AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020005807
Éditeur : Seuil (01/02/1970)
3.2/5   27 notes
Résumé :
Oser lire Lacan. Décision téméraire si l'on se laisse intimider par la réputation d'hermétisme de cet auteur. Décision inutile si l'on exige naïvement de comprendre sur le champ ce qu'on lit, confondant la pensée, qui est un travail, et le prêt-à-penser. Décision raisonnable si l'on fait le pari que ce géant de la littérature psychanalytique a forcément quelque chose à dire, puisqu'il a capti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
colimasson
  26 avril 2017
Ce recueil contient :
- Séminaire sur « La lettre volée » d'Edgar Allan Poe. Comment on transpose ce récit à la circulation du signifiant dans le cadre de l'analyse. Paraîtrait que Lacan s'identifie à Dupin en tant qu'analyste. N'intéressera que les linguistes, les psychanalystes et les acharnés de Poe (bien que Poe lui-même y disparaisse).
- le stade du miroir comme formateur de la fonction du « je » : contre la prétendue autonomie du sujet, Lacan riposte. Sans l'autre qui nomme votre reflet dans le miroir la première fois que vous le découvrez, sans l'autre qui vous dupe en vous disant que vous êtes ce que vous n'êtes pas vraiment, vous ne seriez rien. La béance signe votre entrée dans le monde du langage et du désir. N'intéressera que les psychanalystes et les éternels insatisfaits du manque-à-être irrattrapable.
- Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse : le psychanalyste doit passer « maître des fonctions de la parole » pour ne pas se laisser capturer par le désir inconscient de devenir le bon berger du troupeau. « C'est la tentation qui se présente à l'analyste d'abandonner le fondement de la parole, et ceci justement en des domaines où son usage, pour confiner à l'ineffable, requerrait plus que jamais son examen : à savoir la pédagogie maternelle, l'aide samaritaine et la maîtrise dialectique. le danger devient grand, s'il y abandonne en outre son langage au bénéfice de langages déjà institués et dont il connaît mal les compensations qu'ils offrent à l'ignorance ». Intéressera linguistes & psychanalystes, dissidents modernes du paternalisme ambiant.
- La chose freudienne : objectif annoncé de revenir au texte freudien. A force de lire Freud comme des brêles, les analystes plus récents n'ont fait que retrouver ce qu'ils portaient déjà en eux. Alors faudrait voir à se bouger le cul, à s'excentrer de soi pour découvrir la Chose, l'étrange altérité, le mystère qu'on ne résoudra jamais totalement. « Depuis que la chose psychanalytique est devenue chose reçue et que ses servants vont chez la manucure, le ménage qu'ils font s'accommode de sacrifices au bon ton, ce qui, pour les idées dont les psychanalystes n'ont jamais eu à revendre, est bien commode : les idées en solde pour tous feront le solde de ce qui manque à chacun ». Intéressera les psychanalystes et les socialement déficients.
- L'instance de la lettre dans l'inconscient : en gros, la lettre est à mi-chemin de l'écrit et de la parole en tant que « support matériel que le discours concret emprunte au langage ». Tout signifiant réfère à autre chose, de la même façon que mon désir est celui du grand Autre, etc. On ne sait pas si on pourra s'en sortir un jour, mais là n'est pas l'intérêt du jeu. Intéressera les psychanalystes & linguistes, et autres arracheurs de poils de bite.

Compliqué, avec des schémas abscons, loin de la naïveté généralisée, on y goûte une fois dans un climat d'overdose généralisé mais en y revenant, on se rend compte que ce pourrait être une Bible moderne en attente de ses exégètes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
jc25000
  04 juin 2021
Comment faire simple quand on peut faire compliqué ?
Lacan torture les mots et la syntaxe jusqu'à rendre inintelligibles des notions et des idées qui ne demandent pas tant de contours. J'ai eu beaucoup de mal à rester concentré. Passablement de blablas inutiles et stériles.
Commenter  J’apprécie          00
vanrillaer
  30 avril 2019
A la fin de sa vie, Lacan a reconnu,a vec humour, les limites thérapeutiques de la psychanalyse:
https://blogs.mediapart.fr/jacques-van-rillaer/blog/041218/lacan-enseignait-la-psychanalyse-est-sans-effet-sur-la-connerie
Lien : https://moodleucl.uclouvain...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   19 mai 2017
C’est ainsi que si l’homme vient à penser l’ordre symbolique, c’est qu’il y est d’abord pris dans son être. L’illusion qu’il l’ait formé par sa conscience, provient de ce que c’est par la voie d’une béance spécifique de sa relation imaginaire à son semblable, qu’il a pu entrer dans cet ordre comme sujet. Mais il n’a pu faire cette entrée que par le défilé radical de la parole, soit le même dont nous avons reconnu dans le jeu de l’enfant un moment génétique, mais qui, dans sa forme complète, se reproduit chaque fois que le sujet s’adresse à l’Autre comme absolu, c’est-à-dire comme l’Autre qui peut l’annuler lui-même, de la même façon qu’il peut en agir avec lui, c’est-à-dire en se faisant objet pour le tromper.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          915
MacabeaMacabea   13 avril 2018
Le psychanalyste touche au fait simple que le langage avant de signifier quelque chose, signifie pour quelqu’un. Par le seul fait qu’il est présent et qu’il écoute, cet homme qui parle s’adresse à lui, et puisqu’il impose à son discours de ne rien vouloir dire, il y reste ce que cet homme veut lui dire. Ce qu’il dit peut « n’avoir aucun sens », ce qu’il lui dit en recèle un. (…) Ainsi l’intention s’avère-t-elle, dans l’expérience, inconsciente en tant qu’exprimée, consciente en tant que réprimée (...) L’auditeur y entre en situation d’interlocuteur. Ce rôle, le sujet le sollicite de le tenir, implicitement d’abord, explicitement bientôt. Silencieux pourtant, et dérobant jusqu’aux réactions de son visage, peu repéré au reste de sa personne, le psychanalyste s’y refuse patiemment. N’y-a-t-il pas un seuil où cette attitude doit faire stopper le monologue ? Si le sujet poursuit, c’est en vertu de la loi de l’expérience ; mais s’adresse-t-il toujours à l’auditeur vraiment présent ou au fantôme du souvenir, au témoin de la solitude, à la statue du devoir, au messager du destin ? Dans sa réaction même au refus de l’auditeur, le sujet va trahir l’image qu’il lui substitue. Par son imploration, par ses imprécations, par ses insinuations, par ses provocations, et par ses ruses, par les fluctuations de l’intention dont il le vise et que l’analyste enregistre, immobile mais non impassible, il lui communique le dessin de cette image.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   13 septembre 2017
Rex et augur, l’archaïsme légendaire de ces mots, ne semble résonner que pour nous faire sentir le dérisoire d’y appeler un homme. Et les figures de l’histoire n’y encouragent guère depuis déjà quelque temps. Il n’est pas naturel à l’homme de supporter à lui seul le poids du plus haut des signifiants. Et la place qu’il vient occuper à le revêtir, peut être aussi propre à devenir le symbole de la plus énorme imbécillité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
colimassoncolimasson   28 avril 2017
Si Kierkegaard y discerne admirablement la différence de la conception antique et moderne de l’homme, il apparaît que Freud fait faire à cette dernière son pas décisif en ravissant à l’agent humain identifié à la conscience, la nécessité incluse dans cette répétition. Cette répétition étant répétition symbolique, il s’y avère que l’ordre du symbole ne peut plus être conçu comme constitué par l’homme, mais comme le constituant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   12 février 2016
La psychanalyse aide [le sujet] à parfaire l’historisation actuelle des faits qui ont déterminé déjà dans son existence un certain nombre de tournants historiques.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Jacques Lacan (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Lacan
Lien vers l'ouvrage : https://www.editions-eres.com/ouvrage/4773/pourquoi-lacan
Dans l'analyse qui a permis à l'auteure d'accepter ses origines, son sexe biologique et la maternité, Lacan a recouru très largement à la séance dite courte. Betty Milan témoigne de la pertinence de cette pratique.
« J'ai fait mon analyse avec Lacan dans les années 1970. Quarante ans après sa mort, j'ai eu envie de revenir sur ce qui s'était passé au 5 rue de Lille.
Si mon travail avec Lacan ne m'a pas définitivement délivrée de l'angoisse, il a changé ma vie. Lacan a éclairé ma route en permettant à une descendante d'immigrants libanais, victime de la xénophobie des autres et de la sienne propre, de s'accepter enfin. Il n'était pas guidé par le temps de Kronos, celui de la durée qui s'écoule, mais par celui de Kairos, moment fugace où se présente une opportunité qu'il faut savoir saisir. En empruntant cette voie, aujourd'hui encore controversée, Lacan a bouleversé la psychanalyse et lui a rendu la virulence de ses débuts.
Je ne me souviens pas de tout ce qui s'est passé pendant l'analyse. Mais ce qui a été décisif, je ne l'ai pas oublié. J'ai même conservé de certains faits une mémoire photographique. »

Avec : Yannick Guilbaud, Jacques Barbier et Marie-Christine Laznik
+ Lire la suite
>Philosophie et théorie>Systèmes, écoles>Systèmes psychanalitiques (329)
autres livres classés : psychanalyseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
356 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre