AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070380432
Éditeur : Gallimard (23/06/1988)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 648 notes)
Résumé :
Invité par une prestigieuse université de Virginie, un jeune Français découvre émerveillé la vie dorée des college boys, leurs équipes sportives, leur campus dans une vallée paradisiaque. C'est le temps d'une Amérique sage, celle d'avant l'explosion des moeurs et le fracas des années soixante. Très vite, le jeune homme comprend qu'il reste un " étudiant étranger ". Il va franchir des lignes, transgresser des tabous, sans même s'en rendre compte : d'abord en faisant ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
frandj
  22 juin 2015
Pour un jeune d'aujourd'hui, aller étudier aux USA est devenu presque banal. Juste après la seconde guerre mondiale, c'était au contraire extrêmement rare. La mobilité des personnes était très réduite, et chaque nation "cuisait dans son jus". Philippe Labro a eu la chance de découvrir l'Amérique dans les années '50, alors qu'il était encore très jeune. Il a fait des études en Virginie, un Etat sudiste, très conservateur, raciste. Le combat pour les droits civiques n'avait pas vraiment commencé aux USA. L'auteur avait pour condisciples des étudiants blancs, tout imprégnés par un sentiment de supériorité et par un conformisme étouffant. Le narrateur, quoique surpris par la société où il se trouve immergé, s'y adapte assez facilement. Il nous fait pénétrer dans cette Amérique bon chic bon genre, bien-pensante, qui à présent nous semble anachronique. Mais pour moi, ce qui donne tout son poids au livre, ce sont les sentiments du héros pour une jeune Noire: connaissant le racisme ambiant, j'ai bien tremblé pour ce couple qui n'avait pas vraiment droit de cité dans la société très conservatrice d'alors.
J'ignore si ce roman est véritablement autobiographique, ou si l'auteur a beaucoup brodé sur son expérience personnelle. Je crois que Philippe Labro est un homme remarquable et... un peu imbu de sa valeur. Après cette lecture, mes sentiments à l'égard de l'auteur sont assez ambivalents. En tout cas, il donne un éclairage intéressant sur un monde très éloigné du nôtre dans l'espace et dans le temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
rabanne
  18 mai 2016
Je n'avais pas été plus emballée que cela par l'autobiographie de l'auteur.
Il y relate son expérience estudiantine aux États-Unis, dans les années 50 : vie sur un campus, éveil à la sensualité avec une femme plus âgée, April, découverte de la musique rock, plongée dans un pays marqué par les stigmates de la colonisation, etc.
J'avais presque préféré l'adaptation cinématographique, bien qu'assez lisse et "américanisée".
(dès la 2nde)
Commenter  J’apprécie          163
dancingbrave
  07 septembre 2012
Ce roman autobiographique nous décrit l’une des deux années passées par l’auteur dans un collège de Virginie en 1954 1956.
A travers ses descriptions des mœurs des collégiens formant une collectivité très étroite, on entre-aperçois l’un des fondements de la mentalité particulière des américains; Notamment ce qui en fait un peuple si soudé, si collectif.
Le conformisme est poussé à l’extrême et explique que ce peuple se distingue des autres jusque dans ses mimiques.
Si les acteurs américains jouent tous de la même façon c’est non seulement pour suivre les rituels, mais aussi parce qu’il ne se conçoit pas de pouvoir jouer autrement. Sur le campus tous les collégiens et leurs « dates » se doivent de s’habiller selon les mêmes règles et se comporter de la même façon. Tous écart entraîne, au mieux, les regards désapprobateurs.
Au sein du collège une commission d’étudiants existe surveillant tout écart de conduite et rappelle la nécessité d’intégrer l’esprit de corps.
Quelques passages faisant allusion au sexe ne m’ont pas paru nécessaires si ce n’est par esprit de vantardise.
Souvent la personnalité quelque peu prétentieuse de Labro efface les éléments qui auraient pu édifier le lecteur sur l’esprit américain.
Mais n’oublions pas que ce texte est un roman avant d’être une étude ethnologique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
jfponge
  01 mars 2015
Un parcours initiatique, à la découverte de l'amour et des problèmes raciaux dans l'Amérique des années 50. le narrateur, un brillant lycéen français, a gagné une bourse qui va lui permettre de poursuivre ses études aux États-Unis. Sur le campus d'une université de Virginie, il va devoir déchiffrer les codes d'une mini-société très hiérarchisée, très blanche et très propre sur elle (du moins le croit-elle), qui intègre dans l'univers protégé des "colleges" américains tous les tabous de la société américaine bien-pensante du Sud des États-Unis. On est loin, très loin encore des émeutes raciales et des manifestations étudiantes des années 60. Grâce à April, une institutrice noire dont il va tomber amoureux (en cachette, bien sûr !), il va découvrir la face cachée de cette Amérique chérie, dont il semblait tout ignorer à son arrivée. Malgré son amour sincère (et partagé) pour cette belle jeune femme, il va comprendre assez vite que leur relation ne les mènera nulle part. Comme son coeur (?) déborde, il ne va pas tarder à reporter son affection sur Elisabeth, une étudiante sexy, bien blanche celle-là et riche héritière. Elisabeth incarne, des années avant qu'elle n'éclate, la révolte de la jeunesse des années rock. Hélas, le rappel à l'ordre ne va pas tarder, les parents rappliquant dare-dare pour reprendre en main leur fifille chérie, au grand dam de notre jeune premier bien esseulé. Malgré ce scénario digne d'un roman-photo, ce roman d'initiation, d'une facture très classique mais bien écrit et plein de charme, constitue un témoignage sur une certaine époque de l'histoire américaine. le héros nous paraît aujourd'hui un tantinet ridicule, figé qu'il est dans son conformisme et son désir de réussir à tout prix, mais à travers le regard sincère qu'il porte sur les gens et sur la vie, l'auteur réussit à le rendre attachant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
anlixelle
  22 décembre 2016
Un souvenir de plaisir littéraire savouré d'autant plus fortement que j'étais moi même étudiante.
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
liberligerliberliger   20 octobre 2012
La première fois que l'on tombe amoureux, la première fois que l'on vous ment, la première fois qu'on fait l'amour, la première fois qu'on perd une illusion, la première fois qu'on rencontre la beauté et son contraire. Les adultes et l'existence finissent par vous imposer le vieux précepte indispensable pour survivre : on efface, et l'on continue. Mais rien n'efface la première fois, pas plus que sur le blanc immaculé d'un drap ne peut tout à fait disparaître la tache de sang d'une vierge qui ne l'est plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
liliverteliliverte   08 février 2011
Maintenant j'était tout seul à évoluer constamment au bord de précipices qui se succédaient. Un sentiment de mélancolie me gagnait, je languissais de revoir les frères et les parents. Mais en même temps, je voyais bien que j'avais commencé un voyage et que j'aimais trop voyager pour éprouver jamais le besoins de revenir en arrière.
Commenter  J’apprécie          90
Eowyn85Eowyn85   02 mars 2014
- Ça suffit. Je vois que vous savez encore vous servir de vos cordes vocales. Alors maintenant je vais vous demander quelque chose. Je vais vous demander dans la mi-temps qui va suivre de vous servir de vos tripes, de vos jambes, de vos bras, de vos mains, de vos épaules, de vos muscles, de vos jambes, de vos poings, de vos couilles, de vos yeux, de votre tête, bordel de nom de dieu de putain de nom de dieu d'enculeur de poulet de nom de dieu de saloperie de merde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
natfrommarsnatfrommars   14 mars 2016
Je me suis dit qu'il y avait des moments de bonheur et de beauté, et que j'avais vécu un moment comme ça et que j'en vivrais d'autres, et qu'entre ces moments de beauté et de bonheur il y avait le reste du temps et le reste de la vie, et que la seule chose que je pouvais faire, lorsque ce moment se présentait, c'était de le goûter le plus complètement et le plus profondément, mais je ne pouvais pas prétendre que ce moment dure éternellement. Il n'y a que des moments, et certains sont, simplement plus heureux que d'autres. Et il faut les saisir, comme on saisit une chance, cet oiseau rare qui passe au-dessus de l'homme et qu'on ne peut attraper qu'en se projetant en l'air, la paume et les doigts grands ouverts. Il faut vivre la vie en sautant vers le ciel, la main toujours ouverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CLMOHCLMOH   26 septembre 2013
On blesse d'abord, puis l'on dit que l'on n'a pas voulu blesser, puis devant l'étendue du désastre et par une curieuse déviation de son égoïsme, on propose alors de tout effacer et de faire comme si le coup n'avait jamais été porté.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Philippe Labro (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Labro
17.05.18 - INTEGRALE - É. Louis, P. Kramer, G. Brisac, P. Labro, V. Huisman et M. Dorsan.
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des cornichons au chocolat

Comment s'appelle le chat de Stéphanie

Garfield
Garffy
Garfunkel

6 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Des cornichons au chocolat de Philippe LabroCréer un quiz sur ce livre
.. ..