AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Matatoune


Matatoune
  26 août 2020
Premier enfant à vingt-cinq ans et cinquième à quarante-deux ans, c'est donc sa paternité active que Alexandre Lacroix a choisi de raconter sous la forme d'un roman dont le titre est « La naissance d'un père ».
Le narrateur de Alexandre Lacroix commence par décrire sa première paternité en Avignon en assurant la prise en charge entière de Bastien à mi-temps puisque alors écrivain, il n'était pas obligé d'aller travailler.
Pour la première fois, « La naissance d'un père » raconte de la voix du père comment changer une couche, comment faire prendre son bain à son bébé, comment on découvre le monde ensemble en prenant le temps de regarder les mêmes choses, etc. Mais, pas seulement !
Alexandre Lacroix décrit la protection de son bébé en faisant fuir toutes velléités belliqueuses. Et aussi, la sensualité d'une maman sicilienne près du bac à sable qui l'empêche de prévenir un petit accident.
« La naissance d'un père » est écrit pour modifier les représentations sur la paternité. Il démontre que les femmes n'ont pas le monopole de ce quotidien qui crée la relation aimante et soutenante. Néanmoins, il s'agit surtout que les femmes laissent la place sans attendre de l'autre qu'il fasse comme soi, comme, par exemple, les activités ménagères.
La forme du roman interroge car comme « La naissance d'un père » raconte le quotidien de la venue de ses enfants qui semble si proche du vécu. J'espère qu'elle est dans les détails suivants : la réaction du narrateur face à la psychologue du petit Clarence, la réaction type bobo sur la restauration en centre commercial aussi. Et, l'exemple que prend le narrateur sur l'avortement est assez peu réaliste tant la triangulation psychanalytique semble particulièrement perverse. Mais, peut-être que ce n'est pas là que se situe la fiction ?
Son écriture raconte le quotidien sans devenir prosaïque. Alexandre Lacroix explique la tendresse qui se fond dans les minutes de vie et les espaces qui s'ouvrent quand la joie est là. le ton est plaisant. le cours d'accouchement sans douleur est savoureux. le narrateur se raconte avec dérision et son regard décalé est souvent drôle. Drôle d'imaginer le narrateur « recharger ses batteries » pendant que sa femme voit monter les contractions. Drôle la mise en pratique les théories de Winnicott sur les objets transitionnels. Drôle le gabarit du kiné opposé au corps du bébé pour le traitement de la bronchiolite. Et, lorsque le narrateur joue les « Laurence Pernoud » pour une collègue, ça vaut aussi la lecture !
Alexandre Lacroix raconte pour la première fois la paternité au quotidien dans ce roman écrit autour de la venue de ses cinq enfants tout au long de dix-sept ans de vie, le point de vue d'un père moderne et attentif. Souvent drôle par le décalage de sa dérision, ce roman est à découvrir, et pas seulement par les futurs pères !
https://vagabondageautourdesoi.com/2020/08/26/alexandre-lacroix/
Lien : https://vagabondageautourdes..
Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (6)voir plus