AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B07W4XBPZL
541 pages
Éditeur : (18/09/2019)

Note moyenne : 4.44/5 (sur 33 notes)
Résumé :
** Romance sur fond de dystopie **An 3548. Le dérèglement climatique et les guerres atomiques ont réduit le Monde à un territoire, celui de l’ancienne Europe, désormais partagé en douze royaumes prospères. Afin d’échapper à une vie de solitude et de drames, Hannah prend la décision difficile de quitter la zone libre et sauvage où elle a toujours vécu, pour la sécurité des murs du royaume d’Olayan. Elle sait qu’en entrant, elle deviendra esclave, comme tous les Blanc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Odlag
  10 janvier 2021
Cela vous est déjà arrivé de vous retrouver devant un livre dont vous voyez clairement les défauts, qui vous fait parfois lever les yeux au ciel parce qu'il contient des éléments auxquels vous n'adhérez pas spécialement et que vous n'auriez pas tolérés dans un autre roman mais, vous ne savez pas pourquoi, dans celui-ci ça passe et vous ne pouvez pas vous empêcher de tourner les pages, tellement vous êtes happés par l'histoire ? Et bien c'est justement ce qu'il s'est passé pour moi avec ce roman.
Je vous présente donc Enfer ou paradis, premier tome de la Reine des détestés, série de science-fiction post-apocalyptique/dystopique particulièrement addictive.
[...]
J'ai beaucoup aimé l'idée que l'autrice a développée ici, que je vais rapidement vous résumer. La planète devenant de plus en plus hostile (catastrophes climatiques, épidémies, famine, etc.), les pays riches dirigés par ce qu'ils appellent à présent les "suprématistes blancs" profitèrent de la peur des citoyens pour imposer leurs idéaux et fermer leurs frontières aux pays les plus touchés (Afrique, Amérique du Sud, Australie). Ce fut le retour en force du racisme, des camps et des exterminations de masse. Les pays asiatiques se liguèrent alors contre les Blancs, ce qui donna lieu à des guerres atomiques qui abîmèrent grandement la planète et décimèrent de nombreuses populations. Ce fut l'Europe qui gagna, mais cette victoire fut de courte durée, car les Émirats arabes unis et l'Arabie Saoudite, qui avaient petit à petit au fil des siècles acheté tout ce que contenait les territoires européens, réclamèrent leur dû. Ayant une puissance d'armement supérieure à celle des suprématistes blancs, l'Europe, affaiblie par les guerres précédentes, dû céder. Les Arabes prirent ainsi le pouvoir et s'installèrent en Europe, qui fut divisée en douze royaumes. Les Blancs furent détestés de tous, comme tous les descendants, et chassés des royaumes.
Franchement le coup des Émirats arabes qui prennent le pouvoir, j'ai trouvé ça malin : quand on voit qu'ils achètent de plus en plus de trucs en France et sûrement dans d'autres pays (terrains, bâtiments, clubs de foot, etc.), on se dit que c'est tout à fait plausible.
Tout cela s'est passé plus de six siècles avant l'histoire du roman. Dans cette nouvelle société, ce sont donc les personnes de couleur qui dirigent, tandis que les Blancs sont à présent utilisés comme esclaves. Jolie inversion des rôles, n'est-ce pas ? le problème c'est qu'en fait, peu importe quelle couleur est de quel côté, la haine raciale est partie intégrante de la société et ceux qui en sont la cible (ici les Blancs) ont la vie dure - et c'est peu de le dire ! J'ai parfois été choquée du traitement subi par les esclaves, qui varie selon les royaumes, tellement cela peut être violent et gratuit.
Si les sciences et technologies se sont développées dans certains domaines comme la médecine (les esclaves n'en bénéficient toutefois pas), elles ont disparu dans d'autres : il n'y a par exemple plus d'armes à feu, l'on se bat donc à l'épée, à l'arc, etc. du coup ça fait un effet étrange de voir des soldats (hommes et femmes) porter des épées comme dans les romans de fantasy épique, tandis qu'à côté d'autres dansent sur de la musique électro dans des clubs branchés.
Un univers intéressant, donc. Qu'en est-il de l'intrigue ?
Le récit nous est raconté à travers deux regards, deux personnages totalement opposés dont les chemins vont finir par se croiser.
Hannah est une sauvage (ou sauvageonne), c'est ainsi que l'on nomme les Blancs vivant dans la nature hostile située en-dehors des royaumes. Dans cette zone dite libre, la nature n'est pas le seul ennemi : la vie y est tellement difficile que n'importe quel Blanc que l'on y croise peut être un ennemi. Si l'on veut survivre, il vaut mieux vivre en clan, mais certains massacrent les autres, aussi vaut-il mieux être capable de se défendre. Enfant, Hannah a perdu ses parents, plus tard sa soeur est morte de maladie, puis un jour son frère n'est pas revenu de la chasse. La perte du clan qui l'avait recueillie est la goutte d'eau pour la jeune fille, qui ne supporte plus la solitude ni les dangers de cette nature si hostile. Elle décide alors de se réfugier dans l'un des douze royaumes et choisit celui qui lui semble être le moins pire : Olayan. Elle sait qu'en faisant cela elle perdra sa liberté pour devenir esclave, mais elle ne s'attendait pas à devenir la cible d'une telle haine. Car Hannah n'est pas seulement blanche, elle est blonde aux yeux bleus, un brassard noir (les esclaves portent des brassards dont la couleur correspond à leurs caractéristiques physiques), soit la race la plus rare et la plus haïe. Ainsi non seulement elle suscite la haine chez les personnes de couleur, mais également le dégoût chez les Blancs. Achetée par le lieutenant de l'armée royale, Hannah se retrouve à vivre dans le bâtiment des esclaves situé sur l'île du palais royal. Humiliée et battue sans raison autre que son apparence par ses supérieurs, elle risque sans cesse le viol au sein de la communauté esclave. Car dans ce bâtiment, les esclaves ont créé leur propres règles : c'est la loi du plus fort, et si tu ne veux pas te faire violer ou cogner, mieux vaut coucher de plein gré avec l'un des membres du groupe alpha (les esclaves personnels du prince) pour qu'ils te protègent en retour. Si Hannah refuse d'accepter cela, elle va néanmoins céder en acceptant le soutien de l'un des alphas, Lukas, dont elle va devenir très proche.
[...] J'ai été également assez surprise par la faiblesse physique de cette héroïne. Pas parce qu'une héroïne est censée être forte, non, je n'ai pas ce genre d'a priori. Seulement elle a vécu dix-huit années dans la zone libre, dont certaines sans clan, uniquement avec son frère. Elle devrait savoir se battre, être plus forte physiquement. Mais ce n'est pas le cas, ce qui n'est pas très logique, selon moi. En revanche, même si perdre tous les gens qu'elle aimait a brisé quelque chose en elle, elle reste dotée d'une grande force mentale. Elle déteste se soumettre face à l'injustice, refuse de rester à terre lorsqu'on la fait chuter, ce qui lui vaut parfois de recevoir des coups supplémentaires.
En parallèle nous suivons l'histoire de Yash bin Saleh al Talal, prince et chef de guerre d'Olayan. [...] Yash a une grande violence en lui, il est un guerrier sanguinaire à la fois craint et admiré qui n'a jamais perdu une seule bataille. Il se fiche de tout et se sent totalement vide à l'intérieur. La seule personne dont il est proche est son meilleur ami et lieutenant (oui, celui-là même qui a acheté Hannah), mais ce dernier est marié à une femme et fréquente des amis que Yash ne supporte pas, ce qui crée parfois de sérieuses disputes. Car le prince est quelqu'un de très possessif et très protecteur, et perd (trop) facilement son calme.
J'avoue avoir eu un peu de mal au début avec ce personnage, particulièrement antipathique. Je n'ai pas aimé sa manière de parler, à la fois vulgaire et agressive, qui contraste complètement avec son rang. Il est froid et violent, ce qui ne me dérange pas forcément comme caractéristique de personnage mais cette violence est souvent gratuite, ce que j'apprécie moins. Donc oui, Yash est très loin du prince charmant (de toute façon les princes charmants, à force, c'est lassant), mais l'on finit par s'habituer à son mauvais caractère. Surtout quand cela permet de protéger Hannah.
[...]
Ce que j'ai apprécié dans ce premier tome, c'est que les deux personnages principaux tardent à vraiment se rencontrer. Certes, ils vont se croiser rapidement deux ou trois fois, mais sans réelle interaction ni incidence dans leur vie. Nous les suivons donc chacun de leur côté sur un peu plus du premier tiers du livre, ce qui nous permet de découvrir séparément ces deux personnages, ainsi que le monde dans lequel ils évoluent, avant que leurs vies n'entrent pleinement en collision. Les moments qu'ils vont ensuite passer ensemble seront essentiellement sexuels, Yash éprouvant, non sans une certaine horreur, une grande attirance pour cette jeune femme considérée comme la laideur incarnée. J'ai trouvé un peu cliché le coup du mec froid et asocial irrésistiblement attiré par la jeune vierge qu'il dépucèle et éduque sexuellement. Mais bon, c'est un truc qui fonctionne, on ne peut pas reprocher à l'autrice de l'avoir utilisé. D'autant plus que la virginité de l'héroïne est justifiée, tout le monde la trouvant repoussante à cause de son apparence (y compris les autres Blancs), bien que Lukas ne demandait que ça. Et si elle pouvait se permettre de repousser Lukas, prétextant la peur à cause de ce qu'elle a pu vivre autrefois, il était plus compliqué pour elle de chasser le prince sans risquer de signer son arrêt de mort. Il y aurait toutefois beaucoup d'arguments à opposer à cela, mais si l'on peut se poser la question du consentement au début de leur relation, il devient par la suite évident qu'elle est autant attirée par Yash que ce dernier par elle.
Malgré ce cliché, j'ai trouvé agréable que l'autrice ne soit pas allée dans le même sens que beaucoup d'autres en adoucissant le caractère de l'homme au contact de la femme. C'est une chose que l'on voit trop souvent, le coup du mec au sale caractère qui devient gentil et social en tombant amoureux. Ici, Hannah ne cherche pas à changer le caractère de Yash, elle l'accepte tel qu'il est, avec ses bons et ses mauvais côtés, et n'espère pas un jour le voir devenir tout doux et aimant avec elle. Je ne dis pas qu'il la traite comme un paillasson, au contraire il fait quand même attention à elle, mais il a son caractère, quoi. Et inversement, Yash ne force pas Hannah a être ce qu'elle n'est pas.
[...]

En bref...
Avec La Reine des détestés, Ena L. nous plonge dans une dystopie post-apocalyptique pleine de rebondissements et, bien que non dénuée de défauts, particulièrement addictive. L'univers créé par l'autrice est intéressant et permet d'aborder des thématiques sérieuses telles que l'esclavage et le racisme sur un fond de romance certes parfois un peu clichée mais sans grande niaiserie. Si les scènes de sexe sont très (trop ?) nombreuses à partir du deuxième tiers du livre (attention pour ceux qui pensent lire du young adult, les descriptions peuvent être assez crues), cela est contrebalancé par les scènes d'actions et des passages plus axés sur la psychologie des personnages et la découverte de ces royaumes unis autour de leur haine des Blancs. Les personnages sont globalement plutôt bien traités, bien que certains auraient mérité d'être plus développés étant donné leur potentiel, et que l'on puisse avoir du mal au début avec d'autres, mais l'on finit par s'y attacher ou à défaut par s'y intéresser, si l'on n'en vient pas à les détester.
Il s'agit là d'un premier tome assez complet qui suscitera pas mal d'émotions et, le livre n'étant pas parfait, fera parfois lever les yeux au ciel. La fin promet une suite particulièrement intense qui, je l'espère, sera aussi captivante que celui-ci.
Une excellente surprise !
Lien : https://escape-in-books.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
murmureslitteraires
  16 décembre 2020
Voilà 1 an et demi que je ne cesse d'entendre parler de la Reine des Détestés, sur des pages Facebook de fan de lecture, en librairie, dans mon entourage bref un déferlement d'avis qui en majorité étaient positifs…
Mais voilà le résumé ne me tentait pas, car je ne suis pas trop une fan de choses futuristes. Mais voilà, j'ai craqué et j'ai finalement acheté les deux tomes… Je viens tout juste de terminer le premier et je me devais d'en parler.
Je vais d'abord replacer rapidement le contexte. Nous sommes dans le futur en l'an 3 548 et la Terre a été détruite et à présent l'Europe se divise en12 royaumes fermés. le reste est la zone libre où la nature a repris ses droits et ou les déferlements climatiques et les animaux sauvages règnent en maître et rendent cet univers hostile à toute forme de vie. Dans ces zones vivent les sauvages, des Blancs, des parias, car oui, dans ce monde, les blancs ont été réduits à néant presque suite aux agissements de leurs ancêtres envers les gens de couleurs… À l'intérieur des royaumes, ils sont réduits en esclavage. En bas de cette hiérarchie du monde se trouve les blancs blonds aux yeux bleus... Ils sont l'horreur même sur cette planète, ils représentent le mal incarné.
L'histoire tourne autour de Hannah, jeune esclavage blonde aux yeux bleus et de Yash, prince sanguinaire du royaume d'Olayan. Ces deux êtres torturés n'avaient pas pu prédire que les Dieux allaient faire en sorte que leur rencontre bouleverse l'univers de chacun…
Hannah cette jeune femme assez chétive qui ne correspond en rien à la beauté de ce monde par sa blancheur, ses cheveux, ses yeux et son absence de forme, possède un caractère bien trempé... Associable, elle ne s'attache à personne et repousse toutes personnes qui tentent de lui être sympathique. Habitué à la haine, la solitude et perdre ses proches, elle s'est renfermée dans ses démons. de son plein gré et pour tenter de sauver sa vie, elle se rend au royaume d'Olayan où elle devient esclave au palais. Cependant, la vie d'esclave n'est déjà pas simple et encore moins quand on doit se méfier de ses compatriotes... Car oui les esclaves entre eux ne se font aucun cadeau et la vie y est plus que dangereuse surtout pour un brassard noir qui représente donc ces êtres les plus abhorrés.
Yash, ce dieu vivant est l'idole de ce monde, fort, intelligent, beau à se damner, tout le monde l'admire et pourtant au fond de lui, il n'est que noirceur, un chef de guerre sanguinaire qui n'aime que tuer et briser le monde. Il n'obéit à personne et suit ses propres règles. Cet homme sans coeur va voir son monde s'écrouler quand son coeur ne va battre que pour une seule personne… La prophétie l'avait prédit et lui, il va devoir faire un choix entre son coeur et sa raison.
Nos deux personnages vont devenir esclaves de leur amour ronger par cet amour qu'ils ne contrôlent pas. Ena nous fait vivre leurs tourments et leurs sentiments grâce aux deux points de vue que nous expose ce livre… Leur amour interdit nous fait face à cette injustice et ce monde dans lequel ils évoluent. Elle est esclave et lui prince... Car oui, ce monde, qui se veut utopique, en est pourtant loin, car ils commettent les mêmes erreurs que la race blanche mille ans plus tôt… Les mentalités n'ont pas changé seules les avancements technologiques et leur vision du monde d'un point de vue écologique fait d'eux des gens plus avancés.
Leur amour est fort et nous permet de voir à quel point pour l'être qu'on aime, on peut briser des montagnes, les codes et les règles d'un univers tout entier dans l'espoir de pouvoir être réunis à notre moitié…
Cependant, certaines choses m'ont dérangées. Pour commencer, je trouve qu'elle tombe amoureuse et s'offre à lui beaucoup trop vite surtout quand on voit comment elle repousse les autres pour ne pas s'attacher. de plus, leur amour est trop centré sur le sexe, elle, qui est vierge de base dès le début, se montre très très aventureuse et après dès qu'elle le voit ou pense à lui cela a une connotation sexuelle ou physique... On a peu de moments de pur amour même si je conçois qu'avec Yash, c'est difficile. Mais pour ne pas tout spoiler, j'aurai par exemple souhaité un moment plus d'amour quand il part pour la récupérer. Cependant, c'est le contraire qui arrive. En effet, alors qu'il la retrouve, les deux se sautent dessus directement même si heureusement, ils n'ont pas pu aller jusqu'au bout. de plus, je trouve que face à lui, elle n'a aucune fierté, ce qui d'après moi est bien dommage quand on sait qu'elle genre de femme elle est, c'est-à-dire forte et rebelle. Après, certes si on se base que cet amour les a foudroyés, je comprends la vitesse... Mais voilà, je trouve que parfois elle se laisse trop aveugler par l'amour.
Après, j'aurai bien aimé, mais il s'agit la de mon propre avis personnel, qu'il arrive quelque chose de vraiment concret à Hannah. Je ne vais pas en dire plus pour ne pas spoiler, mais Yash la sauve à chaque fois de moment qui pour moi aurait pu réellement arriver. En effet, quant on suis la logique de ce monde, malheureusement, c'est des choses qui arrivent. Ainsi j'aurais apprécier que l'un des évènement extérieure et dont Yash n'aurait pu avoir aucune maitrise se concrétise réellement car j'aurais bien voulu voir sa réaction face à ça…

En revanche, ce que j'ai adoré au-delà de Yash et Hannah se sont les personnages secondaires. Madi pour moi est un réel coup de coeur, je dois dire que j'étais méfiante sur elle. Et pourtant, son amitié dépasse tout ce que je pouvais attendre et vraiment très gros coup de coeur sur elle. Mais pas seulement, Lukas, Khalid, Samir, et même le petit Rayan sont pour moi des personnages que j'adore et j'espère que dans le tome 2, Rayan et Samir seront encore plus présents. Car ces deux êtres en avance sur leur temps surtout le petit garçon montre à quel point l'Homme peut être idiot et écouter juste qu'on lui raconte alors que si on réfléchit par sois même, on peut comprendre les disfonctionnements de notre monde...
En conclusion, pour moi, c'est un coup de coeur et il fait partie de mes grands coups de coeur en lecture avec le livre Dark Romance de Penelope Douglas, je vais dès à présent découvrir le tome 2 en espérant être autant conquise. N'hésitez pas à le rajouter sur votre liste de Noël et faites comme moi !!! Achetez les deux tomes en même temps, car l'attente sera insupportable, je remercie d'ailleurs mes copines qui m'ont dit “achète le deux, tu verras, tu vas nous remercier” et c'est le cas.
Merci encore à Ena dont j'ai découvert la plume grâce à ce roman et j'ai hâte de découvrir ses autres romans.
Lien : https://www.murmureslitterai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Julitdelaromance
  25 février 2020
Il y a des livres dont on a l'appréhension parce que vous savez qu'ils vont vous sortir de votre zone de confort. Cette zone qui permet de vous sentir à l'aise, de garder le contrôle sur vos sensations et vos émotions. Typiquement je savais que cette romance allait me déstabiliser, à tous points de vue, et c'est ce qui s'est passé. Elle s'est infiltrée dans ma tête le temps d'un week-end, oui un week-end, parce que je l'ai littéralement dévorée. C'est un gros coup de coeur pour cette fiction dépeignant une société imaginaire difficile et présentant un défaut de notre civilisation poussé à l'extrême. Une première pour moi de lire une romance dans ce genre littéraire et quelle découverte !
Une romance dystopique parfaitement maitrisée par Ena qui nous embarque en l'an 3548 dans un monde futuriste impossible à vivre. Un monde qui a connu dérèglements climatiques et guerres atomiques. Un monde regroupé en 12 royaumes où l'esclavagisme a repris ses droits pour certains. Un monde où l'on doit faire le choix entre enfer ou paradis.
Un choix qu'Hannah, blonde aux yeux bleus, considérée comme véritable « impure » de ce nouveau monde, fera en voulant fuir les monstres de la zone libre et dangereuse des « Sauvages ». Prêtant allégeance au roi du royaume d'Olayan contre une vie d'esclave, elle va tirer un trait sur son indépendance et se rapprocher d'un autre enfer. Celui des « Brassards noirs ». Ces esclaves les plus méprisés, ceux regardés comme les déchets de l'humanité. Purgatoire où aucun avenir et aucun espoir n'est possible. Détestée, torturée et mentalement détruite, Hannah va puiser sa force au plus profond d'elle même. En mode survie, elle va décupler de courage et d'obstination. de façon inconsciente et imprudente elle va avoir l'audace de tenir tête, de braver les interdits. Un caractère fort et déterminé qui va se confronter à celui le plus redouté du royaume. Celui considéré comme Hades, le maître des enfers.
Celui du Prince Yash bin Saleh al Talal, surnommé « le sanguinaire ». Chef des armées en manque d'empathie, Yash est un homme qui a été élevé en guerrier. La violence est sa seule façon de régler les problèmes. Dangereux, sans aucune limite, aux comportements renfermés et agressifs, les ténèbres ont noirci son âme. Son coeur est vide, véritable trou béant gangréné par des fantômes qui hantent sa conscience. Diablement virile, il a cette aura ténébreuse qui m'a fascinée. Comme attirée, sans savoir pourquoi, par cet homme, ce « Barbare royal » au corps sculpté, puissant et nerveux, qui aime avoir le contrôle.
« La vie des êtres passionnés, entiers et excessifs, ressemble à une corde raide uniquement tendue entre le meilleur et le pire » (Romain Guilleaumes)
Une corde raide sur laquelle ces deux êtres vont évoluer. Une attirance indéniable virant à l'obsession entre ces deux opposés. L'un est Prince, l'autre est l'esclave la plus détestée. Une relation enivrante et sensuelle qui m'a captivée.
« Mais parfois, il faut une grande douleur pour trouver l'apaisement »
Engagé dans une guerre inévitable à la situation désespérante, Hannah et Yash nous entraînent avec eux dans cette relation enivrante et sensuelle vouée à l'échec. J'ai été captivée par leur sort. Aimanté par Hannah, par sa fraicheur, son côté désinvolte et son insistance à lui résister, Yash perd ses repères. Hannah arrive a fissurer cette carapace qu'il s'est forgé. de nouveaux sentiments qui jusqu'à présent lui étaient inconnu s'infiltrent en lui : la peur, l' inquiétude, la jalousie.. Cet amour va être la chose la plus dangereuse auquel il va devoir faire face dans sa vie. Ensemble ils vont affronter les fantômes et les cicatrices difficiles à panser, les enjeux et les décisions qui vont impacter cet amour impossible.
Entre statut, convenance et destin arrangé, on est spectateur de cette expérience interdite qui apportera à chacun d'eux la raison de se battre et donnera un sens à leur existence. On éprouve tellement de sentiments pendant cette lecture. Entre amertume, rage, colère et peine, j'ai été kidnappée par cet univers et extrêmement touchée par le courage et la résistance d'Hannah. Sa force m'a rendue admirative. La plume d'Ena, entre dureté et sensibilité, nous interpelle et nous pousse de façon très addictive à vouloir connaître la destinée de ces deux personnages voués normalement à ne jamais se rencontrer.
« Nos coeurs ont tous la même couleur. Ce sont nos actes qui font de nous des hommes bien ou mauvais, seulement nos actes »
Au delà de la romance cette histoire est une véritable prise de conscience sur notre monde, sur notre façon de le diriger et sur nos actes. Une introspection sur ce que nous souhaitons pour notre futur, sur ce que nous voulons de mieux pour nos enfants et les générations à venir. Que se soit en terme d'environnement, d'éducation mais aussi de politique. Éviter au passé et ses abominations de refaire surface mais essayer au contraire de pérenniser la liberté et la légalité. Elle nous pousse à anticiper sur les conséquences néfastes que pourraient avoir nos décisions et notre mode de vie.
Je vous invite vraiment à venir découvrir ce tome 1 qui va complètement s'immiscer en vous. Moi je n'ai qu'une hâte, commencer le tome 2, car quand vous aurez lu l'épilogue vous n'aurez qu'une seule envie, repartir au royaume d'Olayan aux côtés de Yash et Hannah.
Lien : https://julitdelaromance.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dokja
  23 novembre 2020
Ce roman est une dystopie raciale.
Suite à un réchaument climatique, tous les peuples au sud de l'hémisphère sont condamnés à mourir et les nordistes ne les aident pas parce que ce n'est tout simplement pas possible soyons honnêtes.
On explique qu'il ne reste plus que des noirs et des arabes par le fait que les Emirats Arabes Unis ont acheté tous les biens européens et on virait les suprématistes blancs.
Mais comment expliquer l'absence totale d'hispaniques ? de blancs du Sud ? Par exemple Australie. Les asiatiques, on s'en débarasse vite comme dans toute question de racisme, ils ont juste perdu la guerre. Donc on se retrouve juste avec une inversion du racisme ordinaire où plus la peau est claire, plus on est un "méchant" aux yeux des peaux plus foncés.
Le personnage féminin Hannah vit sur les terres qui étaient autrefois l'Allemagne. Donc on peut comprendre que l'auteur a tout simplement inversé le principe de race arryenne avec Hannah et son prénom allemand, sa peau claire, ses cheveux blonds et ses yeux bleus.
Passons tout ce contexte raciste boîteux mais qui tient encore la route.
On a donc deux personnages Hannah et Yash que tout oppose. Hannah qui est la plus haïe par sa couleur de peau mais qui reste associée à la pureté et la naïveté. Pour le personnage le plus blanc dans un roman sur le racisme, quel cliché.
Et Yash donc la peau lui confère tout le pouvoir, qui a tout de l'antihéros détestable et cruel mais qui se laisse amadouer par la pureté de la douce Hannah.
Ok si on passe ses points, l'histoire tient encore la route.
La fin c'est tout simplement impossible. C'est d'une naïveté absolue, tout est facile et réglable.... Les derniers chapitres n'auraient pas dûs être présents dans le premier tome qu'ils concluent sur une touche beaucoup trop Conte de Fées... Ils auraient été tout à leur place dans le second tome qui doit sûrement les développer... Et l'épilogue... Trop évident à mon goût.
L'idée n'est pas mauvaise, la lecture pas désagréable et la pureté et l'ignorance de Hannah très bien développés à mon goûts.. Mais trop d'incohérences avec la fin qui est le pompom.
J'aurai sûrement mieux apprécié ce livre plus jeune et avec plus de naïveté ... Et sans ces derniers chapitres, j'aurai sûrement lu la suite
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RoxieRaus
  25 février 2021
Wouah!!! Un vrai coup de coeur pour ce livre! Franchement j'avais lu les bons commentaires mais je ne pensais pas à un livre aussi addictif!
Ce roman dystopique tente de nous faire réfléchir sur les thèmes importants que sont le racisme et l'écologie. Dans un futur lointain on va suivre une jeune femme "sauvage" blonde au yeux bleus dans un monde où les blancs sont chassés et exterminés qui décide de quitter le monde sauvage pour fuir les problèmes climatiques et se rendre en ville là où elle aura un statut d'esclave détestée. Rien ne lui sera épargné. On va également suivre un prince d'une de ces grandes villes, un homme violent, égoïste, viril et adulé mais sans état d'âme. Quand leur vie va se croiser cela va faire des étincelles mais de façon moins prévisible qu'on en le croit. A lire d'urgence!!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
lacedoulacedou   27 octobre 2019
Quand j’étais encore cet adolescent libre, je voyais les filles comme des défis à relever, des trous à combler, je ressentais que dalle à leur contact, aussi belles et intelligentes fussent-elles. Parfois, je me demandais : qu’est-ce qui ne va pas chez toi? Difficile à dire…. Je suis juste handicapé des sentiments.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : racismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3440 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre