AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253061921
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1993)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Nez-de-Cuir (Roger de La Tainchebraye) règne sur une cour innombrable en Normandie. Et l'on ne connaît guère de femme qui ait longtemps résisté à son charme. Sa prestance, son regard de feu, son audace resplendissent sur un fond de triste légende : il porte un masque de cuir pour cacher l'horrible blessure reçue pendant les guerres de l'Empire et il séduit pour se rassurer...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
gill
  14 octobre 2014
Frotté* étant mort, fusillé à Verneuil, Napoléon proposa à quelques gentilshommes de Normandie, puisqu'il n'y avait plus de chouans, la gloire et la guerre.
Roger Tainchebraye tomba en Champagne, aux côtés de son piqueur.
Ce dernier, qui n'avait rien qu'une estafilade à travers la lèvre, fouilla les morts à coups de bottes et, parmi les cadavres, reconnut son maître à sa ceinture.
Vivant, sa tête n'était plus qu'une bouillie sanglante.
Le piqueur acheta à Beauvais un cercueil qu'il ficela sur le toit d'une voiture.
Et dans un extraordinaire cortège de blessés, de bancals et de bancroches, il ramena son maître à son château du pays d'Ouche.
Alors, vint la guérison, grâce à la puissante constitution du jeune homme mais aussi aux soins d'un étrange médecin-major, en convalescence lui-aussi d'un mystérieux mal.
Un jour, Roger se dressa, soudain, athlétique, quoiqu'un peu maigre encore et sa plus terrible blessure disparaissait sous un large loup noir.
Tainchebraye était de retour !
L'on en parla depuis Valognes jusqu'à Rouen.
La légende du beau jeune martyrisé, du jeune seigneur pantelant, avait couru et grossi et toutes les jeunes filles regardaient les fenêtres voilées.
Mais, de ce jour, le jeune seigneur, accumulant les conquêtes féminines, ne fut plus gouverné que par son désir.
Ce n'était plus, aujourd'hui, Hélène de B...abandonnée, peut-être Sylvie de Chenestre, Lise d'Orlandhes ou Sébastienne de Montceau et très certainement, demain, Marie-Madeleine de Hautemer !
Seule, Judith de Rieusses semblait devoir résister à la séduction du jeune seigneur.....
Moins passionnant, de style moins flamboyant que bien d'autres récits de Jean de la Varende, "Nez-de-cuir", paru en 1936, est pourtant un ouvrage central de son oeuvre.
Peut-être aussi est il le plus connu.
L'ombre du grand-oncle est omniprésente dans l'imaginaire littéraire de l'écrivain normand.
La silhouette d'Achille Périer de la Genevraye, car tel est le véritable nom de "Nez-de-cuir", se dresse partout dans le château familial de Bonneville.
Le personnage romanesque apparaît dans la double-nouvelle "Le caducée", dans plusieurs récits, dans "Man d'Arc puis réapparaît dans " "le centaure de Dieu", dans "Coeur pensif".
Mais le récit de ces tumultueuses amours n'est pas, à mon avis, si bien réussi.
Il semble s'étirer, rendant parfois fastidieuse une lecture dont l'intérêt n'est pas soutenu par le style élégant et flamboyant auquel nous a accoutumé Jean de la Varende.
Peut-être trop personnelle pour être richement retranscrite, cette histoire romanesque à souhait, est pourtant plaisante.
Peut-être a-t-elle trop vieilli ?
En 1937, une adaptation cinématographique est réalisée par Yves Allégret avec, je vous le donne en mille, dans le rôle du gentilhomme d'amour le formidable et non moins attendu Jean Marais.
Françoise Christophe y campait une troublante Judith de Rieusses.
* Marie Pierre Louis de Frotté fut le meneur historique de la chouannerie normande
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
moravia
  20 février 2013
Je partais dans cette lecture plein d'espoir.
Quand un écrivain se regarde écrire cela donne parfois : Nez- de- Cuir.
Pas terminé.
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIED
  27 mars 2013
Je n'ai pas vraiment accroché.....
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   29 août 2014
Défunt "nez de cuir" survit dans la mémoire des humbles comme un grand trouble historique. Il y a trente ans nulle histoire paysanne de force, de guerre ou d'amour, ne se passait de lui, de sa forme vigoureuse et mutilée.
Quant aux gentilshommes ?
Le fantôme masqué du comte de Tainchebraye les poursuit encore, les poursuivra toujours...et pour cause !....
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   27 mars 2013
Tainchebraye tomba en Champagne entre son frère de lait et son piqueur. Ce dernier n’avait rien, rien qu’une estafilade qui de ses deux grosses lèvres en faisait quatre ! Revint au soir, enragé et pleurant, pour retrouver le corps de son jeune maître (vingt ans !). Il fouilla les morts à coups de bottes et le reconnut à sa ceinture... Ah... bon Dieu ! la tête n’était que bouillie sanglante, et, sur le corps déshabillé par le sabre, rien que du sang, toujours, et des lambeaux mous. Le piqueur colla son oreille sur la plaie du cœur et l’entendit battre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   27 mars 2013
Il y a trop longtemps que je mène cette vie de fou — il parut se décider à un aveu si dur qu’il s’en courbait et que la jeune fille en eut peur. Il se penchait — j’ai vraiment, écoutez Judith... perdu mon âme, articula-t-il... Je ne suis qu’un corps animal, qu’un corps... et en perdant mon âme j’ai perdu l’âme des autres... comprenez-vous? Je n’ai plus qu’un corps que rien ne gouverne autrement que son désir, son appel, que j’ai cru noble, jadis, mais que maintenant je ne discute même plus... seul ce qu’il veut est bien...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   27 mars 2013
Roger ne cherchait jamais l’amour pour l’amour, mais seulement pour la victoire... Mieux que la victoire, la preuve. Plus difficile était la conquête, plus la réussite devenait rassurante
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : Normandie (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
246 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre