AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234081335
Éditeur : Stock (04/05/2016)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 130 notes)
Résumé :
En avril 2000, Sylvain Côté s'enlève la vie, sans donner d'explications. Ce garçon disparaît et nul ne comprend. Sa femme Mélanie s'accroche férocement à leur fils Stéphane ; son père Vincent est parti se reconstruire près des arbres muets ; sa mère Muguette a laissé échapper le peu de vie qui lui restait. Seule la si remuante et désirable barmaid Charlène, sa maîtresse, continue de lui parler de sexe et d'amour depuis son comptoir. Ce n'est pas tant l'intrigue qui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
andman
  14 mai 2016
Si aucun des verbes suivants : “abrier, achaler, baiser, patenter, pogner“ ne titille un tant soit peu votre curiosité, sans doute aurez-vous quelques difficultés à faire un petit bout de chemin avec “Ceux qui restent”.
Ce roman choral repose équitablement sur deux piliers thématiques : la mort et la sexualité.
Les trois personnages, dont le lecteur suit tour à tour les états d'âme, n'ont pas réussi à faire le deuil de Sylvain qui, l'année de ses vingt-neuf ans, s'est pendu sans laisser la moindre explication. Ce suicide remonte à quinze ans et aujourd'hui encore sa femme Mélanie-Lyne, sa maîtresse Charlène et son père Vincent s'interrogent chacun de son côté.
Il est vrai que la personnalité introvertie de Stéphane, le fils de Sylvain et de Mélanie-Lyne, ravive la peine et nourrit l'inquiétude. Âgé maintenant de vingt ans, il croit son père décédé dans un accident mais ce mensonge maternel de longue date ne rassure personne.
Le jour où Charlène apprend que Stéphane vend ses charmes auprès de femmes mûres, des alarmes soudain clignotent à travers les brumes tenaces du passé…
Dans l'épreuve, certains êtres découvrent leur véritable nature. “Ceux qui restent” est un roman intimiste, sans voyeurisme et dans lequel perce une humanité réconfortante.
Marie Laberge a construit une histoire en apparence simple mais qui peu à peu se complexifie en raison de la forte personnalité de plusieurs protagonistes.
La grande dame des lettres québécoise mène son roman comme elle l'entend, se joue du lecteur, le tient en haleine et au final le récompense d'une étude de moeurs intergénérationnelle étonnamment moderne.
L'auteure pioche de temps à autre dans le vocabulaire québécois mais n'ayez crainte : dans le contexte où ils sont prononcés, les mots se comprennent aisément.
Un grand merci à Babelio et aux Editions Stock de m'avoir initié au talent de cette écrivaine francophone dont la plume ne doit pas achaler grand monde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          932
Marymary
  19 mai 2016
« Faut que j'y aille, le p'tit a la picote. Bye, Chou ! » Ce sont les derniers mots que Sylvain a prononcé pour sa maîtresse, Charlène. A peine sorti de son lit, il va se pendre dans la maison de campagne familiale. A même pas trente ans. Pourquoi ?
Il était beau, gagnait beaucoup d'argent avec son métier de dépanneur informatique, avait une femme pas exigeante et un petit garçon de cinq ans. Pourquoi ?
Ce pourquoi va empoisonner la vie de Vincent, son père, qui va chercher désespérément une réponse pendant quinze ans. Il va aussi tourmenter Charlène au point qu'elle écrive des lettres à Sylvain quinze ans plus tard. « On a ri ensemble, on a baisé, on a niaisé… si t'allais pas bien, t'as jamais pensé que ça pouvait se régler ? C'est quoi le problème qui est assez gros pour qu'on se tue à cause de lui ? Même ceux qui se font dire qu'y vont mourir, y se dépêchent pas de se tuer. Ça t'a pris de même, en sortant d'ici ? Tu t'es dit, tiens, je vas écoeurer tout le monde, je vas aller me pendre ? »
Tous les deux cherchent à comprendre, mais plus ils cherchent de réponses, moins ils en trouvent… Et ils n'en trouveront jamais car les réponses n'existent pas.
C'est en se rendant compte de cela qu'ils vont enfin pouvoir se reconstruire et laisser Sylvain maître de sa décision, sans culpabiliser, sans se sentir trahis, minables ou idiots de ne pas avoir vu venir son suicide.
Mélanie, sa femme, va reporter tout son amour sur son fils Stéphane, un amour toxique…
Muguette, sa mère, ne pourra pas tout à fait vraiment survivre à la perte de ce fils dont elle ne souhaitait pas la naissance.
Marie Laberge signe un magnifique roman choral dans lequel l'existence des personnages va être axée autour des conséquences dramatiques de ce suicide dans une spirale finalement libératrice.
Elle explore toutes les interrogations et les sentiments des personnages avec finesse et justesse en dégageant une bienveillance réparatrice du malheur.
Je ne connaissais absolument pas la littérature québécoise et j'ai eu du mal avec les personnages de Mélanie, Charlène et Stéphane car je ne comprenais pas toutes les expressions, mais au fil du roman, j'ai fini par m'y habituer. Ben j'vous jure y m'ont pas achalée pantoute !
Merci à Babelio et aux éditions Stock pour m'avoir fait découvrir Marie Laberge et son formidable talent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
fanfanouche24
  02 février 2018
Très belle première lecture de cette dame des Lettres québécoise, avec ce roman , au sujet, pourtant fort douloureux, et des plus "épineux à traiter"...
Le suicide d'un fils , et la réaction de ses proches , à travers leurs récits entrecroisés!...
"Le 26 avril 2000, Sylvain Côté s'enlevait la vie.
Il avait vingt-neuf ans.
Si on lui avait dit combien de gens il marquerait par son geste , il ne l'aurait pas cru.
Qu'il y consente ou non, qu'il le veuille ou non, ces personnes ont eu à porter le poids de cette décision - pourtant archi-personnelle- toute leur existence. Poids inégal, réparti sur tant d'épaules, tant de vies alourdies, étourdies. "(p. 11)

Une narration à plusieurs voix qui interroge les tourments, les questionnements, les culpabilités autour du suicide d'un jeune homme, Sylvain, assez insaisissable, professionnel de l'informatique...une femme, une maîtresse, un petit garçon, Stéphane, et un jour, sa mère le retrouve pendu dans la maison familiale...Pas une lettre, pas une explication... rien pour "les proches survivants"...pour qu'ils puissent comprendre !

Ce suicide... qui n'a pas pu être pressenti...par ses familiers, est d'autant plus ressenti
comme un tsunami...par tous.

Ainsi l'objet de ce roman, ce sont les remises en cause de vie de ses proches... pour tenter de comprendre ce qui a pu pousser Sylvain à se détruire; ainsi, nous découvrons en alternance les récits, les vies des quatre membres les plus proches de Sylvain : Vincent , le papa-poule, Muguette, la mère aimante, mais qui au départ n'avait pas du tout la fibre maternelle, Charlène, la maîtresse, Mélanie-Lyne, sa femme, enfant mal-aimée elle-même...et cinquième personnage qui entrecroise ses 4 destins, celui du fils de Sylvain, Stéphane, à qui on a dit, sur l'injonction maternelle, que son père était décédé dans un accident de voiture...et qui va apprendre très tardivement la "vraie vérité"...

J'avais hésité à appréhender l'oeuvre de cette dame par ce texte douloureux... En fait, la
vraie réalité de ce texte est qu'il n'est pas larmoyant, ni plaintif... Il regorge d'angoisses
bien légitimes mais aussi d'une vitalité extraordinaire , d'amour, de bienveillance, de
luminosité , de fantaisie ( alimentée aussi par le style choisi, et du vocabulaire québécois
allègre, et très coloré!!), et d'espérance... Un roman poignant, bouleversant, mais aussi
déjanté, joyeux, entremêlant de façon bien acrobatique "Sexe et Mort"... sans être "morbide"... Un vrai coup de maître !!!


En attendant de réussir à acquérir "Treize verbes pour exister" (édité au Québec) et
"Le poids des ombres" (Stock, 2017), je viens d'emprunter à ma médiathèque, de la
même auteure, "Quelques adieux"...(Anne carrière, 2006)

De fort nombreuses critiques que me suis refusée à parcourir avant la rédaction de mes
propres impressions... je vais maintenant... de ce pas, aller jeter un oeil sur les ressentis
des "camarades babéliotes"...

Un grand coup de coeur... à tous niveaux... Il faut toutefois être d'aplomb... pour choisir cette thématique des "plus douloureuses humainement" !...

De très beaux questionnements sur nos rapports aux autres, à la mort, à la sexualité qui fait oublier "fugitivement" nos angoisses existentielles les plus sombres, au vieillissement, à la solitude intrinsèque de chaque être ! Lecture bouleversante, prenante, mais pas de tout repos !!!!...

"Mais je sais une chose: en mourant, Sylvain m'a montré un chemin exigeant et terrifiant. Celui de vivre avec la perte, avec le vide sans continuer à le creuser. J'ai essayé, j'essaye
de marcher droit avec ma part de creux et ma part de plein, et je sais que j'ai été choyé, que j'ai reçu beaucoup d'amour (...)
J'ai beaucoup perdu parce que j'ai beaucoup reçu." (p. 364)
"Comme c'est difficile de faire sa paix avec ceux qu'on a aimés et pour qui notre amour n'a pas suffi. "(p. 444)


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
Annette55
  06 octobre 2017
Sylvain avait 29 ans quand il s'est donné la mort et s'il avait mesuré à combien de gens il manquerait et qu'il marquerait à jamais par son geste, il ne l'aurait pas cru, vraiment !
Ses parents, son fils, sa maîtresse .....qui, depuis son suicide, il y a des années de cela, apprennent chaque jour, à vivre avec.
"Il faut poser les armes et attendre que notre coeur refasse surface, émerge......Il faut tenter de rester en vie et ramper vers un peu d'air et de lumière", pense Vincent, le père de Sylvain, généreux et lucide, l'un de ces survivants auxquels l'auteur donne la parole au fil des quelques 540 pages de ce très beau choral incroyablement expressif et incarné .

L'existence de ces personnes est à jamais rattachée, ramenée aux conséquences dramatiques de cette fin brutale et incompréhensible !
L'auteur explore leurs sentiments avec finesse et doigté : sidération, inextinguible chagrin, le Pourquoi? Pourquoi sans fin ?, colère, remords, perte, vide abyssal, fuite dans l'alcool, mémoire trouée, cerveau vacillant, confusion entre passé et présent , noirceur , déchéance physique et mentale...........
Chacun n'a d'autre choix que de continuer à vivre !
Pourtant , par l'empathie que l'auteur manifeste , l'énergie qu'elle instille, l'aura bienfaitrice , réparatrice du malheur qu'elle génère, celle - ci réussit à rendre ce roman résolument vivant , confiant , humaniste .
Une plume sensible et juste qui mêle sexualité et mort , n'en disons pas plus .......
Une lecture intense, puissante, pétrie de réflexions profondes où chacun vit ses propres tragédies et tente de retrouver la joie de vivre , notamment ,Vincent, le père qui refuse de s'effondrer !
Un récit émouvant et des pages remarquables , lumineuses et magnifiques , une réflexion à propos du deuil, de la perte, de l'adieu, de l'apaisement aussi , de la seule issue du deuil :donner sa chance à la "VIE .."
J'avais lu avec bonheur la trilogie de cet auteur : "Le goût du bonheur ," "Gabrielle", "Adélaïde," "Florent "du même auteur en 2007, malgré les tournures canadiennes qui risquent de gêner le lecteur ( il faut s'y habituer au fil du récit ).
Merci à Reine qui me l'a prêté .
Je le conseille ..
Vive les auteurs Canadiens !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
livrevie
  04 juin 2016
La perte d'un être cher est un événement traumatisant dans une vie, la douleur de l'absence et la colère contre ce foutu destin sont autant de vagues qu'il faut affronter pour apprendre à vivre sans. Mais quand il s'agit d'un suicide, les vagues deviennent tsunami. En plus du deuil, il faut cohabiter avec une ronde de questions plus pernicieuses les unes que les autres. Pourquoi ? Est-ce que j'aurais pu l'empêcher de commettre ce geste ? Qu'est-ce que je n'ai pas vu ? Il faut porter un fardeau supplémentaire, celui de sa propre culpabilité, de sa propre introspection.
Premier livre pour moi de Marie Laberge, première rencontre donc, et premier coup de coeur. le sujet m'effrayait pourtant un peu : Sylvain, du haut de ses vingt-neuf ans, s'est ôté la vie. Il avait tout pourtant pour être heureux, un fils, une femme peu encombrante, une maîtresse, un travail, des parents. Mais ça n'a pas suffi, il s'est pendu.
Ce roman choral se construit autour d'un "pourquoi" centré sur l'entourage qui n'a d'autre choix que celui de continuer à vivre, ces "ceux qui restent" qui doivent réapprendre comment respirer au fil des ans. Chaque chapitre donne la voix à un personnage, à ses pensées, à ses réflexions. Chaque chapitre nous livre le cheminement de chacun. La langue varie en fonction des uns et des autres. Il m'a d'ailleurs fallu un peu de temps pour m'y habituer, elle est déstabilisante au début, addictive ensuite. Distanciés dans le cas de Muguette, équilibrés dans celui de Vincent qui ne veut pas s'effondrer, passionnées dans celui de Charlène qui aime la vie, décousus dans celui de Stéphane qui se cherche, les mots sont le miroir de leur âme.
Ce roman est un kaléidoscope d'émotions à l'état pur. L'on passe par toute palette de sentiments, la colère, le deuil bien sûr, les remords, la distance, le mensonge, la fuite, le faire face, l'amour, l'amitié, les sentiments ambigus, la perdition, l'errance, puis la reconstruction et enfin l'espoir.
J'ai aimé profondément Charlène qui porte ce roman, Charlène qui cherche à comprendre et qui devient un pilier de la vie des autres alors qu'elle n'est que serveuse. Charlène qui sera la lumière pour certains et qui ne pourra aider ceux sont aveugles. Vincent et résignation m'ont attendrie, sa bonhomie et sa générosité m'ont touchée. Stéphane m'a émue, ce garçon dont la vie est bâtie sur un mensonge et qui se cherche, mais qui finalement n'avait pas besoin de ce mensonge pour errer, parce que c'est la vie, tout simplement. Mélanie-lyne m'a attristée, c'est une femme brisée, non pas par l'acte mais par ce qu'elle est. Muguette m'a autant exaspérée qu'elle m'a fait de la peine. Sa folie est finalement le poids le plus lourd qui fait plier ses frêles épaules.
Je me suis surprise à tourner les pages et à vivre intensément chaque chapitre, à ressentir les mots. "L'on passe à Vincent, très bien, je l'aime beaucoup, il est apaisant Vincent", "Mais elle est où Charlène, j'aurais bien besoin d'une petite dose de Charlène moi !", "Mais Stéphane, ce n'est pas possible! Comme je te comprends malgré tout...", "Elle mériterait une bonne paire de claques la Mélanie-Lyne. Mais ouvre les yeux bon sang !", "Et Muguette, on n'a pas idée de porter un nom pareil ! Bon, d'accord, elle n'est pas responsable, mais quand même...".
Et la dernière page tournée, un étrange sentiment de plénitude m'a envahie. Parce que ce roman n'est pas noirceur, c'est un roman intimiste, bouleversant parfois, réconfortant souvent qui m'a touchée en plein coeur.
Surprenant et juste, une très belle première rencontre.

Lien : http://lelivrevie.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433

critiques presse (3)
Telerama   20 juillet 2016
Ceux qui restent s'offre à lire comme un roman résolument vivant, humaniste et confiant.
Lire la critique sur le site : Telerama
LaPresse   18 mai 2016
On referme le livre sans mode d'emploi, sans réponse pour se rassurer. Mais avec le coeur un peu plus au chaud, un peu plus persuadé que la vie trouve son chemin, d'une manière ou d'une autre.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeDevoir   19 novembre 2015
Du même coup, c'est un roman et un essai que vient de publier Marie Laberge. Pour celle qui carbure déjà aux marathons d'écriture, voilà tout de même du jamais fait.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   05 octobre 2017
"La révolution apportée par la mort passe par la mort de quelque chose en soi...Il faut vraiment consentir au temps pour trouver une issue, une sorte de fissure au mur étouffant qui nous emprisonne.Consentir à se perdre.Consentir à perdre ou à avoir perdu.
Consentir à passer à travers tous les anéantissements et tenir bon, sans
savoir pour qui, pour quoi on tient bon.
On cherche, on s'accable, on pose mille questions, parce que c'est inhumain, d'une atrocité innommable.
Penser une seconde qu'on aurait pu faire quelque chose, s'engouffrer dans les mille pourquoi qui ne mènent qu'au refus que cette mort nous crache au coeur .!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MarymaryMarymary   19 mai 2016
On cherche, on s'accable, on pose mille questions, on rejette toute réponse - on voudrait tellement être autre chose que cet impuissant livré à la violence. Parce que c'est d'une telle violence. Parce que c'est inhumain, d'une atrocité innommable. Penser une seconde qu'on aurait pu faire quelque chose pour empêcher le désastre, et les portes de l'enfer s'ouvrent. Et on s'engouffre dans les mille pourquoi qui ne mènent qu'au refus que cette mort nous crache au coeur. Comme si mon fils me hurlait : tu n'y pouvais rien, tu n'étais pas assez pour me retenir. Je choisis ma solution, celle qui t'exclut à jamais, celle qui te nie, celle qui te tuera beaucoup plus lentement et sûrement que ta propre mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24fanfanouche24   30 janvier 2018
Prologue

Le 26 avril 2000, Sylvain Côté s'enlevait la vie.
Il avait vingt-neuf ans.
Si on lui avait dit combien de gens il marquerait par son geste , il ne l'aurait pas cru.
Qu'il y consente ou non, qu'il le veuille ou non, ces personnes ont eu à porter le poids de cette décision - pourtant archi-personnelle- toute leur existence.
Poids inégal, réparti sur tant d'épaules, tant de vies alourdies, étourdies. (p. 11)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
JoyceGJoyceG   29 avril 2017
Sylvain n’a pas vécu longtemps. J’ai plus du double de son âge. J’ai vécu plus du double du temps qu’il a accepté de vivre. « Accepté » n’est pas le bon terme. Je ne crois pas qu’on refuse ou qu’on accepte de vivre. Je crois que certaines circonstances alliées à un état a une affaire avec le suicide, je pense. Comme si la personne décidait d’en finir mais que ceux qui restent peuvent pas en finir. Les suicidés, y nous refilent le problème. Y nous le laissent. Y nous disent : « Regarde : moi, je sacre mon camp. V’là mes hosties de problèmes, arrange-toi avec ! » Je le sais que tu l’as pas dit, je te parle de l’effet, je te parle de ce que ça fait. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24fanfanouche24   02 février 2018
Mais je sais une chose: en mourant, Sylvain m'a montré un chemin exigeant et terrifiant. Celui de vivre avec la perte, avec le vide sans continuer à le creuser. J'ai essayé, j'essaye de marcher droit avec ma part de creux et ma part de plein, et je sais que j'ai été choyé, que j'ai reçu beaucoup d'amour (...)
J'ai beaucoup perdu parce que j'ai beaucoup reçu. (p. 364)
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Marie Laberge (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Laberge

Québec : Marie Laberge change d'avis quant au prix unique du livre
Invitée sur le plateau de l'émission télévisée Tout le monde en parle, ce 13 octobre 2013, l'auteure québecoise venue présenter son onzième et dernier roman ...
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
142 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre
.. ..