AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246398011
235 pages
Grasset (16/09/1987)
4/5   30 notes
Résumé :
Passant des questions les plus simples aux problèmes les plus complexes, Henri Laborit convie son lecteur à un fabuleux voyage dans l'univers des théories scientifiques contemporaines. Dérive superbe qui entraîne de la création du monde à la réaction d'un rat dans une cage de laboratoire, et du fantasme des " petits hommes verts " aux charmes et à la beauté d'un corps humain. Dieu ne joue pas aux dés : ou comment aller du big bang au développement cellulaire, et app... >Voir plus
Que lire après Dieu ne joue pas aux désVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Dans un ouvrage précédent intitulé "La nouvelle grille", l'auteur évoquait un empilement de "niveaux d'organisation" constituant le corps humain depuis les composants des cellules an allant jusqu'aux sociétés d'humains. L'auteur a cette fois tenté de pousser cette réflexion hors de son domaine de recherche (la biologie) pour envisager l'infiniment petit et l'infiniment grand (domaines de la physique). Sont donc revues et vulgarisées toutes les notions de cette science utiles à son propos. Bien que cet essai date de bientôt 35 ans et que la recherche ait fait des progrès importants depuis, l'ouvrage a selon moi (néophyte) très bien vieilli et n'en reste pas moins très intéressant.
Commenter  J’apprécie          20
Fabuleux
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Communiquer, étymologiquement, signifie mettre en commun. Mais que met-on en commun ? Une information. Étymologiquement encore, une information est une mise en forme. Se pose alors la question de savoir ce qu’est la forme. La forme représente ce qu’un ensemble ajoute à la somme des éléments qui le constituent. Et ce qu’il ajoute, ce sont des relations. La mise en forme résulte donc des relations qui s’établissent dans un certain ordre entre les éléments d’un ensemble. (page 38)
Commenter  J’apprécie          10
Comme le signalent Silk et Barrow, « si l’univers a été conçu pour que nous existions, pourquoi s’être ennuyé avec ces milliards d’autres galaxies complètement superflues ? »
Commenter  J’apprécie          40
Chacun de nous possède donc sa symbolique personnelle, qui s’inscrit dans un autre niveau, celui de la symbolique interpersonnelle, et ces deux niveaux d’abstraction sont souvent difficiles à accorder.
(page 109)
Commenter  J’apprécie          10
Sur le papier, dans la prison des mots, les idées s'ordonnent et se fixent dans le temps.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Henri Laborit (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Laborit
Quel est le point commun entre la blouse verte de votre dentiste, un bouillon cube, des neuroleptiques, un auto-injecteur d'insuline, le BCG et l'IRM ? Toutes ces innovations sont nées de l'inventivité et l'expérience de la médecine militaire.
« Médecine », « militaire », les deux mots semblent en totale contradiction. Quand le militaire blesse ou tue, le médecin soigne et sauve. Mais le corps étant l'outil de travail du soldat, le réparer et le préserver s'est vite avéré essentiel. En 1708, Louis XIV créé le Service de santé des armées et les premiers hôpitaux militaires. Il imagine même un établissement de soins de suite : les Invalides.
L'inventivité des chirurgiens, médecins, pharmaciens et dentistes militaires pour soigner les combattants permettra des avancées médicales majeures. Ils les transmettront au monde civil. Parfois de façon originale : ainsi, un chirurgien de marine, fort de son expérience des épidémies, interviendra dans l'urbanisation de la ville de Rochefort, et l'auto-injecteur bien connu des enfants allergiques naîtra dans les trousses de secours des soldats. Car la médecine militaire s'invite plus souvent qu'on ne le pense au chevet des civils.
D'Ambroise Paré, père de la chirurgie moderne et médecin de Charles IX, à Henri Laborit, découvreur des neuroleptiques, du « syndrome de stress post-traumatiques » aux prothèses, de la kinésithérapie aux vaccins en passant par les célèbres antibiotiques et les greffes de peau, l'auteure nous entraîne dans un voyage passionnant des champs de bataille aux hôpitaux.

Après des études d'histoire, Elisabeth Segard s'est orientée vers l'information et la communication. Elle travaille comme journaliste à La Nouvelle République du Centre Ouest.
Auteur de plusieurs ouvrages, son livre Si fragiles et si forts, publié en 2021, a été le premier roman à présenter l'hôpital des Invalides au grand public. Il a été récompensé par le prix Srias Centre 2021.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Philosophie et théorieVoir plus
>Sciences de la nature et mathématiques>Sciences : généralités>Philosophie et théorie (61)
autres livres classés : Éthologie humaineVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (98) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
827 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *}