AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00UEKH5FY
Éditeur : Gallimard Jeunesse (30/11/-1)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Voici un choix délectable de quarante-deux fables, celles que vous croyez connaître déjà si bien, celles que vous avez envie de retrouver, celles que vous découvrirez. Toute la saveur, la drôlerie et la sagesse de La Fontaine, mises en scène par Roland et Claudine Sabatier. Au format de vos poches et tout en couleurs.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Otma
  20 juin 2016
Un livre très sympathique, qui permet de découvrir certaine fable qui ne sont pas connu mais aussi de retrouver celle que l'on connait.
L'écriture des fables La Fontaine reste sans égal et c'est toujours un plaisir de les lire.
De plus le livre est composé de multiple illustrations qui sont magnifique.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
OtmaOtma   18 juin 2016
Le Coq et le Renard

Sur la branche d'un arbre étroit en sentinelle
Un vieux Coq adroit et matois.
"Frère, dit un Renard, adoucissant sa voix,
Nous ne sommes plus en querelle.
Paix générale cette fois.
Je viens te l'annoncer ; descend, que je t'embrasse.
Ne me retarde point, de grâce ;
Je dois faire aujourd'hui vingt postes sans manquer.
Les tiens et toi pouvez vaquer,
Sans nulle crainte, à vos affaires ;
Nous vous y servirons en frères.
Faites-en les feux dès ce soir,
Et cependant viens recevoir
Le baiser d'amour fraternelle.
-Ami, reprit le Coq, je ne pouvois jamais
Apprendre une plus douce et meilleure nouvelle
Que celle
De cette paix ;
Et ce m'est une double joie
De la tenir de toi. Je vois deux Lévriers,
Qui, je m'assure, sont courriers
Que pour ce sujet on envoie :
Ils vont vite, et seront dans un moment à nous.
Je descends : nous pourrons nous entre-baiser tous.
-Adieu, dit le Renard, ma traite est longue à faire ;
Nous nous réjouirons du succès de l'affaire
Une autre fois." Le galand aussitôt
Tire ses grègues, gagne au haut,
Mal content de son stratagème.
Et notre vieux Coq en soi-même
Se mit à rire de sa peur ;
Car c'est double plaisir de tromper le trompeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OtmaOtma   20 juin 2016
Le Lion et le Moucheron

"Va-t-en, chérif insecte, excrément de la terre !"
C'est en ces mots que le Lion
Parloit un jour au Moucheron.
L'autre lui déclara la guerre.
"Penses-tu, lui dit-il, que ton titre de roi
Me fasse peur ni me soucie ?
Un bœuf est plus puissant que toi :
Je le mène à ma fantaisie."
A peine il achevoit ces mots
Que lui-même il sonna la charge,
Fut le trompette et le héros.
Dans l'abord il se met au large ;
Puis prend son temps, fond sur le cou
Du Lion, qu'il rend presque fou.
Le quadrupède écume, et son œil étincelle ;
Il rugit ; on se cache, on tremble à l'environ ;
Et cette alarme universelle
Est l'ouvrage d'un moucheron.
Un avorton de mouche en cent lieux le harcelle :
Tantôt pique l'échine, et tantôt le museau,
Tantôt entre au fond du naseau.
La rage alors se trouve à son faîte montée.
L'invisible ennemis triomphe, et rit de voir
Qu'il n'est griffe ni dent en la bête irritée
Qui de la mettre en sang ne fasse son devoir.
Le malheureux Lion se déchire lui même,
Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs,
Bat l'air, qui n'en peut mais ; et sa fureur extrême
Le fatigue, l'abat : le voilà sur les dents.
L'insecte du combat se retire avec gloire :
Comme il sonna la charge, il sonne la victoire,
Va partout l'annoncer, et rencontre en chemin
L'embuscade d'une araignée ;
Il y rencontre aussi sa fin.

Quelle chose par là nous peut-être enseignée ?
J'en vois deux, dont l'une est qu'entre nos ennemis
Les plus à craindre sont souvent les plus petits ;
L'autre, qu'aux grands périls tel a pu se soustraire,
Qui périt pour la moindre affaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OtmaOtma   16 juin 2016
Le Corbeau et le Renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! Bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vus êtes jolie ! que vous me semblez beau !
San mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous être le phénix des hôtes de ces bois."
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie :
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute."
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura mais un peu tard, qu'o ne l'y prendrait plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OtmaOtma   20 juin 2016
La Belette entrée dans un grenier

Damoiselle Belette, au corps long et fluet.
Entra dans un grenier par un trou fort étroit :
Elle sortoit de la maladie.
Là, vivant à discrétion,
La galande fit chère lie,
Mangea, rongea : Dieu sait la vie,
Et le lard qui périt en cette occasion !
La voilà, pour conclusion,
Grasse, mafflue et rebondie.
Au bout de la semaine, ayant dîné son soû,
Elle entend quelque bruit, veut sortir par le trou,
Ne peut plus repasser, et croit s'être méprise.
Après avoir fait quelques tours,
"C'est, dit-elle l'endroit : me voilà bien surprise ;
J'ai passé par ici depuis cinq ou six jours."
Un Rat, qui la voyoit en peine,
Lui dit : "Vous aviez lors la panse un peu moins pleine.
Vous êtes maigre entrée, il faut maigre sortir.
Ce que je vous dis là, l'on le dit à bien d'autres ;
Mais ne confondons point, par trop approfondir,
Leurs affaires avec les vôtres."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OtmaOtma   20 juin 2016
La Cigale et la Fourmi

La Cigale, ayant chanté
Tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
"Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'oût, foi d'animal,
Intérêt e principal."
La Fourmi n'est pas prêteuse :
C'est là son moindre défaut.
"Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
-Nuit et jour à tout venant
Je chantois, ne vous déplaise.
-Vous chantiez ? j'en suis fort aise :
Eh bien ! dansez maintenant."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean de La Fontaine (112) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean de La Fontaine
Le Savetier et le Financier - La Fontaine - par Carolyne Cannella
autres livres classés : fablesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Fables de La Fontaine

A quel siècle a vécu Jean de La Fontaine ?

16ème siècle
17ème siècle
18ème siècle
19ème siècle

10 questions
213 lecteurs ont répondu
Thème : Jean de La FontaineCréer un quiz sur ce livre