AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2917454385
Éditeur : Éditions La Madolière (01/02/2016)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Après un premier volume où de nombreux auteurs, tant vierges qu'initiés, s'adonnaient avec délectation à l'écriture des plus bas instincts de l'homme (et de la femme), voici venu le temps de remettre la viande sur le billot et d'affûter les coutelas. Les tortionnaires scolaires se joignent aux nazis, les cannibales et amateurs de bonne chair se délectent à travers les pages. Cruels, sensés, délirants, humains, inhumains, non-humains défilent au gré des pages et de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
SoniaKayseri
  17 juin 2016
Anthologie d'épouvante et de terreur. Certaines nouvelles m'ont enthousiasmée, d'autres un peu moins. En revanche, il faut reconnaître une véritable originalité dans l'idée, ou dans le traitement de certains textes.
En quelques mots, je commence par ce qui fâche : j'ai eu parfois du mal avec les titres qui se complaisent un peu trop dans l'ultra-violence ou le gore. La violence pour la violence, et l'exposé sur plusieurs pages de scènes sadiques et macabres ont tendance à refroidir mon intérêt de lectrice. Pour mémoire, le texte "L'oeil du diable, la main de Dieu" m'a posé problème : avec un sous-titre "hommage à la violence", on fonce tête baissée dans les camps de concentration, avec Mengele, et des nourrissons écrabouillés à coup de gourdin ? Vraiment ? Dommage, car l'auteur sait très bien écrire. Mon avis est ici très subjectif, j'imagine que certains y trouveront leur compte.
Beaucoup de textes ont une autre approche, et certains déclinent le schéma violence - faute - punition (par culpabilité ou vengeance) de façon parfois originale.
Mes préférés ? Cela dépend des critères : pour l'efficacité, on a bien aimé le texte de Catherine Robert, "15 minutes avant de mourir", où il n'y a pas un mot de trop et la chute est bien trouvée. Bravo. Bonne chute aussi pour "le verre de l'amitié" de Thomas Spok. Pour un traitement léger, et donc, distancié, de la violence, on recommande "le rugissement du concombre" de Ludovic Klein, Felis supplice de Bob Cancereugène (ah, Jeanine !) et un texte où c'est vraiment n'importe quoi, mais du n'importe quoi intentionnel, alors entre deux montagnes de tripes fumantes, ça détend : Ice(s) Screams de Sébastien Parisot ! Plus sombre, entre angoisse et mélancolie : Beautiful people de Guillaume Lemaître, qu'on avait déjà lu ailleurs, et qui cultive semble-t-il un univers très dark, et Ô douce enfance, de Barbara Cordier, qui nous plonge dans la solitude d'un gamin brillant et en rupture avec la société.
Pour le style, sans hésitation, Stéphane Croenne pour "La méthode du docteur A", et "une lutte biologique" de Julie Limoges (surtout tout le milieu du texte, suffocant, Kafka n'est pas loin).
Le texte d'Emmanuel Delporte aussi, mais j'ai fait part de mes réserves sur un autre plan.
Enfin, pour l'originalité et l' "utilisation" de la violence, "La méthode du docteur A" encore, très travaillé sur le plan psychologique, et le très vivant et très passionné "Chez Jeanne" de Pénélope Labruyère. Qui nous montre qu'on peut sublimer la violence et la mort en quelque chose de savoureux.
Je n'ai pas égrainé tous les textes, il y en a beaucoup et bien d'autres histoires à découvrir, je ne fais que jeter quelques avis et quelques pistes, mais chacun se fera son idée, et j'en ai dit assez je crois pour donner envie de lire l'ensemble de l'anthologie aux amateurs du genre. Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
RubinowyRubinowy   30 mars 2016
Les larmes qui coulaient le long des canaux lacrymaux charriaient les reflets d'une humanité martyrisée. Lorsque les pupilles des hommes libres s'éteignaient , se couvrant d'un voile terne, alors la fin du monde approchait. Ou en se qui concernait le cas présent , la mort mentale d'un être humain ; une fillette qui s'appelait Hana Drabova. Un esprit brisé, un corps morcelé, un futur anéanti avant mème d'exister. Même pas une jeune femme ; extirpée de l'enfance par des forceps chauffés à blanc et projetée en enfer. Une gosse qui ne méritait pas ça . Personne ne mérite ça .
"L’œil du Diable, la main de Dieu " Emmanuel Delporte
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RubinowyRubinowy   30 mars 2016
Nous violons les uns les autres. Nous violons les corps et les consciences de nos amis, nos enfants et nos familles. Nous punissions les autres parce qu'ils ne valent pas mieux que nous. Et ils nous punissent en retour, car nous ne valons pas mieux qu'eux. Si nous pouvions nous violer nous mème, nous le ferions .
"Les petits monstres de Billy" Lepine Cécilia
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : anthologiesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Pénélope Labruyère (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Corneille contre Chlouska 3 (+ facile)

[Acte I - Scène 1 Une ruelle pisseuse derrière le Palais Royal (suite) Entrent Don Diègue et le Comte] - Don Diègue : Soit ! Laissons ce caprice...

car le Roi l'a voulu
à ce Royal chenu
de notre Souverain
et je ronge mon frein

18 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtre , pastiche , humour belgeCréer un quiz sur ce livre