AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213004331
Éditeur : Fayard (21/06/1977)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 99 notes)
Résumé :
Qu'est-ce, me direz-vous, qu'un véritable voyageur ? Celui qui, en chaque pays parcouru, par la seule rencontre des autres et l'oubli nécessaire de lui-même, y recommence sa naissance.. Jacques Lacarrière ne se contente pas de dévoiler le monde à travers son regard nu de marcheur : saisons, insectes, animaux, vallées, falaises, écluses, moulins à vent, carrières, églises, calvaires, dolmens et autres t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  25 août 2016
Je ne suis que randonneur, Jacques Lacarrière, lui, est randonneur et écrivain...Aussi, j'ai hésité à le citer, mais autant reporter ici son auto- critique : "Ce livre n'est nullement un guide, il n'est pas non plus une enquête sur les campagnes françaises. J'ignore si le fait de relater simplement ce voyage tel que je l'ai vécu - avec ses anecdotes banales ou signifiantes, ses rencontres éphémères ou essentielles, ses extases et ses lassitudes - suffit à donner de la France une image substantielle. C'est qu'une fois encore, il faut dire et redire qu'en marchant ainsi, on ne peut faire ni du tourisme organisé ou systématique ni un travail d'enquêteur ou de sociologue. Car pendant des kilomètres on est contraint de suivre le fil d'un seul chemin....C'est pourquoi on peut qualifier mon chemin d'impressionniste puisqu'il est fait avant tout d'impressions de voyage (véritables empreintes en mon âme et en ma mémoire)"
Merci Jacques, pour ce parcours... à nous de tracer le notre !
samedi 27/08/2016 je partirai sur les chemins, rallier Arles à Toulouse, pas sûr que je pourrai trouver autant de verves pour enrichir ton Lexique si bien commencé...
Edition 1977, Réédité 1997 avec supplément réactions des lecteurs et impressions de l'auteur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          595
RChris
  10 mai 2017
Après le livre d'Axel Kahn, j'ai continué ma route avec la lecture de celui-ci qui appelle la comparaison.
Lacarrière est parti des Vosges en août, improvisant les étapes de son voyage alors que le généticien, parti des Ardennes en mai, avait réservé ses chambres d'hôtes, parfois ses repas et empruntait les G.R. Ce périple était contraint dans le temps, l'obligeant ainsi à subir la galère d'un mois de mai pluvieux. Par opposition, l'aventure de Lacarrière est plus nomade avec ses conséquences : les chiens agressifs rencontrés, les sandwichs à l'aspect S.N.C.F mangés dans le Nord., les étapes improvisées et parfois inhospitalières...
Lacarrière intègre harmonieusement les commentaires nés de son voyage. Ses remarques sont parfois très critiques envers certains Français rencontrés alors que les réflexions de Kahn sont plus indulgentes à l'égard de l'esprit égocentré des Français du Nord et paraissent plus "plaquées".
Ce livre est celui d'un errant pédestre amoureux des mots qui fait l'apologie des ambulants, des divagants, des itinérants qui affrontent «l'imprévu quotidien des rencontres» à contrario des sédentaires, aujourd'hui dominant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Junie
  02 juillet 2016
L'idée de traverser la campagne française à pied, tel un pèlerin de jadis poussé par de pieux motifs, nous est devenue depuis une vingtaine d'années presque familière. Nous connaissons tous de ces marcheurs qui avalent les kilomètres sur des sentiers qui les mènent au loin, vers un mystérieux "Nulpart-sur-ciel". Un de ces voyageurs qui déclarent "j'ai voulu me retrouver seul, face à moi-même". On se dit que c'est la crise de la quarantaine, que ça peut pas leur faire de mal, que de nos jours, les routes sont sûres et qu'avec un smartphone, on ne peut pas se perdre.
Il existe même des guides de randos, et des magasins où on trouve tous les gadgets pour s'abriter, faire du feu, s'orienter, soigner ses ampoules. le marcheur est devenu un phénomène de société, une aubaine pour le commerce, un écrivain en puissance. le marcheur se réduit souvent à un consommateur parmi d'autres, se livrant comme le campeur ou le randonneur sportif, à une activité qui ne surprend plus personne.
Sauf que....il y a des marcheurs qui gardent le goût de l'imprévu, du hasard comme guide et de la rencontre comme but. Qui préfèrent une grange au bord du chemin à un hôtel anonyme. Qui se sentent vagabonds, ivres d'espace et de l'odeur des champs mouillés, qui se nourrissent de la sève qui coule dans les vieilles forêts, qui se régalent des chants d'oiseaux, d'une voix de berger appelant ses bêtes, qui sont éblouis par la lumière sur la plaine, par du linge qui sèche au vent, qui s'émerveillent de leurs cinq sens.
Ceux-là marchent avec légèreté, oublieux de la marche du monde, mais présents à l'instant et au lieu qu'ils foulent de leurs semelles.
Ceux-là ne seront jamais arrivés à destination, car au bout du chemin, il y un autre horizon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          265
madameduberry
  23 octobre 2013
La pratique de la marche et l'exercice de la pensée ont toujours fait bon ménage, en témoigne la création par Aristote de l'Ecole péripatéticienne.
Par ailleurs ne dit-on pas de quelqu'un qui a avancé dans sa construction interne, qu'il a cheminé?
Ce livre magnifique est un voyage dans la campagne française à la fin des années soixante dix, loin des autoroutes et des grands axes. C'est un espace à l'échelle humaine, où le temps est mesuré par les pas du marcheur.
Les rencontres scandent le récit, le "chemineau" comme on disait autrefois, dépendant étroitement de l'asile qu'on lui accorde pour le gîte et parfois le couvert.
Etranger et même étrange par le mode de voyage qu'il a choisi, Lacarrière note judicieusement que l'ennemi le plus féroce du marcheur est le chien, l'homme étant maintenant associé au véhicule motorisé, il effraie quand il se déplace sur ses jambes.
J'ai reconnu des paysages aimés, traversés en voiture ou parcourus en randonnée.
J'aime l'écrivain et l'amoureux de la Grèce de jadis et d'aujourd'hui qu'était Jacques Lacarrière. Il nous laisse des ouvrages à la fois simples et érudits, comme lui. Il nous laisse un éternel Eté grec.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
blandine5674
  02 février 2017
Récit de traversée, à pieds, des Vosges jusqu'au Languedoc en 1971. le but n'est pas de faire un exploit sportif mais d'aller à la rencontre des gens. On verra qu'il n'est pas toujours facile d'y trouver un endroit pour dormir et que les désagréments ne sont pas le mal aux pieds, la nourriture, etc. Non ce sont les chiens qui mordent les mollets. Des réflexions en sont faites. A savoir qu'avant ils s'en prenaient aux véhicules à moteur qui étaient rares, alors qu'aujourd'hui la rareté se fait avec les piétons que le chien n'a plus l'habitude de voir. J'ai adoré le début avec la poésie qui s'en dégage, puis j'ai trouvé que le récit s'essoufflait.
Commenter  J’apprécie          112
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
JunieJunie   25 juin 2016
Rien ne me parait plus nécessaire aujourd'hui que de découvrir ou redécouvrir nos paysages et nos villages en prenant le temps de le faire. Savoir retrouver les saisons, les aubes et les crépuscules, l'amitié des animaux et même des insectes, le regard d'un inconnu qui vous reconnait sur le seuil de son rêve. La marche seule permet cela. Cheminer, musarder, s'arrêter où l'on veut, écouter, attendre, observer. Alors, chaque jour est différent du précédent, comme l'est chaque visage, chaque chemin.
Ce livre n'est pas un guide pédestre de la France, mais une invitation au vrai voyage, le journal d'un errant heureux, des Vosges jusqu'aux Corbières, au coeur d'un temps retrouvé. Car marcher, c'est aussi rencontrer d'autres personnes, et réapprendre une autre façon de vivre. C'est découvrir notre histoire sur le grand portulan des chemins. Je ne souhaite rien d'autre, par ce livre, que de redonner le goût des herbes et des sentiers, le besoin de musarder dans l'imprévu, pour retrouver nos racines perdues dans le grand message des horizons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Jean-DanielJean-Daniel   22 octobre 2017
Demandez à quelqu'un de fermer les yeux et de dire spontanément, sans aucune réflexion, ce qu'évoque pour lui le mot marche. Le plus souvent, il répondra : sentier, soleil, vent, ciel, horizon, espace. Je me suis amusé à cette expérience et j'ai été surpris par ces réponses. Car marche pourrait évoquer aussi bien pluie, tempête, sueur, fatigues, ampoules, cors aux pieds, entorse, chute, enlisement, engloutissement. Mais il semble que ces dernières associations - qui eussent été courantes aux siècles précédents - ne viennent plus à l'esprit aujourd'hui. Comme si le seul mot de marche libérait des rêves inexprimés ou non vécus, des besoins d'espace et d'horizon, et surtout des désirs de liberté, d'imprévu, d'aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ninosairosseninosairosse   25 août 2016
Pour les brûlures, le processus est le même sauf que le guérisseur, tout en disant ses vers, souffle deux fois sur la brûlure :
" Grand saint Laurent
Sur un brasier ardent
Tournant et retournant
Vous n'étiez pas souffrant.
Faites-moi la grâce
Que cette ardeur se passe.
Feu de Dieu, perds ta chaleur
Comme Judas perdit sa couleur
Quand il trahit par passion juive
Jésus au jardin de l'Olive."

"Vous voyez comme c'est simple. La douleur s'en va à chaque fois. Moi, je ne guéris pas. C'est Dieu qui guérit. C'est lui qui a fait ces belles choses et toutes les ondes qui nous entourent...."

p268
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
BRIGITTEBBRIGITTEB   15 juin 2013
Je me disais : moi aussi j'aurai mon livre des chemins, mon bréviaire des sentes, mon évangile des herbes et des fleurs, bref ma bible des routes et La Divine Comédie me parut bien convenir. J'avais depuis longtemps envie de la relire. Mais très vite, je finis par oublier le livre, ne plus penser à lui ou y penser comme à un compagnon présent mais de moins en moins essentiel. Dans la journée, j'aimais m'étendre au pied d'un arbre (chêne ou non, séculaire ou non) sans penser à rien d'autre qu'à la forme changeante des nuages, aux bruits lointains signalant une ferme, un hameau, un village. Et le soir - même quand l'atmosphère du café où j'avais pu trouver refuge rappelait le Purgatoire ou l'Enfer de Dante - je préférais rester là, avec les clients quand il y en avait ou seul, à lire le journal local, écouter les bruits et les silences d'un café, ce temps insidieux, anonyme des lieux qui soudain sont désertés de leur cris vivants, leur brouhaha, et leur rumeur humaine comme un rivage dont la mer vient de se retirer. Car même en ces endroits souvent sinistres, je me sentais plus réceptif qu'en allant m'isoler dans ma chambre pour lire un livre que je pourrais toujours retrouver à la fin du voyage. Les livres et les routes demeurent mais les rencontres, les paroles, elles, sont éphémères. Et c'est l'éphémère que je venais chercher dans la pérennité géologique des chemins ou la mouvance des visages. Cet éphémère égrené dans le fil des jours et qui se mue ainsi en petites éternités, à chaque instant recommencées. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ninosairosseninosairosse   23 août 2016
Mais de tous ces viscères aucun jamais ne pourra se décomposer, ne subira les transformations salutaires de la mort. Les voitures mortes ignorent les métamorphoses de la pierre ou du bois et leur métal inerte ne connaît pour destin que cette absurde, cette inutile pérennité.

p121
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Jacques Lacarrière (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Lacarrière
Oui, oui, l'été arrive !! Il y a un an, La Petite Vermillon s'offrait de nouveaux atours. Vous allez maintenant découvrir sa collection été 2017, toujours habillée par des illustrateurs de talent... Tom de Peklin, Edith Carron, Loustal, Léa Maupetit, Blutch, Thomas Rouzière, Léa Taillefert, Tight, CHEERI - design graphique au service d'auteurs non moins talentueux : Didier Pourquery, Alexandre Najjar, Jack Kerouac, Miles Davis, Quincy Troupe, José-Louis Bocquet, Philippe Pierre-Adolphe, Aldous Huxley, Jean-Paul Caracalla, Régis Messac, Jacques Lacarrière, John Hopkins, Hans Bringolf, Fred D. Pasley, Georges Bernanos
+ Lire la suite
Dans la catégorie : France et MonacoVoir plus
>Géographie générale>Géographie de l'Europe>France et Monaco (386)
autres livres classés : marcheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
397 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre