AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702166222
162 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (14/08/2019)

Note moyenne : 3.07/5 (sur 74 notes)
Résumé :
"Il ne reste plus que ça aujourd’hui, la communion des caves, cette sauvagerie qui seule subsiste une fois quittée la grisaille de la surface où les clans survivent dans des boulots plus pourris qu’une charogne oubliée sur un piège."

Ce pourrait être le monde de demain. Paris est envahi par une obscurité perpétuelle et livré aux instincts redevenus primaires d’une population désormais organisée en clans. Dans ce monde urbain terriblement violent, Féra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Cer45Rt
  18 octobre 2019
"Un peu de nuit en plein jour", n'est pas, à mon avis, le roman le plus abouti, d'Erik L'Homme.
C'est vrai que, parmi ceux que j'ai lus jusqu'alors, c'est indéniablement le plus original. le plus inattendu, le plus surprenant. Mais pas, à mon avis, le plus abouti, ni le meilleur, ni celui qui m'a le plus plu. Je ne l'ai pas détesté, mais j'ai concernant ce roman, un avis partagé.
Je reconnais à ce roman des qualités, principalement, des qualités de style ; quelle écriture ! J'ai vraiment été agréablement surpris par ce style beau, émouvant, poétique, où Erik L'Homme a su capter toute la poésie d'instants sortis de son imagination... L'univers est plutôt original, pour un livre de science-fiction, même s'il peut faire penser à certains écrits, appartenant au genre post-apocalyptique. Il eut demandé, toutefois, à être un peu plus exploré ; j'aurais bien aimé en savoir plus sur les us et coutumes des humains, de ce monde, qu'a inventé Erik L'Homme. J'insiste : il y a vraiment de bonnes idées, une grande beauté, beaucoup de passages très poétiques, ce n'est en rien un mauvais roman, je ne puis pas dire qu'il m'a radicalement déplu, non, mais je suis mitigé.
Car, malgré le style, malgré cette ébauche d'univers, malgré des thématiques intéressantes, j'ai été extrêmement déçu par l'histoire. Et pourtant, ce livre est court, il en faudrait peu pour nous tenir en haleine avec l'histoire, d'autant plus qu'il y a beaucoup de qualités en plus, comme je l'ai déjà dit. Mais là, l'histoire est vraiment trop pauvre, vraiment trop répétitive, à mon goût. Je résumerai cette histoire en une phrase, très simple : "Ils s'aiment". Et j'ai eu, un peu l'impression, que c'était tout. Les autres intrigues m'ont paru assez secondaires, ne m'ont paru avoir toute leur importance, dans ce roman, elles m'ont semblé peu travaillées, elles ne m'ont semblé qu'ébauchées. Et les histoires pauvres, ont tendance à m'ennuyer. Mais malgré ce grand défaut, je reconnais qu'il y a de vraies qualités de style, des bonnes idées, des thématiques intéressantes, dans ce roman d'Erik L'Homme !...
Je souhaite à cet écrivain de réussir à un jour à me plaire autant, en littérature adulte, qu'il m'a plu en littérature jeunesse ; avec "Un peu de nuit en plein jour", c'est pas tout à fait ça, mais, on est sur la bonne voie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
llamy89
  14 octobre 2019
Le monde dans lequel vit Féral est sombre, rude, sans concessions. Il a fait le choix des arbres, de la force brute pour s'exprimer même si le feu qui brûle dans les yeux de Livie le consume tout entier.
Une brève relation va unir ces deux êtres si différents, l'un qui a connu le monde d'avant, taiseux, contemplatif, brutal dans l'arène lorsqu'il s'adonne à la cogne. Elle, jeune, libre, lumineuse, fascinée par la force féroce de cet homme hors du commun. Un monde sombre et violent où coexiste pourtant la solidarité, la passion, l'amitié et le pire de ce que l'homme peut produire, la cupidité, l'envie, la haine...
Fable moderne, conte cauchemardesque, roman d'anticipation ? Inclassable ! La plume est poétique, les phrases et les chapitres courts concourent au sentiment d'urgence de ce monde où les pauvres vivent en clans pour survivre, où les riches créent des serres pour recréer leurs jardins d'avant, où la vie dure toujours dans l'ennui et la solitude...
Erik L'Homme nous offre un roman dense, dans lequel la fiction est proche de la projection que l'on se fait d'un monde où la nature n'est plus au coeur de la société.
J'aurais aimé en apprendre plus sur Féral, la vie d'avant, pourquoi le monde en est arrivé là ? Peut-on choisir entre instant et éternité ?
Une lecture intense, toute en nuances, qui captive le lecteur, une ode à la vie. Des questions restent sans réponses mais impossible pour autant de lâcher le livre avant son épilogue. Un roman pour se poser des questions sur l'avenir de l'Homme et de l'Humanité.
Merci à Babelio et son opération Masse Critique, aux Editions Calmann-Levy pour la belle découverte de la plume d'Erik L'Homme.

Lien : https://mespetitesetagerespa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ludi33
  01 juillet 2019
Erik L'Homme nous offre ici un court roman qui nous plonge dans un monde ou le jour à disparu, occulté par un épais nuage. La société s'est coupé en clan, plus ou moins riches.
Dans ce monde Féral, spécialiste de la cogne, tombe amoureux de Livie.
L'histoire d'amour est au coeur de l'intrigue, mais elle laisse pourtant la place à des développements qui nous amène des bas-fonds parisiens aux lumières de la ville, voire à l'air pur de montagnes.
Et si le roman est bien court et n'offre pas de réponse à toutes les questions que l'on peut se poser, la poésie du texte et sa fin onirique font de ce livre une histoire marquante.
Commenter  J’apprécie          230
coquinnette1974
  17 février 2020
A la bibliothèque, j'ai emprunté Un peu de nuit en plein jour d'Erik L'Homme. Il y a quelques années, j'ai lu l'excellente trilogie jeunesse le livre des étoiles, c'est pour cela que son dernier roman, pour adulte, me tentait énormément.
Ce pourrait être le monde de demain...
Paris est envahi par une obscurité perpétuelle et livré aux instincts redevenus primaires d'une population désormais organisée en clans.
Dans ce monde urbain terriblement violent, Féral est un des derniers à avoir des souvenirs des temps anciens. Il est aussi un as de la « cogne», ces combats à mains nues qui opposent les plus forts des clans dans des sortes de grand-messes expiatoires.
C'est lors d'une de ces cognes qu'il rencontre Livie, qui respire la liberté, l'intelligence, la force.
Leur amour est immédiat, charnel, entier. Mais le destin de Féral va se fracasser sur cette jeune femme qui n'est pas libre d'aimer.
J'ai lu Un peu de nuit en plein jour d'une traite et j'ai apprécié de retrouver la plume d'Erik L'Homme. Toutefois, je suis un peu déçue car je n'ai pas totalement accroché avec ma lecture.
Le monde crée par l'auteur est intéressant, il montre un Paris à la fois proche et loin de celui dans lequel on vit. L'obscurité est permanente, la violence est omniprésente.. et pourtant il y a aussi un peu de place pour l'amour. Pas beaucoup de place, mais Féral va s'engouffrer dans ne petite brèche et tomber amoureux... Y a t'il de la place pour l'amour dans cette société ? Ne risque t'il pas de se briser les ailes ? Livie est t'elle vraiment libre ? Beaucoup de questions vont se poser... et les réponses arriver au fur et à mesure que les pages se tournent..
J'ai bien aimé ma lecture mais il m'a manqué un truc pour être totalement convaincue. C'est court, cela se lit rapidement car l'écriture est agréable et fluide. Toutefois, je ne suis pas certaine d'en garder un grand souvenir.
Petite déception donc, je ne mets que trois étoiles et demie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Mikasabouquine
  22 octobre 2019
Une critique qui va être compliquée pour moi... Compliquée car j'aime beaucoup Eric L'Homme... Compliquée car ce n'est pas un mauvais livre... Compliquée car ce roman et moi on ne s'est pas vraiment compris... Compliquée car ce titre n'est en réalité pas fait pour moi alors que je le pensais... Compliquée parce que ce livre l'est, compliqué...

Je remercie grandement la maison d'éditions Calmann-Lévy ainsi que Babelio pour cet ouvrage reçu grâce à une masse critique. Malheureusement, je ne fais pas partie des conquis. Jusqu'à présent je n'avais lu de l'auteur que ses titres jeunesse. Roman très court, « Un peu de nuit en plein jour » est un texte qui se veut percutant. Je pense avoir compris la démarche de l'auteur. Il livre ici un récit d'anticipation, un futur plausible, terrible, effrayant, mais pourtant pas impossible. On est clairement sur un roman futuriste qui pourrait ne pas être si fictif que ça... L'auteur a choisi des mots justes et forts, il ne s'éparpille pas dans de longues tirades, et a donc pris le parti d'écrire un texte bref afin qu'il soit le plus saisissant possible (pure interprétation de ma part, mais je l'ai ressenti ainsi).

Cependant, même si j'admets, et tiens même à le souligner, que la plume d'Eric L'Homme est absolument superbe, cela n'a pas suffi à m'atteindre. Je me suis perdue dans ce texte. J'ai saisi le message tout à fait d'actualité, mais je reste sur ma faim. Il est évident que la morale que veut faire passer l'auteur est pour lui primordiale, mais c'est au détriment de son scénario. La terre est si polluée que le ciel est perpétuellement sombre, plus de soleil. Les gens vivent très peu en surface mais en sous-sol. La violence qui règne sous terre est omniprésente. Des clans se sont formés et vivre relève plus de la survie. Cette histoire simple au premier abord a trop de zones d'ombre pour moi. Beaucoup de « Qui? Quand? Comment? Et Pourquoi? » restent sans réponse et cela m'a gêné.

De plus, Eric L'Homme aborde énormément de thématiques différentes. L'amour homosexuel, le coup de foudre, la différence d'âge en amour, la trahison, l'écologie, la destruction de notre planète, notre avenir sombre et probable, la violence, la pollution, la mort, l'au-delà...etc Je dois avouer qu'avec tous ces thèmes abordés, ajoutés à l'histoire dystopique et post-apocalyptique, le tout en 174 pages, l'auteur m'a perdue. Même si j'ai saisi le but : faire passer un message fort au lecteur. Je n'ai malheureusement pas été charmée par le fil de son texte. J'ai été très fortement sensible à sa plume mais pas à son histoire. Fort dommage pour moi, mais je vous invite à vous faire votre propre opinion car c'est un texte atypique qui a pour qualité de se démarquer et d'être particulièrement bien écrit.

« Un peu de nuit en plein jour  parle de notre monde qui s'abîme, de la part de sauvagerie en l'homme, de l'inéluctabilité des destins. » C'est une phrase inscrite au dos du livre. Plutôt juste, elle le résume plutôt bien, mais sans sa complexité et son étrangeté...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          75


critiques presse (1)
Liberation   25 septembre 2019
Dans ce va-et-vient entre un passé perdu où la nature exultait, et le présent ténébreux que se dessine le portrait d’un personnage à l’opposé de son physique. Car la brute a de la sensibilité, et ce roman passe parfois pour la Belle et la Bête revisité. Le sujet étant : la sauvagerie n’est pas là où on croit.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
letilleulletilleul   01 septembre 2019
Il la prend par la main et ils descendent de l’autre côté du pont où commencent les solitudes habitées, où dorment les sommets et les ravins profonds, les forêts et les vallons, où rêvent les bêtes dans les taillis, les tourbières, les rocailles.
«  Nous rentrons chez nous ! »
Par delà les dômes d’ombre où les étoiles tressaillent.
Commenter  J’apprécie          50
Cer45RtCer45Rt   12 octobre 2019
Les coups que Féral donne et ceux qu'il reçoit, peu d'hommes le pourraient, mais Miguel et lui ont en eux autre chose, une chose qui se lit dans le feu qui embrase leurs prunelles, dans la lave qui coule à l'intérieur de leurs veines. Ce feu qui les consume, venu des profondeurs, eux les farouches. Ce feu qui les condamne...
Commenter  J’apprécie          50
Olivia-AOlivia-A   02 août 2019
- Je suis l'horizon orange qui fabrique d'étranges orages...
Il aime le goût des mots sous sa langue.
Il retourne au chamane et à ses songes, ouvre le livre au hasard.
- Je suis le voleur de vent, le mangeur d'amande, le pelleteur de nuages, je danse sur la lande comme l'oiseau en voyage...
Cette façon de lire lui plaît. Il ferme le recueil et le rouvre ailleurs.
- Je suis la mélodie égrenée dans la brume par les roseaux de la flûte d'un Pan trop vieux pour souffler encore l'amour sur l'écume de l'eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   28 août 2019
Il a envie de marcher, d’évacuer sa nervosité. Il ne sait pas grand-chose des histoires d’amour, Féral, sinon ce qu’on lui en a dit et qui finalement n’apprend rien.

Envie de déambuler. Au hasard. Entre les parties préservées et les ruines. Dans le clair-obscur des rues.
Commenter  J’apprécie          30
Cer45RtCer45Rt   13 octobre 2019
C'est un temple, parce que c'est un espace de vérité, un endroit où il est possible de toucher l'évidence de ce qu'ils sont.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Erik L'Homme (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik L'Homme
Ceci est une série d'interviews effectuées à l'IMAGINA'LIVRE, un salon du livre SFFFH (SF, Fantasy, Fantastique, Horreur), par l'association Imaginarium (rien à voir avec moi, je les ai découverts après coup) sur le campus de l'université Jean Jaurès à Toulouse.
J'y ai transporté une caméra afin de poser des questions à des auteurs de tout type sur leur manière d'écrire leurs univers imaginaires.
autres livres classés : amour fouVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le livre des etoiles

Quelle est le personnage principal

Qadehar
Ambre
Gontrand
Guillemot

14 questions
105 lecteurs ont répondu
Thème : Le Livre des Etoiles, Tome 1 : Qadehar le Sorcier de Erik L'HommeCréer un quiz sur ce livre

.. ..