AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Marcel (Traducteur)
EAN : 9782702139523
297 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (22/10/2008)
Résumé :
Richard Saint-Vière est le plus fameux des tueurs des Bords-d'Eau, le quartier des pickpockets et des prostituées. Aussi brillant qu'impitoyable, violent à ses heures, ce dandy scandaleux gagne sa vie comme mercenaire en vendant ses talents de bretteur au plus offrant, sans trop se soucier de morale. Mais tout va se compliquer lorsque, pour de mystérieuses raisons, certains nobles de la Cité décident de se disputer ses services exclusifs ; Saint-Vière va dès lors se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Ode
  15 décembre 2013
Honneur, pouvoir et argent... voici ce qui anime les protagonistes de cet ouvrage de Fantasy intimiste et gay, pour le moins déroutant.
Ellen Kushner m'avait envoûtée avec "Thomas le Rimeur", inspiré de la légende celtique de Kevin le barde enlevé par la reine de fées. Cela m'avait donné envie de découvrir ses autres livres et c'est ainsi que j'ai entamé "À la pointe de l'épée".
Erreur fatale !
Si l'écriture en elle-même est plutôt jolie, l'histoire – qui se traîne sur 400 pages – n'a éveillé en moi aucun intérêt. Certes, je préfère les romans historiques à la Fantasy, mais là je n'ai trouvé ni l'un ni l'autre. L'auteur a conçu une société simpliste : les nobles habitent la Colline, font des affaires et se divertissent, tandis que les pauvres se terrent dans les Bords-d'Eaux, quartier des voleurs et des prostituées.
L'intrigue est portée par Richard Saint-Vière, un talentueux bretteur issu des Bords-d'Eaux. Son métier est de se battre en duel ou de tuer sur commande, à l'instigation des nobles de la Colline. Il vit avec un jeune étudiant fauché et dépressif, un certain Alec, qui va lui attirer quelques ennuis...
Malgré les combats et les morts qui émaillent le récit, il ne se passe rien de vraiment palpipant avant 200 pages, si bien que j'ai lu toutes les suivantes en diagonale pour en finir plus vite. Ce qui ne m'a pas évité le procès final, véritable cliché pour une romancière américaine.
"À la pointe de l'épée" m'a menée à la pointe de l'ennui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Arakasi
  09 novembre 2016
Sur les Bords de l'eau pullulent les prostitués, les voleurs et autres miséreux. Sur la Colline s'épanouissent les nobles, riches marchands et autres profiteurs. Entre ces deux mondes, un seul pont : les bretteurs. Engagés par l'aristocratie pour vider ses querelles et pratiquer le noble art de l'assassinat, ceux-ci vendent cher leurs épées et leur honneur mercenaire. Par principe, un bretteur se doit d'être apolitique, uniquement dévoué à son employeur et à personne d'autre, mais parfois cette sage neutralité ne suffit pas à les protéger… C'est le cas de Richard Saint-Vière, le plus réputé et le plus demandé des coupe-jarrets des Bords de l'eau. Lame humaine entre les mains de plus puissants que lui, il va se retrouver plongé dans un imbroglio de complots et de machinations. Or une lame, même de chair et de sang, est quelque chose de remplaçable et Richard, s'il n'y prend garde, pourrait bien finir au fond d'un caniveau, la gorge proprement tranchée, ou – pire – au bout d'une corde au milieu d'une place public.
De la fantasy de cape et d'épée, voici un concept séduisant ! Pourtant, mes quelques excursions dans ce domaine ont été assez décevantes. « Les gardes phénix » de Brust m'ont agacée, « les lames du cardinal » de Pevel m'ont consternée et le dernier de la liste, « A la pointe de l'épée » d'Elen Kushner, m'a vaguement ennuyée. le roman a pourtant plusieurs bons points en sa faveur, dont une jolie écriture, très élégante quoique un peu maniérée, et une atmosphère très prégnante, pleine de poésie et de nostalgie. L'histoire elle-même est agréable à suivre, mais pas très trépidante, ce qui ne serait pas bien grave si les personnages compensaient cette faiblesse par leur profondeur et leur humanité. Ici, niet ! Richard est fatiguant d'impassibilité et son amant, le jeune Alec (et oui, « A la pointe de l'épée » est gay friendly et ce serait un autre bon point si…), est une des pires têtes à claques que j'ai eu l'occasion de croiser en littérature fantastique. Quant aux personnages secondaires, inutile d'en parler tant ils sont superficiellement traités. le tout donne un roman non dénué de qualités, mais qui a échoué à éveiller réellement mon intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
boudicca
  01 avril 2012
Richard Saint-Vière est un bretteur professionnel taciturne assez peu porté sur la politique et presque en fin de carrière. Avec « A la pointe de l'épée », Ellen Kushner entreprend de nous relater un pan de la vie de cet épéiste vieillissant qui va se retrouver embourbé malgré lui dans les complots ourdis par les nobles de la Colline. Nobles qui, évidemment, sont toujours prêts à se tirer dans les pattes et à manipuler tous ceux passant à leur portée pour arriver à leurs fins. Le lecteur est ainsi confronté à deux milieux radicalement différents : d'un côté Bords d'Eau, quartier mal famé où ont été rassemblés tous les rebuts de la société cohabitant tant bien que mal entre les battisses défranchies, les tavernes et les bordels ; de l'autre la Colline peuplée d'aristocrates bien à l'abri dans leurs riches demeures et malgré tout avides de plus de pouvoir. Difficile de ne pas se laisser embarquer par l'intrigue qui enchaîne les rebondissements à un rythme soutenu, le tout porté par une plume fluide et agréable.
Le protagoniste, épéiste talentueux et au passé trouble, est pour sa part plutôt attachant bien que peu bavard et encore moins expressif. Il en va d'ailleurs de même des autres personnages, tous plus intrigants les uns que les autres, qu'il s'agisse de la machiavélique duchesse Diane de Trémontaine ou encore du chancelier Basil Halliday. Le plus convainquant reste toutefois Alec, jeune homme énigmatique et torturé avec lequel Richard Saint-Vière entretient une relation passionnelle mais destructrice et dont les répartis pleine de morgue et de cynisme font toujours mouche. Rien de tel pour arracher un sourire au lecteur. L'intrigue est quant à elle plutôt classique mais se déroule sans véritables temps morts, ne laissant ainsi guère d'opportunités aux lecteurs de décrocher.
Un bon moment de lecture que j'aurais aimé poursuivre avec les autres romans d'Ellen Kushner se déroulant dans le même univers mais qui n'ont malheureusement pas encore été traduits en français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Satinesbooks
  03 mars 2020
Je remercie chaleureusement les éditions ActuSF ainsi que Jérôme pour l'envoi de ce roman. Service presse qu'il me tardait de rencontrer sur mon chemin de lectrice, j'avoue que j'ai pris mon temps pour découvrir ce que l'auteure, mondialement connue (sauf par moi apparemment), proposait dans ce roman terriblement tentant. Pourquoi tentant ? Rien qu'à le voir, on a envie de le dévorer. le livre, en tant qu'objet, est magnifique. Il fait penser aux anciens romans avec ses dorures, la première et la quatrième de couverture sont rigides, un signet pour marquer ses pages. Bref, l'élégance est de rigueur ici ! Puis autant vous dire que le générique de Zorro m'est resté en tête tout au long de ma lecture (inutile de lever les yeux au ciel, je sais que vous avez chanté).
Il y a tellement à dire sur ce livre que je ne sais pas par où commencer ! le roman propose un mélange des genres que je n'avais jamais vu auparavant : de la fantasy mais aussi un roman d'aventures dans lequel se dessine une romance homosexuelle. Déjà là, la surprise m'a saisie. Parfait ! J'adore le renouveau, l'original. En revanche, là où je préfère prévenir les lecteurs, c'est sur le fait que ce roman est classé en fantasy parce qu'un univers est créé. Il n'y a pas de créatures légendaires, de magie. C'est un univers qui vient s'inscrire dans les siècles se rapprochant du 15ème / 16ème siècles pour moi. Même s'il est créé de toutes pièces, j'avoue que j'ai pensé aux grandes villes italiennes dans ces siècles-là. L'univers crée reste proche de celui que l'on a pu connaitre dans les livres d'histoire-géographie. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser aux trois mousquetaires d'Alexandre Dumas, par exemple. J'ai eu l'impression d'évoluer dans un univers semblable en terme d'architecture.
L'univers créé propose trois castes sociales : les habitants de la Colline (riches, nobles, marchands, bonnes familles aisées…), les habitants des bords de l'eau (prostitués, voleurs, ivrognes …) et les bretteurs qui vendent leur arme pour gagner leur vie auprès des aristocrates en tuant des gens. On a une société qui se dessine sous nos yeux et qui nous poussent à s'interroger sur les questions sur le pouvoir des riches, l'honneur, savoir si tout est acceptable ou non. On nous parle aussi de politique. On est vraiment dans la création totale d'un monde. C'est plutôt intéressant de voir cette société se dessiner au fil des pages.
Bien entendu, notre personnage fait son entrée dans notre intrigue : Richard Saint-Vière est l'anti-héro par excellence, le personnage qui dérange, qui ne rentre pas dans les codes. le plus célèbre et renommé des bretteurs est notre personnage principal. C'est un personnage qui, dans un premier temps, m'a donné des envies de meurtres. Je ne comprenais pas ce personnage : calme, réservé, taciturne. Son atypisme m'a fait frôler la folie. C'est un bretteur sur la fin de sa carrière, il a déjà vu beaucoup de choses au cours de sa vie. Il n'est ni un noble, ni faisant partie du bas peuple. Les bretteurs sont une caste à part entière et solitaire. C'est tout à fait ce que dégage Richard. On n'a pas forcément envie d'en savoir plus sur lui. Puis, petit à petit, au fil des pages, j'ai su apprécier l'ours qu'est ce personnage.
Alec est un personnage aussi intéressant. C'est l'amant de Richard. Encore une fois, ici, l'auteure m'a surprise. Je n'avais jamais lu de roman dans lequel le personnage principal masculin était homosexuel. Je n'ai rien contre cela, bien au contraire. Cela apporte encore un peu plus d'originalité dans un roman où des genres que l'on n'a pas l'habitude de voir ensemble se croisent. L'auteure laisse une place à la passion amoureuse d'Alec et de Richard. C'est avec élégance et pudeur qu'elle nous parle d'homosexualité. On est dans la normalité et j'ai trouvé cela excellent. Quelle belle idée. On est dans une société où deux hommes qui s'aiment ne sont pas brûlés au bûcher ! Alec est très différent de son amant : en exil forcé, cet ancien universitaire est un névrosé de première catégorie. le couple que forment ces deux hommes est spectaculaire. On a une image de la passion amoureuse incroyablement riche : on est toujours dans la passion qu'elle soit idyllique ou violente. L'auteure ne prend pas le parti de parler de l'amour dans tout ce qu'il a de plus beau mais elle a un oeil qui voit l'amour dans son entièreté. Cela rend les personnages beaucoup plus humains.
Il y a beaucoup de personnages secondaires qui passent dans l'histoire, cela rend l'intrigue riche et plus fouillée mais j'avoue qu'ils m'ont plutôt laissée de marbre. Je me suis focalisée sur ces deux personnages inconsciemment.
Ce roman est un spectacle. Il nous dépeint une fresque sociale et humaine très forte. Dans le résumé, on parle de « mélodrame des moeurs » et je pense que c'est le point principal de cette histoire. C'est ce qui va déclencher un gros point de l'intrigue et mettre Richard et Alec dans une histoire qu'ils auraient préférés éviter. Ainsi, tout au long de l'intrigue, des thématiques viennent s'ajoutent à celles déjà présentes. On est dans un roman de capes et d'épée, il est donc normal de voir des thématiques comme l'honneur, la vengeance, les complots et les machinations mais nous avons aussi une romance qui se dessine (aussi pudique et belle soit elle) et qui permet d'ajouter l'amour passionnel et l'homosexualité à la liste des thématiques abordées. Bien entendu, un roman de cet acabit ne serait rien sans les machinations et les trahisons entre riches. L'argent a aussi une place importante dans le récit.
En définitive, à travers ce livre (qui contient le roman principal mais aussi 5 nouvelles et 4 lettres de la mère de Richard), l'auteure met en place une société dans un monde imaginé. Elle nous dépeint une société incroyablement riche humainement parlant mais nous propose aussi de nous interroger sur le poids de la société dans nos vies. Au-delà du roman de capes et d'épée, l'auteure nous propose une interrogation beaucoup plus profonde sur la nature humaine. C'est avec une plume élégante, dynamique et pondérée que l'auteure nous embarque dans un univers incroyable. J'ai apprécié le fait que l'auteure n'en fasse pas de trop : il n'y a ni trop de sang, ni trop de violences, ni trop d'expressions des sentiments. C'est juste et équilibré.
Lien : https://satinesbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Arutha
  06 octobre 2016
Ce roman aura été pour moi une véritable découverte. D'abord parce que j'ai lu très peu de critiques à son sujet et que mon système neuronique défaillant les a vite effacées de ma mémoire. Ensuite parce que, fidèle à mon habitude, j'ai lu en diagonale et très vite la quatrième de couverture qui ne m'a pas laissé davantage de souvenirs ou d'indications.
Du coup, j'ai entamé la lecture sans préjugés ni a priori ce qui reste assez rare pour être souligné dans notre époque de surinformation (surinformation à laquelle je contribue dans ma modeste mesure. J'ai conscience du paradoxe).
Et ma foi, lire un roman dans un tel état d'esprit, ça fait du bien.
Alors, me direz_vous, et si vous ne me le dites pas je le dirai à votre place, de quoi est-il question dans cette Pointe de l'épée ? Autant le dire d'emblée, dans le domaine des critères permettant de la classer en fantasy, le roman ne remplit que le minimum syndical. Il ne doit en effet de faire partie du genre que parce que l'histoire se situe dans un monde totalement imaginé par l'auteure. Cependant, l'univers développé par Kushner n'est pas sans rappeler l'Europe du XVIII ème siècle. Il en est même un reflet assez fidèle ce qui peut rendre curieux le choix d'avoir inventé un monde quand un roman historique aurait pu tout aussi bien convenir. Mais c'est sans compter avec le petit truc qui distingue de notre monde réel celui du livre. Dans ce dernier, les nobles dans leur quasi totalité, répugnent à utiliser l'épée pour régler leurs différents. Ils préfèrent faire appel, lorsque la situation l'exige, à des bretteurs professionnels. Et c'est d'ailleurs l'histoire de l'un d'entre eux, la plus fine lame du pays, qui fait la substance du roman. Après avoir mené à bien (comme toujours) son premier contrat à l'ouverture du roman, Saint-Vière, ce fameux meilleur bretteur, se retrouve impliqué bien malgré lui dans des embrouilles politiques.
Pourtant, malgré la présence quasi permanente de cet escrimeur hors-pair, le roman n'est pas réellement un pur roman de capes et d'épées. Tout juste assisteront nous à deux ou trois duels et l'action n'est pas la caractéristique principale du récit. On pensera davantage, immanquablement, aux Liaisons Dangereuses, qu'aux Trois Mousquetaires. Même si, loin s'en faut, Kushner n'est pas Laclos et ses personnages n'ont pas tout à fait l'esprit d'une Merteuil ou d'un Valmont. Pas sûr qu'ils soient même aussi délicieusement détestables. Mais je vous accorde que nous ne sommes plus au XVIIIème siècle et qu'il serait vain et ridicule d'écrire comme à l'époque. Toutefois l'écriture est belle, ciselée et bien rendue par une excellente traduction de Patrick Marcel.
Une seule fausse note, malgré tout, dans la symphonie composée par Kusner : les dialogues. Je les ai trouvés pour ma part calamiteux, au moins la plupart du temps. Et en particulier lorsqu'ils auraient du permettre de mieux cerner les motivations des protagonistes ou de mieux comprendre les détails des intrigues. J'ai souvent du renoncer, je l'avoue, à comprendre les déclarations de tel ou tel personnages. Bon, en même temps, dans les grandes lignes, les motivations se résument souvent à : je veux être calife à la place du calife et les intrigues consistent simplement à trouver un moyen efficace mais non compromettant de tuer ledit calife. Rien de bien compliqué. Eh bien même ça, Kushner parvient à le rendre abscons dans les dialogues qu'elle a imaginé. On frise l'exploit.
Alors me direz-vous que reste-t-il au roman pour nous séduire ? Eh bien, ma foi, s'il n'est pas un roman de capes et d'épées, un roman d'aventures, s'il n'est pas bourré d'action, il n'en reste pas moins un drame parfaitement réussi. Je n'hésiterai pas à reprendre le sous-titre du roman pour le qualifier. A savoir : un mélodrame d'honneur. Voire une tragédie. Une tragédie dont tous les personnages sont masqués. A l'exception notable de Saint-Vière, qui n'est peut-être pas, au départ, le plus sympathique de ceux que nous seront amenés à croiser dans le récit. Après tout il est ni plus ni moins un tueur. Mais c'est pratiquement le seul à agir à visage découvert (autant du moins que sa "profession" le lui permette). Chaque protagoniste va ainsi jouer son rôle, grand ou modeste, dans le drame qui se joue. Nous aurons droit à notre lot de fausses pistes, de coups de théâtre.
Impossible de conclure sans dire un mot du traitement remarquable, de mon humble point de vue, qui est fait de l'homosexualité, en l'espèce masculine, par Ellen Kushner. L'auteure parle en effet du sujet sans ostentation, sans sensationnalisme, sans voyeurisme. Elle y met une tendresse probablement toute féminine et un naturel confondant. A aucun moment on ne devine de sous-entendus du genre : regardez comme je suis une femme moderne, ouverte, tolérante. Elle parle d'ailleurs moins d'amours homosexuelles que d'amour tout court. Je devrais dire de passion en l'occurrence tant les relations entre les deux amants si dissemblables sont empreintes de violence.
En résumé un roman bien écrit, dans l'ensemble, agréable à lire et qui devrait vous faire passer un bon moment à condition toutefois que vous ne cherchiez pas à tout prix de l'action, des intrigues élaborées mais que vous vous contentiez de suivre les agissements de personnages que le destin a réunis, pour le malheur de quelques uns, un court moment de leurs vies.
(Chronique écrite le 7 juin 2010)
Lien : http://aruthablog.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
eMaginarock   06 novembre 2019
Cette version de À la pointe de l’épée est un indispensable pour tous les lecteurs fans d’imaginaire. Ellen Kushner nous propose une fresque épique, mais tout en gardant la dimension humaine de son protagoniste principal qui n’est après tout qu’un homme, avec tout ce que cela suppose…
Lire la critique sur le site : eMaginarock
Elbakin.net   11 octobre 2019
La politique, l’honneur, le poids de la vengeance ou de sa condition sociale, mais aussi l’homosexualité masculine traitée de façon naturelle et discrète, les thèmes foisonnent. Tous sont traités avec une certaine élégance. [...] Un roman soigné, feutré, mais qui ne dissimule pourtant en rien la violence des sentiments ou celle des lames bien aiguisées !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
OdeOde   21 décembre 2013
Depuis les hauteurs célestes, les actions arbitraires de la vie semblent arrangées comme un paysage de conte de fées, peuplé de figures excentriques et charmantes. Les scintillants observateurs réclament des doses vitales de joie et de douleur, des revers de fortune soudains, de sinistres présages et des trépas inattendus. La vie elle-même se déroule selon ses modalités imprévisibles et infinies – tellement différentes de la danse mesurée des étoiles – jusqu'à ce que, pour satisfaire leur amusement, les guetteurs choisissent un point où s'arrêter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
boudiccaboudicca   05 novembre 2011
- Tu auras décampé, gronda-t-il à l'adresse d'Alec, le temps que je compte jusqu'à trois. (…) Un, compta l'homme. Deux.
- Va t'en pauvre imbécile, cria quelqu'un. Brent va te tuer!
- Mais il faut que je reste pour l'aider, répondit Alec avec une surprise polie. Vous voyez bien qu'il a du mal avec le chiffre suivant. C'est trois, lui indiqua-t-il avec obligeance. Celui qui vient après le deux.
Commenter  J’apprécie          50
OdeOde   15 décembre 2013
— On ne se bat à mort que pour l'une ou l'autre de deux raisons : le pouvoir ou l'argent.
— Et l'honneur ?
— Que croyez-vous que l'honneur achète ?
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Ellen Kushner (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ellen Kushner
A l'occasion du salon "Les Utopiales" à Nantes, rencontre avec Ellen Kushner autour de leur ouvrage "A la pointe de l'épée" aux éditions ActuSF.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2363338/ellen-kushner-a-la-pointe-de-l-epee
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1531 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.. ..