AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070382583
281 pages
Éditeur : Gallimard (01/06/1990)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 257 notes)
Résumé :

" Rien ne vous prépare à l'Ouest ", dit le narrateur, l'étudiant étranger de Philippe Labro, parti travailler tout un été dans les montagnes du Colorado.
Pour atteindre ce territoire irréel et sauvage, il est d'abord confronté au peuple de la " route ". Il rencontre Amy, la fille Clarke, aux cheveux fous, qui exhalent des senteurs de fleurs séchées - la liberté même. Il vivra avec elle un grand amour, fulgurant, dont le souvenir ne cessera de le h... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
luis1952
  05 septembre 2014
Un jeune homme français ,au milieu des années cinquante va aux Etats-Unis pour étudier. Durant ses vacances là-bas il cherche à gagner un peu d'argent pour payer ses études. C'est le début d'une aventure surprenante au milieu du Colorado, sa rencontre avec des gens plus fascinants les uns que les autres. Un livre qui nous fait comprendre la vie dans cet immense pays, une invitation presque pour nous y rendre, tant tout y est bien raconté.Du suspense, de l'aventure, des amitiés, des rodéos, le fantasme des pieds nus et orteils des filles aussi, j'ai aimé.
Commenter  J’apprécie          180
Audreyy
  14 août 2011
C'est avec appréhension que j'ai débuté ce roman. le résumé me faisait un peu peur et je ne pensais pas aimé mais j'ai débuté et très vite, je me suis laissée emportée.

Le narrateur a étudié pendant un an dans une université de Virginie et pendant l'été, il abandonne la vie d'étudiant pour travailler dans les montagnes du Colorado. Très vite, il s'aperçoit que la vie y est différente que sur les bancs de l'école. Il commence par être pris en stop par deux malfaiteurs mais il réussit à s'échapper. Dans un bus, il rencontre une jeune fille, Amy, appelée la fille Clarke. Il vivra un amour d'un jour qui continuera à l'obséder pendant longtemps.
Puis, le voilà arrivé aux camps, la vie est dure. Les personnages doivent couper des arbres, les sauver d'une invasion d'insectes destructeurs. Il se lie d'amitié avec quelques personnages, participe à une bagarre générale, assiste à la mort d'hommes dont un de ses amis. C'est ce qui le poussera à quitter le camp et à retourner à la vie normale.

Je crois que je n'ai jamais autant ressenti de nostalgie en lisant un livre. Je l'ai peut-être lu au bon moment mais le fait de rencontrer des gens, s'habituer à leur présence et leur dire au revoir sachant très bien qu'on ne les reverra plus jamais m'a beaucoup touché. Philippe Labro a une écriture plaisante ce qui rend la lecture agréable et touchante à la fois. Quelques longueurs mais rien de bien gênant. Il aborde pleins de thèmes d'actualité : le raciste, la valeur de l'argent en travaillant dur, les difficultés à trouver un emploi, la nature, les rapports amoureux.
Des romans de Philippe Labro que j'ai lu pour le moment,« Un été dans l'Ouest » est mon préféré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
musaraneus
  25 février 2017
Un roman que j'ai aimé lire, sentir, traverser comme cette Amérique qu'il raconte : celle de la route, des silos à grains et des champs à perte de vue, celle des tornades, celle des forêts de pins géants, des grands lacs, des pick-up et des coffee shop de seconde zone.
Ce livre qui ne raconte rien, ou presque : l'été d'un étudiant dans le grand Ouest, petit frenchy à l'aube de sa vie qui taille la route, seul dans l'immensité des états-unis, pour aller transpirer sous les vapeurs d'insecticides, un travail ingrat : sauver la forêt de l'invasion massive d'insectes ravageurs.
Ce livre qui sent la résine, la sueur et la terre, m'a fasciné du début à la fin et j'y est retrouvé avec un doux plaisir l'ambiance des grands parcs américains, Mesa Verde, Yosemite, Séquoia...
Commenter  J’apprécie          110
Stellabloggeuse
  13 novembre 2012
Cette histoire est doublement celle d'un voyage, puisque le narrateur n'est pas américain : c'est un jeune français, et il a passé une année dans une université de Virginie avant de partir à la rencontre du Grand Ouest. le voyage en lui-même, la route jusqu'au Colorado, est un peu rapide et n'occupe pas beaucoup de place dans le roman. L'auteur se concentre sur quelques évènements importants, et j'avoue avoir été légèrement frustrée. Néanmoins, l'envie de parcourir la route et des réflexions sur ce que cela implique sont présentes tout au long du roman. Mais globalement, l'été de notre étudiant passe très vite, et j'aurais parfois aimé que certaines choses soient un peu plus creusées.
Arrivé dans le Colorado, le narrateur se trouve face à l'immensité de la Nature. En effet, nous sommes dans les années 1950, et l'Ouest n'est pas encore une destination touristique. Ainsi, notre étudiant se trouve face à une nature préservée et sauvage, qu'il contemple et qu'il nous fait admirer. Cette évocation de la nature, des grands espaces et du sentiment de liberté qui leur est lié m'a plu. Il rencontre aussi des hommes différents, plus bruts, plus authentiques peut-être, qui lui apprennent notamment les vertus du silence.
Le personnage principal est un jeune homme assez sympathique. C'est un étudiant qui se cherche encore, qui n'a pas trouvé sa voie, et qui trouve un début de réponse dans l'Ouest. Car au-delà d'un récit de voyage et d'un hommage à la nature, ce roman s'attache aussi à l'évolution de ce jeune homme, qui se découvre plus fort qu'il ne l'aurait cru, qui prend confiance en lui. Néanmoins, il m'aurait fallu en savoir plus à son sujet pour s'attacher à lui (peut-être dans ce cas aurait-il fallu lire le roman précédent ?). Mais surtout, j'aurais aimé avoir davantage de pistes de son évolution future à la fin du roman, je suis restée un peu sur ma faim.
Quant aux autres personnages, ils sont assez peu développés, nous ne faisons que les effleurer, même si certains se font remarquer, comme la fille Clarke qui initie le narrateur à la « Loi de la route ».
L'écriture de Philippe Labro est de qualité, et ce roman a fait partie de la sélection du Goncourt l'année où il est sorti. J'ai particulièrement aimé sa manière de décrire la nature et les paysages. C'est une écriture plutôt grave, son histoire est une réflexion sérieuse et ne se prête pas à l'humour.
Ainsi, c'est un roman que j'ai apprécié, notamment pour la présence de la nature et le cheminement interne du narrateur, mais j'ai été un peu frustrée sur plusieurs plans, par la brièveté de l'intrigue notamment. Néanmoins, si les grands espaces de l'Ouest vous attirent, je vous le conseille !
Lien : http://romans-entre-deux-mon..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Readingintherain
  31 janvier 2014
Le mois dernier j'ai lu le bouquin sur l'assassinat de Kennedy de Labro, On a tiré sur le Président. Il évoque à de nombreuses reprises son voyage précédent aux États-Unis, son roadtrip vers l'Ouest… Et j'ai eu envie d'en savoir plus et de lire le roman/témoignage qu'il en a tiré. Bon, j'ai commencé par mal faire ma recherche et ne pas me rendre compte qu'il y avait deux bouquins, L'Étudiant Étranger ET Un Été dans l'Ouest, et du coup je n'ai acheté que Un Été dans l'Ouest, mais bon c'est pas grave, la médiathèque d'à-côté a apparemment toute l'oeuvre de Labro (les hasards du débroussaillage, elle a ça mais pas les Versets Sataniques que je voulais lire, par exemple) du coup j'irai les chercher, ça m'évitera de les acheter pour les revendre une fois lus. Oui, parce que bon, c'est sympa, mais c'est pas exceptionnel et je ne garde plus que l'exceptionnel. Ou ce que je voudrai relire. Je ne suis pas certaine que je voudrai relire les romans de Labro. Mais je suis tout de même contente de les avoir lus une fois !
On accompagne un Labro de dix-neuf ans dans un road-trip puis sur le site de son job d'été, pendant lequel il asperge d'insecticide une forêt américaine. Je ne suis jamais allée aux États-Unis donc je ne sais pas dire si c'est réaliste, mais en tout cas c'est tout à fait ce que j'imagine de la vie dans les petits bleds avec travail difficile, pas de femmes et des flingues. du coup j'ai complètement été emballée, même si par moments ce sont réellement des rêves de jeune garçon qui ne me correspondent pas des masses. Par ailleurs, il y a cette chanson, cette chanson qui reste dans la tête sur la Loi de la Route, enfin, bref, tout ça a fait vibrer la corde en moi qui rêve d'aller dans le Nouveau Monde du Nord (oui, le Nouveau Monde du Sud, j'y suis déjà allée. Bon, j'y retournerais bien.) pour s'y balader tranquillement et découvrir ces paysages qui me font rêver depuis toute petite (le Wyoming ! Flicka ! )
J'ai réservé l'Étudiant Étranger à la médiathèque. J'ai envie de voir comment Labro se débrouille dans les colleges de l'Est. Je vous dirai ça.
Lien : http://www.readingintherain...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
luis1952luis1952   04 septembre 2014
J'avais vu alors qu'il croyait que je dormais, son regard extatique et lubrique posé sur mes orteils, et je n'avais pas oublié l'extrême rougeur qui l'avait envahi lorsque je l'avais démasqué.Il ne pouvait s'empêcher de jeter encore des regards brefs vers l'extrêmité de mes jambes nues.et je sentis qu'il hésitait et qu'il aurait fallu bien peu de choses pour qu'il se jette dessus et me les baise ou me les lèche, quelle horreur! Nous avions laissé pénétrer dans nos murs,en pleine île de Nantucket, un redoutable FETICHISTE- un adorateur de pied., secte dépravée s'il en fut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
luis1952luis1952   05 septembre 2014
"Dois-je me sentir insultée parce que on admire mes pieds nus comme un objet sexuel ?Mes orteils sont-ils donc le seul pôle d'attraction de mon corps ? Et d'ailleurs vous ai-je jamais attiré physiquement? Et si oui,pourquoi n'avez-vous pas haleté comme le docteur Cidre de Pomme? Je ne suis pas à proprement parler un laideron. J'aurai vingt ans dans quelques jours. Mes cheveux repoussent et j'ai le teint hâlé, tonique, net et chic.Qu'attendez-vous pour sortir de vos fôrets et venir enfin me séduire? Ecrivez-moi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
musaraneusmusaraneus   24 février 2017
Et Bill, et doc, et Pachéco, et Mack, et les deux voyous sur la route - tous dissemblables, croyais-je, tous uniques ! Je ne comprenais pas cette chance qui est l'apanage de la jeunesse, selon quoi l'on a encore trop peu avancé dans l'existence pour pouvoir définir des stéréotypes, et l'on a pas encore rejoint les rives de ce scepticisme qui fait parfois conclure que tous les hommes sont les mêmes, et qu'il y a du gris dans la vie, et qu'il se pourrait que la vérité fut triste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
luis1952luis1952   04 septembre 2014
Je me réveillai dans mon hamac et me redressai sans bruit. Devant moi, en short jaune citron, le docteur me contemplait, l'œil écarquillé et la bouche entrouverte, haletant bêtement, comme je crois vous l'avoir conté. Il était fort près de mes doigts de pied- j'avais ôté mes vieilles Keds bleu marine, seule marque de chaussures portables dans toute l'île- et il m'apparut ce qui faisait haleter le docteur, c'était justement mes orteils. J'agitai alors vivement mes pieds et il eut un sursaut et tourna son regard béat mais surpris vers moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
musaraneusmusaraneus   22 février 2017
La tornade s'est dissipée à l'horizon. Bientôt, elle ne fut plus qu'un trait de crayon sale sur une surface laiteuse, noire et grise, puis elle s'est confondue dans l'encre du vaste ciel du Middle-West et nous avons perçu le premier cri d'un oiseau. Les senteurs des plantes et des fleurs qui s'était évanouie pendant le phénomène, revinrent en même temps que les mille petits bruits et chants de la grande plaine. Et c'était comme si la vie retrouvait la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Philippe Labro (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Labro
17.05.18 - INTEGRALE - É. Louis, P. Kramer, G. Brisac, P. Labro, V. Huisman et M. Dorsan.
autres livres classés : coloradoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des cornichons au chocolat

Comment s'appelle le chat de Stéphanie

Garfield
Garffy
Garfunkel

6 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Des cornichons au chocolat de Philippe LabroCréer un quiz sur ce livre