AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2876834561
Éditeur : la Compagnie littéraire (25/05/2014)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 10 notes)
Résumé :
ValL travaille, elle a une famille, un mari, un jeune fils. Elle a donné le change tant qu'elle a pu, mais au prix de la pire solitude intérieure. Et puis, un jour, c'est le diagnostic: "Bipolaire à tendance schizophrène" ! Symptômes présents, dépressions cycliques, médicaments depuis longtemps déjà ... " Avouer sa maladie est un grand pas vers la guérison ", nous dit l'auteur, Valérie Labasse-Herpin. Et c'est, là aussi, le but de l'écriture. ValL bipolaire ... et p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Aryia
  08 septembre 2017
Je ne lis pas souvent de témoignages, mais lorsque j'ai vu celui-ci dans les partenariats Livraddict, je n'ai pas hésité. Pourquoi ? Parce qu'il s'agit d'un témoignage d'une femme atteinte de deux troubles psychiatriques (la bipolarité et la schizophrénie) et que, vous l'aurez compris, c'est un sujet qui me touche personnellement et m'intéresse donc particulièrement. de plus, il s'agit d'un témoignage assez court, d'une centaine de pages, et vu mon emploi du temps chargé du moment, cela me semblait idéal ! Bref, j'attendais plutôt beaucoup de ce témoignage … et je dois bien avouer que je ne sais finalement pas trop quoi en penser.
Valérie souffre donc de bipolarité. Qu'est-ce que le trouble bipolaire ? Pour résumer simplement, il s'agit d'une maladie psychiatrique (n'ayons pas peur de ce mot) qui entraine des variations cycliques d'humeur disproportionnées. C'est-à-dire que, pendant quelques mois par exemple, la personne malade va ressentir une exaltation proche de l'hystérie, d'une excitation incontrôlable … phase qui sera suivie d'une période dépressive. Et le cycle reprend à zéro quelques mois plus tard. Mais Valérie souffre également de schizophrénie et de dédoublement de la personnalité. Et non, ce n'est pas la même chose, même s'il arrive effectivement assez fréquemment que les malades souffrent des deux. Les symptômes majeurs de la schizophrénie sont les hallucinations, le sentiment de persécution ainsi que des difficultés de communication avec autrui. Et en parallèle, Valérie a un déboulement de la personnalité, qui a donné naissance à Mary, ce elle qui n'est pas elle.
Tout cela, Valérie nous le décrit bien. Très bien, même : au fil des pages, on découvre progressivement ces différents symptômes et surtout leurs répercussions sur la vie de Valérie et de sa famille. On découvre les enchainements, aussi, entre toutes ces manifestations de ses maladies. Parce que, parfois, une chose en entraine une autre, et c'est le début d'un cercle vicieux dont elle ne sait comment se sortir. Mais à travers ses mots, on comprend également la douleur, la solitude. Parce que Valérie a caché tout cela à tout le monde, ou presque. Elle a tout gardé en elle, pour elle. Pour ne pas inquiéter ses proches. Pour ne pas être définie par sa maladie aux yeux des autres. Mais peut-être aussi, comme on le remarque rapidement, parce que finalement, Valérie aime cette maladie, aussi étrange que cela puisse paraitre.
Et on arrive ici au point qui m'a dérangé lors de ma lecture : la personnalité de Valérie. Dans ce livre, Valérie a fait le choix de la sincérité absolue : elle ne tait rien au lecteur, elle se dévoile enfin, et totalement. le meilleur comme le pire. Et le pire, elle l'assume, elle n'en a pas honte, voire même, elle en est fière, heureuse. Grâce à sa maladie – oui, c'est ainsi que c'est décrit –, elle a su comment manipuler, mentir, trahir … les autres. Et elle aime ça. En toute âme et conscience. Parce qu'il faut bien dissocier ici ce besoin maladif de manipuler les autres, qui arrive fréquemment aux malades atteints de ces troubles, et l'appréciation qu'on a de ses actes une fois la transe terminée et la lucidité retrouvée. Et ce qui m'a dérangée chez Valérie, c'est clairement ce côté de son caractère : là où d'autres auraient rétrospectivement honte de ce qu'ils ont pu réaliser pendant cette phase « hors de contrôle », elle, elle avoue aimer cela. Donc voilà, je loue sa sincérité, mais la morale que j'ai reçue de mes parents durant mon enfance fait que je suis vraiment gênée par cet aveu.
Valérie nous parle comme elle le ferait sur la terrasse d'un café : simplement. Elle ne s'embarrasse pas de longues phrases alambiquées. Elle nous raconte ce qu'elle a à nous dire, elle ne l'enjolive pas, ne le met pas en scène. Elle se confie à nous, tout simplement, tout spontanément, avec les mots qui viennent. J'aime cette sobriété, ça correspond vraiment au genre du témoignage, je trouve : l'important, ce n'est pas faire de belles phrases littéraires digne des plus grands romanciers, mais de se livrer, tout simplement. Mais, et j'ai trouvé ça assez sympathique même si je ne lis pas beaucoup de poésie, chaque « chapitre » commence par un poème. Ce sont donc ces petits interludes poétiques qui apportent cette touche de « beauté littéraire », on va dire, qui compensent la simplicité qui règne dans le reste de l'ouvrage. C'est un petit plus pour ceux qui ont la sensibilité poétique !
En bref, Valérie Labasse-Herpin nous offre ici un témoignage vibrant de sincérité qui aide le lecteur à mieux comprendre cette affection peu commune et peu connue. D'ailleurs, pour ceux que cela intéresse, un ami à moi vient de m'apprendre qu'il existait un nom pour cette « association » entre trouble bipolaire et schizophrénie : il s'agit du trouble schizo-affectif, aussi appelé schizophrénie dysthymique.
Lien : https://lesmotsetaientlivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
zohra051
  01 avril 2017
Vall bipolaire et plus si affinités est le témoignage de Valérie, souffrant de bipolarité et de schizophrénie.
Ce livre est un enchaînement de petits chapitres racontant un aspect de sa vie. Mais cet enchaînement est fait sans aucune cohérence ce qui rend le tout plutôt confus. Mais heureusement, ça le rend aussi très rapide à lire. On peut donc le finir très rapidement, le mettre dans une poubelle, et passer un agréable moment en lisant un autre livre.
Elle a écrit ce livre pour que la maladie soit mieux comprise, mais on apprend rien de la maladie, l'auteur passe son temps à se plaindre et à cracher sur les gens. Ce qui la rend très détestable, et ce dès la première page. On comprend très vite qu'elle a un ego surdimensionné et qu'elle n'hésite pas a se cacher derrière sa condition. C'est vraiment dommage car elle renvoie une très mauvaise image de toute les personnes souffrant de bipolarité.
Ce qui est le plus révoltant sur ce livre est son prix, 17,50€. Pour à peine 100 pages, et un contenue aussi vide, c'est une véritable arnaque. Surtout que le l'objet en lui même n'as rien d'exceptionnel, au contraire même, il est très laid. Et le comble, j'ai appris que l'auteur écrit un autre livre, sur le même sujet ... On dirait bien qu'elle a besoin d'argent.
Bref, si vous voulez lire un témoignage ou un livre traitant des maladies mentale, passez votre chemin. Si vous voulez vous énervez tout seul sur un objet inanimé tel un schizophrène en pleine crise, vous avez trouvez votre bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Chroniqueuse
  04 décembre 2018
Je tiens tout d'abord à remercier les Editions La compagnie Littéraire pour ce service de presse.
40 ans de souffrance, de non-dits, de solitude… l'auteure Valérie Labasse-Herpin bouillonne, tourbillonne et explose. C'est avec un grand courage et une certaine révolte qu'elle décide de lever le rideau et de sortir de son silence.
Cette autobiographie est un témoignage poignant sur sa maladie la bipolarité à tendance schizophrène avec ses phobies, son dédoublement de la personnalité « Mary »qui n'est que le fruit de son imagination et qui fausse sa véritable identité, ainsi que ses symptômes psychotiques alarmants. Elle ne manque pas de poétiser au début de chaque chapitre ce qui atténue la violence de ces aveux car certains passages peuvent être choquants par le style parfois heurté de Valérie qui insiste à exprimer sincèrement sans détours son dur et incessant combat.
Pour s'en sortir et minimiser ces crises, ses effort sont surhumains, son traitement chimique est lourd mais nécessaire pour sa survie. Alors, Au lieu de la juger, il faut la comprendre. Au lieu de l'éviter, il faut la soutenir.
Si j'admire le courage de Valérie de se dévoiler librement dans ce récit et sa lutte pour se défaire de ses phobies qui lui dédoublent sa personnalité, je discerne un « trophée » à son mari dont le soutien et l'amour l'amèneront sûrement vers le chemin de la stabilité émotionnelle et morale qu'elle mérite après tant de souffrance psychiques et physiques insoutenables.
Merci encore à Valérie pour ce partage et ce ressenti qui m'a permise de prendre connaissance de cette maladie mentale et la terrible souffrance qu'elle engendre pour le malade et l'entourage.

Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
laetitiamercier95
  23 août 2017
L'auteur nous parle de sa maladie la Bipolarité mais aussi la schizophrénie et le dédoublement de personnalité.
Au fil des pages on découvre les symptômes et les répercussions sur sa vie.Elle nous parle de sa solitude,sa douleur d'avoir caché sa maladie à tout le monde.
L'auteur nous raconte tout ce qu'elle a traversée mais aussi fait car la maladie lui a fait faire beaucoup de chose,jusqu'à ne plus faire la différence entre les hallucinations et la réalité.Mais aussi comme elle nous le dit d'une hyperactivité à une léthargie totale,ne pas dormir de la nuit sans ressentir la fatigue aux semaines d'épuisement,les risques liés à la perte de notion de réalité,les abus d'alcool dés le matin,les excès de violence,ne pas ressentir la peur ni la douleur physique et bien d'autres encore…..
Il est très courageux de la part de l'auteur de nous raconté tout ce qu'elle a vécu,mais surtout de réussir malgré tout dans sa vie de famille et professionnelle.
Ce livre est court une centaines de pages et se lit très bien .Val se met à nu avec beaucoup de courage et nous dévoile bien les symptômes de la maladie et le courage qu'elle a eu de remonter la pente grâce à un traitement.
Un témoignage lourd et poignant,les petits poèmes de chaque début de chapitre rendent la lecture agréable et nous disent le sujet traité,ce que j ‘ai bien aimée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Emporteeparlesmots
  17 juillet 2017
Ce témoignage m'intéressait et me touchait personnellement pour diverses raisons. Depuis quelques années déjà, j'étais à la recherche d'ouvrage sur cette thématique mais si beaucoup de livres faisaient état de l'aspect médical, les témoignages, en revanche manquaient cruellement. Disons le clairement, j'en attendais beaucoup de ce livre. J'avais besoin de réponses à des questions qui sont en suspens depuis bien trop longtemps. Malgré un début de lecture très prometteur, je suis ressortie de ce texte plutôt mitigée. Je m'explique.
C'est écrit sous forme de petits chapitres sur les différents aspects de la vie et de la maladie de notre auteur, ce qui facilite grandement la lecture à mes yeux. Au début, j'ai trouvé ça plutôt naturelle, fluide. Chaque chapitre a sa thématique, ça tombe sous le sens quelque part. Concernant l'écriture, ça se lit tout seul. Malheureusement, le livre a beau être court, à un moment de ma lecture, ce format et cette écriture a commencé à être plombant, lourd. Plus j'avançais, plus c'était dure à lire. Je me dis que je l'ai aussi probablement lu trop vite et que le côté crescendo a fini par me poser problème (pas le temps de souffler).
Cette lecture ambivalente par de nombreux aspects fut également plaisante et déplaisante par le côté « écriture automatique », ce n'est pas particulièrement organisée, l'auteur nous parle de son ressenti au fil de ses pensées. Encore une fois, cela m'a plut une moitié de livre.
Si je dois reconnaitre quelque chose à l'auteur, ce sera sa sincérité. Il n'y a pas, plus de tabou. Elle nous parle du fond du coeur sans rien nous cacher que ce soit, de ses mensonges à ses relations néfastes…Et je l'en remercie parce que grâce à elle, je sais mettre des mots sur certaines choses que je n'aurais pas compris tout seule. Qui plus est, je trouve très courageux de sa part de se confier de cette façon, encore plus quand c'est aussi personnelle que sa maladie.
Avant de vous quitter, je voudrais préciser que c'est un témoignage qu'il ne faut pas prendre pour une généralité. Chaque malade est différent, n'a pas forcément exactement les même ressentis.
En bref, une lecture ambivalente, pas une déception, pas un coup de coeur non plus!
Lien : https://emporteeparlesmots.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CielitCielit   03 février 2017
« Si je fais le bilan de mes 48 ans, il est clair que vous comprendrez pourquoi je déteste qu’on me demande « tu vas bien ? » Car si je récapitule, entre mes années d’insomnie, mes nuits à rester les yeux ouverts, mes cauchemars, mes phobies en veux-tu en voilà, mes angoisses à gogo, mes obsessions hilarantes, Terry et David mes hallucinations quotidiennes, ma bipolarité intense, ma fatigue épuisante, ma période vin et champagne au petit-déjeuner, mon penchant pour jouer les Arsène Lupin, ma passion pour les jeux d’argent, Mary, mon dédoublement de personnalité depuis l’âge de 20 ans, avec laquelle j’ai dû partager mon temps et mon énergie. Si je rajoute la vie normale d’une femme, ma famille, mes déménagements, mes voyages, mon travail, ma passion pour la politique, mes créations, mes visites interminables chez le psy, mes fausses couches, mes amis, puis les soucis de tout le monde, eh bien je mérite une médaille. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PassionneePassionnee   16 juillet 2017
"Alors regardez autour de vous, il y a certainement une personne qui a besoin juste de votre sourire et de votre compréhension."
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : bipolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
788 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre