AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226250872
70 pages
Éditeur : Albin Michel (13/11/2013)

Note moyenne : 4.65/5 (sur 63 notes)
Résumé :
L’inoubliable histoire de Madame Butterfly, souvent contée sous différentes formes (le célèbre opéra de Giacomo Puccini, la pièce de David Belasco ou le récit intimiste de Pierre Loti), vous est ici présentée dans une version totalement inédite et magistrale. Benjamin Lacombe réinterprète ce drame amoureux, narré à la première personne par un Pinkertown rongé par le remord d’avoir brisé les ailes de la délicate femme papillon, et nous entraîne dans un Japon révolu, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
  27 décembre 2013
Une merveille que ce nouvel album de Benjamin Lacombe ! D'abord acheté pour les illustrations sublimes dont nous régale l'auteur, j'ai passé un excellent moment à lire cette histoire que je ne connaissais pas. Madame Butterfly de Benjamin Lacombe est une adaptation du célèbre opéra qui s'adresse à aux jeunes (d'un certain âge tout de même) et aux adultes, le soucis de Benjamin Lacombe avec qui j'ai parlé à un salon du livre alors qu'il personnalisait un livre pour moi, étant de rendre la littérature abordable à des personnes, jeunes ou non, qui auraient du mal à se plonger dans des classiques. Et c'est une belle réussite ! On découvre le récit proposé, en alternance avec des illustrations, sur deux grandes pages doubles, les illustrations venant en « récréation » si on a des difficultés avec la lecture, illustration devant lesquelles on se pame tant elles sont agréables à regarder. Et puis, on reste sur sa faim… une bonne faim qui vous amène à avoir envie de dévorer Pierre Loti et sa « Madame Chrysanthème, et/ou l'opéra lui-même !
Côté illustration, c'est un pur chef d'oeuvre : le livre se déploie, comme un énorme éventail, avec d'un côté, les illustrations, et de l'autre… je ne le dis pas exprès, pour garder un peu de mystère à qui voudrait s'offrir ce délicat présent !
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Momiji
  08 mars 2014
Madame Butterfly, fragile et gracieuse comme un papillon, est une geisha qui se voit contracter un mariage avec un lieutenant américain, Benjamin Franklin Pinkerton, fraîchement arrivé de Boston. Amateur de belles choses, il voit Butterfly comme une conquête, qu'il veut épingler à son tableau de chasse mais dont il va vite se lasser. Abandonnée par son mari, rejetée par les siens, Butterfly, bercée par l'amour et la loyauté qu'elle porte à son bel américain, attendra désespérément et inlassablement le retour de l'être cher...
Avant tout, merci à mon beau-frère qui m'a offert ce merveilleux livre à Noël et merci à Benjamin Lacombe pour faire naître tant de beauté dans ses réalisations.
L'histoire de Madame Butterfly m'a toujours beaucoup touchée et j'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de m'y intéresser, notamment quand j'ai réalisé mon mémoire sur les femmes japonaises pendant l'occupation américaine d'après-guerre. J'ai attendu de lire l'oeuvre de Benjamin Lacombe (librement adapté de l'Opéra Madame Butterfly de Giacomo Puccini et de Madame Chrysanthème de Pierre Loti) car en février, l'opéra m'attendait à Bastille et je trouvais intéressant d'en profiter pour faire concorder le spectacle et cette lecture (opéra que je vous conseille par ailleurs, il restitue parfaitement l'ambiance épurée propre au Japon tant dans les mots que dans la mise en scène, avec une musique qui provoque des frissons !).
Que vous dire devant tant de délicatesse ? Benjamin Lacombe n'est pas seulement un illustrateur extrêmement doué, c'est un auteur et un artiste qui rend hommage aux textes en les sublimant ici avec des peintures à l'huile toutes plus magnifiques les unes que les autres. Elles nous font voyager dans ce Japon qui n'existe plus vraiment mais qui est présent dans l'imaginaire et nous fascine toujours autant. Les jeux de couleurs, les émotions qui émanent des personnages sont des invitations à l'évasion et ont une dimension onirique qui nous fait nous échapper du monde réel le temps de la lecture et se perpétue une fois l'ouvrage refermé.
Mais au-delà du texte et des illustrations, ce livre-objet marque à lui tout seul les esprits. Usant de tissus, de papiers précieux, d'une fabrication exceptionnellement belle, sous la forme de pages reliées qui se déploient comme un paravent, ce livre grand format évoque finement le Japon et ses arts. L'originalité et la beauté se trouvant aussi parfois dans les détails qui se cachent, Benjamin Lacombe a pensé au plaisir de nos yeux et au verso des pages du récit, vous trouverez une fresque de presque dix mètres de long, réalisée au crayon et à l'aquarelle qui prolonge le voyage.
Encore un compliment à l'auteur ? Oui, il le mérite largement !
J'apprécie que le texte soit tout d'abord en trois actes et que les entractes soient accompagnés par des doubles qui viennent avec subtilité nous mettre dans la même temporalité que celle de l'opéra. de même le prologue nous immerge dans l'atmosphère du souvenir, celui de Pinkerton. C'est le parti-pris fort dans ce livre : avoir raconté l'histoire du point de vue du lieutenant américain. Evidemment, une grande part d'interprétation intervient dans l'ensemble du travail qu'a engendré ce livre. Mais c'est ce point de vue interne, inédit, qui m'a particulièrement marqué car il implique des choix d'écriture bien pensés. Non seulement la narration est très vivante, nous donne l'impression que Pinkerton s'adresse directement à nous, mais elle offre une perspective nouvelle à ce drame, ou plutôt cette tragédie.
Vous l'aurez compris, Benjamin Lacombe a travaillé avec un grand sens de la perfection et de la minutie, tant sur le fond que la forme. Il dépeint ce petit papillon symbole de l'amour déçu, de la trahison, fragile, à qui on peut aisément briser les ailes, mais qui jusqu'au bout conserve sa grâce et sa beauté. Il a su toucher l'amoureuse du Japon que je suis car j'y ai retrouvé la délicatesse de ses arts, l'élégance du vide et du plein, et il se les ait appropriés avec son style immédiatement reconnaissable. Ce n'est pas seulement un très beau livre, c'est une oeuvre d'art.
Lien : http://labiblidemomiji.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
IrishStew
  28 juillet 2014
Avant toute chose, laissez-moi vous dire que Benjamin Lacombe et les éditions Albin Michel sont fous. Offrir ainsi une fresque de 10 mètres de long en guise d'album, c'est de la folie. Vous rendez vous compte? 10 mètres! Je n'ai pas de pièce assez grande chez moi pour pouvoir déplier la fresque dans son intégralité, si bien que j'ai du louer une salle des fêtes pour pouvoir lire Madame Butterfly!
J'exagère.
Je vous rassure tout de suite, il n'est nul besoin de louer une salle des fêtes pour pouvoir lire un tel ouvrage. Il peut se lire dans un fauteuil, au lit ou ailleurs, sans pour autant qu'il nous encombre. Tout est bien réfléchi afin de ne pas effrayer les lecteurs et lectrices que nous sommes. Mais, si l'envie vous prend de vouloir admirer la fresque dans son intégralité, alors vaut mieux trouver un endroit suffisamment grand.
Tous les amoureux et toutes les amoureuses de la culture japonaise se doivent de connaître Madame Butterfly, qui a connu un bon nombre d'adaptations. Retenons simplement celle de Giacomo Puccini, de 1904. L'opéra, quoique n'ayant pas été reconnu comme admirable lors de sa création (c'est-à-dire la première fois qu'il a été joué en public), n'en est pas moins un classique qu'il faut connaître. Même si vous n'aimez pas l'opéra, je vous conseille d'écouter quelques fragments de cette oeuvre. Personnellement, bien qu'adorant la musique classique, je reste assez réfractaire à l'opéra, bien que j'aime le Freischütz de Weber entre autres pièces!
Benjamin Lacombe aime l'opéra, et il a eu l'idée d'adapter l'un de ceux de Puccini. L'argument en est simple: une histoire d'amour impossible entre un lieutenant de la Navy, Pinkerton, et une jeune geisha de 15 ans, Cio-Cio San. Pinkerton participe à une tradition colonialiste lorsqu'il arrive au Japon: épouser une femme. Il tombe sur Madame Butterfly qui, en sa qualité de geisha, ne peut se marier: elle est une femme de désir, et si elle se marie elle jettera le déshonneur sur sa famille, comme l'en menace son oncle, un bonze selon Pinkerton. Pourtant, la jeune fille tombe éperdument amoureuse du lieutenant américain. Ce dernier doit repartir en Amérique et se marie avec Kate, une féministe dont il est tombé amoureux au premier regard. Il a pourtant promis à Butterfly qu'il reviendrait la voir le plus tôt possible. Promesse trahie. Lorsqu'il revient au Japon, c'est avec sa femme, Kate. Butterfly, toujours amoureuse comme au premier jour, se sent trahie, rejetée et pour laver le déshonneur qui souille sa famille, se suicide.
On ne peut pas vraiment dire que Madame Butterfly soit l'opéra le plus joyeux jamais écrit dans toute l'Histoire de la musique. Ces opéras assez funestes, dramatiques sinon tragiques sont légions, et il faut croire que nous, pauvres mortels, aimons nous extasier sur le malheur d'autrui. Ca doit nous rendre plus vivants. C'est horrible ce que je dis, du coup je vais m'arrêter là. Toujours est-il que l'adaptation que fait Benjamin Lacombe est belle, merveilleusement servie par les illustrations. Ces dernières captivent le lecteur que je suis par la beauté qu'elles contiennent, que ce soit les paysages ou même Butterfly. Il y a une sorte de douce mélancolie qui semble émaner de ces tableaux, quelque chose d'assez surréaliste dans le choix des couleurs, des mises en scène, des physiques des personnages. Cela dit, la dernière illustration est réellement macabre. L'histoire en elle-même est découpée de la même façon que l'opéra, c'est-à-dire trois actes précédés d'un prologue. le choix de Benjamin Lacombe pour cette histoire est bien trouvé: l'intrigue est pleine de symboles, symboles qui apparaissent dans les illustrations. Il y aurait des milliers de choses à dire sur cette seule histoire, mais ce serait dépasser largement le cadre du travail de l'auteur.
C'est un premier contact avec Benjamin Lacombe. Je suis fasciné par son travail, aussi vais-je me procurer très rapidement quelques autres albums!
Lien : http://lesjeuneslettres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
lemillefeuilles
  27 mai 2014
Madame Butterfly, c'est d'abord une pièce de théâtre, adaptée ensuite en opéra par Puccini. Cette fois-ci, Benjamin Lacombe réinterprète ce drame amoureux dans une adaptation très libre, basée sur l'opéra de Giacorno et de Madame Chrysanthème de Pierre Loti.
Pour cet album, Benjamin Lacombe s'est surpassé et nous offre ici une très belle adaptation à travers cet ouvrage. Les motifs sont remarquables, il y a là quelque chose de délicat et de savoureux, qui n'est pas sans me rappeler les litchis dont la saveur caresse nos papilles de douceur et de suavité, tout comme je fus à la fois bercée et émerveillée lors de ma lecture.
Bien sûr, le livre étant très beau et très délicat, j'en prend grand soin et j'y fait particulièrement attention. En effet, ce n'est pas un livre comme les autres. D'une part, il y a l'histoire, présentée à la manière de tous les livres, et, d'autre part, lorsqu'on le déplie de l'autre côté, on découvre une longue fresque de dix mètres, d'une incroyable beauté et délicatesse.
Grâce à ce beau livre, j'ai également pu découvrir plus en détails l'histoire de Madame Butterfly, que je ne connaissais pas bien avant. À tort, sans doute. C'est une histoire tragique et très belle, que Benjamin Lacombe a su transposer à merveille. La beauté de ce livre est sans égal à l'histoire portée par ces pages.
Nous sommes au début des années 1900, au Japon. Pinkerton, un officier américain de passage, va céder à un caprice à la vue d'une Geisha dont il tombera immédiatement sous le charme. Pinkerton épouse donc la Geisha, Madame Butterfly, sans prendre ce mariage très au sérieux. Néanmoins, il en est beaucoup plus pour la jeune femme, qui va prendre très à coeur son nouveau rôle, et vouera un amour fidèle et inconditionnel à son mari. Ce dernier, au bout de quelques temps, s'en va pour rentrer chez lui, tout en promettant à sa femme qu'il sera bientôt de retour.
Alternant les couleurs chaudes et froides, les images correspondent parfaitement au ton dramatique que le récit prend. Les dessins apportent une toute autre dimension au texte, ils nous permettent d'accéder à un ressenti, des émotions, des sensations qu'eux seuls nous soufflent à travers l'histoire des personnages, l'amour naissant entre Butterfly et Pinkerton, la douleur que le départ de ce dernier va provoquer chez le papillon qui a perdu ses ailes suite à la trahison... C'est beau, c'est tragique, et c'est si merveilleusement fait qu'on tourne les pages sans même s'en rendre compte, ne s'arrêtant que pour contempler les dessins qui rejoignent parfaitement le texte. Les illustrations de cet album sont incroyables, un mélange de drame, de beauté et de violence qui nous amène au pays du Soleil Levant, avec cette geisha si belle, si mystérieuse... On ne peut que difficilement détacher le regard de ces illustrations, envouté par la finesse du des traits, du détail.
Benjamin Lacombe signe ici une fresque remarquable, ornée d'amour et de poésie. Cette histoire belle et dramatique est une ode à l'évasion et à l'émotion, où les dernières pages percent notre sensibilité au point d'en crever le coeur. Ce livre est, sous tous les points, un chef d'oeuvre, et il serait vraiment dommage de passer à côté. Je ne peux que conseiller aux amateurs d'art, d'opéra, de belles histoires dramatiques, de beaux livres et à tous ceux qui apprécient le travail de Benjamin Lacombe ou souhaitent le découvrir. Une pure merveille pour les yeux, un vrai régal, un véritable enchantement.
Lien : http://leslecturesdanais.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Zazette97
  25 juillet 2014
Publié en novembre 2013, "Madame Butterfly" est l'avant-dernier album de l'illustrateur français Benjamin Lacombe dont le dernier album, "Léonard et Salaï" est sorti fin mars.
L'officier Benjamin Franklin Pinkerton et son second venus de Boston débarquent dans la baie de Nagasaki, non sans imaginer qu'ils y prendront tous deux une épouse japonaise pour la durée de leur séjour.
A la maison de thé du Jardin aux Fleurs, Pinkerton croise le regard de la belle Butterfly, une jeune geisha aussi fragile que les papillons bleus qui ornent son kimono.
Une fois le mariage consommé, Pinkerton, lassé de la soumission et des manières de la jeune femme retourne sur le continent, en lui promettant distraitement de revenir "au temps des roses, à la belle saison, quand le rouge-gorge fait son nid".
Mais les saisons s'écoulent, laissant Butterfly seule avec ses pensées et un petit être qui grandit en elle...
Comme vous le savez sans doute, "Madame Butterfly" puise sa source dans le célèbre opéra en trois actes de Puccini, mais également dans le roman "Madame Chrysanthème" de Pierre Loti.
Benjamin Lacombe ne prenait pas grand risque à s'inspirer d'une célèbre histoire tragique aimée de tous, laquelle s'inscrit parfaitement dans son univers torturé.
Ce que j'ai toujours aimé chez Lacombe, c'est ce contraste entre la tristesse des situations vécues par ses personnages et la flamboyance des couleurs utilisées. Un procédé qui selon moi élève ces destins malmenés au rang de légendes.
Néanmoins, non seulement je connaissais déjà l'histoire de Pinkerton et de Butterfly (et je l'aime d'ailleurs toujours autant), mais je n'ai pas réussi à apprécier la valeur ajoutée de cet album.
Impression de déjà vu. Trop de similitudes avec son album "Les Amants Papillons". Un zeste de dessins sépias façon "Contes macabres". Une histoire universelle donc sans prise de risques. Et l'impression que Lacombe ne s'est pas foulé :(
La seule originalité de cet album réside au verso des pages, dans cette fresque aux tons bleus qui se déploie sur près de 10 mètres de long.
Je conçois bien que chaque artiste possède sa patte et ses obsessions créatrices. Je n'attends pas que Benjamin Lacombe change du tout au tout mais qu'il sorte un peu de sa zone de confort pour me surprendre.
Est-ce le cas du premier tome de "Léonard et Salaï" ?
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AgathaetceteraAgathaetcetera   12 juin 2017
Ma petit butterfly, je reviendrai au temps des roses, à la belle saison, quand le rouge gorge fait son nid.
[...)
Mon mari m'a promis de revenir à la belle saison, quand le rouge gorge fait son nid. Iic, il l'a fait trois fois depuis que mon mari est parti. Mais il se peut qu'en Amérique il ait l'habitude de le faire moins souvent.
Commenter  J’apprécie          10
ElanaElana   15 décembre 2014
Ce papillon qui voletait et se posait avec une grâce délicieuse serait le mien, au risque que je lui brise les ailes.
Commenter  J’apprécie          30
AgathaetceteraAgathaetcetera   12 juin 2017
Vêtue de son kimono blanc, Butterfly avait la délicatesse et la fraîcheur d'un lys. Lorsqu'elle vint à mes côtés, je me sentis démuni comme l'enfant qui fait ses premiers pas. Dans ce pays où la règle fait la loi, je ne savais même plus comment mettre un pied devant l'autre.
Commenter  J’apprécie          00
AgathaetceteraAgathaetcetera   12 juin 2017
Prendez vous pour épouse l'une de ces petites poupées à peau jaune et aux yeux de chat, lieutenant Pinkerton ?
Commenter  J’apprécie          00
AgathaetceteraAgathaetcetera   12 juin 2017
Le papillon s'épinglait à jamais sur ma propre existence.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Benjamin Lacombe (77) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benjamin Lacombe
Pour faire suite au livre Histoires de fantômes du Japon, Benjamin Lacombe poursuit son hommage à l'oeuvre de Lafcadio Hearn avec son nouveau livre Esprits & Créatures du Japon.
Benjamin Lacombe s'intéresse avec cet ouvrage à la nature et à la figure animale. Après une immersion au fond des eaux, on émerge à la surface qu'on explore par le biais des racines, de la terre et des mammifères, pour atteindre le ciel et les volatiles. Ce sujet est synonyme au Japon de mystère et de respect. Comme pour le premier opus, le traitement graphique s'adapte à chaque histoire.
En savoir plus : https://www.editions-soleil.fr/bd/series/serie-esprits-et-creatures-du-japon/album-esprits-et-creatures-du-japon
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.soleilprod.com/ https://www.facebook.com/soleil.editions https://twitter.com/editions_Soleil https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
Achetez le livre : Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782302090422&tag=soleilprodcom-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : https://www.awin1.com/cread.php?awinmid=12665&awinaffid=651807&clickref=&p=http://recherche.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?Search=9782302090422 Cultura : https://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782302090422&classification=0
+ Lire la suite
autres livres classés : geishasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
335 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre

.. ..