AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246818298
Éditeur : Grasset (29/08/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Un homme en colère, Elias, se promène au bord de la mer. Il lui arrive un des plus grands malheurs qui puisse exister. Une libraire de Bretagne, Léa, naguère éprise d'un marin qui s'en est allé, lui laissant en cadeau un petit guépard, vit de solitude et de rencontres sexuelles éphémères. Matthieu, effrayant et gracieux, surgit dans leur vie et va bouleverser leur destinée. 
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Matts_Thoughts
  08 septembre 2018
Je me suis lancée dans ce roman sans savoir exactement à quoi m'attendre. Au moment de refermer ce livre, la perplexité est le sentiment qui subsiste. J'ai apprécié la lecture et l'écriture, l'atmosphère étrange et les personnages déroutants, mais quelque chose me faire dire que je suis passée à côté de l'histoire, ou du moins de son sens profond. le premier mot qui me vient à l'esprit pour décrire cette lecture est "uncanny" que rien ne peut vraiment traduire en français, mais qui représente exactement ce que je ressens de l'atmosphère de ce bouquin.
Voici quelques éléments du texte qui m'ont interpellé:
L'ouverture de ce roman est fracassante. le ton est donné dès la troisième page lorsque
L'écriture est aérienne, parfois décousue, mais tend à créer une ambiance ombragée et troublante qui correspond aux trois personnages principaux. Sur certains passages, les phrases sont désordonnées, emmêlées et imbriquées les une dans les autres; au fond, elles miment le destin de chacun de ces personnages, ces vies qui se superposent un temps, s'éloignent mais restent liées. le début du récit est bancal, fracturé; il imite la vie bancale de ces personnages et leur isolement. Mais au fil du récit, lorsque les trois personnages se rencontrent et évoluent ensemble, le texte est beaucoup moins saccadé, il devient fluide et plus continu, on trouve beaucoup moins de ruptures.
Les personnages du roman sont décalés, même parfois perturbants:
Il y a d'abord Elias, aigri par la vie et les humains qu'il "maudit". en a fait un homme solitaire et sombre.
Puis il y a Léa, cette femme qui vit à travers le vague souvenir du marin de Rhodes, et qui semble insensible à la vie et aux évènements qui l'entourent.
Et il y a surtout Matthieu qui reste la plus grande interrogation (énigme?) de ce livre. Matthieu, cet être qui cherche à se définir, plus sensible et intuitif que le monde qui l'entoure. Celui qui cherche à se trouver à travers des lois physiques, pour appréhender sa différence. Celui des trois qui se trouve être le plus en marge de la société, celui qui a abandonné le conformisme social pour se vivre pleinement.
Et puis il y a aussi Julien (personnage secondaire) qui m'a particulièrement marqué. Parce que Julien, c'est cette allégorie du lecteur, celui qui assiste, spectateur aux évènements, et qui se demande: "quel est le sens de tout cela ?" (p.216), cette question qui hante la lecture, et qui rencontre le lecteur, écrite noir sur blanc, vers la fin du roman. Julien, c'est moi, celui qui cherche des explications, un sens, une rationalité là où il n'y en a pas.
Les descriptions de mer agitée sont brillantes. Très sombres et poignantes, elles évoquent vraiment le caractère puissant et impétueux d'une tempête en bord de mer. Cette atmosphère lourde, presque apocalyptique qui caractérise le déchaînement des eaux. Les images sont très parlantes pour qui connait la mer et le ciel du Nord.
La mort est partout dans le roman, à chaque coin de page, à chaque rencontre:
C'est aussi un roman très animalier, mais les animaux n'apportent pas la douceur que l'on pourrait attendre. Ils sont inquiétants, féroces, parfois sanguinaires - Ils sont souvent synonymes de mort.
J'ai trouvé l'histoire surréaliste, les personnages et leurs réactions à divers évènements très étranges. Il se passe des choses qui n'ont ni queue ni tête, mais qui ne semblent déranger personne. Les situations s'enchaînent, elles sont souvent farfelues et parfois incompréhensibles. Mais il n'y a ni début, ni fin, puisque la fin rejoint le commencement et boucle un cycle d'évènements fantastiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   23 septembre 2018
Les paroles, les gestes, les expressions, tout me parlait intimement et, bien souvent, je savais ce que la personne allait dire avant qu’elle ne le dise, même si c’était un mensonge, et parfois je savais ce qu’elle allait vivre, avant qu’elle ne le vive. Quand j’étais avec cet « Autre », dont on nous rebat aujourd’hui les oreilles, je devenais cet autre. Je le comprenais, il n’y avait aucune frontière entre lui et moi mais une effrayante porosité qui n’a rien à voir avec du mimétisme, car le mimétisme est un jeu de miroirs, qui renforce les apparences. Ce que j’éprouvais était l’inverse, les apparences ne retenaient pas mon attention et je ne me mettais en miroir de personne, mais je m’appliquais à adopter les comportements généraux, pour ne pas déranger les autres et pour me protéger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 septembre 2018
Les frontières entre les êtres, entre les choses, tout paraissait clair pour eux. Pour moi rien ne l’était. J’ai appris plus tard à jouer le jeu commun, à dire, et plus tard à reconnaître que mes voisins étaient des êtres séparés de moi par la surface verticale des murs, par leur épaisseur, par la surface plane du jardin et, quand ils venaient chez nous, par la surface de leur peau. Mais ce qui semblait évident pour les autres n’avait rien d’évident pour moi. Rien n’était séparé, ni les êtres ni les choses, le passé et le futur n’étaient pas balisés par le présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 septembre 2018
Comment peut-on attendre pendant dix ans le retour d’un amant puis, d’autres étant passés et repartis, attendre l’arrivée du suivant pour donner un sens à sa vie ?
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 septembre 2018
— Certainement pas, dit-elle, ce type est odieux.
— Mais il a du talent.
— L’un n’excuse pas l’autre.
— Certains sont odieux mais n’ont aucun talent…
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 septembre 2018
Tout ce qu’on gagne est perdu, sur la terre comme au ciel, et rien de ce qu’on perd n’est pour autant gagné où que ce soit.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Jeanne Labrune (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanne Labrune
Jeanne Labrune - Depuis la terre, regarder les naufrages
autres livres classés : marinsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Jeanne Labrune (2) Voir plus




Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
315 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre