AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702163033
Éditeur : Calmann-Lévy (03/01/2018)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Officier français de retour d'Afghanistan, Scrofa surgit avec sa Harley Davidson chez son ancien lieutenant. Anastasie, la nièce du lieutenant, est là, lumineuse. Elle est fascinée par cette force de la nature qu'est Scrofa, il est séduit par cette fraîcheur. Après une nuit d'amour, il repartent à deux en Harley, pour ce qu'Anastasie découvrira être la dernière virée de Scrofa, une course vers l'ultime sacrifice.

Des dialogues qui composent seuls ce b... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Calidia
  07 février 2018
Erik L'Homme est un écrivain de jeunesse à succès, connu notamment pour ses séries le Livre des Etoiles (une de mes saga d'enfance favorites !) et sa collaboration avec Pierre Bottero A comme Association. C'est bien le nom de l'auteur qui m'a donné envie de découvrir ce livre au titre poétique, car je dois bien avouer que le spitch était loin de m'inspirer.
Un grand merci aux éditions Calmann Levy et à Babelio pour m'avoir permis de découvrir ce premier roman adulte de l'auteur dans le cadre de la Masse Critique.
Au final, je n'ai pas été surprise. L'intrigue ne m'intéressait pas plus que ça et résultat : je ne suis jamais vraiment rentrée dans l'histoire. Par contre, ayant déjà beaucoup lu de l'auteur en jeunesse et appréciant sa plume, j'ai adoré retrouver son style d'écriture et c'est pour moi le point fort du roman.
Je dis « roman » mais il s'agit presque d'une pièce de théâtre, ou d'un scénario de film, car le texte est composé quasi exclusivement de dialogues entre nos deux protagonistes : Lucius Scrofa et Anastasie.
Lucius Scrofa est un vétéran qui revient d'Afghanistan où il semble avoir vécu de terribles choses. Il débarque un jour sur sa Harley Davidson chez Anastasie, une jeune zadiste en quête d'aventures. Cette dernière se retrouve embarquée dans l'ultime cavale de Scrofa, sans en savoir le but.
Et ce n'est pas le but qui compte, mais bien l'aventure et les réflexions philosophiques qui égrènent les pages. C'est un roman sur le sens de la vie, sur la folie aussi, un road-trip que l'on vit en tournant les pages. Et les pages défilent à toute allure : de simples dialogues, aérés, qui content des actions plus qu'une histoire.
Je me suis assez peu retrouvée dans les personnages. Lucius Scrofa est un homme charismatique, intimidant, un peu bourru. Il ne mâche pas ses mots et peut parfois être cru dans ses propos (voire carrément vulgaire, ce dont on aurait pu se passer) :
« Ne te trompe pas, fillette, moi non plus je n'ai pas peur des mots. On peut même dire que je les aime. Quand ils habillent la vérité, pas quand ils la couvrent d'un voile, ou d'un linceul. »
Lucius Scrofa est un personnage littéralement fou, mais dans sa folie il voit le monde tel qu'il l'est, l'égratigne autant qu'il lui rend hommage :
« Il est vain de vouloir changer l'ordre du monde puisque le monde est toujours inattendu et que sa vérité est toujours plurielle. Il y a seulement ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous. »
On pourrait attendre d'Anastasie qu'elle soit plus terre-à-terre, n'ayant pas vécu les horreurs de la guerre. Mais elle suit son mentor et amant sans poser de questions, se joignant à sa philosophie de vie presque mystique. Sa jeunesse donne de l'élan au roman mais elle pose aussi des questions quant à sa fascination - presque malsaine - qu'elle éprouve pour Scrofa.
L'aventure se centre sur ces deux personnages mais il en existe un troisième, en retrait, relégué aux dernières pages des chapitres. Il s'agit de Delmar, un officier chargé de poursuivre les fugitifs. C'est à travers lui et ses compte-rendu que nous arrivons à éclaircir le mystère qu'est Scrofa, si tant est que cela soit possible.
Erik L'Homme s'essaie au roman adulte et au roman contemporain, mais il n'abandonne pas pour autant les thèmes fantastiques. Les références au genre sont multiples (Sauron et le Mordor par exemple) et l'ambiance est aussi empreinte de spiritualité et de mysticisme.
J'aime toujours autant l'écriture d'Erik L'Homme et c'est ce qui m'a charmée dans ce livre. Si je n'ai pas totalement été convaincue par l'histoire et que je le préfère dans ses romans jeunesse, je suis curieuse de le découvrir dans de nouveaux romans destinés au adultes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nehilis
  11 février 2018
Ce livre est perturbant, tout d'abord dans sa forme. le récit est composé uniquement de dialogue, comme une pièce de théâtre sans les didascalies. J'ai mis quelques pages à m'adapter, mais cela rend l'histoire très dynamique. C'est aussi une bonne technique pour surprendre le lecteur qui n'a de l'histoire qu'un point de vue très partiel et très peu de recul quant aux discours des personnages.
L'histoire suit Scrofa, ancien soldat d'élite bourru, et Anastasie, jeune étudiante en psycho, nièce du lieutenant de Scrofa. Ce dernier les accompagne dans une chevauchée folle en Harley à travers les Causses sur fond de philosophie, de vengeance et de théories complotistes. le langage cru colle parfaitement aux personnages ainsi qu'au road trip mystique et violent des héros.
Nous avons ensuite le discours de Scrofa, ancien militaire, qui est très particulier. Il alterne entre citations philosophiques et réflexions beaufs, comportement mystique et masculinité toxique, pensées profondes et délires cosmiques. Je n'ai pas particulièrement apprécié ce personnage qui a beaucoup de caractéristiques que je hais chez les hommes, mais il est fascinant.
Toute l'histoire tourne autour de lui, avec Anastasie, passagère de son voyage et le colonel Delmar, ancien ami, qui les suit pour l'appréhender. Sa compagne est témoin et actrice dans cette histoire. Elle suit Scrofa et apprend à l'aimer, mais est également une jeune femme qui sait ce qu'elle veut. Elle ne subit pas ce voyage, elle choisit de rester.
Ce récit m'a bousculée et m'a laissée perplexe. le style est bien maîtrisé et on arrive à se plonger dans sa lecture malgré l'absence de description. Erik L'Homme a réussi à mettre en place des personnages assez fouillés et une histoire intéressante. de plus, je n'ai pas du tout prévu les rebondissements, contrairement à la fin, qui elle est faite pour être devinée. La brièveté de "Déchirer les ombres" n'empêche pas l'intensité et je pense qu'il me restera en tête un certain temps.
Les références philosophiques et la critique de notre société sont très intéressants, même s'ils se mêlent à la folie du protagoniste principal. Il est par moment difficile de faire le tri dans les propos de cet homme qui a tout perdu.
Je ne recommande pas ce livre à tout le monde, âme sensible, s'abstenir. Je comprends mieux la description que m'avait fait l'auteur de son ouvrage (une histoire un peu folle). Durant ma lecture, j'ai pensé à une tragédie grecque mêlée à un road-trip d'Hell's Angel. La description de l'éditeur annonce même un "Rambo qui aurait lu Sénèque", ce qui est drôlement bien trouvé. Pour conclure, ce livre m'a vraiment remuée et fait réfléchir. Je pense que c'est exactement l'objectif de l'auteur, ce qui en fait une réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tobiblion
  03 janvier 2018
"After the war, what does a soldier become ?" Si le groupe Iron Maiden a jadis lancé, une bouteille à la mer, un écrivain français lui répond enfin par le truchement d'un roman sec, fulgurant et avant-gardiste. A se demander si l'on n'assiste pas à la naissance d'un authentique dissident des lettres françaises. Cette baguenaude initiatique, héroïque et brutale, ne laissera aucun lecteur sombrer dans les bras de Morphée. Quel est donc ce héros armé jusqu'aux dents, doublé d'un virtuose de l'aphorisme de circonstance ? Un nihiliste, un fou ou un nouveau messager dont le masque social est resté avec ses dernières illusions en Afghanistan ? Par cette ode païenne, Erik L'Homme s'affranchit des modes, emmène la littérature en cavale et dévoile une philosophie de vie solaire que l'on croyait stratifiée dans les écuries d'Augias de l'Occident.
Commenter  J’apprécie          60
Mangouste86
  29 janvier 2018
Ouvrir un livre, c'est accepter de partir en haute mer sur un navire dont seul le capitaine connait la destination. Et il est certains capitaines avec lesquels faire ce pas vers l'inconnu est plus facile. En ce qui me concerne, Erik l'Homme est l'un de ceux-là, que j'ai appris à connaître par ces "oeuvres jeunesse". On sentait poindre en lui un conteur, un poète, un de ces esprits forts qui créé le monde plus qu'ils ne le subissent.
Mais voilà, j'ai été très déçu par ce nouveau roman. Hormis la forme qui ne s'appuie que sur des dialogues, le fond m'a fermement ennuyé. On a déjà lu et vu mille fois ce mauvais road movie aux accents new-age et aux amitiés anarcho-zadistes. On ne sait même pas si l'auteur croit en son personnage principal, révolutionnaire sur le tard, qu'il réfugie aux confins de la folie la plus primitive.
La plume est crue. Parfois même vulgaire. Dommage car cela n'apporte rien au récit. Sans doute une tentative pour choquer le bourgeois... A mon sens on sombre ici dans le pastiche tant les clichés sont nombreux. Bien sûr, ça reste du Erik l'Homme. Bien sûr, il demeure dans ses pages des fulgurances littéraires et philosophiques. Mais cela n'a pas suffit et me laisse au coeur le sentiment d'un rendez-vous manqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
manue14
  06 mars 2018
L'histoire est assez intéressante mais aussi surprenante.
Le lecteur est plongé assez vite dans la vie de Lucius Scrofa… peut-être trop rapidement selon moi…
J'ai aimé le duo de protagonistes, leur relation, leur quotidien… L'auteur nous dit tout, il ne passe pas de détails sous silence.
Ce qui m'a par contre perturbée c'est que l'essentiel du livre est sous forme de dialogue. Il n'y a pas de narration et c'est déstabilisant. Evidemment qui dit absence de narration dit absence de description. Je ne suis pas vraiment arrivée à m'imaginer un physique, des paysages ou même des sentiments… Pour moi ils étaient comme des ombres, des silhouettes assez floues.
J'ai bien apprécié l'état d'esprit de Lucius, c'est un homme tourmenté mais qui doit accomplir son destin. L'auteur a peut-être un peu caricaturé les personnages, j'aurais peut-être plus apprécié avoir des protagonistes plus communs…
J'ai bien aimé avoir des parties interrogatoires d'une personne qui connaît Lucius. On en apprend ainsi plus sur lui même si tout reste assez vague… Quelques informations sont données sans pour autant tout nous dévoiler. A nous de deviner ou de chercher des éléments pour que l'on puisse mieux comprendre certaines choses.
Le style de l'auteur est assez léger et le roman se lit donc rapidement.
J'aurais peut-être apprécié avoir une histoire plus longue, pour en découvrir encore plus sur ce duo assez original. L'auteur écrit aussi tout de la même manière, que ce soit les moments plus légers comme ceux plus importants. Un changement de ton, ou un autre vocabulaire aurait été intéressant pour faire comprendre au lecteur l'importance de cette quête.
La fin est surprenante, pleine de suspense. Au final on ne comprend pas forcément tout… C'est frustrant… J'aurais vraiment envie d'en savoir plus et d'avoir plus de détails.
Beaucoup de choses sont passées sous silence selon moi. C'est pourtant une histoire qui aurait méritée d'être plus approfondie et plus travaillée… Avec seulement des dialogues c'est un peu trop restreint…
En résumé, un roman intéressant mais qui malheureusement ne m'a pas totalement transportée dans le quotidien de ce duo. L'histoire avait pourtant du potentiel, c'est un peu dommage...
Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Actualitte   04 janvier 2018
Roman magnifique, sensible, rude, c’est l’ultime expédition d’un être détruit par la guerre, décidé à mener son ultime combat : entre Arès et Athéna, le guerrier ne devra jamais verser dans l’hubris. Savoir tenir sa place, sans oublier « le cri du hibou ».
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
CharlotteJeunesseCharlotteJeunesse   07 janvier 2018
C'est une Harley, Anastasie. Bien sûr que ça vibre ! Pourquoi Bardot n'a besoin de personne en Harley Davidson ? Ca ramollit la chatte et lui remue les entrailles plus efficacement qu'une bite !
- je t'ai déjà dit que t'étais hyper romantique ?
- non, mais essayer de ne pas mouillé le siège, c'est du cuire.
Commenter  J’apprécie          10
PchabannesPchabannes   10 avril 2018
Qu’est ce que je pouvais dire ? Qu’un ancien militaire des forces spéciales, ivre de vengeance et armé jusqu’aux dents, s’était volatilisé ?
Commenter  J’apprécie          30
PchabannesPchabannes   10 avril 2018
Il y a des caméras partout. C’est la manie de notre époque. Espionner les gens. Les surveiller. Et ils en redemandent les cons !...Ils (les Juges) laissent délinquants et criminels dans la rue, pour entretenir le chaos dont leurs maîtres ont besoin pour règner. Tout le monde se retrouve en semi-liberté. Toute la société est entre les murs d’une prison.
Commenter  J’apprécie          00
manue14manue14   06 mars 2018
- Qu’est-ce que tu viens faire ici, Lucius ?
- Ce que je viens faire ? Bon sang, Victoire, je suis venu voir ton frère !
- …
- Tu me laisses pas entrer ?
- Essuie d’abord tes bottes sur le paillasson.
- Bien sûr. Eh, Vald ! C’est moi ! Lieutenant Vladimir Ivanov? C’est ton capitaine, Lucius Scrofa !
Commenter  J’apprécie          00
MadameRedMadameRed   22 février 2018
Remarquez, je le comprends: quand on est intelligent, on constate rapidement à quel point c'est absurde de devoir rendre compte à des imbéciles...
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Erik L'Homme (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik L'Homme
Ceci est une série d'interviews effectuées à l'IMAGINA'LIVRE, un salon du livre SFFFH (SF, Fantasy, Fantastique, Horreur), par l'association Imaginarium (rien à voir avec moi, je les ai découverts après coup) sur le campus de l'université Jean Jaurès à Toulouse.
J'y ai transporté une caméra afin de poser des questions à des auteurs de tout type sur leur manière d'écrire leurs univers imaginaires.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Déchirer les ombres" d'Eric l'homme.

Comment se déplace Scrofa ?

en vélo
en scooter
en moto

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Déchirer les ombres de Erik L'HommeCréer un quiz sur ce livre
.. ..