alors incapable de m'arrêter de lire !
--- Un final magistral ---
Je n'ai pas d'autres mots pour vous décrire ce dénouement. Il a dépassé mes attentes, a transpercé mon coeur de mille et une émotions, m'a fourni toutes les explications que j'exigeais. Même si je ne peux oublier les longueurs du début, il m'a convaincue de l'intérêt de cette histoire. Car le final, c'est la clef de tout. C'est ce qui nous permet de comprendre ce qui hante vraiment les bois.
À présent, il ne me reste plus qu'à plonger dans The Dead House, autre roman de Dawn Kurtagich. J'ai hâte !
Lien : https://lesfantasydamanda.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeslivresdeRose
  05 mai 2020
Je remercie chaleureusement les éditions du Chat Noir pour l'envoi de ce roman et pour leur confiance !
Alors ce livre…Wouaw ! Quelle claque ! J'ai adoré ! Comme j'avais passé un très bon moment avec The Dead House de la même autrice ; je me doutais que Ce qui hante les bois avait de fortes chances de me plaire…mais pas à ce point-là ! C'est une pépite ! J'ai frôlé le coup de coeur ! Je pense toutefois que le côté glauque et horrifique m'empêche de l'atteindre. J'ai adoré, oui, mais cela reste un genre avec lequel je ne suis pas totalement à l'aise !
Tout commence lorsque Silla et Nori arrivent chez leur tante Cath afin de fuir un père violent. Cath habite un manoir, « La Baume », perdu au milieu des bois. Si les deux soeurs pensent, dans un premier temps, avoir enfin trouvé un lieu où elles seront en sécurité, cette belle façade se fissure petit à petit. le manoir, vétuste et délabré, prend bientôt des allures de maisons hantées. Quant aux arbres de la forêt, dans laquelle leur tante leur interdit de pénétrer, ils semblent se rapprocher un peu plus chaque jour et avec eux l'ombre du Croquemitaine…
Avant de parler du contenu en tant que tel, je voudrais vous toucher un mot sur le « contenant ». La typologie suit, en effet, le sens du texte et le sert : certains mots sont plus grands, d'autres plus petits ; la mise en page varie également en fonction de la signification du récit. de plus, comme pour son précédent titre, Dawn Kurtagich introduit, en dehors de la narration « habituelle », des petites notes (style post-it) et les extraits d'un journal intime intitulé le Livre Brisé. Tous ces procédés rendent la lecture très immersive et participent à l'ambiance générale du roman ! Une ambiance sombre et anxiogène, parfois glauque. le côté angoissant est aussi accentué par les débuts de chapitre où figurent une petite comptine pour enfants : une mise en bouche à la fois innocente et glaçante !
L'autrice maitrise son sujet et retranscrit à merveilles la folie qui, insidieusement, touche Tante Cath et Silla. Elle plante également le germe du doute dans l'esprit de son lecteur : ces deux héroïnes sont-elles folles ou la forêt bouge-t-elle réellement : les racines des arbres envahissant progressivement le jardin, leurs branches venant frapper aux fenêtres des chambres ? Ce doute rend l'intrigue très addictive : l'envie de comprendre ce qu'il se passe et de démêler le vrai du faux étant très forte !
La folie est tellement bien décrite qu'elle s'insinue partout… Un peu trop peut-être ? Vers le milieu du roman, en effet, je me suis sentie aussi perdue que l'héroïne (que nous suivons à la première personne du singulier). Son esprit malade a fini par contaminer le mien, me laissant aussi désorientée que perplexe. C'est un sentiment étrange, pas franchement confortable. Cependant, cette sensation ne fut que passagère : juste le temps de percevoir la démence de Silla sans pour autant me perdre moi-même totalement dans les méandres de cette sinistre forêt.
J'aimerais beaucoup pouvoir vous parler en détails de la fin ! Elle m'a surprise, touchée, transportée,…! Elle éclaire les zones d'ombre en répondant à toutes nos questions tout en nous offrant une nouvelle vision sur cette histoire. Elle est particulière, je vous l'accorde et, de ce fait, je suppose qu'elle ne plaira pas à tout le monde mais, pour ma part, elle a comblé toutes mes attentes (et plus encore). C'est grâce à elle, entre autres, que ce roman est passé de « bonne lecture » à « pépite » pour moi !
En bref, un roman qui brasse avec brio, comme la quatrième de couverture l'indique très bien, les différents genre du gothique, du fantastique et de l'horreur. Mon petit coeur sensible a été plus d'une fois malmené mais Waouw… le dénouement est grandiose et je ne regrette pas un seul instant ma lecture. Je vous conseille donc ce titre !... Si du moins, vous n'avez pas peur de toucher du doigt la folie qui hante ses pages, voire de vous laisser, vous-mêmes, submerger par les émotions contradictoires qu'il procure.

Lien : https://leslivresderose.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FungiLumini
  29 juillet 2020
Voilà un livre que j'étais sûre d'aimer : sa magnifique couverture, son titre délicieusement sombre et mystérieux, son résumé empreint de secrets et d'une douce folie…et bien sûr, la maison d'édition qui a choisi de le publier, qui nous trouve toujours des pépites. Ce roman a su tenir toutes ses promesses, ça a été un gros gros coup de coeur ! Attention cependant qu'il n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Silla l'ainée et la petite Nori arrivent seules chez leur tante. Celle-ci ne pose pas de question et ne cherche pas à contacter les parents des jeunes demoiselles, le manoir De La Baume dans lequel elle vit se situant au milieu d'un bois, sans confort moderne ni moyen de communication. le trio mène une vie heureuse pendant un temps, même si des éléments étranges parsèment leur quotidien. Un événement va cependant pousser la tante à s'enfermer dans le grenier et à laisser les deux enfants livrées à elles-mêmes…
Silla est une grande soeur attentionnée. C'est elle la narratrice principale du récit et son ton est très particulier. Elle fait tout son possible pour subvenir aux besoins de la benjamine, allant jusqu'à se laisser dépérir pour la nourrir quand la nourriture vient à manquer, laissant Gowan, un étranger, entrer dans leur vie quand la petite a besoin de social et de joie. Celui-ci veut les pousser à quitter la maison, mais Silla s'obstine à refuser, souhaitant à tout prix protéger sa soeur du monde extérieur, mais surtout ne parvenant pas à surmonter sa peur irrationnelle du bois.
Petit à petit, les choses se mettent en place. Des fragments mis bout à bout nous content la triste réalité, les traumatismes vécus par les filles, mais aussi d'étranges faits. La maison qu'est devenue La Baume est à la fois synonyme de sécurité et de foyer rassurant, mais aussi symbole de peurs profondément enfuies, fantômes qui hantent les lieux. Plus on avance dans le récit et plus il devient étrange, voire malaisant. On étouffe dans ce lieu où l'obscurité prend de plus en plus de place. La faim se fait sentir, on n'a plus de véritable notion du temps qui passe, des événements curieux se passent et on ne sait plus vraiment ce qui est vrai et ce qui est inventé.
Dans cette terrible spirale de désespoir, le vide, l'absence sont des notions récurrentes : que ce soit l'absence d'adultes, de nourriture, de lumière, d'espace… et ce vide qui est en fait une présence obscure qui se faufile dans les couloirs…
Le travail de mise en page de ce livre est au top : des extraits sur « papier », des typographies différentes, du texte disséminé et ces branches qui s'immiscent de plus en plus au fil des pages qui passent… Une esthétique qui plonge vraiment le lecteur dans l'ambiance d'étrangeté et de douce folie de ce roman.
Un roman incroyable où rodent folie et étrangeté, un huis clos suffocant et fascinant dans lequel deux jeunes filles se retrouvent seules à devoir affronter leurs souvenirs et leurs peurs, ainsi qu'une présence mystérieuse. Une mise en page au top qui plonge le lecteur dans cette ambiance atypique et sombre. Un gros coup de coeur !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
loudu76
  02 mai 2020
Une lecture sympa, mais sans plus pour moi.
Le résumé me donnait vraiment très envie, et j'ai été servie ! Comme pour The Dead House, l'auteure instaure une ambiance particulière qui fait froid dans le dos. L'histoire de Silla et Nori, deux soeurs qui se sont échappées à cause d'un père violent pour se réfugier chez leur tante étrange m'a fascinée. L'étrange forêt qui entoure le manoir de leur tante semble les attirer de plus en plus, les recouvrir de leur noirceur et des créatures qui la hantent...
Ce roman est dans un premier temps original, et flippant ! J'ai aimé l'atmosphère qui nous fait nous sentir mal à l'aise et oppressés. Rien n'a l'air à sa place dans ce roman, que ce soit la tante, la forêt, l'étrange garçon qui vient leur rendre visite...
Le récit a un très bon rythme qui m'a tenue en haleine, j'avais besoin d'en savoir toujours plus. Ça se lit vite et c'est agréable.
Les personnages sont attachants, mais il y a des moments dans l'histoire ou je me sentais un peu perdue. J'ai aimé les suivre, et mon effroi a grandi en même temps que le leur.
A mon goût certains passages étaient un peu trop brouillon, je m'emmêlais et au final j'avais du mal à comprendre ce qu'il se passait. L'histoire en elle-même est très bien, c'est juste que je m'en suis un peu détachée au moment d'arriver à la fin.
La fin était à mon avis dans la continuité, pleine de révélations mais mon intérêt était un peu retombé. Je suis donc mitigée même si j'ai passé un bon moment, et que j'ai été embarquée dans cette histoire angoissante et étrange.
Je pense que ce livre plaira au plus grand nombre, c'était vraiment sympa même si à mon avis la seconde moitié du roman aurait pu être aussi intense que la première !
Un grand merci aux éditions du Chat Noir pour leur envoi et leur confiance.
Bonne lecture !
Sacha
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
LatuluLatulu   20 novembre 2020
Accepte l'idée que la santé mentale est un roc. Et qu'un roc peut s'eroder.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   03 avril 2020
Catherine, la plus grande et la plus sage des filles, eut l’idée la première, mais ce détail serait bientôt oublié. Car cette idée, c’était un peu comme une goutte d’encre dans l’eau ; cela se diffusait rapidement, se dissipant dans chaque fillette tour à tour, jusqu’à ce qu’aucune d’elles ne puisse être certaine de qui avait pensé en premier.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   03 avril 2020
J’avais passé des années à imaginer le manoir, ce lieu magique où rien ne pourrait nous blesser ou nous contrarier. Un lieu de plénitude, de lumière, de luxe et puis… cet endroit était désert. La tapisserie se décollait, vieille et effritée, les meubles étaient squelettiques. Presque tout ce que j’avais vu était réparé avec de la colle ou du scotch, ou même entièrement cassé. Et tout était trop vieux pour être qualifié d’élégant ou d’antique. Même les appliques murales clignotaient sans cesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FungiLuminiFungiLumini   29 juillet 2020
– Il faut que tu aies la foi.
– En quoi? fis-je d’une voix un peu trop amère. Dis-moi autre chose, Gowan. Raconte-moi des histoires de ciel et de mer. De lieux emplis de magie. Des contes où la musique danse dans le vent et où les filles tournoient sur le sable. Raconte-moi ça, Gowan.
Dis-moi des mensonges agréables, et j’y croirai avant de les jeter au loin.
Commenter  J’apprécie          10
FungiLuminiFungiLumini   29 juillet 2020
J’essaie de sourire, mais il est jeune et bête, et il ne connait rien de la vie. Je sais ce que c’est. Je sais que l’amour est une faiblesse qui s’insinue sous ta peau et écorne ta pierre jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un bazar sanglant.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Dawn Kurtagich (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dawn Kurtagich
Avis sur The Dead House à 4:58
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
675 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

.. ..