AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782764425565
300 pages
Éditeur : Québec Amérique (04/10/2013)
3.38/5   36 notes
Résumé :
En qui croirez-vous ?

En 1985, dans le paisible village de Sainte-Rose-du-Nord, une femme aimée et respectée de tous est sauvagement assassinée. Un coupable est tout de suite identifié. En dehors de la brutalité du meurtre et de la faiblesse des preuves, c’est une enquête sans histoire qui se solde par une résolution rapide. Mais toute la vérité a-t-elle été faite ? Et comment la débusquer dans une si petite communauté où chacun protège pieusement ses... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,38

sur 36 notes
5
0 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

LiliGalipette
  30 juillet 2016
Patrice, policier français, et Vicky, inspectrice québécoise, travaillent dans une équipe spécialisée dans les dossiers classés. Ils sont sollicités par Jasmin Tremblay qui est convaincu que son patron, Paul, est innocent : enfermé depuis 22 ans, il n'a pas pu tuer sa mère adoptive qu'il adorait. Patrice et Vicky se rendent à Sainte-Rose-du-Nord pour comprendre ce qui s'est passé, qui a pu tuer Émilienne, dévaster sa collection de poupées et laisser un possible innocent en prison pendant si longtemps. « Paul va sortir de prison dans très peu de temps. Pourquoi se mettre à chercher le meurtrier tout à coup ? Qu'est-ce qui presse tant ? » (p. 65) Dans cette petite ville, il y a bien des secrets inavouables qui tournent autour du clergé. « Toute l'Église est une horreur et un foyer malsain où les criminels peuvent violer des femmes pour les confesser ensuite. de leurs péchés à eux ! » (p. 110) Les coupables sont nombreux et Paul n'est manifestement pas du nombre. Il y a bien des vérités à révéler et des victimes à sauver. « Quand on déterre des secrets de famille, Patrice, on n'y va pas avec une pelle mécanique. » (p. 81)
Je ne m'attendais pas à lire une enquête policière. Manque de bol, c'est bien la forme de ce roman et je ne suis toujours pas plus friande de ce genre littéraire. J'ai fini ma lecture pour le plaisir d'une immersion au Québec, pays cher à mon coeur. Je connais un peu le puissant mouvement anticlérical qui existe dans ce pays et qui fait suite à des siècles de domination religieuse sur la société. L'intrigue s'inscrit dans cette histoire sociale et tire à boulets rouges sur une Église qui ne compte plus les scandales sexuels de ses ministres. Sujet délicat s'il en est. L'auteure s'en tire plutôt bien et renoue avec des héros qu'elle a déjà mis en scène dans un roman précédent. Je doute de garder un souvenir marqué de cette lecture : de Marie Laberge, je préfère les romans qui ne sont pas policiers, comme Ceux qui restent, magnifique chronique à plusieurs voix autour d'un suicidé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Renatan
  11 mars 2017
Suis-je objective lorsque je commente Marie Laberge? Absolument pas! Mais tenez-vous-le pour dit, je l'assume très bien … Qu'importe les sujets abordés, sa fine psychologie et la force de ses dialogues arrivent chaque fois à me plonger dans l'univers dramatique de ses personnages pour en vivre tous les états d'âme, du plus subtil au plus profond. Je ressens cette émotion difficilement exprimable que ses mots me rejoignent là où mon âme est la plus sensible. le rapport que j'entretiens face à ses écrits est viscéral, oui, c'est le mot juste … ils m'atteignent, me perturbent, me font pleurer parfois, rire aussi et surtout, ne me laissent jamais indifférente. C'est ce qui me plaît avant tout dans la littérature, la force qu'ont certains auteurs, à travers leurs écrits, de laisser en nous une trace palpable des lieux, des personnalités, des atmosphères, bien après en avoir refermé les pages. Marie Laberge y arrive avec grâce …
Dans ce roman policier (son deuxième après « Sans rien ni personne »), elle s'attaque, si je puis me permettre l'expression, à un sujet fort délicat : les abus sexuels perpétrés par les membres de l'église. Elle illustre avec insistance la difficulté d'obtenir justice face aux institutions religieuses ; les victimes se faisant ordonner de garder le silence et de respecter l'ensemble de l'église, de la protéger et de ne pas la salir en dénonçant des agresseurs repentants auxquels le diocèse a déjà pardonné. Elle ne manque pas de rappeler que les gens abusés sont souvent considérés comme des pêcheurs indignes qui ont attiré les prêtres dans la disgrâce. L'Église est ainsi allée dans le même sens néfaste que la psychanalyse en culpabilisant les enfants face aux actes commis à leur égard et en achetant le silence des victimes. En ignorant la maltraitance et les abus, elle a laissé planer le doute et l'incertitude chez elles, en plus d'avoir été complice des gestes violents posés par ses membres.
Ce roman est écrit, comme toujours et pour mon plus grand plaisir, dans un québécois pure laine que les lecteurs non familiers avec ses expressions pourraient avoir du mal à suivre. Loin de sombrer dans le chauvinisme, Marie Laberge reste fidèle à ses racines et fière d'y appartenir. Marie Laberge est une auteure authentique, que je pourrais comparer en ce sens à Michel Tremblay, Réjean Ducharme, Victor-Lévy Beaulieu, etc … Dans ce roman policier, elle allie ses talents de dramaturge à ceux de romancière. L'intrigue est bien ficelée et intelligente. le dénouement final est mené avec brio. Si la plupart de ses romans abordent des sujets controversés, certains sont récurrents, comme l'exclusion sociale. Les dialogues sont savoureux, opposant deux enquêteurs, l'une québécoise, l'autre français. Les chocs culturels qui en résultent de part et d'autre m'ont fait sourire … L'atmosphère est palpable, on se croirait même dans ce petit coin reculé du Québec, à Sainte-Rose-du-Nord. Hommage à la citation de Camus en début de livre. Une autre merveille …

Lien : http://www.lamarreedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Kassuatheth
  22 janvier 2014

C'est la deuxième enquête que Vicky Barbeau fait avec le avec le commissaire Patrice Durand. La première a été racontée dans le roman « Sans rien ni personne. » Au cours de cette enquête, ils doivent refaire une enquête pour meurtre et découvrir le vrai meurtrier.
L'auteur nous fait progressivement découvrir l'histoire comme s'il pelait un oignon. Au début, tous les témoins ont quelque chose à raconter mais rien de ce qu'ils racontent n'aide les enquêteurs Vicky et Patrice. Toutes les personnes on dit toute la vérité mais ont caché tous les éléments importants.
Dans les 200 dernières pages, le rythme s'accélère. Peu à peu. Les témoins révèlent de plus en plus d'information. Soit d'eux-mêmes, soit forcés par de nouveaux interrogatoires. Progressivement, on en vient à suspecter de moins en moins de personnes mais sans pouvoir prouver quoique ce soit.
Les deux enquêteurs tournent et retournent les informations que l'on connaît, si bien qu'à la longue, on se demande où on en est rendu. Cela me change des polars où on apprend le tout dans les derniers chapitres. Je me demande si dans la vie courante les enquêtes ne suivent pas ce scénario. Hypothèses et démolitions de celles-ci.
À un moment donné, il ne reste plus que deux suspects et tout ce que les enquêteurs cherchent, c'est la preuve légale de leur implication dans ce meurtre. Mais il reste tellement de pages avant la fin du roman que j'ai fermement cru que le vrai meurtrier nous serait révélé dans les dernières pages. Vous devrez lire ce roman pour savoir si je me suis trompé.
C'est un roman d'une rare violence. Sans vouloir trahir l'histoire à venir, je peux dire qu'à plusieurs reprises, je me suis senti en colère voyant l'impuissance des bonnes volontés bafouée par l'impudence des fautifs.
Après avoir lu ce livre, il est impossible d'affirmer péremptoirement que c'était mieux autrefois. Il y a des choses qui ont changé et c'est tant mieux.
Ce roman frôle le pamphlet à plusieurs reprises. On en est à se demander si ce sont les personnages qui parlent ou Marie Laberge. Heureusement, dans les dernières pages, l'auteur remet les pendules à l'heure par la bouche de Vicky Barbeau.
A ne pas rater, le sublime exercice de flatterie que Patrice sert à monseigneur Rivest Legrand. de même que son interrogatoire alors qu'il ne peut plus articuler et se contente de répondre « Hi » ou « Hon ». Mais il réussit quand même à dire aux enquêteurs ce qu'il veut leur révéler.
Je ne sais pas comment le lecteur français va réagir à ce roman. Par contre, une chose est certaine, les personnes d'une certaine génération vont réagir violemment même s'ils n'ont pas été elles mêmes impliquées.
Avec le temps, je ne serais aucunement surpris si ce roman en venait à faire partie du curriculum de littérature québécoise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
infosix
  11 février 2014
Une auteure québécoise, bien connue au Québec, qui gagnerait certainement à être davantage lue outre mer.
"Mauvaise foi n'est pas un polar, mais un roman que j'ai écrit avec une intrigue policière», affirme l'auteure.
Je résume brièvement l'intrigue. En 1985, dans un paisible village, une femme généreuse, croyante, humaine et aimée de tous, est sauvagement assassinée. Un homme, le fils de la victime, est rapidement emprisonné, mais vingt-deux ans plus tard, un de ses proches doute toujours de sa culpabilité. Deux enquêteurs, un policier français et sa collaboratrice québécoise se rendent au coeur du petit village de Sainte-Rose-du-Nord au Saguenay et ce qu'il découvriront montre l'être humain dans ce qu'il a de moins glorieux.
Une vérité implacable sur les secrets de famille enfouis au coeur du village et une charge à fond de train sur la duplicité des autorités ecclésiastiques dans la dissimulation de faits dont elles ont été témoins ou, pire encore, de crimes dont elles ont été les complices.
Je trouve que la grande force de Marie Laberge réside dans la construction de ses personnages: vivants et presque taillés au couteau, ils sont tellement présents et vrais que lorsqu'on tourne la dernière page du roman, on ne peut s'empêcher de les regretter, comme si on venait de perdre une personne que l'on a côtoyée de très près.
J'aime moins, par ailleurs l'écriture, à l'américaine que Laberge utilise dans son roman. de toutes petites phrases, toute courtes, toujours au présent de l'indicatif comme si le subjonctif était une maladie honteuse dont il faut se tenir loin. Cela donne à son texte des allures de roman "traduit", ce qui n'est évidemment pas le cas.
Retenons toutefois que " Mauvaise Foi" est un excellent thriller psychologique qui vous tiendra en haleine, page après page, jusqu'à la fin du livre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Puszi
  29 juin 2018
Vingt deux ans après le meurtre d'Emilienne, une femme aimée et respectée de tous, le commissaire français Patrice Durand et la détective québécoise Vicky Barbeau rouvrent l'enquête. A l'époque un coupable avait été identifié et il est toujours sous les verrous.
Au fil des pages, Marie Laberge nous invite à faire connaissance avec les différentes personnes en lien avec la victime et le meurtrier, les langues se délient, les souvenirs reviennent à la mémoire. L'intrigue sert de fil conducteur à une réflexion sur le pouvoir de la religion, le poids du silence, les conséquences du sadisme de certains hommes, notamment d'Eglise... Une fois encore j'ai beaucoup apprécié le style de Marie Laberge, ses expressions québécoises, le rythme du roman. J'ai également été très intéressée par sa manière de nous donner à voir les différences entre les façons de réagir en France et au Québec.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
PusziPuszi   29 juin 2018
Elle déteste quand il réduit le débat à la religion ou a son passé catholique. Et elle le lui dit : "Rien dans cette affaire n'est une condamnation de la foi. Il y a des hommes, et c'est tout. Des hommes et leur appétit de pouvoir. Des hommes et leur perversité envers des enfants confiants. Il y a la religion qui sert de cachette à ceux qui ont l'esprit tordu et qui s'inventent un dieu vengeur pour assouvir leurs instincts tortionnaires. La manipulation n'est pas un fait religieux, c'est une tendance humaine qui n'épargne pas les religieux. Le notaire était un homme honorable, respectable et réputé pieux : ça ne l'a pas empêché de détruire son fils et d'en faire un prêtre malgré lui. Etre asservi à des désirs pervers n'est pas une conséquence directe de la foi, mais des règles que des hommes ont édictées au nom de la foi. Et c'est pareil partout, quelle que soit la religion, : on prêche l'amour, la charité, la tolérance, et on écrase le plus petit espoir d'être quelqu'un. Et de se croire sauvé. Et on envoie des enfants de dix-sept-ans bardés de bombes se faire exploser au milieu d'une foule. Que ce soit la mosquée, l'église ou la synagogue, il y a toujours eu des outrages et des martyrs, et ce sont des hommes qui les ont fait subir à d'autres hommes en proclamant que l'ordre venait de dieu, leur dieu, peu importe son nom. Mais le seul dieu de ces personnes, c'est le pouvoir. L'envie, l'appétit de pouvoir et l'orgueil." p.293 et 294
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   30 juillet 2016
« Toute l’Église est une horreur et un foyer malsain où les criminels peuvent violer des femmes pour les confesser ensuite. De leurs péchés à eux ! » (p. 110)
Commenter  J’apprécie          90
PusziPuszi   23 juin 2018
Il lui fait un long discours sur la sexualité déviée parce que déniée. Il s'enflamme en énumérant tous les scandales sexuels que l'église a non seulement camouflés, mais invités à proliférer par son silence. Il a long à en redire sur la contrition et l'absolution, sur la vertu réparatrice du pardon : pour lui, le pardon ecclésiastique revient à une forme de renforcement positif du crime. Celui qui pardonne, qui efface, laisse le danger en place. p.114
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   01 janvier 2014
L’indignité des femmes… sans trahir le secret de la confession, je vais vous avouer une chose : dans tout mon ministère, la peur viscérale des femmes, de l’attrait des femmes, de leur séduction, de leur potentiel de vice et de péché m’est apparue avec une clarté… éprouvante. On leur en a mis sur le dos, des abus, des crimes et des péchés. Leur faute ! La faute de leur beauté, de l’attirance démoniaque, du désir qu’elles suscitaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KassuathethKassuatheth   21 janvier 2014
- Le diocèse fera son devoir et je ferai le mien. Le diocèse a longtemps cru que son autorité était supérieure à celle de la justice.
Ils ont magouillé, acheté le silence des victimes, ils ont traficoté des ententes ignobles, sans égard pour leurs ouailles. Eh bien! C'est terminé, Vicky. Le règne des corrompus qui instaurent la morale est terminé!
- Je ne vous savais pas si anticlérical.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marie Laberge (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Laberge

Québec : Marie Laberge change d'avis quant au prix unique du livre
Invitée sur le plateau de l'émission télévisée Tout le monde en parle, ce 13 octobre 2013, l'auteure québecoise venue présenter son onzième et dernier roman ...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2172 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre