AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812611987
Éditeur : Editions du Rouergue (11/01/2017)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 19 notes)
Résumé :
A la mort d'un vieux prêtre, les responsables de son diocèse découvrent qu'il s'agissait d'une femme. Sans que personne ne s'en doute, elle exerçait paisiblement sa vocation de prêtre depuis des années. La chancelière de l'évêché et un prêtre plus jeune enquêtent pour comprendre comment et pourquoi cette usurpation d'identité a pu avoir lieu. Avec humour et tendresse, Anne-Isabelle Lacassagne évoque avec ce roman la place des femmes dans l'Eglise d'aujourd'hui.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
motspourmots
  15 janvier 2017
Sujet original pour ce premier roman qui permet d'explorer un territoire en général fermé, secret et feutré, celui de l'Église catholique. Ainsi donc, une femme aurait réussi à mystifier tout le monde et à faire "carrière" dans la prêtrise sans que personne ne s'en aperçoive jusqu'à sa mort. On comprend que l'Évêque de la paroisse s'affole. Et si ce n'était pas un cas isolé ? Et, plus grave, comment Dieu a-t-il pu laisser faire ? (voilà un objet de méditation qui réjouira les agnostiques dont je fais partie et troublera certainement les croyants). A travers l'enquête menée par un jeune prêtre et la chancelière de l'évêché, une juriste loyale mais lucide envers l'Église, le lecteur explore la vie de ce prêtre "travesti" mais également les coulisses d'un parcours qui mène de la vocation à l'exercice d'un sacerdoce. Il est invité à s'interroger sur la vocation, sur la place accordée aux femmes dans la religion catholique, tout ceci sans aucune "bondieuserie" de sorte que l'intérêt de tous peut être capté, notamment grâce au personnage de Charlotte, le plus sceptique et certainement le plus rationnel.
Tout ceci nous donne un roman singulier et plutôt intéressant que j'ai lu avec un petit sourire aux lèvres mais que chacun recevra et interprètera selon ses propres convictions et son propre rapport à la religion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ChtiBaboun
  07 août 2018
Des femmes en noir est le premier roman d'Anne Isabelle Lacassagne. D'habitude elle écrit des livres pour la jeunesse.
Cette fois-ci , elle s'est inspiré de son milieu professionnel. Travaillant dans un service diocésain , son premier roman à trait à l'Eglise et plus particulièrement à un prêtre dans paroisse .
L'idée de départ est simple est en même temps incongrue . Un prêtre , la soixantaine , dénommé André Foucher vient de décéder. Et là stupeur on s'aperçoit que le prêtre est une femme.
L'Eglise, le diocèse doivent faire face à cette nouvelle.
Pour cela , une enquête est ouverte afin de pouvoir connaitre la vie antérieure du prêtre André Foucher et pour savoir de quelle façon il a pu cacher cela à ses paroissiens et à la hiérarchie de l'Eglise
Les deux personnes nommées pour enquêter sont un jeune prêtre , Bernard-Marie et une laïque , Charlotte , chancelière du diocèse.
Par l'intermédiaire de ces deux personnages nous allons entrer dans le quotidien de la vie du prêtre et d'une paroisse. C'est restitué au plus prés et de façon tout à fait réaliste.
Cette enquête va surtout emmener Bernard- Marie et Charlotte dans la vie antérieure d'André Foucher , dans laquelle se trouve la réponse au fait de ce" prêtre féminin".Ce livre est aussi et surtout une réflexion sur la place de la femme d'en l'Eglise.
Malheureusement je trouve que livre n'approfondit pas la réflexion sur ce sujet , ni sur le positionnement doctrinal et théologique de l 'Eglise.
Peut être la faiblesse d'un premier roman , tout comme les situations opportunistes et faciles .( une semaine de vacances chez l'ancienne responsable d'une maison d'accueil - ou tous ces nonagénaires qui ont une mémoire extraordinaire sur des événements vieux de 40 à 50 ans)
La lecture reste agréable et linéaire mais nous sommes dans un entre deux.

Lien : https://auventdesmots.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Noctenbule
  29 mars 2017
Il ne faut pas s'attendre un duo de choc avec cette femme, mère de famille et cet homme en blanc, qui a pour seul arme, sa bible. Pas pleins de rebondissements étonnants et de scènes d'action qui font des étincelles. Ici, on prend son temps. On est calme. On réfléchit. On étudie. On pose des questions et parfois on insiste. Chacun de son côté va enquêter et vont se retrouver autour de moment phrase où tout va nous être dévoilé.
Ce livre est une ode à la femme. C'est ce qui m'a le plus étonnée. Charlotte a une très forte personnalité, un poste à responsabilité avec des enfants indomptables. La femme qui a élevé Pascal Foucher possède un charisme imposant. Pascal Foucher avait une douceur et une écoute très appréciée. Sainte Geneviève, sainte patronne de Paris, référence récurante est présente partout comme une femme courageuse et tenace. D'autres femmes sont présentes et montrent force face à toute situation. Les hommes eux font de leur mieux, c'est tout. Ils ne sont pas trop battant, pas trop ouvert, pas trop aventureux. Ils restent dans le cadre dans lequel on les a mis.
Et puis ces femmes au sein de l'église, qu'elles sont leur place au final? Les femmes sont présentes dans les églises car elles gèrent les activités de l'église, s'occupe de tout et s'intéresse à tout. Elles sont indispensable dans le fonctionnement globale. Parfois, un peu trop diront les curés. Lors de la rencontre, elle disait que les prêtres considéraient soient les femmes comme des saintes. Comme ces femmes qu'il ne connaisse qu'à travers les récits religieux. Ou soient comme des choses totalement invisible qui ne mérite aucun égard et aucun regard. Il faut dire que certains ne vivent qu'entouré d'hommes alors une présence féminine est perturbante.
Qu'en est-il de ces femmes qui entendent un appel et qui voudrait le partager. Par leur sexe, elles n'ont pas le choix de devoir s'isoler dans un couvent. Pourquoi le fait de partager avec des croyants devrait-il être juste un privilège de l'homme? Même dans un couvent de femme, il faut un homme prêtre pour apporter la bonne parole. Est-ce bien juste? Pourtant à une époque où la crise de foi pour devenir (ou rester) prêtre se fait, pourquoi ne pas faire preuve d'ouverture et de tolérance? J'ai entendu ce cri féministe entre les mots. Mais ce changement sera impossible. L'église peut se réformer cependant pas à ce point là.
D'autres thématiques sont abordées en trame de fond comme la transmission de foi à sa progéniture, d'adopter une croyance à son époque, de parler des différentes pratiques entre paroisse, le fait que des hommes suivent un enseignement pour être prêtre et décide de changer de voie en cours de route...
Le tout est assez bien emballé avec une couverture très accrocheuse. Pas besoin d'une photo de col romain ou d'ovaires pour accrocher le lecteur. La photo en noir et blanc de Mario Giacomelli est très intrigante. Il a reconstitué un jeu fictif avec des prêtres fictifs. Je la trouve très parlante, positive et drôle. En tout cas, cela m'a donné de découvrir le travail du photographe.
Les hommes en noir vont rendre leur verdict. Ils ont rangé les pieux pour des chapelets et du vin de messe. Tout va redevenir à la normale. Ce duo de l'improbable va pouvoir reprendre leur quotidien avec plus de tranquillité. Amen.
Lien : https://22h05ruedesdames.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
clauclau28
  04 mars 2017
Un curé meurt. Rien de très original, sauf que ce prêtre est une femme, sans contestation possible. Comment s'est-elle retrouvée là, et comment s'y est-elle prise pour déjouer sa hiérarchie ? Anne- Isabelle Lacassagne veut nous montrer la place que les femmes occupent dans cette institution qu'est l'Église, à travers cette histoire, comment les femmes sont perçues dans ce milieu si particulier. Mais aussi, comment une vérité telle que celle-ci est exploitée ? Est-ce qu'elle est exploitée de la même façon de la part d'une autre femme ou d'un homme de cette Église ?
J'ai apprécié tout particulièrement l'humour sous-jacent de l'auteure et puis la chute qui n'est pas celle que j'attendais, même si, un peu avant, j'en avais deviné une partie. Je vous laisse découvrir cette histoire qui est bien singulière et qui change beaucoup des livres que je lis habituellement.
Une petite précision: je l'ai lu en deux jours car il semble encore plus court qu'il n'est véritablement. le premier jour, je n'ai lu d'ailleurs qu'une vingtaine de pages : je ne savais pas encore que ce livre serait un vrai coup de coeur pour moi. Je ne mets que 4 étoiles car la cinquième est consacrée aux grandes oeuvres littéraires uniquement. Je vous incite fortement à lire ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Verolo
  07 février 2017
C'est un bien singulier roman que voici... Au décès d'un prêtre, la chancelière de l'évêché s'aperçoit que c'était une femme. Comment traiter ce "problème", et surtout, comment le traiter sans que l'affaire soit étouffée. Car, si la chancelière est loyale envers son employeur, elle n'en est pas moins femme et curieuse de ce personnage qui a osé ce que tout le monde pense impossible. Missionnée par l'évêque et accompagnée d'un prêtre plus austère, elle va mener une sorte d'enquête pour comprendre qui était le père Pascal Foucher, qui était au courant, depuis quand... ?
Que de questions auxquelles les deux enquêteurs vont chacun à leur manière essayer de répondre.
Un roman singulier, très "moderne" dans son traitement de la religion, car, même si on voit s'affronter plusieurs versions de la foi catholique, c'est l'image d'une église plutôt moderne et ouverte qui est présentée.
Un sujet très original, un traitement très "actuel", des personnages tout sauf manichéens : une belle découverte, qui interroge sur la place de la religion dans notre monde, sur la place des femmes dans la foi catholique, et sur le parcours des êtres en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   01 février 2017
Qu'est-ce que les gens faisaient de leurs vies ? Comment l'utilisaient-ils ? Est-ce qu'ils la subissaient ? Se laissaient-ils aller très mollement ou au contraire imprimaient-ils leur marque ? Lui sondait les corps et le curé les âmes. Deux langues différentes pour s'adonner à la même curiosité. Leur monde n'est pas celui que vous croyez. Ils en ont même des quantités.
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   01 février 2017
L'homme s'arrêta un moment avant de continuer à écrire. Le père Foucher l'avait laissé libre. Libre d'inventer, de mentir ou de dire la vérité, dans son intégralité ou par petits bouts. C'était une des choses qui le touchaient chez lui. Cette capacité du curé à faire confiance.
Il était particulier. Un peu trop. C'était bien là le problème.
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   01 février 2017
Ce jour-là, le père Foucher l'avait mis en retard puis il l'avait quitté, avec son petit sourire en coin, comme si c'était justement ce qu'il voulait obtenir, bouleverser les heures à venir, balayer les rendez-vous. Allez hop ! du balai. Dégagez par le vide.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Anne-Isabelle Lacassagne (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-Isabelle Lacassagne
Payot - Marque Page - Anne-Isabelle Lacassagne - La bataille des slips
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1154 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre