AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020953351
185 pages
Seuil (30/11/-1)
3.58/5   6 notes
Résumé :

" J'suis en pit ", " Lui, c'est un 100 % roro ", " J'ai invité mes sauces au barbecue ", " Laisse tomber, il a toyé tout le monde ! ", " Aujourd'hui je rince un grec ", " Je suis yomb de toi "... Vous avez tout compris ? Non ? C'est exactement pour cette raison qu'un groupe de jeunes originaires d'Evry a imaginé ce Lexik des cités illustré, bien différent des dictionnaires classiques. Pour que tous les durons autour d'eux pui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Transfuge
  28 février 2016
Un dictionnaire qui "traduit" les mots et expressions utilisés par les jeunes des cités de banlieue en langage courant. Une étymologie est proposée. Attention, ce type de langage évolue très vite, et ce dictionnaire - qui date de 2007 - sera rapidement obsolète, ou utilisable en tant qu'objet historique, peut-être au grand dam des jeunes qui l'ont créé! On ne peut toutefois que saluer cette initiative et la motivations des jeunes qui y ont participé.
Commenter  J’apprécie          10
MIOP
  09 février 2012
Mauvaise langue est une invitation polémique et constructive au bilinguisme, à ce bilinguisme des jeunes qui ne peuvent pas faire l'économie de la syntaxe et du vocabulaire, sous peine de le payer cher. Nourri d'anecdotes et de réflexion, ce texte dénonce la démagogie ambiante qui consiste à voir dans toute initiative et dans toute rébellion un acte créatif.
Commenter  J’apprécie          10
einherie
  06 août 2012
Livre intéressant si on porte de lintérêt à la vitalité
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Lecturejeune   01 mars 2008
Lecture jeune, n°125 - Les auteurs de ce Lexik des cités n’avaient jamais imaginé un quelconque succès. Issus d’un quartier d’Evry, ils se sont lancés sans méthodologie préétablie dans la constitution d’un petit dictionnaire. La collecte et le choix des mots – soit les incontournables, soit les plus novateurs –, leur mise en situation graphique, et la recherche de leur étymologie ont été établis sur trois années. Au final, un recueil de 241 mots, qui ne prétend aucunement être exhaustif, au format pratique, illustré de graffitis et mis en images dans l’esprit peu conformiste et humoristique de ses auteurs. Un vrai travail sans tabou mené avec rigueur – enseignants et linguistes ont été sollicités – sur une langue en constant changement. L’humour prend le relais pour une « étymo-folie » quand la recherche étymologique échoue. Ces jeunes, en prenant du recul sur leur langage, et en ne se satisfaisant pas d’une stricte quête identitaire ont jeté avec succès un pont vers les autres générations et milieux et cherché à réduire la source de malentendus linguistiques et culturels. Ce témoignage de « grande métisserie », selon l’expression d’Alain Rey enthousiasmé par ce dictionnaire, passionnera toutes les générations sensibles aux multiples facettes d’une langue française bien vivante, et mérite de trouver place dans les rayons des médiathèques et des CDI. Marie-Françoise Brihaye
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Lecturejeune   01 mars 2008
Lecture jeune, n°125 - « Le malaise de la jeunesse est qu’elle semble être de moins en moins en possession d’une syntaxe, d’un vocabulaire riche et varié. Aussi n’est-elle plus dans la disposition de dire qui elle est ni ce qu’elle désire ». Dans cet essai polémique, Cécile Ladjali, professeur de lettres dans un lycée de Seine-Saint-Denis, dénonce l’appauvrissement de la langue de ses élèves et fustige la démagogie ambiante, les tenants du « relativisme culturel ». Selon elle, « l’école permet aux consciences en formation de s’épanouir grâce à une rencontre salvatrice avec le langage. Mais elle doit se battre contre une modernité qui, par certaines des valeurs qu’elle véhicule, tourne le dos au langage dans ce qu’il suppose comme rapport au classicisme, à l’exigence, à la lenteur, et au silence ». L’auteur prône une démarche élitiste et un nécessaire bilinguisme ; les jeunes doivent se confronter aux « classiques », quels que soient l’exigence et la difficulté des textes, parce que leur humanisme leur est adressé. En faisant le pari de la rigueur et de la beauté, elle souhaite donc leur faire comprendre que la langue est un pouvoir. Elle défend également la notion de choix : faire connaître cette culture et lui donner une chance d’être élue par les jeunes. Cécile Ladjali, engagée et intelligente, nous invite à partager une réflexion passionnante et ô combien au cœur de nos pratiques professionnelles quotidiennes. Un ouvrage à lire absolument même si nous n’en partageons pas toutes les positions et si notre démarche se fonde sur d’autres convictions – lecture de littérature de jeunesse, intérêt pour l’univers culturel des adolescents, etc. Hélène Sagnet
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
isabelledesageisabelledesage   20 juin 2019
Enfin, la sérieuse difficulté qu'ont les élèves à écouter de la musique classique s'expliquer par le fait qu'ils entretiennent un rapport conflictuel avec le silence. "Quelqu'un peut parler sans arrêt, et sa parole ne rien dire. Par contre un silence peut en dire long" note Heidegger. Je crois que les élèves, lui préférant le bruit, ne supportent pas le silence car ils le ressentent comme anxiogène. Et pourtant ce dernier fait partie intégrante de la musique. On a souvent dit que le silence après la dernière note d'une symphonie de Mozart était encore du Mozart. Et il est même possible de penser que la relation douloureuse des élèves avec l'oralité reste la conséquence de cette incapacité à supporter le silence. […] En somme le silence, celui de la musique et du langage, est sans doute le cœur de la courtoisie et de l'échange entre les hommes. Enfin, le silence est une réalité pleine. Un vide comble, proche de l'otium des Anciens. Le loisir était alors une vacance luxueuse, un moment propice à la méditation, et l'absence e parole ou de visage permettait à la conscience de revenir à soi et de s'accomplir. L'accomplissement de soi : je crois qu'il demeure le but de toute éducation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11

Videos de Cécile Ladjali (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Ladjali
Cécile Ladjali est enseignante et écrivaine, deux métiers qui se nourrissent l'un l'autre. Dans son travail, par les mots et le langage, elle questionne la notion de transmission, celle des origines, des identités et de la création
Dans cette rencontre virtuelle, autour du dernier roman de Cécile Ladjali, "La Fille de personne" publié aux éditions Actes Sud, on parle de Luce Notte, Kafka et Hedayat et du pouvoir extrêmement puissant, voire inégalable, de la littérature...
Pour retrouver son livre, c'est ici : https://www.librairiedialogues.fr/livre/16461672-la-fille-de-personne-cecile-ladjali-actes-sud
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairiedialogues/ FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues TWITTER : https://twitter.com/Dialogues
À bientôt !
+ Lire la suite
>Culture et normes de comportement>Pratiques culturelles>Sociolinguistique, ethnolinguistique (25)
autres livres classés : langageVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
662 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre