AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021001204
40 pages
Éditeur : Seuil Jeunesse (08/04/2010)
4.11/5   75 notes
Résumé :
Un album au format allongé pour une très belle évocation graphique du travail de William Morris, maître incontesté des motifs art nouveau inspirés de la nature.
Le Carnet rouge est une sorte de portait imaginaire du peintre, poète, décorateur et architecte anglais William Morris (1834-1896). Ce récit d'adolescence raconte comment la vie ennuyeuse dans un pensionnat va engendrer le goût de l'observation et du dessin chez un jeune garçon.

À 13 an... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,11

sur 75 notes
5
13 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

TheWind
  03 septembre 2016
Il m'arrive de temps en temps de flâner vers les bacs à albums de ma médiathèque et de découvrir au hasard d'une jolie page de couverture quelque trésor caché parmi les ouvrages colorés destinés aux petits.
"Le carnet rouge" est un album magnifique qu'on n'imagine pas un seul instant dans les petites mains potelées et poisseuses de nos chers bambins.
Qu'à cela ne tienne, j'adore les albums et celui-ci est un véritable régal pour les yeux !
Connaissez-vous William Morris ?
Moi non...enfin maintenant si, un peu.
Sa biographie est présentée en introduction de l'album et permet au lecteur d'en connaître un peu plus sur cet illustre britannique.
En voici quelques passages.
"Né en 1834, près de Londres, William Morris fut ce qu'on appelle un génie universel : à la fois dessinateur, peintre, architecte, poète, romancier, traducteur, éditeur, professeur et fondateur d'importants ateliers, véritable rénovateur des Arts décoratifs, et enfin acteur notable du mouvement socialiste anglais. "
Eh bien, voilà une entrée en matière qui attise la curiosité ! Visiblement, William Morris suscite l'intérêt et c'est tout à l'honneur de Benjamin Lacombe, l'auteur de cet album, de lui rendre ce bel hommage.
Bel hommage qui n'a pas pour vocation de retracer toute la vie de William Morris mais juste un pan de sa vie adolescente.
A l'âge de treize ans, son père décède et William quitte le giron familial et entre à l'internat du Malborough College.
Ce sont ces quelques années passées dans cet établissement que nous offre Benjamin Lacombe et l'illustratrice Agata Kawa.
Le texte est poétique, les illustrations merveilleuses.
Un très bel album...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Mimimelie
  19 décembre 2013
C'est à bien des égards que je le convoitais depuis un petit moment, mais comme chacun sait, il n'est pas toujours facile de se faire offrir ce que les autres n'apprécient pas beaucoup, alors j'ai traité directement avec le Père Noël qui m'a livrée en avance... c'est toujours ça de pris !
Quelle merveille que ce petit livre ! Et quelle belle idée que d'avoir imaginé ce portrait de Willliam Morris trop peu connu « chez nous » en tout cas. Et pourtant quel artiste aux multiples talents : peintre, dessinateur, architecte, mais aussi écrivain, traducteur, poète... Pour autant ce ne fut pas un doux rêveur, il édifia également une imprimerie et maison d'édition à laquelle il se consacra sur la fin de sa vie et qui constituera l'aboutissement de son travail en arts graphiques. Attaché à la prééminence du travail manuel et de la qualité, sur l'industrialisation, il s'attachera à retrouver le savoir faire des anciens typographes et produira ainsi une soixantaine de livres inspirés des incunables ; il en réalisera lui-même la typographie, les bordures et les initiales ornementales.
Le carnet rouge néanmoins ne retrace pas toute la carrière exceptionnelle de ce créateur il ne s'agit que d'un portrait purement imaginaire qui nous raconte comment un adolescent sensible et rêveur (certes, il était de santé fragile, mais rien ne dit qu'il n'était que rêverie, au contraire) va trouver sa vocation d'artiste à la faveur des circonstances de sa vie :  sa maman qui brode éternellement des fleurs délicates, les serviettes des jours de fête qu'il transformait en oiseaux ou en fleurs, la découverte surtout du jardin extraordinaire à son arrivée au collège Marlborough qui fut pour lui un éblouissement, là son imagination débordante trouvera son expression. Ce carnet ne s'attache donc qu'au domaine des arts décoratifs et artisanaux domaine dans lequel William Morris eut une influence révélatrice.

Les illustrations sont extraordinaires de poésie, les textes sont courts et aérés, et leur liaison est optimum pour créer une ambiance tendre et un peu mystérieuse, une légèreté qui ne dérange pas l'imaginaire du lecteur.

Il y a néanmoins quelque chose qui me pose question. Certes cet album a le grand mérite de faire découvrir ou redécouvrir ce créateur et de donner sans doute à beaucoup de ceux qui le liront l'envie d'en savoir plus d'abord sur l'art and craft, puis sur l'oeuvre de cet artiste dans ce domaine. Certes aussi cette histoire donne à réfléchir sur des questions importantes : telles que quelle place laisse-t-on à la rêverie à l'école ? Comment naît une vocation... par exemples, mais quelle cible de lecteurs l'auteur a-t-il cherché à atteindre ? La jeunesse ? Laquelle ? Tout d'abord il infiniment trop beau pour le laisser dans les mains malhabile du premier stroumph venu, ensuite, je ne vois pas mes petits bouts de moins de 6 ans être captivé par cette histoire. La prime adolescence ? Je doute que ce type de thème fasse partie de leurs centres d'intérêt... Restent les adultes, les curieux, les passionnés d'illustrations.. Alors dans ce cas il a un léger goût de trop peu. Mais il n'en reste pas moins que c'est un album de toute beauté, à s'offrir ou à offrir, sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
murielan
  27 janvier 2013
William Morris a 14 ans : il quitte sa mère pour étudier au pensionnat et devenir prêtre. Oui mais voilà, son goût pour la nature, son imagination débordante, son don pour la poésie et le dessin vont susciter chez lui une autre vocation : il deviendra finalement un grand artiste, créateur des arts décoratifs et du design moderne.
Cet album de Benjamin Lacombe nous conte son enfance en nous permettant de suivre les pensées oniriques de ce jeune garçon (les petites citations dans les illustrations sont vraiment superbes).
Les illustrations d'Agata Kawa se mettent au service de cette histoire en nous proposant des dessins spendides, pleins de détails à observer, nous plongeant totalement dans cet art décoratif.
Un album à lire mais aussi à regarder et à admirer...
Commenter  J’apprécie          120
Ana76
  11 mai 2010
En fan inconditionnelle de Benjamin Lacombe, je dresse l'oreille dès que je vois une nouveauté ; pour cet album il n'est pas illustrateur mais auteur. Et comme thème, il n'est pas tombé dans la facilité. Rien de moins que l'histoire romancée de l'enfance de William Morris, fondateur du design moderne, ou comment le génie germe chez un enfant comme les autres.
1847 : le jeune William arrive au Malborough College pour devenir prêtre. La vie au pensionnat lui est difficile, à lui jeune rêveur à l'imagination fertile, pour qui chaque arbre, chaque oiseau est source d'inspiration. Son exutoire, les jardins et un petit carnet rouge offert par son père dont il noircit les pages. Quand un professeur lui confisque son précieux carnet, son petit monde s'obscurcit…. mais après tout ce ne sont que quelques griffonnages et l'école, c'est fait pour étudier.
Que dire, à part que cet album est superbe, un magnifique objet, les illustrations d'Agata Kawa sont magnifiques, tout l'imaginaire du jeune William est ainsi dépeint complétant le texte. de petites phrases se perdent dans les grandes illustrations et le lecteur est véritablement plongé dans le monde intérieur du jeune homme ; un univers onirique, sans limites débordant des pages un pur enchantement esthétique.
Seuls petits bémols : Je suis totalement passée à côté de l'histoire à la première lecture tant les illustrations m'ont transportée, et pourtant ce récit est plein de finesse et soulève des interrogations toujours d'actualité. Aujourd'hui encore le génie du jeune William aurait-il sa place à l'école ? Rêverie et études sont-ils compatibles ?
De plus je ne connaissais pas William Morris et là j'ai eu envie d'en savoir plus, de faire des recherches, j'aime qu'un livre m'ouvre de nouveaux horizons, que je n'aurais sûrement pas explorés par moi-même.
Second petit point faible, cet album est censé être un album jeunesse, mais….. je le veux, il est à moi, hors de question de le laisser entre de petites mains assassines, il est trop beau….. je m'égare, mais c'est un peu l'idée ;)
Une petite merveille et une certitude, je compte bien suivre la carrière d'Agata Kawa, la demoiselle a vraiment du talent.
Lien : http://livres76.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
trust_me
  17 octobre 2011
William Morris a treize ans lorsqu'il est envoyé au Malborough College pour devenir prêtre. Nous sommes en 1847 et la vie au pensionnat est difficile pour un jeune garçon rêveur à l'imagination sans limite. Pour s'évader, William passe son temps libre dans le jardin du collège. Armé d'un crayon et du carnet rouge que son père lui a offert avant de disparaître, il écrit des poèmes et dessine le paysage bucolique qui l'entoure. Mais lorsqu'un enseignant confisque son carnet en lui reprochant de passer trop de temps plongé dans ses rêveries, le jeune garçon ne peut retenir ses larmes…
En choisissant de raconter l'histoire romancée du père fondateur du design moderne, Benjamin Lacombe n'a pas choisi la facilité. Créateur des arts décoratifs, William Morris a été une des principales sources d'inspiration de l'art nouveau. Les événements relatés dans l'album sont en quelque sorte les moments clés qui vont déclencher la vocation du jeune William, non pas pour l'église, mais pour l'architecture, les lettres et la création d'objets décoratifs à la fois fonctionnels et esthétiques.
Le texte, assez court, est à la fois simple et riche au niveau lexical. Les événements se déroulent de façon linéaire, sans difficulté de compréhension particulière pour un jeune lecteur. Au niveau graphique, le travail d'Agata Kawa est tout simplement exceptionnel. Hommage au courant préraphaélite (mouvement artistique anglo-saxon né en 1848), chaque illustration pleine page est une composition à la fois figurative et onirique fourmillant de détails. Que dire de plus ? C'est beau, un point c'est tout. Une infime remarque peut-être sur les visages qui sont parfois un peu figés. Mais il faut vraiment vouloir chercher la petite bête !
L'ouvrage dans son ensemble est un objet-livre magnifique au format atypique (22x36 cm) et au dos toilé rouge imprimé qui lui confère un charme un peu rétro du plus bel effet.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
sylvichasylvicha   20 janvier 2013
" Monsieur Morris, j'ai regardé votre carnet et je dois dire que j'ai été impressionné. Vos poèmes sont admirablement bien écrits. Vos illustrations démontrent une habileté et une finesse incroyables. Cependant cela ne justifie pas votre comportement en cours et vos résultats moyens. Je suis disposé à vous aider, mais à une condition : j'exige que chaque semaine, vous lisiez les livres que je vous proposerai et que vous m'en fassiez une libre interprétation dans votre carnet. "
Bon gré, mal gré, William acquiesce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nattila5Nattila5   22 décembre 2013
En quelques légers coups de crayon, il esquisse la fragilité des mésanges, avec ses craies grasses, il trace l'imposante majesté des chênes. Ce carnet rouge n'a jamais quitté William depuis que son papa lui a offert. Ce fut son dernier cadeau.
Commenter  J’apprécie          80
ColibrilleColibrille   15 octobre 2015
En dehors des heures de classe, William passe le plus clair de son temps à admirer le jardin de l'école. Depuis son arrivée à Malborough, le domaine le fascine. La profusion des formes, des couleurs et des parfums, les allées sinueuses qui serpentent sous les arbres, ce mélange subtil entre les lumières et les ombres, tout en ce jardin l'attire.
Commenter  J’apprécie          30
MyrabelleMyrabelle   10 avril 2012
William passe des journées entières à la bibliothèque ou dans sa forêt. Il prend finalement goût aux lectures imposées. Grâce aux livres de M. Brody, il découvre de nouveaux horizons, des univers insoupçonnés.
Commenter  J’apprécie          50
marina53marina53   10 août 2012
Entre songe et éveil, respirer...
Me laisser traverser...
Me laisser parcourir...
Jamais lieu plus calme ne vit planer l'alouette tout à son chant...
Je rêve de mondes meilleurs,
O chouette qui chante comme un ange dans les nuages...
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Benjamin Lacombe (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benjamin Lacombe
VISITE GUIDÉE - Benjamin Lacombe nous entraîne dans une visite guidée de sa nouvelle exposition “Shizen”, actuellement présentée dans l'espace librairie de la galerie Daniel Maghen, et visible pour tous dès la fin du confinement, jusqu'au 5 juin 2021. Il dévoile les secrets de cette exposition immersive et sa scénographie envoûtante qui présente une centaine d'illustrations originales issues des plus récents ouvrages : Bambi (Éd. Albin Michel), Esprits & Créatures du Japon ainsi que Histoires de Fantômes du Japon (Éd. Soleil), L'Étonnante Famille Appenzell (Éd. Margot) et Charlock 1 & 2 (Éd. Flammarion), ainsi que des sculptures uniques réalisées en collaboration avec le sculpteur et miniaturiste Julien Martinez.
(*) Plus d'informations sur les oeuvres disponibles et sur les prix sur demande à cette adresse : oliviersouille@danielmaghen.com
(*) Visite virtuelle disponible ici : https://bit.ly/3nuKbSm (*) Goodies (tote bags, pochettes, livres signés) en vente dans l'espace librairie de la galerie et sur le site de Editions Caurette : https://bit.ly/3nr5jsI
+ Lire la suite
autres livres classés : william morrisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
936 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre