AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0000DLBEJ
Éditeur : Defontaine (30/11/-1)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
203 pages - quelques illustrations en noir et blanc hors texte. Etat d'usage Couv. convenable Quelques rousseurs In-8 Carré Broché Illustrations de Pierre le Trividic - EXEMPLAIRE N°808/500 SUR ALFA MOUSSE.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gill
  19 juillet 2018
Un peu par hasard dans l'ordre de mes lectures, ainsi que dans l'ordre chronologique de l'écriture du tryptique auquel il appartient, le recueil "Contes fervents" (1948) vient après celui de "Contes amers" (1937) et de "Contes sauvages" (1938).
Jean de la Varende nous offre ici ce qu'il appellait une "suite romanesque", ce que que l'on nomme ajourd'hui un recueil de nouvelles.
Il se compose de huit récits : "La Pinsonnière", "Comte Philippe de Meyerdorff", "Vieille dame", "Le Boscranes", "La grande chue", "Un meurtrier", "Marie-Bourgogne" et "Gaby Saphir".
Jean de la Varende va puiser profond aux racines de la terre normande pour en extraire la plus magnifique des littératures.
Il se place comme le dernier grand conteur de la plus vieille des traditions normandes.
Sa plume n'a pas son pareil pour peindre les paysages et pénétrer les mystères de l'âme humaine.
Peut-être peut-on lui reprocher de parfois trop en faire.
La frontière est mince entre la beauté, l'émotion et le pathétique.
Reste que l'ensemble est époustouflant.
"La Pinsonnière" est un aimable conte grivois à lire entre les lignes.
Le jeune Antoine de Malterre, décidé à rattrapper ses examens de droit, s'est retiré à la Pinsonnière.
Mais la coquette demeure n'a pas été conçue pour y être studieux mais plutôt pour y être amoureux ...
"Le comte de Meyerdorff" est une fable, un portrait à la fois léger et profond.
Philippe de Meyerdorff part à la la rencontre du dernier de ses oncles connus, qui, hasard des héritages, fut moins bien né que lui ...
"Vieille dame" est un hommage à la grandeur de l'âme féminine.
Madame de Saint-Fulbaire, autrefois jeune femme bafoufée, devenue aujourd'hui vieille dame respectable finit par pardonner.
Achille Barusse, vague bâtard surgi de nulle part, sera l'instrument de son pardon ...
"Le Boscranes" est le passage obligé de tout recueil normand, la querelle entre Madeleine Squameuse, propriétaire du petit manoir du Bois-aux-Rânes, et maît' Bernier, le fermier locataire des terres attenantes.
Celui-ci était un mauvais homme ...
"La grande chue" est, puisqu'il en faut généralement un, le texte faible de l'ensemble.
Un homme court après le destin dans un paysage enneigé ...
Le récit, confus, n'arrive pas à accrocher le lecteur.
"Un meurtrier" est un drame de la campagne, si simple, si tragique et si ordinaire qu'il ne peut appartenir qu'au monde des hommes.
Son témoin est Jacques de Malterre ...
"Marine-Bourgogne" est une fine et belle tragédie de la campagne.
Marie est arrivée, sans papiers, sans situation et sans mémoire, de Bourgogne avec un enfant dans le ventre.
Sa force et sa puissance en imposent ...
"Gaby Saphir" est l'histoire pathétique, un peu manquée d'une infirmière de guerre dévouée ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   16 juillet 2018
Quant aux bureaux, ils s'étriquaient si fort qu'on y eût à peine écrit une lettre - tout juste un billet, et doux.
Travailler un examen de droit, là-dessus ?
Un Pandecte et un Dalloz eussent suffi pour en fausser l'abattant ! ...
Commenter  J’apprécie          220
gillgill   19 juillet 2018
- Mon oncle, laissez-moi m'en occuper, laissez-moi ... je puis facilement ... Ma mère l'eût certainement fait !
- Merci, Philippe, -répondit Fleurville gravement- de ma soeur, peut-être aurais-je accepté, mais de mon neveu, non.
L'aide ne remonte pas ...
Commenter  J’apprécie          160
gillgill   19 juillet 2018
Il se pourrait qu'il n'y eût au monde qu'une somme mesurée de souffrance, et, qu'en se ployant à la douleur, en en prenant sa part, on soulage quelqu'un, là-bas, très loin ou tout près, d'un peu de son fardeau, de son angoisse, de son martyre ...
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   19 juillet 2018
Tout cela n'était qu'un bien petit bonheur, bien menu, si infime qu'il aurait dû glisser entre les meules du destin ...
Commenter  J’apprécie          30
gillgill   16 juillet 2018
D'ailleurs, parler de soi fait "province" ou "littéraire" ...
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : sans-papiersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1597 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre