AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0064LFEZK
Éditeur : Grasset (01/01/1950)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Le maire de Boncourt, Georges Chapelle est le demi-frère d’une riche héritière, le bâtard mal accepté qui vivote dans le château familial. Sa belle servante, Gabrielle, est mal mariée et s’enfuit avec un musicien forain. Monsieur Georges finit par les retrouver et leur offre l’hospitalité dans un nouveau logement, hors de portée de sa demi-sœur. Ils forment une communauté sévèrement jugée de l’extérieur ; l’auteur cependant leur accorde l’indulgence plénière : ce gr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gill
  08 septembre 2016
Comme , lors d'un long dimanche d'automne, l'on s'attarde avec plaisir dans la campagne normande si belle, j'ai aimé flâner et musarder au fil des pages de ce magnifique roman.
Ouvrir un livre de Jean de la Varende est toujours un plaisir anticipé qui n'est que rarement déçu.
L'écriture du vieux gentilhomme est élégante.
Son propos, souvent, respire l'odeur de la lourde terre normande à laquelle se mêle parfois quelques plus fraîches effluves venues de la mer.
Ce roman est un beau roman, un roman venu du coeur.
C'est le roman triste du pardon et de l'amour.
Georges Chapelle a 62 ans.
Il est le maire de Boncourt-la-Vallée, président du club de chasse et châtelain du lieu.
Il est le fils, bâtard à la mode normande, du grand Chapelle, légendaire brasseur d'affaires qui faisait sourdre la richesse autour de lui.
Mme Olmer, sa demi-soeur, est une maîtresse femme.
Elle lui a pourtant, car ses intérêts la portent ailleurs, abandonné les rênes du domaine, de la laiterie et de la scierie ...
Ce roman en trois parties, tel une armoire normande grande à loger une salle de bain parisienne, s'avance comme un meuble massif construit, en quelques coups de mailloches, de quelques planches chevillées.
Mais comme sur le vieux meuble, à y regarder de plus près, on y découvre d'élégantes ciselures, de fines émotions et de délicates moulures.
La foudre, une nuit, est tombée sur le domaine.
Gabrielle, qui est l'âme de la maison, quittant son mari Jules, le chauffeur toutes mains, a fui avec Samuel Maret, un musicien, le maestro d'un cirque de passage.
Elle est rattrapée à l'auberge du Cheval-Blanc de Thibeauville.
Pour qu'elle reste, Mr Georges décide de s'arranger avec la moralité.
Ce qui ne sera pas du goût de Mme Olmer ...
La chronique familiale devient drame et le drame, basculant dans une tristesse indicible, verse finalement dans la tragédie.
Jean de la Varende nous offre un magnifique ouvrage, plein d'émotion, où son style s'épanouit et s'attarde au détour des phrases.
"Indulgence plénière", roman peu remarqué dans son oeuvre, est pourtant un livre magnifique qu'il serait dommage d'avoir délaissé ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   08 septembre 2016
Il avait en face de lui son vice-président, un expert rural, maire comme lui, et, à sa droite, le curé Meslay, un fusil qui ne ratait point, une fourchette qui ne chômait pas, et une langue qui ne déguisait guère ... M.Georges l'aimait beaucoup ...
Commenter  J’apprécie          180
gillgill   08 septembre 2016
Elle abandonna une énorme quantité de linge, amusée par l'avidité secrète de Gabrielle, qui en vraie normande, n'estimait une maison que par rapport à ses serviettes, draps et nappes.
La petite femme disparaissait sous les piles blanches, prouvant en fait la force que dissimulaient sa sveltesse et ses jolis aplombs.
Elle véhiculait cinquante kilos de linge calandré aussi aisément qu'une douzaine de torchons ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gillgill   05 septembre 2016
- Non, j'ai des révoltes, mais je ne suis pas un révolté.
J'ai des accès de fièvre, mais qui s'espacent.
Cinquante ans de réflexions, cela use ; l'humiliation est une rude râpe, une sacrée lime !
Je ne me révolte plus, en tous cas, contre vous.
Cela que nous venons de sentir passer, c'est le bourbillon de l'abcès.
Je vous ai pardonnés, depuis longtemps.
Cela t'agace, mais mon pardon vous est acquis, et c'est ma supériorité ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   08 septembre 2016
Dieu l'avait exaucé. Il ne faut pas tenter Dieu ...
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : chronique familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1097 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre