AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782752912176
Éditeur : Phébus (05/03/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Pendant douze ans, Alain Labbé navigue, seul ou en équipage. Il embarque notamment avec Eric Tabarly et d'Olivier de Kersauson. En 1999, il change de voie et devient producteur de fraises à Plougastel.
En une vingtaine de courts chapitres, il décrit son quotidien, entre récoltes, marchés, soucis économiques et bonheurs gustatifs. Et nous offre une lecture savoureuse des contraintes et des plaisirs de l'agriculture, où la solitude côtoie la vie en communauté,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Cancie
  20 mai 2020
Quelle reconversion originale pour cet homme qui après avoir embarqué avec les plus grands comme Éric Tabarly ou Olivier de Kersauson décide après douze ans de navigation et deux tours du monde de se lancer dans la production de fraises, à Plougastel.
Incroyable, mais vrai !
"On cassait beaucoup, beaucoup trop... Et j'en ai eu ma claque de passer ma vie en chantiers interminables. Je débarquais donc du grand catamaran". Alain Labbé avait depuis longtemps déjà un projet d'écriture et décide donc de partir en Dordogne chez son ami Jean-Claude et c'est là-bas après quelques aventures singulières qu'il va faire connaissance avec Anne-Marie et l'épouser, elle restant en Dordogne avec son fils et lui trouvant du travail à Brest dans un chantier naval. Lorsqu'elle sera enceinte, la décision de vivre tous en Bretagne s'impose, mais voilà que le travail cesse et notre homme se retrouve au chômage. Et c'est là que sa décision de devenir producteur de fraises va prendre corps.
Si j'ai un peu peiné au départ à rentrer dans ce récit, cela n'a pas duré. En effet, difficile de résister à la gouaille d'Alain Labbé lorsqu'il nous conte son aventure, cette aventure terrestre qui n'a rien à envier à son aventure maritime. C'est d'abord l'histoire de la fraise que l'auteur partage avec son lecteur, puis comment il va, au début, pour diversifier, élever des poules en même temps qu'il produira des fraises et ainsi ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier... C'est avec plaisir que nous le suivrons sur les marchés et apprécierons ses bons ou mauvais mots aux clients selon leur attitude. Il nous fera découvrir également comment il procède pour choisir son personnel, que ce soit les cueilleurs ou les vendeuses. Tout cela dans un style très imagé. Mais, bien qu'il ait choisi de plein gré cette sorte de retour à la terre, ce fruit pour lequel la question : ça rougit ? est le départ de la saison, devient vite un peu tyrannique, d'autant que le côté financier se pose. La solitude et l'angoisse sont deux sentiments qui peuvent vite s'emparer du producteur qu'il est devenu.
Les rencontres avec Madame Cariou de la banque, puis, plus tard avec le psy sont particulièrement réalistes.
Le fait d'avoir choisi de narrer ce quotidien sur une année est à mon avis un bon choix car il permet au lecteur de bien comprendre le déroulement de la production et la vie inhérente à celle-ci.
Si Alain Labbé a délaissé la navigation pour les fraises, il n'a pas pour autant oublié celle-ci. Tout au long de l'ouvrage, allusions et comparaisons entre les deux activités, sont omniprésentes, apportent beaucoup de variété et de poésie à celui-ci et ne sont pas sans intérêt. Pour exemple, le rapprochement entre les longues cueillettes et la vie collective sur un bateau de course.
Le bateau fraise, à la fois témoignage de la vie d'André Labbé et documentaire sur les producteurs de fraises se lit comme un véritable roman, émaillé d'anecdotes savoureuses. Belle réussite pour un premier livre. À suivre...

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1124
Fandol
  05 mars 2020
Récit truffé d'anecdotes et de détails très concrets, le bateau fraise m'a happé du début à la fin, tellement Alain Labbé sait bien raconter et écrit avec talent.
Lui qui a été équipier d'Éric Tabarly, d'Olivier de Kersauson, d'Éric Loizeau, qui a fait le tour du monde à la voile, il a totalement rompu avec ce milieu pour finalement, après quelques errances, se lancer dans la culture des fraises, à Plougastel, en Bretagne, ceci depuis quinze ans.
Ce marin se retrouve donc, tout près de l'océan, en train de lutter, de se battre, avec toutes les contraintes d'un producteur de fruits, de l'établissement de son exploitation à la vente sur les marchés, sans oublier la gestion du personnel saisonnier et une tentative de diversification avec des poules pondeuses.
Tout cela aurait pu être fastidieux, répétitif, mais c'est là qu'intervient le talent de l'écrivain : son histoire se lit comme un roman et c'est encore plus passionnant que bien des romans ! Les anecdotes sont variées, contées avec beaucoup d'humour et un sens inné de l'autodérision, même dans les moments les plus difficiles qui le poussent à se confier à un psychiatre qui… mais ne divulgâchons pas !
Alain Labbé explique bien toutes les difficultés préalables à son installation, détaille cette formation trop théorique, déconnectée du réel, un réel qui absorbe toute son énergie, de jour comme de nuit. de plus, les conseillers se gardent bien de mettre la main à la pâte.
Tout au long de ce bateau fraise, respectant bien son titre, l'auteur fait constamment référence à l'océan, à la voile qu'il a pratiquée juste avant que GPS et routeurs ne déshumanisent cette passion pour en faire un sport qui ne parle plus trop aux terriens que nous sommes.
Souvent, en lisant le bateau fraise, j'ai eu l'eau à la bouche. J'aurais tant aimé, quand ce sera la saison, lui acheter une barquette ou plus, déguster cette production qu'il lui faut vendre sur les marchés en subissant tous les caprices et desiderata des clients, surtout des clientes. Si sa vie familiale en prend un coup, ce sont les amitiés, les femmes qu'il aime ou tente de fuir qui terminent un récit qu'il a pris soin d'étaler sur une année pour bien guider son lecteur dans la saisonnalité des tâches.
Le bateau fraise, titre si bien choisi m'a étonné, passionné, appris beaucoup de choses sur la culture des fraises bien sûr, mais aussi sur les rapports humains et sur toute cette vie qui pullule autour d'une exploitation et qu'il faut bien gérer.
Philosophe par moments, Alain Labbé livre quantité de réflexions fort judicieuses et je me suis régalé tout au long de ma lecture. Je remercie Babelio et les éditions Phébus pour cette belle découverte.

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          642
BillDOE
  03 mars 2020
Il faut tout d'abord citer un extrait du projet de la maison d'édition Phébus pour savoir où l'on met les pieds lorsque l'on s'attaque à la lecture du « bateau fraise » d'Alain Labbé.
« Les lecteurs en quête de « plaisir du texte », d'une littérature affichant une sensibilité à l'homme et son destin, à l'humanité en somme, les amoureux d'espaces et de liberté y trouveront des récits de voyage et des témoignages auxquels le catalogue fait la part belle, à côté de romans français et étrangers. »
Que voilà des intentions plus que louables ! Et l'objectif est pleinement atteint avec « le bateau fraise », pour notre plus grande satisfaction.
Cette histoire est bien un récit, celui d'un homme qui a fait faire un virage à 180 degrés à sa vie, passant d'un bourlingueur des mers aux côtés d'un Éric Tabarly ou d'un Olivier de Kersauson pour se retrouver producteur de fraises à Plougastel. Il écrit : « Dans la vie on doit brûler ses vaisseaux de temps en temps… »
Quel courage, quelle volonté, quelle inconscience, quel tempérament de feu ne faut-il pas pour passer de l'élément eau à l'élément terre ? Assurément, il ne faut pas manquer d'air !
Après avoir affronté les éléments capricieux de toutes les mers du monde, l'auteur raconte cette nouvelle aventure de vie, ce quotidien à l'horizon barré de simple agriculteur. Loin d'être ennuyeux, ce texte explique toutes les difficultés auxquelles est confrontée cette activité. A l'heure où la société montre du doigt ces gens qui suent sang et eau chaque jour pour nourrir une population qui n'a comme reconnaissance que de les accuser d'être des « psychopathes » empoisonneurs de l'humanité, et tout ça pour des salaires bien en deçà de tous les barèmes légalement établis. Quand une société condamne la main qui la nourrit sans avoir pris connaissance de ce qui se passe réellement sur le terrain, juste sur des ouï-dire, elle se condamne elle-même à sa propre perte, elle est indigne.
L'histoire d'Alain Labbé passe outre ces attaques et explique simplement un quotidien vécu par des milliers d'agriculteurs, maraichers, producteurs, éleveurs et la violence sournoise, corrosive, récidiviste qu'ils endurent. Mais ils continuent car ils ont la foi dans leur métier et un courage digne des plus grands navigateurs. D'ailleurs l'auteur fait parfaitement l'analogie entre les deux activités qui ont, entre autres points communs, la météo et une expérience intrinsèque de la fatalité.
« le bateau fraise » est une rencontre inoubliable avec un auteur en devenir, Alain Labbé, et une maison d'édition qui tient ses promesses, Phébus. C'est une lecture simple, efficace, agréable et surtout indispensable pour réaliser qu'il y a des gens qui savent s'investir entièrement dans leur vie sans en faire une simple histoire d'argent.
Merci aux éditions Phébus et Babélio, qui, dans le cadre d'une masse critique privilégiée m'ont permis de découvrir le roman d'Alain Labbé, « le bateau fraise », lecture que je recommande vivement.
Editions Phébus, 250 pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Biblioroz
  05 mars 2020
Avant ma petite bafouille, je remercie chaleureusement Babelio, les éditions Phébus et Alain Labbé pour ce magnifique récit que j'ai dégusté comme on savoure la première fraise de l'année !
Un récit apprécié dès les premières pages, peut-être parce qu'il s'attache à ce joli petit fruit rouge ? Ou bien parce qu'il s'ancre en Bretagne ? Mais surtout parce qu'Alain Labbé conte son quotidien avec dynamisme, humour, sincérité et objectivité. L'homme se livre avec ses défaites, ses faiblesses, ses remises en question, parfois ses colères et aussi ses joies simples, ses émerveillements, ses choix bien pensés et son attachement au traditionnel.
Cap sur la presqu'île de Plougastel où Alain, depuis quinze ans, vit de et pour la fraise.
En Décembre, le bateau fraise est à quai et ce mois ouvre alors sur l'incontournable rendez-vous à la banque où les comptes sont rouge cramoisi, comme certaines fraises arrivées à maturité. Alors pourquoi s'obstiner avec ce fruit ? Surtout lorsqu'on a derrière soi un passé de navigateur.
Il nous parle de son abandon de la voile avec les déconvenues de sa dernière navigation et surtout du glissement de cette activité vers un côté sportif médiatisé et sponsorisé qui enterre définitivement ses rêves d'aventures.
Maintenant, son travail, avec sa dose d'incertitude, se cache dans ses tunnels bâchés où la vie renaît chaque printemps. Avec un amour attendrissant, il veille jalousement ses nouveaux petits plants de fraises. Il observe le passage de la faune sur le plastique et se satisfait des plants qui prennent force, puis des fleurs qui éclosent et dardent leur blancheur. Avec son humour bien dosé, il nous fait vivre le ballet des bourdons qui n'en font parfois qu'à leur tête.
S'ensuivent les difficultés à embaucher des cueilleurs, les genoux ankylosés, les marchés et leur éventail bigarré d'acheteurs et d'acheteuses, ou pas…
Pas simple de composer avec la nature.
Toutes les apparentes similitudes que l'auteur constate entre la mer et la terre ajoutent une touche d'exotisme et une vision sagace de la vie qui donnent de la profondeur au récit. Se fondent alors dans un même lieu, la mise à l'eau d'un trimaran et les barquettes de fraises à vendre sur le marché, la peur des bourrasques de vent en mer mais aussi à terre pour que les bâches ne s'envolent pas, les longues cueillettes collectives à l'image d'un équipage sur un bateau.
Même ancré dans sa terre, l'auteur nous montre que l'aventure revêt plusieurs formes qu'il est sage d'entrevoir et d'analyser.
Les rapports humains, amicaux ou haineux, viennent compléter ce tableau pour nous offrir un bon bol de nature et de vie.
Allez vite à la rencontre d'Alain Labbé, de Florence un peu perdue, de l'Assassin, de Claire sur les marchés, du psychiatre également car la fraise peut-elle rendre fou celui qui décide de lui consacrer sa vie ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
coquinnette1974
  30 mars 2020
Je remercie les éditions Phébus et Babelio pour l'envoi, via une masse critique privilégiée, de l'ouvrage le bateau fraise d'Alain Labbé.
Pendant douze ans, Alain Labbé navigue, seul ou en équipage. Il embarque notamment avec Eric Tabarly et d'Olivier de Kersauson.
En 1999, il change de voie et devient producteur de fraises à Plougastel.
Le bateau fraise nous relate son aventure, et comment il en est arrivé à changer à ce point de métier.
L'auteur décrit son quotidien, comment se déroulent les récoltes mais aussi ses rendez-vous à la banque car évidemment, quand on est producteur tout n'est pas rose... même s'il cultive de la fraise ;)
Ce témoignage est très intéressant, de par le contenu mais aussi de par le ton employé.
Il y a de nombreuses anecdotes savoureuses, beaucoup d'humour et j'ai pris plaisir à découvrir le quotidien d'Alain Labbé.
J'ai aimé le parallèle fait entre sa vie de navigateur et sa vie d'agriculteur car dans les deux cas, la solitude côtoie la vie en communauté.
Il décrit son quotidien avec passion, avec lucidité et cela m'a énormément plu. J'ai pensé un très bon moment de lecture.
Je ne peux pas m'empêcher de penser à lui en ces temps difficiles, j'espère qu'il va réussir à trouver du personnel pour cultiver ses fraises ; et que la banque va continuer à le suivre !
Je vous invite à découvrir à votre tour cet ouvrage, à qui je mets cinq étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
CancieCancie   25 mai 2020
Tandis qu'on serrait les ficelles, on a vu s'avancer le groupe sur la route : quinze, vingt retraités en action, l'association pédestre de sortie ce jour-là, s'enfonçant dans la bourrasque avec la hargne de ceux qui ne veulent pas vieillir. Une armada de ponchos bariolés en plastique, de sacs à dos, de chapeaux de brousse, des barbes blanches. Pas baisant du tout les silhouettes et les tronches. Acharnées sur la cadence, bâton, double bâton s'accélérant, emportant les marcheurs dans la frénésie de plein air. Cheveux courts : hommes et femmes. Pas une vraie chevelure, pas une beauté dans tout ça. De gros mollets. Des pataugas. Des gourdes. Des cartes. Un chef qui explique. Un attardé qui halète. Au milieu, une cohorte d'institutrices en retraite, deux par deux, comme à l'école.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
CancieCancie   23 mai 2020
Il est temps d'en arriver aux poules, à leur apparition dans mon projet d'installation. Lors d'une formation agricole on n'oublie jamais de vous prévenir des risques de la monoculture, du produit unique qui vous rend aussi vulnérable aux aléas du marché qu'un convoyeur de fonds partant faire sa tournée en slip et sans flingue. L'image est sans doute hasardeuse mais on peut résumer les choses ainsi : il faut pouvoir faire face à la concurrence et ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. Cela s'appelle la "diversification".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
FandolFandol   05 avril 2020
L’intitulé des cours me ravit. Outre l’agronomie, la biologie, la connaissance de l’exploitation, l’économie, je découvre aussi les légumes de plein champ, les légumes sous serre, la diversification, l’agriculture biologique. Mais de fraise, point ; contrairement à ce que m’avait promis le directeur de la formation. Par contre artichauts, choux-fleurs, brocolis, échalotes se déversent à foison sur mon pauvre crâne à longueur de journée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
FandolFandol   08 avril 2020
On se croyait libre sur la mer mais on courait après les finances pour vivre cette liberté. Il nous fallait des voiliers de plus en plus grands, de plus en plus coûteux. Les budgets augmentaient. Beaucoup de bons marins – souvent les plus doués – ne purent suivre ces recherches incessantes de pognon qui prenaient des années. Ils arrêtaient de naviguer.
Commenter  J’apprécie          240
FandolFandol   07 avril 2020
Le mois de mai qui pour beaucoup représente le retour des beaux jours, des jours fériés, des premiers barbecues, ce joli mois de mai n’est malheureusement pour nous, producteurs de fraises, que le prélude d’une fatigue qui ne cessera de croître jusqu’à l’automne suivant. La faute en est à la terrible gariguette qui donne en moins de six semaines ce que les autres variétés livrent en plus de quatre mois. C’est dire la nervosité qui règne autour de cette fraise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Video de Alain Labbé (II) (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Labbé (II)
📻 L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • 📚 Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! ❤ 👉🏻 • • 📚 Le bateau fraise de Alain Labbé aux éditions Phébus 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1035882... • 📚 Neuf parfaits étrangers de Béatrice Taupeau et Liane Moriarty aux éditions Albin Michel 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1032241... • 📚 Louise des Ombrages de Yves Viollier aux éditions Presses de la Cité 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1037949... • 📚 Victor, mon père de Richard Lanoux aux éditions Plon 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1036195... • • 🐝 Chinez & découvrez nos livres coups d’coeur dans notre librairie en ligne ❤ 👉🏻 lagriffenoire.com • 📺 Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • 👀 Notre Newsletter 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés,
+ Lire la suite
autres livres classés : fraisesVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
270 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre

.. ..