AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Faton (01/03/2015)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Icône du musée du Louvre, la Victoire de Samothrace figure parmi les chefs-d’œuvre de la statuaire hellénistique. Offerte aux Grands Dieux de l’île de Samothrace et découverte en 1863 par Charles Champoiseau, diplomate et archéologue amateur, cette éclatante figure de marbre blanc se posant sur la proue d’un navire de guerre fascine par son exceptionnelle qualité plastique et technique. Si des interrogations subsistent quant à son auteur, son commanditaire et sa dat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Alzie
  25 juillet 2015
Un hors-série qui magnifie un chef-d'oeuvre de la statuaire grecque hellénistique, grâce à la photographie, on n'en n'attendait pas moins de ce numéro, entièrement dédié à la restauration récente de la Victoire de Samothrace.
Au verso du magazine également, un cadrage efficace - se jouant de l'architecture du musée et de l'appui d'une rambarde au premier plan -, offre de fait au lecteur/spectateur, l'illusion d'une intimité rêvée : la Victoire et son vaisseau restaurés apparaissent transfigurés, dans leur nouvelle scénographie. En haut du fameux escalier Daru, lui aussi toiletté, elle est donc revenue se poser. Avec la disparition du bloc qui la surélevait, elle retrouve le contact originel, qu'elle avait perdu, sur le pont du navire qui la portait. C'est maintenant la base qui a été posée sur un socle pour l'isoler du sol. Le monument a aussi reculé légèrement, vers le mur, pour faciliter le passage du public.
Un beau portfolio placé au coeur de la revue, amène le regard à s'attarder longuement sur des détails sculptés insoupçonnés : effets de plis dans la tunique (chitôn), du plus lourd au plus léger ; transparence et fluidité ; le manteau (himation) qui s'affaisse ; le corps se lit à travers le drapé mouillé ; trois plumes réintégrées et une paire d'ailes déployées. Vent et embruns de Samothrace sanctuarisés dans la pierre soigneusement nettoyée.
L'un des intérêt de ce hors-série est de fixer les étapes essentielles qui font passer la Victoire, rapatriée de Samothrace en 1864, du rang de statue à celui de monument. Première exposition en version mutilée (sans buste ni ailes), salle des Caryatides de 1866 à 1880 (clichés documentaires du XIXe siècle très intéressants). La claire identification des fragments de la proue, restés sur place, par des archéologues Autrichiens en 1873 et 1875, fait naître l'idée de la reconstitution de l'ensemble ; rapatriement des blocs ; première restauration achevée en 1883 puis son placement dans un décor un peu chargé, à son endroit actuel ; les années trente allègent la présentation générale, mais la statue restaurée en 1934 est maladroitement surélevée, un bloc intermédiaire assez disgracieux l'isole de sa base.
Après la virtuosité sculptée, le lecteur prend peu à peu la pleine mesure de la prouesse technique que l'assemblage périlleux de cet ex-voto géant a pu nécessiter : la statue, faite de six blocs de marbre blanc de Paros, vient se poser sur un navire composé de dix-sept blocs de marbre gris veiné de blanc, originaire de Rhodes. L'ensemble a-t-il été sculpté en un même lieu, où et pour qui ? Autant de questions qu'on a tenté d'élucider. Onze mois de restauration, de recherches et d'études qui sont racontées, en entretien croisé avec Ludovic Laugier, conservateur du patrimoine, Daniel Ibled, directeur du chantier et Sandrine Pagès-Camagna, ingénieur de recherche.
Marianne Hamiaux du département des antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre, évoque, quant à elle, tous les tâtonnements d'une archéologie balbutiante, à la fin du XIXe siècle, dont les errements autant que les réussites (coopération archéologique franco-autrichienne) ont forgé notre vision de l'oeuvre. L'imagination se perd au milieu des îles de la mer Egée, sur les côtes thraces, dans le site du riche et très ancien sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace, où la statue est mise au jour le 15 avril 1863, par un tourangeau épris d'archéologie, consul intérimaire et téméraire en poste à Andrinople, Charles Champoiseau. Les ruines, patiemment fouillées, après lui, contiennent encore les fondations de l'enceinte du monument (14 x 10 mètres), à partir desquelles se fondent aujourd'hui d'hypothétiques reconstitutions (p. 36-37).
Offrande commémorative probable d'une victoire navale, oui mais personne ne sait vraiment laquelle. Quant au destinataire ou à l'auteur ? Aucune pierre de dédicace retrouvée. En revanche, son style semble parler pour elle. Baroque hellénistique, tant l'oeuvre fait penser, par son traitement des drapés et des ailes, à la gigantomachie sculptée en haut relief sur le grand autel de Pergame (première moitié du IIe siècle avant J.-C.), visible à Berlin ; De même, pour la comprendre faut-il s'approcher, comme le propose Ludovic Laugier, d'autres oeuvres de la même période : la Vénus de Milo, sa compagne du Louvre, découverte en 1820 dans l'île de Melos ; Aprhrodite et Pan, découverts à Délos en 1904 (Musée national archéologique d'Athènes) ; le délicieux hermaphrodite endormi sur un matelas imaginé par le Bernin au XVIIe siècle (p. 48, oeuvre romaine du IIe siècle ap. J.-C., d'après un original grec du IIe siècle av.J.-C.) ; une plaque de la frise du temple d'Artémis Leucophryène à Magnésie du Méandre (Turquie), jusqu'au portrait romain en marbre d'Alexandre le Grand, d'après un original en bronze de Lysippe, créé vers 320 av. J.-C.
Devant tant de beauté sensuelle et d'insondables mystères, une seul certitude s'impose : le Louvre reste l'un des majestueux dépositaire de ce que la Grèce a encore à nous dire. Courons voir cette Victoire nouvellement réinstallée.
Pour aller plus loin, voir la liste : La Victoire de Samothrace, redécouvrir le chef-d'oeuvre du Louvre (10 livres)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
colimasson
  10 juillet 2015
La restauration au Louvre de la statue représentant la Victoire de Samothrace donne l'occasion d'observer cette oeuvre sous un autre angle. le hors-série du magazine « L'Objet d'art » revient sur l'histoire de la découverte de la statue, interroge les experts chargés de la restauration et donne les éléments nécessaires et suffisants pour comprendre son histoire dans le contexte de la Grèce Antique.
On apprendra ainsi que cette statue aurait pu être une offrande rhodienne, érigée peu après 190 avant J.C. à l'issue de la victoire des puissances de Samothrace, Rome et Pergame contre le roi de Syrie, Antiochos III. Elle marquerait alors le nouvel ordre du monde en Méditerranée orientale.

Un portfolio permet d'observer la statue sous tous ses angles et nous aurons également droit à un petit cours de sculpture comparée pour mieux comprendre les spécificités de cette sculpture et les marques inévitables de la civilisation qui l'ont vu naître.

Le panorama est exhaustif et plaisant à lire mais n'apaisera pas les curiosités les plus aguerries.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AlzieAlzie   25 juillet 2015
"La Victoire de Samothrace fait sans nul doute partie de ces oeuvres un peu particulières, de celles que nous reconnaissons commodément et dont la silhouette nous est familière, sans pour autant en connaître toute l'histoire. Après sa restauration, tout se passe comme si on la redécouvrait d'un oeil neuf : sa composition fougueuse semble plus intense, le contraste entre le marbre gris veiné du bateau et le marbre blanc de la statue, patinés par les siècles, redevient une évidence. Une restauration ne réinvente pas un chef-d'oeuvre mais parfois elle le révèle : tout y paraît familier et nouveau à la fois. Le bateau qui sert de base au monument, dont la silhouette était auparavant difficile à lire, s'impose dorénavant comme une composante forte de l'ensemble. Certains se demandent d'ailleurs si l'on n'a pas installé le navire en salle pour la première fois en 2014." (Ludovic Laugier). (p. 39)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
colimassoncolimasson   10 juillet 2015
Victoire, Nikè pour les Grecs, descend de l’Olympe pour annoncer le choix de Zeus, le camp du vainqueur. C’est son rôle pour tout type de compétition, cet agôn au cœur des valeurs de a civilisation hellénique.
Commenter  J’apprécie          50
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur max de sarah cohen-scali

Le point de vue est-il?

omnicient
externe
interne
demi-pensionnaire

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thème : Max de Sarah Cohen-ScaliCréer un quiz sur ce livre