AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jérémie Fleury (Illustrateur)
Éditeur : Editions du chat noir (01/11/2015)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Alors que je me saisis sans doute pour la dernière fois de mon crayon, je sens le poids du monde sur mes épaules. »

Toujours aux portes de Lunéville, les ados survivants, menés par Marion, doivent affronter de nouvelles menaces. Dans un monde qui se décompose, les Errants ne sont plus leur unique inquiétude. Entre les mutations qui se développent, les bandes armées qui battent la campagne et les militaires qui ne parviennent pas à repousser les hord... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
gabrielleviszs
  02 janvier 2019
C'est l'un des livres que j'avais lu à sa sortie, il y a quelques années et dont j'ai complètement oublié de mettre un avis sur mon blog. Je ne sais pas du tout pourquoi, probablement un oubli, bref, c'est chose réparée dès maintenant. Je l'ai relu pour le plaisir et être sur qu'il soit bien un coup de coeur, comme les précédents. Ce qui est toujours d'actualité, désolée Denis (xD). La couverture a pris en maturité, pourtant j'aimais bien les deux autres. Celle-ci fait plus "adulte", probablement parce que les personnages survivants ont muri.
Marion écrit toujours ses carnets, afin de garder une trace de tout ce qui se passe. c'est par son biais que nous suivons leur aventure contre les zombies. Avec Jean-Michel, Cornélia, Fanny, Louis, Nelly et d'autres, ils ont crée une famille prête à tout pour se sauver les uns les autres. Chacun sa spécialité, même si pour l'une d'entre elle c'est plutôt le sauve-qui-peut. Des Zombies, il y en a de plus en plus. Ce virus, cette bactérie, cette maladie, peut importe ce qui a crée cette invasion est destructeur. Il se modifie, se transforme. c'est un troisième et dernier tome qui nous montre encore une certaine évolution de ce côté. Il ne s'agit plus de fuir pour ces adolescents presque adultes, il s'agit de se battre, de survivre pour avoir une chance inespérée de revoir un proche, un membre de sa famille.
Les épreuves sont toujours aussi douloureuses sinon plus. Mélina en sait quelque chose. Il n'y a pas que son cas qui démontre que l'humain ne montre jamais son vrai visage. Nous apprenons beaucoup sur l'Homme avec le grand H. Il y a ceux qui sont prêts à aider leur prochain, ceux qui sont prêts à les écraser pour passer, ceux qui veulent s'amuser avec les plus faibles... La solidarité que les personnages principaux ont crée, le lien fort qui les anime est remarquable. Dans un cas de guerre, non je n'imagine pas qu'un jour des zombies viendraient, je parle juste de guerre potentielle, est-ce que nous serions comme eux, ou comme ceux qui au contraire sont là pour dépouiller les autres ?
L'histoire ne cesse de rebondir, en même temps à force de parcourir une partie de la France, difficile d'avoir un récit statique. Pourtant, lorsqu'ils se retrouvent tous dans une maison, attendant une hypothétique aide, le huit clos ainsi formé nous en apprend encore plus sur ces personnages. Ils ont muris, ils grandissent, attendent pour certains des ordres. Être à la tête du groupe n'est pas forcément naturel pour Marion, mais les autres la voit de cette façon. Comme dit précédemment, ils sont solidaires et accomplissent tous des actes de bravoure et de folie. Ils doivent faire face à leur sentiment, démêler ce qui est vrai ou faux. Ce n'est pas évident de savoir ce que l'on ressent dans ces cas extrêmes. La survie devient nécessaire. Trouver de quoi s'alimenter, un toit où se cacher, apprendre à combattre ceux qui peuvent être des anciens amis, des anciens voisins... c'est un concept très dur pour n'importe qui et encore plus pour de si jeunes personnes.
J'ai adoré les personnages. Marion qui pète une durite de plus en plus régulièrement (celui qui me dit qu'il reste zen en cette situation est un (ou une) gros menteur), Jean-Michel le timbré de service qui les a tous sauvé je ne sais pas combien de fois depuis le début de leur aventure. Nelly (oui même elle) qui pourtant semblait plutôt chiante, je confirme, elle le reste jusqu'au bout. Louis, Thibaut, Hugo, Mélina, Fanny, Cornélia... Ahhhhh cette fille, je suis très contente d'avoir acheté les deux tomes qui "suivent" cette trilogie. J'adore son caractère, sa manière de penser, de murir (comme un fruit). L'esprit vif, elle n'est pas une potiche et surtout, elle a une super arme qui tranche tout ce qui bouge. J'en oublie volontairement. La fin n'est pas une fin en soi, car je sais qu'il y a d'autres dérivés et j'espère pouvoir retrouver Marion plus tard. Ce n'est que du bonheur à venir !
Ce dernier tome clôture très bien cette trilogie (oui car Denis a écrit d'autres livres sur ces fameux errants), avec un soupçon de bonheur potentiel en vue. Je n'oublierais pas ceux qui ont succombé, ceux qui ont appris aux derniers survivants de se battre avec tous les moyens à leur portée. Une sacrée aventure qui démontre bon nombre de qualités et de défauts de la nature humaine. Les sentiments sont exacerbés, l'action ne manque pas, les descriptions des zombies et de ce qu'ils sont capables de faire ou de ne pas faire sont terribles. On les voit approcher, évoluer et seul deux choix s'invitent dans notre esprit : fuir ou combattre. En bref, un tome qui mérite ce coup de coeur et quoi de plus beau, c'est le dernier de cette année 2018 ! Je vous donnerais bientôt des nouvelles de Cornélia !
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-errants-tome-3-dispersions-denis-labbe-a157447632
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nenvyal
  12 décembre 2015
Nous retrouvons notre petite bande de joyeux comiques désespérés qui avancent pour chercher toujours leur famille et essayer d'être à l'abri. Pas facile quand il y a des zombies à nos basques ! =P
Ce tome change pas mal de chose. le côté zombie, virus m'a énormément plu et je n'aurai jamais cru pourtant. Si, si j'ai bien aimé les zombies, ce qui fait que j'en lis de plus en plus mais j'ai mes limites. Je ne vais pas en dire davantage sinon je vais spoiler mais juste que ça encore évolué par rapport aux tomes précédents. =P
L'histoire est vraiment géniale. J'ai adoré parcourir ses pages pour découvrir ses zombies. Il y a plein de rebondissements et de retournements de situations. On peut se douter mais pas quoi exactement en lisant. Mon coeur battait à la chamade à des passages, les larmes ont coulé et malgré ça, il reste de l'humour et des personnages qui sortent du lot car ils sont uniques. =)
En parlant de personnages, tiens. Hé hé hé !
Pour les personnages, ils sont toujours eux-mêmes mais ils doivent faire face à eux et leurs caractères, leurs solitudes, leurs mentales mais en étant un groupe ils vont s'entraider, même si ce n'est pas facile. =)
He beh dis donc quel tome ! J'ai cru que j'allais enterrer vivante tout le temps l'héroïne. Elle m'a gonflé puis ça allait puis m'a regonflé. Je peux comprendre beaucoup de choses, comme péter un câble mais, des fois, elle va trop loin. le pétage de câble, je gère ! Je peux être même dix fois pire donc ça passe. Mais certaines remarques vis-à-vis de Jean Michel, m'a énervé surtout que bon, on est au troisième tome, certaines on aurait pu éviter mais nan nan, elle est chiante à souhait. Je suis vraiment désolée pour vous l'auteur mais là, j'avais envie de la mitrailler. =D Sans mauvais jeu de mots avec le livre. =P Même si c'est fait exprès ! Niark niark
Marion, l'héroïne, se remet en cause, c'est bien voire géniale, mais elle refait les mêmes erreurs je dirais. Elle m'a tapé sur le système pour le coup. Elle m'a fait rire intérieurement beaucoup aussi.
Par contre CORNELIAAAAAAAAAAAAAAAA ! ♥ Ooops. =P Oui, j'aime beaucoup ce personnage.
On voit les erreurs, la détresse, le désespoir ainsi que l'espoir et l'amitié qui sera mise à rude épreuve. Certaines décisions m'ont choqué ! Qui est le plus humains ? Les humains ou les zombies ? OH OH OH ! *remake machiavélique père-Noël*
Les sentiments prennent un coup et c'est un peu carte sur table dans n'importe quel domaine pour clôturer ce dernier tome. Ils sont perdus mais avancent, survivent, se battent et s'engueulent. Personnellement, j'aurai craqué depuis longtemps. BOUYA ! Comme ce n'est pas trop « gore », j'ai plutôt apprécié. Il n'y a pas d'exagération mais il y a son lot de drame, de tragédie et de décisions difficiles. Y a du sang et tout le tralala et les descriptions nous font bien imaginer le désastre. Beuuurk !
C'est intense et haletant pour la jouer « survivor ». Qui va vivre ? Oui, qui ne va pas mourir ? Heiiiiin ! TA TAN TAN TAAAAAAAAAAAAAA Clap de fin ! Slpash
Il y a un rythme assez soutenu dans le roman. On ne s'ennuie pas une seule seconde, ça ne s'arrête pas et quand il y a un calme plat, je me disais « qu'est-ce que l'auteur va nous sortir là, c'est trop calme ». Je faisais souvent cette tête : O_o et également des « hiiiiiiiiii » silencieux. Oui, oui j'ai un peu « flippé » pour eux et leur épopée.
Donc, les héroïnes et moi... No comment. =P Finalement, je me suis mieux entendue avec Marion en progressant dans ce tome, même si je tiquais de temps à autre. Il y a un peu de cliché j'ai remarqué pour les personnages et certaines fonctions, ça me fait rire après ma lecture. =P

A part que j'ai eu du mal avec l'héroïne (ne me dites pas : « Mais Laura tu as toujours du mal avec les héroïnes », je mentirai, TOC !), j'ai bien aimé l'histoire des zombies, cette bataille de survie, de s'entraider et d'apprendre les uns des autres avec des hauts et des bas. Qu'est-ce que vous ferez à leur place ?
Denis Labbé a une écriture assez fluide Elle est toujours autant entraînante.
Je n'oublierai pas une de mes premières sagas zombiesques ! ♥
Je veux des nouvelles ! *-*
Ps : La couverture est vraiment sublime ! *-* C'est bien l'esprit du roman. J'adoore toujours autant le coup de crayon de Jérémie Fleury.
Lien : http://de-fil-en-histoire.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
limaginarium
  09 septembre 2015
"Les Errants" est une trilogie Young Adult qui aura été un véritable coup de coeur pour moi. Les personnages sont attachants, le scénario solide et les longueurs inexistantes. Ajoutez à cela la plume visuelle et efficace de l'auteur mélangée à sa connaissance des ados et vous obtenez un roman crédible à souhait et passionnant. le côté Young Adult n'enlève rien à l'ambiance ni au macabre. Les zombies sont bel et bien là et vous êtes très loin de la version édulcorée de warm bodies (attention cela n'est en rien une critique de ce livre hein). Quant aux personnages, c'est pas par ce qu'ils sont ados qu'ils auront droit à des facilités scénaristiques. Non non non, ici notre groupe va en baver plus qu'imaginable.
Lien : http://www.limaginarium.fr/m..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   02 janvier 2019
Nous sommes des traumatisés en puissance, les victimes de la plus terrible guerre que l'humanité a connue. Nous ne survivons pas uniquement pour nous, mais pour ceux qui nous aiment. Je sais que cela fait de grands mots pour de simples ados, mais nous avons longuement discuté avec Hugo avant de vous trouver. Lorsque nous n'étions que tous les deux, nous n'avions que nos analyses pour tenir. Sans nos longs débats quotidiens, nous serions morts. Ou la démence nous aurait gagnés. Parfois, nous restions quelques jours terrés dans la cave d'une maison idolée ou dans un trou en pleine forêt sans vêtements propres, sans eau et sans nourriture, avec des nuées de zombies qui nous tournaient autour. À plusieurs reprises, j'ai failli me lever et courir droit devant moi tellement je devenais folle en attendant qu'ils partent. Leurs feulements, le raclement de leurs pieds sur le sol, leur odeur pestilentielle, tout me tapait sur les nerfs. Il ne se passait pas une seconde sans que j'aie envie de me jeter sur eux et de les frapper à coups de poing pour qu'ils arrêtent leurs rondes infernales. Heureusement, je ne l'ai pas fait parce qu'il était là pour m'épauler. Et vice-versa. L'un sans l'autre, nous aurions sombré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
limaginariumlimaginarium   09 septembre 2015
_ Il faut se débarrasser de ces cadavres, fit Jean-Michel en feuilletant les papiers des voleurs. S'ils restent en plein soleil, l'air va devenir irrespirable dans le coin.
_ Comment veux-tu faire ? lui demandai-je.
_ Arrosés d'essence, ils vont vite brûler.
_ j'en ai marre de sentir cette odeur de chair carbonisée.
_ Tu préfères celle de la décomposition ?
Il n'avait pas tord et c'est ce qui me contrariait. Déjà, des nuées de mouches s'étaient abattues sur les corps en escadrilles vrombissantes, s'envolant à chacun de nos gestes pour mieux revenir l'instant suivant. Dans peu de temps, les asticots s'en donneraient à coeur joie, se gorgeant d'un suc noirâtre pour mieux donner naissance à de nouvelles mouches, plus grosses, plus avides, plus envahissantes. Je n'avais aucune envie de vivre une telle invasion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszsgabrielleviszs   02 janvier 2019
_ Ce qui veut dire que des gens nous ont vus sans nous apporter leur aide, lâcha Nellie. Ça me dégoûte.

Je ne pouvais pas lui donner tort. Nous avions pourtant fait suffisamment de vacarme pour que quelqu'un remarque une bande d'adolescents en perdition. Combien de personnes nous avaient observés sans intervenir ? Combien avaient fermé les yeux en nous voyant poursuivis par des errants ? En période de crise importante, comme celle que nous vivions actuellement, oublier la solidarité risquait de faire basculer le monde dans le néant. L'indifférence en était le premier étage. Les pillards le deuxième. Quels seraient les prochains ? Je n'osais l'imaginer. Nous courions à notre perte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
limaginariumlimaginarium   09 septembre 2015
Alors que je vais reprendre mon récit là où je l'ai laissé il y a quelques semaines, je dois vous avouer que je ne peux m'empêcher de vous annoncer qu'énormément de choses sont venues bouleverser notre groupe. Que nous avons été durement touchés. Et que si vous ne désirez pas poursuivre votre lecture, je ne vous en tiendrez pas rigueur. Car ce que je vais devoir vous apprendre n'est sans doute pas ce à quoi vous vous attendiez. La vie ne se déroule pas souvent comme dans un roman et, je le conçois, cela peut se montrer déroutant, inquiétant ou traumatisant. Que je sois encore là pour vous en parler tient d'ailleurs du miracle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
limaginariumlimaginarium   09 septembre 2015
Les scènes que nous avons pu observer, les accrochages auxquels nous avons participé et les souffrances que nous avons endurées ne s'effaceront pas aussi facilement. Il se pourrait même que certains ne s'en remettent jamais. Pour ma part, j'espère pouvoir chasser une partie des horreurs que j'ai croisées de mon esprit et retrouver un peu de l'insouciance qui était la mienne avant le début de l'épidémie. Je sais que ce sont des voeux pieux et que, plus jamais je ne serai celle que je fus. J'ai mûri. Et beaucoup vieilli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Denis Labbé (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Labbé
Réalisation de la couverture du recueil de nouvelle "Interstices" de Denis Labbé
Couverture et vidéo réalisée par Jimmy Rogon
autres livres classés : virusVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr