AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070533886
128 pages
Éditeur : Gallimard (21/02/1997)
4.17/5   9 notes
Résumé :


C'est en dehors des modes de son temps que Gustave Moreau, nourri de la grande tradition de la Renaissance, élabora un art complexe, qui allie une profonde connaissance de toutes les mythologies à une haute conscience du métier de peintre.

Grand inspirateur des poètes parnassiens et symbolistes, comme José Maria de Heredia et Jean Lorrain, il fut aussi celui de Huysmans et de Proust.

Créateur d'un univers hautement per... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
MonCharivariLitteraire
  30 mai 2018
Excellent découverte Gallimard. parmi les meilleurs. Quel plaisir de lire ce livre sur un grand peintre trop souvent oublié au profit de ses ainé ou de la génération suivante. On découvre un artiste et une oeuvre exceptionnelle. Quelle dommage que les représentation de ce petit livre ne soient pas de meilleure qualité mais on ne peux pas tout avoir. le texte est intéressant et se lit très facilement. Il est didactique sans être simpliste. La section témoignages et documents et aussi très informative. je recommande!
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   30 mai 2018
nombreux furent les poètes et les écrivains - entre autre José maria de Heredia, jean Lorrain, Francis Poictenin, Robert de Montesquiou, marcel Proust - qui s'inspirèrent des créations fascinantes de Gustave Moreau, visibles dans les expositions, mais également largement diffusées par la gravure et l photographie. parmi eux Joris Karl Huysman est sans doute celui qui contribua le plus par son roman A rebours au succès du peintre auprès du grand public et des milieux internationaux du symbolisme
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   30 mai 2018
l'enseignement de Gustave Moreau tranchait sur celui des autres professeurs de l'école des beaux arts, et les témoignages de ses élèves firent même oublier pendant la première moitié du XXème siècle, l'œuvre du peintre, peu à peu négligée dans le musée désert. on sait le rôle qu'eurent les surréalistes pour la redécouverte de Gustave moreau après la seconde guerre mondiale. dès lors, nombreux furent les artistes, abstraits notamment, qui retrouvèrent le chemin e la rue de La Rochefoucault.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   30 mai 2018
Gustave moreau n'exposait pas régulièrement aux salons parisiens. Ses envois surprenaient donc d'autant plus, et attiraient de nombreux commentaires, parfois enthousiastes comme ceux d'Ernest Chesneau, dès 1864 parfois cruellement sévères ou injustes - on le prenait à tort pour un fumeur d'opium..; Sot tous conservés au Musée Gustave Moreau de précieux cahiers où étaient collées, au fur et à mesure du vivant du peintre, les coupures de presse le concernant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   30 mai 2018
au temps des dernières expositions impressionnistes, Gustave moreau continue sa recherche solitaire d'une peinture chargée d'idées élevées, qu'il voudrait d'un niveau équivalent à celle des chefs d'œuvres de la renaissance. ce faisant, il pose les premiers galons de ce que sera le symbolisme fin de siècle, épris de rêve et d'idéal, dont l'autre père fondateur, en France st son ami Puvis de Chavannes, suivi par Gauguin et les nabis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   30 mai 2018
tandis que le réalisme de Courbet s'affirme et que Manet, une des vedettes du salon des refusés de cette même année 1863 attire autour de lui les jeunes artistes naturalistes qui deviendront les impressionnistes, les présentation successives d'œdipes et le sphinx au salon de 1864 et d'orphée au salon de 1866 brouillent les prévisions d'une mort attendue de la peinture d'histoire.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Geneviève Lacambre (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Geneviève Lacambre
L'art japonais exposé à Paris de 1865 à la première guerre mondiale.
autres livres classés : symbolismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
806 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre