AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2915018839
Éditeur : Quidam (06/03/2015)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 10 notes)
Résumé :
« J'ai toujours pensé que ce monde-ci est trop petit, ou plutôt que ce que l'on nous donne pour réalité ne constitue qu'une infime partie de l'infinité du monde. Nos rêves, la force et l'inventivité de notre imaginaire le déploient déjà dans des directions inattendues, mais il y a davantage. Il m'arrive de prendre des décisions incongrues alors que je souhaitais faire le contraire. Au dernier moment, j'opère un revirement incompréhensible à mes yeux, j'accepte de vi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MarianneL
  05 février 2015
Le quatrième roman de Jérôme Lafargue, publié début mars 2015 par Quidam éditeur, évoque l'histoire singulière d'une famille, l'histoire d'une lignée d'hommes solitaires qui trouve ses racines dans un drame survenu le 20 octobre 1854, évoquée cent soixante ans plus tard lors d'une traque en forêt.
Apres le brutal décès de son père, le petit Aupwean, graine de surfer légendaire âgé de seulement dix ans, s'est enfui de chez lui et le passé de sa famille a resurgi par la porte de la mémoire, des récits et des rêves.
«Plusieurs rêves ainsi qu'un acte de désobéissance et de renoncement d'un garçonnet de dix ans, mon neveu Aupwean, commis la semaine passée, nous ont conduit ici, dans cet univers immense et flamboyant, aux trousses du fugitif le plus recherché depuis des lustres. Mais les raisons qui justifient ce que nous faisons sont bien plus ancestrales, elles puisent dans un temps qui se dérobe à nous.»
Cette traque mystérieuse dans la forêt landaise est menée par l'oncle d'Aupwean, surfeur et solitaire comme tous les hommes de sa lignée, et par son vieil ami La Serpe, un franco-colombien à l'allure d'un indien taiseux et infatigable, qui veulent à tout prix atteindre le fugitif avant la police et les autres poursuivants.
«Nous savons pourtant au fond de nous que nous ne dormirons pas, nous marcherons et courrons jusqu'à être sur ses talons, jusqu'à sentir sa peur. Je n'éprouve nul plaisir à cette traque. le temps presse, il nous faut arriver avant les gendarmes, faire ce que nous avons à faire et disparaître.»
Au coeur de la nature, non loin du littoral sauvage et fragile, dans cet univers inquiétant de la forêt, les origines énigmatiques d'une famille, de leur attachement à ce territoire, et les haines locales recuites depuis des décennies se dévoilent peu à peu, dans un récit dont les ramifications se déploient comme les branches d'un arbre au feuillage trop fourni - peut-être ce liquidambar fétiche qu'on croise souvent dans les romans de Jérôme Lafargue.
«Quelque chose nous rattache à ce lieu, quelque chose de plus grand que les mesquineries de ces petites gens, quelque chose de plus grand que nous. Et j'ai le sentiment que, là, sur les talons du fugitif, nous en apprendrons bientôt beaucoup plus.»
L'auteur brouille les pistes avec l'habileté d'un illusionniste, rendant troubles les frontières entre visions, fiction et expérience vécue, entre fable merveilleuse et poids de l'héritage de combats sanglants, à la lisière d'un monde fantastique. Beaucoup de pistes resteront ouvertes en refermant ce livre, appelant une ou même plusieurs suites...
«J'ai toujours pensé que ce monde-ci est trop petit, ou plutôt que ce que l'on nous donne pour réalité ne constitue qu'une infime partie de l'infinité du monde. Nos rêves, la force et l'inventivité de notre imaginaire le déploient déjà dans des directions inattendues mais il y a davantage.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ingannmic
  08 mai 2015
Début de la deuxième moitié du XIXème siècle, un village des côtes marocaines...
Un homme recueille sur un bateau le seul survivant du massacre qui y a été perpétré, un nouveau-né. L'homme a reconnu parmi les victimes l'explorateur français avec lequel il avait noué une courte mais sincère relation lors de sa venue quinze ans auparavant.
Les Landes, aujourd'hui...
Deux hommes -le narrateur et son ami La Serpe- traque dans la forêt on ne sait qui ou quoi, leur but étant d'attraper leur proie avant que les autres chasseurs qui parcourent, en nombre, la pinède, n'y parviennent.
La progression de cette poursuite est entrecoupée de flash-backs par lesquels le narrateur revient sur les événements qui ont suivi la mort de son frère Andoni, impliquant son neveu Aupwean, dix ans, surfeur surdoué, dont la personnalité confirme son ascendance avec une lignée d'hommes droits et solitaires, et dont les rêves très prégnants se nourrissent de l'intervention des morts et d'une intuition surnaturelle.
"En territoire Auriaba" est une histoire de transmission. Transmission de l'amour pour une terre, pour la nature, des inimités aussi, qui opposent aux membres d'autres lignées. Transmission enfin d'un héritage moins tangible, plus mystérieux, composé d'obsessions et de secrets, d'énigmes qui livrent parcimonieusement, d'une génération à l'autre, quelques bribes d'indices.
Autant Jérôme Lafargue m'avait enchanté avec "L'ami Butler", autant il a eu du mal à me convaincre avec son dernier titre. Malgré une écriture soignée, agréablement poétique, au rythme régulier, plusieurs points m'ont gênée.
Cela a commencé avec le narrateur, que les efforts de l'auteur pour en faire un personnage parfaitement intègre, humble... bref sans défauts, en se faisant par moments trop visibles, finissent par desservir. Ses longues diatribes sur les travers des hommes sont souvent à la limite du jugement d'un donneur de leçons, et j'ai un peu de mal avec les humbles qui revendiquent leur humilité, et passent beaucoup de temps à parler d'eux-mêmes...
J'aurais pu m'accommoder de ce bémol qui, après tout, s'oublie assez vite, lorsque l'on est plongé dans l'intrigue. Sauf que, en parlant d'intrigue... j'ai eu davantage le sentiment de baigner dans la confusion que d'être happée par le récit. L'auteur donne l'impression de ne pouvoir s'empêcher de vagabonder, de se perdre dans des digressions dont on ne comprend pas toujours le lien avec l'ensemble du texte. du coup, on ne sait pas trop où on va, on suit des chemins de traverse qui ne mènent nulle part, ce qui ne serait pas gênant si l'auteur ne nous avait pas appâtés par ailleurs avec des mystères dont il laisse sous entendre que nous finirons par trouver la clé...
Et le comble, ce qui, véritablement, m'a mise en colère, a été, parvenue à la dernière page, d'y lire la mention suivante : "Ce roman appelle une suite qui devrait elle-même en appeler une autre"... !
La moindre des choses est d'avertir le lecteur qu'il s'engage pour plusieurs tomes, non ?
Du coup, je n'ai même pas envie de lire la suite... Dommage, il y a dans ce roman de nombreux éléments qui auraient pu en faire une très belle histoire.
Vous, en tous cas, vous serez prévenus !
Lien : http://bookin-inganmic.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Etsisite
  15 avril 2018
Jérôme Lafargue est devenu pour moi une valeur sûre (ici pour ses autres livres). En le lisant, je sais que je vais me sentir happée par une ambiance et par la nature (la forêt, la mer). Et puis, il y a ce regard désenchanté sur le monde et l'humain qui me parle tant (est-ce dû à mon passé de sociologue ?).
Mais surtout, j'aime cette confusion qu'il entretient entre le réel et l'imaginaire et la place si essentielle qu'il donne à la seconde, espoir face au désenchantement :
Dans ce roman, nous suivons un oncle et son neveu, tous deux à part, portés par leur imaginaire et leurs rêves. Tant que ceux-ci deviennent réalité, à moins que ce ne soit la réalité qui ne devienne rêve ? Dans ce monde onirique, c'est l'histoire de leur famille (les Auriaba) qui se fait jour, petit à petit, d'un rêve ou d'un évènement à l'autre, histoire de nous tenir en haleine.
Lien : https://etsisite.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Chro   31 mars 2015
Un livre qui est peut-être son meilleur, du moins le plus travaillé, le plus abouti, le plus envoûtant.
Lire la critique sur le site : Chro
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
egnasolegnasol   09 mai 2015
puissant et envoûtant, ce roman vous emporte aux frontières du rêve, à l'heure où l'on devrait se réveiller, entre chien et loup; comme une course en forêt, entrecoupée de souvenirs, qui ne sont peut être pas les vôtres. Un enfant est le lien entre deux adultes qui se cherchent, et cachent des blessures profondes. Une quête bien sûr pour connaître ses origines, ou simplement, l'origine de ce rêve qui nous emporte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EtsisiteEtsisite   15 avril 2018
Comme s’il fallait que quelques-uns aient trouvé le véritable sens de la vie. La vie est orchestrée par le chaos. Et lorsqu’un mouvement chaotique vient la troubler encore davantage et sans raison apparente, pour le coup ça devient intéressant.
Commenter  J’apprécie          00
EtsisiteEtsisite   15 avril 2018
J’ai toujours pensé que ce monde-ci est trop petit, ou plutôt que ce que l’on nous donne pour réalité ne constitue qu’une infime partie de l’infinité du monde.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Jérôme Lafargue (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Lafargue
Jérôme Lafargue vous présente son ouvrage "L'année de l'hippocampe" aux éditions Quidam. http://www.mollat.com/livres/jerome-l... Notes de musique : Sonothèque - 1 Vagues
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
285 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre