AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221144678
Éditeur : R-jeunes adultes (13/03/2014)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 115 notes)
Résumé :
Shy a choisi ce job d'été pour mettre des sous de côté. Quelques mois à bord d'un luxueux navire de croisière vont lui permettre d'engranger les pourboires. Que demander de mieux ? Des bikinis à ne plus savoir où regarder, des buffets à volonté, et peut-être même une fille ou deux... Mais lorsque le tremblement de terre le plus destructeur jamais enregistré dévaste la Californie, le destin de Shy bascule. Et ce séisme n'est que le premier d'une longue série de désas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (68) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  10 août 2017
La couverture ne plaira peut-être pas à tout le monde cependant, je trouve qu'elle illustre à merveille le roman, notamment lorsque les éléments s'abattent sur le bateau dans lequel se trouve Shy, le héros, et d'autres personnes… Ces mains tendues, réclamant de l'aide, ainsi que ces débris flottant à la surface traduisent bien l'angoisse, la mort et le désespoir noyés par les flots ! Non, je vous l'accorde : ce ne sont pas des sujets très joyeux, mais avec du young adult post-apocalyptique, il ne faut pas s'attendre à quelque chose de joyeux. Finalement, avec « Au fond de l'eau » de Paula Hawkins que je viens de terminer et « Les Vivants », il y a presque de quoi développer une véritable phobie des eaux !
Dans cet ouvrage, on va faire la connaissance de Shy, un hispano-américain qui va travailler sur un paquebot richissime afin d'avoir de l'argent de poche. Plutôt sociable, il va rapidement s'attacher à quelques membres de l'équipage comme Rodney (un commis de cuisine), Kevin (un barman mannequin), Marcus (un danseur) et la belle Carmen (une animatrice de karaoké). Ensemble, l'ambiance de ce voyage est au beau fixe : on s'amuse tout en travaillant ! Pourtant, la plupart des clients ne sont pas toujours sympathiques, car ils sont fortunés et n'hésitent pas à exhiber leur bague de mariage ou à sortir de gros pourboires ! Mais cela n'entrave pas la bonne humeur de Shy, l'employé à tout faire, qui aide là où on le demande. le voyage aurait pu se passer à merveille si tout n'avait pas commencé par le suicide d'un homme vraisemblablement dément. Dès lors, les ennuis vont se succéder et vont progresser de façon crescendo. Il y a une véritable montée en puissance, avec du suspense, des éléments louches, des personnages au comportement bizarre et des morts sur le continent, jusqu'au moment où l'embarcation va subir l'assaut d'une violente tempête ! Ainsi, on distingue trois grandes parties. Dans la première, on découvre le quotidien sur le paquebot, on rencontre chaque protagoniste et on assiste à plusieurs rebondissements. Vient ensuite le tsunami et toute la dérive au milieu de l'océan. Quant à la dernière partie, elle tourne autour de la vérité puisque plusieurs révélations auront lieu. Pour ma part, je ne trouve pas la trame scénaristique lente ou ennuyante. Au contraire, je trouve cela fluide et bien construit.
Bien que jeune et assez naïf, Shy est un narrateur attachant qui a vécu des choses difficiles par le passé. Il n'est pas du genre à baisser les bras et fait de son mieux pour venir en aide à son prochain. J'ai plutôt adhéré à son caractère, sauf lorsqu'il focalisait totalement sur la jolie Carmen. Je ne comprends pas qu'au beau milieu de l'horreur, il ne pense qu'à cette fille non-stop… C'était assez lourd… Si, au bout de cent pages, on n'a toujours pas compris qu'il trouve Carmen magnifique et qu'il s'inquiète pour elle, c'est qu'il y a un problème ! Leur relation est assez spéciale : ensemble, ils sont à la fois touchants, drôles, un peu niais et complémentaires, mais ils vont également passer du temps à s'envoyer des piques ou à s'engueuler (il faut dire que Carmen est complètement noyée par ses sentiments…). Autre personnage féminin à fort caractère : Addison, alias « Addie », une fille de riche assez hautaine qui va se révéler de plus en plus sympathique au fil du périple. Elle aussi va avoir quelques échanges épicés avec le personnage principal ! Malheureusement pour eux, ils vont devoir mettre de l'eau dans leur vin s'ils espèrent survivre. du côté de ces messieurs, on notera Bill, un mystérieux homme en noir qui prend en filature Shy, ou encore « Cireur », un employé avenant et énigmatique…
En revanche, j'ai trouvé que certaines choses étaient attendues. Ayant déjà lu plusieurs ouvrages du genre catastrophe/post-apo', je n'ai pas été surprise par la vérité sur la maladie de Romero (un virus qui n'a, apparemment, rien à voir avec les zombies), certains personnages et la conclusion. Il est à noter que c'est mon ressenti personnel dû à une habitude du genre : il est bien possible que des lecteurs soient étonnés par les rebondissements ou par les révélations ! Cela ne m'a pas empêché de passer un moment haletant. D'ailleurs, j'ai trouvé la plume de Matt de la Peña simple, avec un peu de peps et des descriptions immersives. À plusieurs reprises, j'avais la sensation d'être aux côtés de Shy, sur le bateau, avec tous ces corps noyés ou blessés, ou encore au beau milieu de l'océan, avec les squales et la faim qui tient au ventre. Quelle horreur ! Si vous avez peur de l'eau ou que vous êtes une âme sensible, faites attention avec ce huis-clos aquatique où la Nature reprend toujours ses droits… Pour ma part, cette aventure en pleine mer m'a bien plu. Il y a toujours quelque chose qui arrive, que ce soit lié aux flots, aux Hommes ou aux animaux… C'est presque sans temps morts. Je suis vraiment curieuse de découvrir la suite de ce récit qui, d'après la quatrième de couverture, se passera sur la terre ferme. J'espère que l'on verra enfin ce qu'il s'est passé sur le continent, car cette question me trottait dans la tête tandis que les protagonistes avaient leur propre cataclysme à affronter… Bref, vivement la suite !

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MelM
  23 mars 2014
18/20
Avant toute chose un petit mot sur la couverture: elle est tellement plus belle en vrai! Superbe avec le titre en relief et tellement réaliste que j'ai passé beaucoup de temps à l'admirer. Et je dois vous avouer tout de suite que le contenu est tout aussi saisissant que le contenant....
Shy est employé par la Compagnie Paradis pour un job d'été tranquille et sans problèmes. Il pensait avoir décroché un job de rêve ayant en plus le mérite d'être bien payé, mais un "accident" inattendu ainsi qu'une conversation énigmatique vont n'être que le début du basculement de la vie de Shy dans le chaos.... le résumé est très alléchant et la lecture des premières pages l'ait encore plus, en effet, on découvre dès le prologue une intriguant beaucoup plus profonde que ce que laisse supposer ce simple résumé, il se trame clairement quelque chose de très important... Alors ce que l'on découvre nous laisse bouche bée, je vous promets! Impossible de s'ennuyer ne serait-ce qu'une minute, et pour cause...
James DASHNER et Simone ELKELES ont totalement raison dans leur avis concernant ce livre, il est magnifique et en même temps tellement terrible, on passe d'un extrême à l'autre en un clin d'oeil et avec une facilité déconcertante et je vous laisse deviner la cause de cela... L'écriture de l'auteur bien sûr, elle nous emporte avec une rapidité et une facilité étonnante dans son récit. L'écriture est fluide et suave, comme si l'auteur nous murmurait à l'oreille, et cela produit un effet immédiat: j'ai tout de suite eu l'impression de me trouver à bord de ce somptueux paquebot et de sentir moi aussi le paquebot tanguer sous mes pieds grâce à des décors magnifiquement bien décrits, de plus, làutejr laisse avec de nouveaux rebondissements et de nouvelles interrogations à la fin de chaque chapitre, de quoi nous faire saliver. Seule ombre au tableau, la rédaction à la troisième personne du singulier qui m'a donnée une légère impression de distance avec les personnages qui s'est heureusement atténuée au fil de ma lecture. Néanmoins, le découpage en chapitres courts et en jours permettent une lecture très structurée et rapide, ainsi qu'une histoire totalement HA-LLU-CI-NANTE!
Un récit follement addictif qui a fait faire les montagnes russes à mon petit coeur et à cause de laquelle je me suis triturée l'esprit pour découvrir ce qu'elle cachait, tellement intrigante et déroutante, elle ne ressemble à rien que j'ai pu lire jusqu'à maintenant et toute cette nouveauté et le mystère qui plane m'ont littéralement empêcher de refermer le livre plus de deux minutes à tel point que je l'ai lu en une journée tellement j'ai été happée par ce roman dans sa totalité. Vous êtes prévenus votre esprit sera kidnappé par ce roman si complexe qu'il occupera toutes vos pensées.
L'intrigue démarre sur les chapeaux de roues dès le prologue et un sentiment d'insécurité gagné immédiatement le lecteur, on comprend qu'il se trame quelque chose concernant l'homme à la calvitie et son étrange discussion avec Shy. Tout dans ce roman est propice à l'angoisse: l'homme à la calvitie, l'homme au costume noir, la maladie de Romero, l'atmosphère devient très vite lourde, angoissante et pesante à tel point qu'on ne sait absolument pas à quoi s'attendre... Et ce n'est que le commencement car la suite est pire, bien pire... Cependant, il va falloir attendre, car durant le premier quart du roman l'auteur installe l'histoire, les personnages et l'intrigue etc et pose les bases d'une intrigue maîtrisée d'une main de maître aux multiples facettes et j'ai passé toute cette partie à me poser énormément de questions à propos de la tournure que l'histoire allait prendre.
Et j'ai été servie... Nous affrontons avec nos personnages une catastrophe inimaginable où chacun est contraint de lutter pour sa survie, les émotions nous assaillent et les descriptions de la catastrophe sont saisissantes, nous plongeons avec les personnages au coeur de l'angoisse et de la terreur. Vont-ils s'en sortir? À quel prix? C'est un paysage d'apocalypse et de fin du monde qui s'offre à nous et il est vraiment impossible de lâcher le roman et on sent le noeud formé par la peur nous coincé la gorge tandis que les mots coulent sur le papier et que l'angoisse nous gagne toujours plus. Je vous préviens: ce livre c'est un méga concentré d'émotions! Toutes différentes mais toutes percutantes et qui prennent vraiment aux tripes. de plus, les rebondissements sont parfaits, étonnants et intrigants, ils m'ont laissée bouche bée plus d'une fois et parfois même totalement retournée. Tout semble lié à l'accident du prologue et à de mystérieuses îles cachées...
Les personnages sont eux aussi hauts en couleurs. Tout d'abord, il y a Shy, notre personnage principal celui que nous suivons tout à long du récit, un jeune Hipano-Américain d'origine Mexicaine auquel je me suis attachée au fil du roman. Il est sensible et intelligent et m'a parfois fait réfléchir avec des réflexions profondes très intéressantes sur la vie, il est vraiment très attendrissant et m'a donné très envie de le prendre dans mes bras et de le réconforter. Il y a aussi Addison (Addie) très froide et hautaine au premier abord, elle se révèle par la suite douce et gentille. Carmen prend aussi une place importante dans le récit et m'a convaincue directement par sa chaleur et sa gentillesse naturelles. Rodney, Kevin, Marcus, Cireur et les autres personnages secondaires sont néanmoins très intéressants aussi avec une personnalité qui leur est propre et un rôle bien défini, certains sont vraiment très intrigants et on ne sait parfois pas trop à qui on peut réellement se fier.
J'ai ressenti beaucoup d'empathie pour les personnages face aux événements qu'ils doivent affronter, surtout aussi jeunes, ils se battent contre une nature déchaînée et une mort certaine jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'espoir, et alors ils renoncent et j'ai eu envie de leur crier d'y croire encore, de se battre, que rien n'est jamais perdu! J'ai eu peur pour eux, j'ai vibrer avec eux et j'ai adoré tout ce que ce roman m'a fait vivre, et pourquoi? Parce que ce roman, c'est un roman dont l'intrigue se construit sans intervention de fantastique, une intrigue et une action qui paraissent totalement réels, qui pourraient être réels! Ça angoisse, ça fait trembler de peur mais surtout ça fascine.
Les révélations sont parfaitement horribles et m'ont laissé abasourdie devant une telle cruauté humaine et un tel égoïsme, les découvertes et rebondissements sont totalement déconcertants et le suspense intenable au fil de l'avancée dans le roman. Arrive alors la fin... Une fin aux révélations totalement inattendues et en accord avec le reste dur roman: apocalyptique mais pleine d'espoir. Cette fin c'est de la torture car il va falloir attendre pour avoir la suite et que je la veux le plus vite possible parce que l'auteur a une telle imagination que le dénouement de ce dyptique ne peut qu'être magistral.
Les + : l'action, les rebondissements et révélations, les émotions, l'écriture
Les -: une légère distance avec les personnages de part une écriture à la troisième personne du singulier
En conclusion, un excellent livre qui prend aux tripes de bout en bout, au cours duquel il est impossible de reprendre une respirations normale plus de deux pages de suite en raison d'une action au rythme effréné et de rebondissements et révélations qui vous laisserons bouche bée. Vos émotions seront mises à rudes épreuves et vous n'en sortirez pas indemne. Un pari réussi pour un auteur à suivre de près.
Lien : http://story-of-books.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
pititecali
  23 mars 2014
Se lit vite et fait passer un moment très sympa, mais je n'ai été vraiment passionnée que par 1/3 du roman, le reste m'ayant paru sympa, mais sans plus.

Encore un Collection R qu'il me fallait absolument. J'en espérais autant que La 5ème vague. du coup, j'en attendais peut-être un peu trop niveau action et sentiments passionnés à m'inspirer.
Entendons-nous bien, j'ai aimé ce livre. Rien de négatif à signaler, il m'a paru parfaitement bien mené, si l'on garde en tête que c'est un roman young-adult. Mais je dois vous l'avouer, complètement subjectivement, tout ne m'a pas totalement embarquée dans ce roman. Je n'ai pas été passionnée non stop, et j'ai eu des moments où j'ai juste "bien aimé", sans plus.
Sur le premier tiers, je me suis plutôt demandé où on allait, et quand ça allait se mettre en route. le début de l'histoire est loin d'être désagréable, mais à 100 pages sur 380, je trouvais que la mise en place était un peu longuette. Puis arrive le deuxième tiers, qui lui par contre m'a emballée au plus haut point. Alors là, dans cette partie, ça a été l'euphorie pour moi. le récit du naufrage et de ce qui le suit directement m'a scotchée à mon livre, et je ne l'ai pas quitté tout le temps que ça a duré. Il faut dire que j'ai toujours été passionnée par les récits sur le Titanic, et que j'ai grandement retrouvé ici le même genre d'ambiance. Ca, ce fut vraiment le pied pour moi.
Dans le dernier tiers, ça se tiédit un peu. Je ne raconte rien de l'histoire pour ne pas spoiler, mais je dois avouer que la trame secondaire qui se greffe sur la première (qui est donc, je le rappelle, le tremblement de terre et ses effets directs et indirects) m'a moins passionnée. Pas inintéressante, mais ça me semblait n'avoir tellement rien à voir avec les raisons qui m'avaient fait choisir ce livre, je me suis demandé ce que ça faisait là, un peu. La fin m'a également paru un peu fade.
Bref, je n'aurais pas pu mettre une note plus haute que 3/5, quand on sait que, si ça m'a plu globalement, il n'y a vraiment eu qu'un tiers du roman qui m'aura vraiment fait ressentir quelque chose de fort, et accrochée complètement.
Dans tous les cas, l'histoire reste intéressante tout du long. J'ai grandement préféré les passages concernant la trame principale, les effets dévastateurs de cet énorme tremblement de terre, enregistré d'une force au-delà de l'échelle de Richter, et la façon dont un jeune garçon, Shy, va les gérer. Certains passages sont assez durs, stressants, assez "choc" et ce sont bien ceux qui m'auront plu le plus. J'ai bien aimé également les relations entre les personnages, ceux qui tournent autour de Shy notamment, qu'il s'agisse de filles et de sentiments, ou d'hommes et d'amitiés, j'ai pris plaisir à les suivre.
Dans le détail :
- La couverture ; Bon ben pour le coup, une fois n'est pas coutume dans cette collection, je ne l'aime pas. La toute première pour laquelle j'ai un avis aussi négativement tranché. Je n'aime pas les couleurs, je la trouve un peu tristoune, pas spécialement esthétique... Mais bon, il faut avouer qu'en voulant la rendre représentative du contenu, il était difficile d'en fait quelque chose de magnifique. Et puis... Les goûts et les couleurs...
- le style : Comme toujours chez Collection R, ça se lit tout seul. C'est hyper fluide, pas simplet (bon ça n'a rien non plus de spécialement remarquable stylistiquement parlant, mais c'est très agréable à lire.) Un bon équilibre dialogue/narration. Une impression globale de simplicité, mais de qualité.
- Les personnages : J'ai bien aimé Shy, sans m'attacher particulièrement à lui toutefois. C'est un personnage qui m'a paru crédible dans ses réactions et actions, il n'est pas parfait, et ça ne le rend que plus humain. Les personnages secondaires sont tout aussi agréables à suivre. Je n'ai rien à leur reprocher. Néanmoins, aucun ne m'a vraiment touchée, émue, ou donné l'impression de m'identifier.
- L'histoire : Pour une partie du moins, je dirais "percutante". le naufrage est très bien raconté, très très prenant. Pour le reste, comme je le disais, j'ai trouvé l'histoire "sympa, mais sans plus". Je suis donc positive, mais pas complètement emballée. Disons juste que ça aurait pu être plus fort, plus incisif. J'essaie de ne pas trop perdre de vue qu'il s'agit de romans pour adolescents et que je dois les "juger" en tant que tels, mais je sais aussi que d'autres (comme La cinquième vague, justement) sont parvenus à me renverser totalement tout en restant dans cette catégorie, donc, je me dis que mes espoirs ne sont pas forcément posés trop "haut". Maintenant, si celui-ci m'a un peu moins concaincue, je n'ai aucun doute qu'il pourra passionner davantage d'autres personnes. Si vous pensez avoir des goûts proches des miens, vous devriez bien aimer ce roman, mais trouver qu'il lui manque quelque chose pour s'approcher du coup de coeur.
- L'édition : rien à redire, comme d'habitude dans cette collection. L'objet-livre est d'une belle qualité, une police de taille honorable et des pages épaisses, qui en font une lecture rapide malgré l'impression d'épaisseur du livre, une correction soignée, et toujours une couverture agréable à toucher, des reliefs, de la douceur...
Pour finir, je vous dirais donc que je vous conseille ce livre, si vous cherchez un moment de détente avec certaines scènes très prenantes, voire stressantes, et dans un ensemble plus qu'agréable. Maintenant si vous cherchez le prochain Pullitzer, évidemment, vous pourriez être un tantinet déçu, mais même dans ce cas, je suis certaine que vous y passerez des moments intéressants ;)
Cali
Lien : http://calidoscope.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Ancolie
  01 juin 2014
Shy est engagé pour l'été sur un paquebot de luxe. Ce qui le frappe directement c'est la différence de niveau de vie entre le sien et celui des passagers. Shy est originaire de San Diego et vit dans une famille aux moyens limités. Un soir, il assiste à un suicide pour le moins étrange, ce qui le bouleverse. Il compte alors sur ses nouveaux amis, Carmen, Rodney et Marcus pour faire face. Ce qu'il ne sait pas c'est que ce drame n'est que le début d'un enchainement qui va faire de cette croisière un véritable cauchemar. Un tremblement de terre d'une force jamais égalée ravage la côte californienne, des vagues énormes se jettent sur la bateau et plus rien ne sera comme avant...
Ce roman, estampillé jeunesse, se lit vite, avec un certain plaisir. Les personnages, bien qu'un peu caricaturés, dégagent de la sympathie. L'intrigue ne manque pas de rebondissements, on a là un bon roman catastrophe. Il manque, à mon sens, de la profondeur - l'histoire paraît un peu artificielle, trop rapide par moment et légère malgré le thème. La qualité d'écriture laisse un peu à désirer. Des défauts qui m'empêchent de considérer ce livre comme un incoutournable du genre.
Nénamoins, ne boudons pas notre plaisir, il est parfait pour lire en vacances quand les neurones sont surchauffées par le soleil et qu'une vague de fraîcheur est la bienvenue...
Merci à Babelio et aux éditions Robert Laffont pour m'avoir offert ce livre dans le cadre de Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MissJZB
  03 avril 2014
Au vu du résumé et de la couverture, Les Vivants promet une série de catastrophes qui vont nous en mettre plein les yeux, et en cela on ne peut pas dire que le roman n'ait pas rempli son office. En effet, même si j'ai trouvé le premier tiers lent et pénible, j'ai persisté à cause de l'écriture soignée jusqu'au fameux séisme Big One à partir duquel nous avons effectivement droit à un enchaînement de catastrophes, jusqu'à une fin que l'on voit venir dès le début, et c'est bien ça qui m'a principalement posé problème : la transparence du scénario… Celui-ci se découpe en trois phases aux contours visibles, la première, à cause de son approfondissement inutile à mon sens, venant saboter la tentative d'installation d'une sorte de théorie du complot.
L'histoire n'a rien de bien compliqué en soi, j'oserais même dire qu'elle est un condensé de scènes de films catastrophes vus et revus. Tout commence avec Shy, un jeune Mexicain vivant à la frontière des États-Unis dans une petite ville a priori sans histoire. Nous l'accompagnons sur un bateau de croisière où il va travailler pour financer ses études et nous révéler/rabâcher le drame personnel qu'il a vécu récemment. Là, il côtoie des clients riches et souvent beaux (surtout les femmes…), et il nous sert des descriptions très superficielles qui deviennent vite agaçantes au point que l'on a envie que la grosse catastrophe arrive et fasse un peu de morts pour apporter du vrai tragique.
Je n'ai pas vraiment vu l'intérêt d'étirer cette période de temps « normal » à cause de plusieurs raisons. Un, la psychologie du personnage principal est sympathique mais plutôt stéréotypée, elle ne nécessite donc pas qu'on suive Shy dans son quotidien sur autant de chapitres. Deux, certes une mini intrigue reposant sur un complot scientifique est mise en place, mais on insiste justement tant sur ce point que le lecteur devine d'avance en quoi cela va servir l'intrigue plus en aval.
Une fois qu'on passe le cap du Big One, les choses s'accélèrent et on découvre tout le talent de l'auteur qui, c'est indéniable, gère parfaitement le stress, la tension entre les personnages et l'enchaînement d'événements dynamiques. de ce côté-là, chapeau, rien à redire, Matt de la Peña reprend des ficelles connues de scénarios catastrophes, mais il les exploite avec soin et réalisme.
Lorsque l'on entre dans la dernière phase du roman, le bât blesse de nouveau, car l'effet de surprise n'est pas vraiment là. L'auteur nous a préparés à ce qui arrive en utilisant les nombreux questionnements de son personnage durant les temps morts normaux (phase 1) ou plus dramatiques (phase 2). de ce fait, même si l'action est présente, ainsi qu'un bon climat de suspicion, tout est beaucoup trop évident et facile…
Les Vivants est un livre bien écrit, la partie « catastrophes » est très bien gérée, hélas la construction du scénario est tellement grossière que le lecteur voit chaque pivot et chaque séquence de l'histoire en avance. Une lecture à réserver, donc, à un public adepte des films du genre qui veut une lecture-détente, mais en aucun cas mener une véritable enquête. À noter que le tome 2 semble parti pour intégrer une composante très horrifique à l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
LeslecturesdeLilyLeslecturesdeLily   03 avril 2014
Prologue
Shy est seul sur le pont Lune de Miel avec, en bandoulière, une glacière remplie de bouteilles d’eau fraîche.
Il attend.
C’est le sixième jour de son premier voyage à bord du bateau de croisière de la Compagnie Paradis au sein de laquelle il a décroché un job d’été : garçon de piscine le jour, et porteur d’eau la nuit. Un boulot peu reluisant, mais très bien payé. Suffisamment pour faire une réelle différence. Il calcule une fois de plus combien il aura gagné avant de reprendre les cours. Trois fois huit jours, plus les pourboires, moins les taxes. Assez pour aider sa mère, et en plus s’acheter des fringues ainsi qu’une paire de pompes. Peut-être lui restera-t-il même de quoi inviter une fille au restaurant.
Le jeune homme marche jusqu’au bastingage en imaginant le rendez-vous.
Une réservation dans un établissement chic. Avec des serviettes en tissu. Une jolie fille assise en face de lui dans un décor luxueux. Jessica, de l’équipe de volley-ball. Ou Maria, qui habite dans sa rue. Il offrira son plus beau sourire à l’heureuse élue, tandis qu’elle le regardera par-dessus son menu.
— Choisis ce que tu veux, dira-t-il. Quoi, tu n’as jamais goûté un terre et mer ? Vas-y, c’est moi qui invite.
La classe.
Quand le ciel est couvert la nuit, la lune n’est plus qu’une vague tache aux contours flous surplombant l’océan d’un noir d’encre. C’est à peine si on distingue où se termine l’air et où commence l’eau ; en revanche, on entend les clapotements réguliers contre la coque.
Encore une chose à laquelle Shy n’avait jamais songé avant de s’embarquer pour cette croisière de luxe. L’océan parle. Surtout la nuit. Des voix qui murmurent à ton oreille et jamais ne se taisent, pas même quand tu dors.
À tel point que tu as parfois l’impression de perdre la tête.
L’attention du jeune homme est attirée par un passager quittant le Grand Salon. Le temps que les épaisses portes en verre s’ouvrent et se referment, quelques notes de musique s’échappent sur le pont. À l’intérieur, une soirée dansante bat son plein : le traditionnel bal du Phare. Avec un véritable orchestre, des harpes, des violons et tout le tralala. Des centaines de riches sur leur trente et un bavardent en sirotant du champagne. Pour l’heure, le travail de Shy consiste à offrir de l’eau à toute personne sortant prendre l’air.
Comme ce type d’âge mûr, dégarni et habillé d’un costume deux fois trop petit pour lui.
Shy s’avance rapidement à sa rencontre et demande :
— Désirez-vous de l’eau fraîche, monsieur ?
Le passager contemple quelques secondes la bouteille parsemée de gouttelettes glacées d’un air hagard. Puis un sourire éclaire son visage. Il extirpe de son portefeuille un billet plié qu’il tend à Shy entre deux doigts blancs et boudinés aux veines apparentes.
— Désolé, monsieur. Il nous est interdit de…
Mais il n’a pas l’occasion de finir sa phrase.
— Ah bon ? Allez, prends-le, gamin.
Après une courte pause, pour la forme, Shy s’empare de l’argent et le range au fond de sa poche. Comme chaque fois.
L’homme débouche la bouteille, boit une longue gorgée et s’essuie la bouche d’un revers de manche.
— J’ai consacré ma vie à faire ce qu’il fallait pour en arriver là, dit-il, les yeux dans le vide. Je suis l’un des meilleurs scientifiques dans mon domaine. Cofondateur de ma propre entreprise. (Il se tourne vers Shy.) Assez riche pour acheter des maisons de vacances dans trois pays différents.
— Félicitations, monsieur…
— Arrête ça !
Shy le dévisage, perplexe.
— Arrêter quoi ?
— De me passer de la pommade. (Il secoue la tête en affichant une moue dégoûtée.) Dis-moi plutôt quelque chose de vrai. Que je suis gros, par exemple.
Confus, le garçon porte son regard sur l’océan.
Sûr, ce type est gros, mais si Shy a tiré une leçon de ses premiers jours de boulot, c’est que les passagers d’une croisière de luxe n’ont que faire de la vérité. Ils veulent qu’on les brosse dans le sens du poil. « Pâme-toi devant eux, et ramasse l’argent. » Telle est la devise de Rodney, son compagnon de cabine. Toutefois, ce gars-là semble différent.
L’homme pousse un profond soupir.
— D’où viens-tu, gamin ?
— San Diego.
— Tiens donc, de quel côté ?
Shy change la glacière d’épaule.
— Otay Mesa. C’est un tout petit village. Je doute que vous en ayez entendu parler, monsieur.
Son interlocuteur laisse échapper un rire amer.
— Et tu me félicites ? (Il secoue la tête, une fois de plus.) Quelle ironie.
— Pardon ?
Il agite la main en direction de Shy et rebouche sa bouteille.
— Je connais bien Otay Mesa. C’est un peu plus bas, sur la côte.
Shy acquiesce. Il ignore où ce type veut en venir, mais Rodney l’a aussi prévenu que ces gens se montraient parfois particulièrement excentriques. Surtout ceux qui, à trop boire de vin, arborent sur les dents de vilaines taches rouges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nightsreadingsnightsreadings   21 février 2016
« Le soleil brûlant est haut dans le ciel, ce qui signifie qu'il a dormi plusieurs heures. L'air est chaud et sec. Quant à l'océan, il est presque plat sous le ciel le plus bleu que Shy ait jamais vu. Un ciel de carte postale.

C'est alors que tout lui revient.

Les vagues gigantesques, le bateau en feu, la Californie ravagée, sa famille... A l'heure qu'il est, il devrait être sur le pont Lido, à fournir des serviettes aux passagers, des clubs pour le minigolf... A mater les jolies femmes en bikini, y compris les mères de famille. Et à attendre que Carmen vienne papoter cinq minutes en buvant son café. Sauf que le pont Lido n'existe plus, car l'intégralité du navire repose à présent au fond de l'océan Pacifique tandis qu'il est seul perdu en mer. Sans aucun autre survivant à l'horizon. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MariloupMariloup   19 août 2014
Il obéit, tandis que son cœur se gonfle doucement. A cause de ces quelques mots. Parce qu'il sent les doigts de la jeune fille se mêler aux siens. Et parce qu'il comprend à présent, la chance qu'il a d'avoir vécu en ce monde. Jamais, il ne pourra utiliser le pistolet pour mettre fin à ses jours. Ou à ceux d'Addie. Le monde n'aura qu'à s'en charger, si c'est ce qu'il désire. Et, alors que son esprit continue de s'éloigner de son corps, il prend conscience d'une dernière vérité. Le monde est vivant, lui aussi. Il tourne autour de toi et défile devant tes yeux, si vite qu'il t'ait impossible de le voir, et en même temps aussi lentement qu'un arbre en train de croître dans un parc. Tous les sons que tu entends _ le vent qui te siffle dans les oreilles, le murmure de l'océan et l'eau qui clapote contre la coque du bateau _, c'est le sang de la terre qui coule dans des veines imperceptibles, et certaines de ces veines ne sont autres que des gens tels que toi, Shy, Carmen, ou Addie. Et quand la fin arrive, elle a l'odeur de la rosée et de l'eau salée, et le monde qui t'entoure prend la forme d'un homme. Un homme qui braque dans tes yeux la lumière d'une lampe torche, s'agenouille à côté de toi, te caresse la tête et te dit:
_ Tu vas t'en tirer, mon gars. Allez, viens.
Et il te prend dans ses bras et t'emporte tel un enfant dans une grotte où tu pourras retourner à la terre riche et fertile. La terre d'où tu viens et à laquelle tu appartiendras pour toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   04 août 2017
Shy cesse d'essayer de comprendre et reporte son attention sur la calvitie de son interlocuteur. Elle commence moins de trois centimètres au-dessus de l'oreille et s'étend sur tout le dessus de la tête. Il a rarement observé une tentative de dissimulation aussi pathétique. Le gars croit qu'une pauvre mèche de cheveux filasse va suffire à couvrir son crâne d'œuf. Celui lui rappelle la logique des tout-petits, et la façon dont son neveu Miguel se cachait autrefois le visage dans un coussin, convaincu que quand il ne voyait pas les personnes qui l'entouraient, celles-ci ne pouvaient pas le voir non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SaiwhisperSaiwhisper   05 août 2017
Le garçon lance le sac de papier à son camarade.
- Quoi, tu m'as acheté un cadeau ? Qu'est-ce que c'est ?
- Que voudrais-tu que ce soit ?
Rodney regarde le plafond et se tapote le menton en faisant mine de réfléchir. Puis il répond :
- Et si je te disais une magnifique jeune femme en petite tenue ?
Shy s'esclaffe :
- Pour qui me prends-tu ? Un faiseur de miracles ?
- Je plaisante, mon pote. Tant pis si elle n'est pas magnifique. Je ne suis pas difficile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Video de Matt de La Peña (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Matt de La Peña
Interview de Matt de la Pena (en anglais)
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2684 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre