AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070178005
Éditeur : Gallimard (01/01/2016)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 32 notes)
Résumé :
«Je commence. Cesse de t’agiter sous ton drap blanc, Julia. L’hôpital, les tuyaux translucides qui te font une chevelure de déesse du futur, la musique des appareils, le clapotis des sandales sur le sol du couloir, les appels, les chariots, les murs pâles où danse la lumière, les reflets sur l’acier du lit, tout cela va s’évanouir. Chaque nuit je viendrai à ton chevet te raconter une histoire écrite pour toi dans la journée. Jusqu’à ce que tu reviennes. Attends-toi ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  09 avril 2016
Un homme mélancolique (Marc) passe ses nuits à l'hôpital, au chevet d'une femme aimée, inconsciente (Julia), lui tenant compagnie en conteur, évoquant les souvenirs de leur vie d'amants, faite d'amour et de complicité littéraire, quand ils créaient des histoires et des personnages pour éloigner un quotidien de mensonges.
Marc parle...un monologue fait de confidences intimes pour tenter de faire réagir la malade endormie, reprenant des bouts de romans à peine esquissés, racontant des fictions, comblant le temps immobile, éloignant l'angoisse.
Très vite, on soupçonne que les inventions romanesques, passées et présentes, sont les miroirs de la réalité, des glaces sans tain déformées qui parlent de Julia et de Marc et de leurs vies personnelles compliquées. Des fictions passionnelles, des vies de couples dans tous leurs états, entremêlées de rêves, ce qui brouille encore les cartes (et le lecteur).
Voici un exemple très abouti de roman à tiroirs, au scénario inventif pour évoquer l'inspiration, l'écriture et la musicalité des mots. Ironie, auto dérision, incongruité (j'ai beaucoup aimé la thèse d'anthropologie de Julia: la sexualité des femmes en milieu rural), des jolies formulations (une femme enceinte évoquant une clé de sol), beaucoup de sensibilité, une bien belle écriture, élégante et imagée.
Une excellente découverte d'un auteur que je n'avais jamais lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
traversay
  11 janvier 2016
Julia est à l'hôpital, dans le coma. Toutes les nuits, Marc, son amour, son amant, la veille et lui raconte des histoires. La leur, de la rencontre à ces rares moments passés ensemble parce qu'il y a un autre homme dans sa vie, son mari "qu'elle ne quittera jamais." Il l'emporte, elle, l'endormie, vers les rives des fictions qu'ils avaient l'habitude de s'échanger sur l'oreiller. Peut-être se réveillera t-elle ? La plume suave, ironique et élégante de Jean-Marie Laclavetine nous manquait. le voici de retour avec Et j'ai su que ce trésor était pour moi, vibrant hommage au pouvoir de la littérature dans cette mince frontière qui sépare la réalité de ce qui ne l'est pas, ou alors, un peu, va savoir. Tant d'histoires à se partager ! Dans son roman, Laclavetine rappelle qu'il est aussi un fabuleux écrivain de nouvelles (Le rouge et le blanc), parfois tendres comme des caresses, parfois cruelles comme des griffures. Il y a beaucoup de récits dans Et j'ai su que ce trésor était pour moi. D'amour, presque toujours, car y a t-il autre chose qui vaille la peine ? Ils se contaminent entre eux, se chevauchent et se font des clins d'oeil. Et le regard de l'écrivain se fait complice avec son lecteur qui n'est pas dupe. Il se dévore, ce roman. le narrateur est un vieux tigre fatigué mais son imagination ne l'est pas. Surtout quand il s'agit de faire remonter à la surface celle qui habite sa vie jusqu'à la possession. le livre pourrait avoir une suite mais taisons son dénouement et ses retorses pirouettes. Ce roman a été écrit pour les amoureux passés, présents et futurs. Ce n'est pas de la grande littérature ? C'est presque mieux, ce sont des soubresauts, des élans et des virevoltes au pays des sentiments.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Labibliothequedemarjorie
  13 mai 2018
Julia est dans le coma. Pour la réveiller, Marc, son amant, vient la retrouver chaque soir. Lors de ses visites nocturnes, il lui raconte des récits qu'il invente à partir de leur propre histoire d'amour.
"Je commence. Cesse de t'agiter sous ton drap blanc, Julia. L'hôpital, les tuyaux translucides qui te font une chevelure de déesse du futur, la musique des appareils, le clapotis des sandales sur le sol du couloir, les appels, les chariots, les murs pâles où danse la lumière, les reflets sur l'acier du lit, tout cela va s'évanouir. Chaque nuit je viendrai à ton chevet te raconter une histoire écrite pour toi dans la journée. Jusqu'à ce que tu reviennes. Attends-toi à des surprises."
"Et j'ai su que ce trésor était pour moi" est le récit d'un amour caché, de la relation passionnelle de deux êtres de presque trente ans d'écart, un amour qui semble impossible.
Marc et Julia sont deux écrivains attirés l'un envers l'autre depuis leur rencontre. Julia est une femme mariée, mère de deux enfants. Ils ont donc naturellement pris l'habitude de se retrouver chez Marc. Leurs retrouvailles démarrent toujours de la même façon : ils se racontent des histoires, inventent des légendes, c'est la règle et y déroger n'est pas envisageable, Julia ne l'acceptait pas. Ces histoires étaient leur "royaume".
[...]
Lorsqu'il apprend que Julia est à l'hôpital dans un état grave, Marc se rend à son chevet chaque nuit à l'abri des regards, sans risque de rencontrer malencontreusement la famille ou le mari de sa bien-aimée. Il s'en va à la lueur du jour avec la complicité de l'infirmière de nuit qui le permet.
L'histoire de Marc et Julia, ce sont plusieurs histoires en une seule. Les récits se croisent et s'entremêlent un chapitre sur deux. A travers celui de Nora et Romain ou de Louise et Paul, Marc décrit des événements qui se mêlent à leur propre histoire commune, dévoile à Julia des fins dramatiques, des fins qu'il crée, qu'il modifie et qu'il réécrit ou affine. Même si elle est inconsciente, il en discute, lui demande ce qu'elle en pense et agit en fonction des mouvements de la ligne verte de l'écran de surveillance. Au fil des pages, le lecteur en apprend plus sur la nature de leur relation, leur rencontre, leur attirance, les anecdotes de leur vie intime et sur la profondeur de leurs sentiments.
"Julia, je ne te laisserai pas sombrer. Tu es au bord du grand trou. Je te retiens. Je te sauve. Je vais reprendre nos anciennes histoires, commencer des romans que nous finirons un jour ensemble, quand tu seras debout, quand tu seras vivante, pleine de rire et de cris de bonheur et de cris de plaisir, quand de nouveau nos peaux feront des étincelles en se touchant. J'y arriverai, tu vas voir."
La plume de l'auteur est belle, sensible et profonde.
Jean-Marc Laclavetine est un superbe conteur qui transporte facilement le lecteur avec aisance dans son propre univers avec émotion.
Lien : http://labibliothequedemarjo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Emylit
  19 janvier 2016
Marco écrit des suites aux récits inachevés de Julia, la femme qu'il a toujours aimée et qui se trouve dans le coma. Il veut lui donner envie, grâce au pouvoir des mots, de se réveiller et de lui répondre pour commenter chacun des passages inventés. On comprend petit à petit que toutes les histoires ont un lien avec Leur histoire, et que Julia est le personnage le plus complexe de tous...
Le lecteur est soumis à ses propres lignes vertes, qui dansent furieusement sans que personne n'en soit témoin.
Commencer un roman par "Je commence" et l'achever de la même façon : il fallait y penser... Et oser ! Mais la boucle n'est jamais totalement refermée sur elle-même, et la fin laisse encore le champ libre à tant d'autres intrigues que l'on n'a qu'une envie : que l'écrivain recommence !
Commenter  J’apprécie          40
pilyen
  12 mars 2016

Les lignes vertes des appareils qui accompagnent le coma de Julia tressautent parfois lorsque la voix de Marc prononce un mot, un nom qui s'insinue dans les tréfonds d'un cerveau endormi et réveille mystérieusement un semblant de vie. Version masculine de Shéhérazade, cet écrivain vieillissant, accompagne la jeune femme dont il est éperdument amoureux en tentant de la réveiller avec des histoires que leur relation clandestine n'ont jamais cessé de créer au fil de rendez-vous alliant passion charnelle et amour des intrigues romanesques. Profitant de cette enveloppe intime qu'est la nuit, les histoires inventées en des temps plus heureux vont revivre, s'étoffer, s'enchevêtrer, pour tisser un roman où fiction et réalité se mêleront avec élégance.
Jean-Marie Laclavetine, avec une impressionnante facilité d'écriture, nous embarque dans un tourbillon d'histoires où la notion de couple sera empoignée avec ferveur, malaxée, malmenée mais aussi glorifiée, surtout lorsqu'elle sort des sentiers battus de la fidélité et du mariage. Amours, passionnelles, violentes, inabouties lorsque le désir d'enfants s'en mêle, mais amours toujours et sous tous les modes de la narration. Romantiques, teintées d'érotisme mais aussi d'ironie, façon thriller ou récit d'aventure, les relations à deux dépeintes nous embarquent jusqu'au bout de la nuit. Même si dans cet entrelacs de récits, celui sur la vengeance serbe sur fond de grève générale et de semi guerre civile m'a un peu moins passionné et convaincu, l'ensemble se dévore avec ferveur car Jean-Marie Laclavetine est un conteur aussi facétieux que talentueux. Il manie, verbe et intrigues avec un bonheur jubilatoire, en grand amoureux des livres et du plaisir de lire qu'il rend très sensuel dans sa relation avec Julia.
Le livre refermé je n'ai pu m'empêcher de repenser à un autre roman, du même éditeur et sorti le même jour : "Celle que vous croyez" de Camille Laurens qui lui aussi, jouait sur un même thème, celui des récits enchâssés.
La fin sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
EmylitEmylit   17 janvier 2016
Nos histoires inventées étaient notre royaume. A force de partager à toute heure nos envies de romans, nos débuts de romans, nos bribes d'intrigues, nos croquis, nos petites et grandes nouvelles, nous avions fini par vivre de l'autre côté. Julia, je ne te laisserai pas sombrer. Tu es au bord du grand trou. Je te retiens. Je te sauve. Je vais reprendre nos anciennes histoires, commencer des romans que nous finirons un jour ensemble, quand tu seras debout, quand tu seras vivante, pleine de rires et de cris de bonheur et de cris de plaisir, quand de nouveau nos peaux feront des étincelles en se touchant. J'y arriverai, tu vas voir. Après tout, Shéhérazade est bien parvenue à ses fins, la petite futée a fini par clouer le bec à son sultan psychopathe. Qu'ai-je de moins qu'elle, dis-moi ? Nous en avons vu d'autres, nous deux, nous avons terrassé des fantômes autrement moins commodes.
Allons, ne reculons plus.
Histoire de Nora.
Je commence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   05 avril 2016
Mais oui, c'est dur, la vie des vivants, qu'est-ce que tu crois. On dirait que tu as oublié. Pourtant tu ne les épargnais pas non plus, tes personnages, si je me souviens bien. (p. 25)
Commenter  J’apprécie          170
michelekastnermichelekastner   17 février 2017
Il ne se passait pas un jour, du temps de notre gloire, sans que nous évoquions la possibilité d'un roman, une idée de scène, une ébauche d'histoire, au point qu'il nous était devenu difficile parfois de faire la part du réel et celle des anges dans nos existences. (...)
C'était le sel de notre vie, le terrain de nos rencontres, le berceau de notre amour sans enfants. Nous nous racontions des histoires, nous bricolions des légendes. Celles que nous n'écririons pas, celles que nous peinions à écrire, celles que nous avions presque fini d'écrire, celles que nous avions enfin terminées. Tant de romans qui n'ont jamais vu le jour (...)
L'important n'était pas dans la finition, mais dans le tremblement de la découverte. Ensemble, peau contre peau, un souffle unique. Nous inventions comme on voyage. Nous faisions des rencontres, nous nous installions chaque fois dans un pays nouveau, prenant le temps d'apprendre au moins les rudiments de la langue avant de nous laisser emporter vers d'autres lieux, vagabonds délicieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tynntynn   08 avril 2016
Le spectacle de l'amour est insupportable. On préfère avoir des raisons de plaindre les gens plutôt que de contempler leur bonheur.
Commenter  J’apprécie          120
EmylitEmylit   17 janvier 2016
La belle histoire de nos histoires. Nous étions tellement abrutis de fictions, il ne faut pas s'étonner aujourd'hui qu'elles débordent, qu'il y en ait partout. Les personnages s'évadent, ils vont là où bon leur semble, je ne les retiens plus, je n'ai plus la force ni l'envie de les contrôler. J'ai ouvert les grilles des cages. Ils se promènent d'une histoire à l'autre sans aucun respect pour les murs d'enceinte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean-Marie Laclavetine (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Laclavetine
Jean-Marie Laclavetine vous présente son ouvrage "Une amie de la famille" aux éditions Gallimard. Entretien avec Sylvie Hazebroucq.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2308778/jean-marie-laclavetine-une-amie-de-la-famille
Note de Musique : Free Musique Archive.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : coupleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3342 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..