AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La Petite Bédéthèque des Savoirs tome 17 sur 29
EAN : 9782803637430
104 pages
Le Lombard (19/05/2017)
3.89/5   22 notes
Résumé :
Depuis sa timide percée dans le grand public il y a 20 ans, les usagers d'Internet se sont depuis multipliés de manière exponentielle et il n'est plus vraiment besoin d'expliquer aujourd'hui à quoi sert ce réseau informatique. Cependant, alors même qu'Internet nous est devenu pratiquement aussi vital que l'eau courante, son histoire et son fonctionnement restent encore bien mal connus. Car le vrai Internet n'est pas un monde fait d'ondes et de clouds, il est bel et ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Presence
  21 janvier 2018
Il s'agit d'une bande dessinée de 84 pages, en couleurs. Elle est initialement parue en 2017, écrite par Jean-Noël Lafargue, dessinée et mise en couleurs par Mathieu Burniat. Elle fait partie de la collection intitulée La petite bédéthèque des savoirs, éditée par Le Lombard. Cette collection s'est fixé comme but d'explorer le champ des sciences humaines et de la non-fiction. Elle regroupe donc des bandes dessinées didactiques, associant un spécialiste à un dessinateur professionnel, en proscrivant la forme du récit de fiction. Il s'agit donc d'une entreprise de vulgarisation sous une forme qui se veut ludique.
Cette bande dessinée se présente sous une forme assez petite, 13,9cm*19,6cm. Elle commence par un copieux avant-propos de David Vandermeulen de 9 pages, plus une demi-page de notes. Il commence par évoquer la tempête solaire du 28 août 1859 qui avait occasionné le dysfonctionnement de la majeure partie du réseau télégraphique mondial. Il développe ensuite l'impact qu'aurait une tempête solaire de la même magnitude sur le réseau de la toile de nos jours. Il évoque ensuite la fragilité du réseau internet à certains endroits du globe, lorsqu'il y a destruction physique d'un simple câble. Il revient en 1995 pour les balbutiements du déploiement d'internet en France, passe au bug de l'an 2000, au sort de quelques start-ups informatiques, certaines mal calibrées, d'autres en avance sur leur temps. Il termine avec le développement des bulles idéologiques, facilité par Facebook, les fermes à clic, et les micro-travailleurs.
La bande dessinée commence en évoquant madame Hayastan Shakarian (environ 75 ans) dans l'Ossétie du Sud, en Géorgie, près de Tbilissi en 2011. Avec sa pioche et sa cariole, elle se rend dans un coin à l'écart dans les montagnes, afin de déterrer des câbles en cuivre pour les revendre. Pas de chance, avec sa bêche, elle sectionne la fibre optique qui assure la liaison internet pour toute l'Arménie. La fibre prend vie sous ses yeux et propose de lui faire découvrir ce qu'est Internet. Il commence par évoquer l'un des besoins de l'humanité : communiquer, y compris sur de grandes distances, y compris à de nombreuses personnes en même temps. Il part des signaux de fumée pour arriver rapidement à Internet et son ossature TCP/IP, telle que définie par Bob Khan et Vint Cerf. Durant ces 84 pages, les auteurs vont aborder des aspects très variés d'internet, des différentes phases de sa construction, aux réseaux sociaux, en passant par le contrôle de l'information ou le Point Godwin.
Dans son avant-propos, David Vandermeulen passe en revue l'histoire d'internet, mais avec un autre point de vue que celui de la bande dessinée. Il commence par rappeler la fragilité des réseaux technologiques construits par les hommes face aux phénomènes naturels, en l'occurrence une tempête solaire. Il expose ensuite la fragilité de certains points physiques du réseau du fait d'un maillage dépendant de câbles qui n'ont rien de virtuel. Enfin, il revient sur l'apparition d'Internet en France, depuis la présentation des autoroutes de l'information en 1995 au journal télévisé, jusqu'à l'utilisation des données personnelles des internautes à leur insu, en passant par les annuaires papiers des adresses de sites internet, et la prolifération des start-ups informatiques au début des années 2000. le jeune lecteur découvre des faits qui lui semblent dater de la préhistoire (ou au moins du siècle dernier). le lecteur qui a vécu ces années se rappelle de ces phases hésitantes avant l'avènement d'Internet à l'échelle planétaire.
Jean-Noël Lafargue est déjà l'auteur qui a écrit le premier tome de cette collection : La petite Bédéthèque des Savoirs, tome 1 - L'intelligence artificielle. Fantasmes et réalités., mis en images par Marion Montaigne. Mathieu Burniat a illustré le mystère du monde quantique de Thibault Damour. Comme les autres tomes de cette collection, cet ouvrage s'adresse à des lecteurs curieux sur le sujet, sans être déjà des spécialistes. Il s'agit bien d'une vulgarisation qui souhaite passer en revue plusieurs facettes du thème abordé. En outre, il ne s'agit pas d'une fiction. le scénariste a choisi de présenter son exposé sous la forme d'un dialogue entre Hayastan Shakarian et cette fibre optique incarnée. La première joue le rôle de candide, et ses questions peuvent également servir de transition entre 2 développements.
Malgré la pagination significative et la densité des informations, les auteurs ne peuvent pas passer en revue tous les aspects d'Internet. En particulier si le lecteur s'est déjà demandé comment Google peut fournir un milliard de réponses à sa requête en moins d'une seconde, ou comment fait Facebook pour lui proposer des amis avec une pertinence relevant du surnaturel, ou encore comment Amazon fait varier ses prix, il en ressortira frustré. D'un autre côté, le titre ne promet pas un décorticage des algorithmes, mais une vision globale d'internet. Par contre, il retrace rapidement son historique, en évoquant l'ossature TCP/IP de manière imagée, la différence entre le Web et Internet, le rôle de la DARPA et du CERN, ainsi qu'une partie de la technologie afférente qui a été déposée dans le domaine public.
Jean-Noël Lafargue s'attache donc à évoquer le plus possible d'aspects d'Internet, ce qui l'oblige à être à chaque fois concis, ce qui peut s'avérer frustrant pour le lecteur. En fonction de ses inclinations, il aurait peut-être aimé en savoir plus sur le volet économique et social des micro-travailleurs, sur le mode de fonctionnement du Darknet, sur les conséquences psychologiques de la mise à disposition de la pornographie à des adolescents de plus en plus jeunes, sur la constitution de communautés virtuelles avec des idéologies nauséabondes, etc. Il doit alors se souvenir qu'il s'agit d'un ouvrage de vulgarisation et qu'il peut ensuite se diriger vers des ouvrages spécialisés sur l'un ou l'autre de ces thèmes. Par contre la force de cet ouvrage est de passer en revue chacune de ces notions pour fournir un point de départ au lecteur, avec les informations de base. En prenant un peu de recul, il s'aperçoit également que l'auteur montre régulièrement que tout n'est pas noir & blanc. Il évoque la manière dont Microsoft a tenté de s'approprier le Web au début de la création des navigateurs, ou comment Google adapte ses algorithmes aux exigences légales des états. Il évoque la manière dont Internet permet un accès illimité à la connaissance, mais aussi comment Google, Facebook et Microsoft rendent possible une forme de censure a priori, et non plus a posteriori.
Le principe de réaliser un ouvrage didactique sans recourir à la fiction constitue un défi artistique difficile à relever en bande dessinée. Pour son précédent ouvrage sur l'intelligence artificielle, Jean-Noël Lafargue bénéficiait de la verve de Marion Montaigne, auteure à part entière. Ici, il bénéficie du savoir-faire de Mathieu Burniat, mais qui reste dans une fonction d'illustrateur, sans ajouter au texte de l'auteur. le lecteur apprécie tout de suite son trait caricatural pour les visages, ce qui les rend très expressifs, et sa capacité à représenter des individus réels comme Bill Gates ou Edward Snowden. le choix de faire s'incarner une candide et un sachant impulse une dynamique visuelle qui permet de montrer le cheminement de l'exposé sous la forme du déplacement des personnages. Après avoir fait connaissance de madame Hayastan Shakarian, le lecteur apprécie de pouvoir voir d'anciens systèmes de communication tel que le télégraphe optique des frères Chappe, ou un vieux modèle de Modem. Régulièrement les dessins de Mathieu Burniat permettent de voir ce dont parle l'auteur de manière explicite : les petits wagonnets et le monorail pour l'ossature TCP/IP, les différentes couches Internet / fournisseurs d'accès / protocole Web / fournisseur d'accès / moteur de recherche, les plug-ins (comme Java, Futur Splash, Quicktime, Silverlight), le calcul distribué, les différences de retour à une question en fonction de la localisation géographique de l'utilisateur, le mème de John Travolta, les exemples de Net Art, ou encore le collectif Anonymous. Il faut un peu de recul pour se rendre compte de ce qu'apportent les dessins, au-delà du principe de base que le lecteur n'aurait pas lu un tel ouvrage sans image. 9 fois sur 10, l'artiste est en phase avec Lafargue pour apporter des informations visuelles de type descriptif soulageant ainsi le texte, et accompagnant son rythme, tout en densifiant le flux d'informations. Il n'y a qu'à 2 reprises que son savoir-faire semble pris en défaut (pages 58 & 62) où il ne représente que madame Hayastan Shakarian en train de se déplacer. Si le lecteur y prête attention, il voit aussi que Burniat ajoute quelques éléments humoristiques, par exemple lorsque le câble s'enroule autour de la taille d'Hayastan Shakarian, sous la forme d'une bouée.
Sous réserve de garder à l'esprit qu'il s'agit d'une entreprise de vulgarisation, le lecteur bénéficie d'un tour d'horizon très large, même s'il reste incomplet, dépassant les simples lieux communs, avec une forte densité d'informations, rendu digeste par une mise en scène plus sophistiquée qu'il n'y paraît. Il suffit de considérer l'interaction entre le dialogue et ce que montrent les images, pour se rendre compte de leur complémentarité et du travail préparatoire que cela a dû demander.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Belzaran
  13 septembre 2017
Depuis quelques temps, des collections didactiques sont apparues sur les rayonnages des librairies. Réalisés par de nombreux dessinateurs différents couplés à des scénaristes « spécialistes », ils produisent des bandes dessinées destinées à traiter de sujets divers et variés. Lorsque je suis tombé sur un ouvrage consacré à internet, à la « Petite bédéhèque des savoirs », j'ai décidé de tester la bête et de voir ce qu'elle avait sous le capot. le choix de l'ouvrage n'était pas anodin : j'ai quelques connaissances sur le sujet sans être un spécialiste. Ce dix-septième tome est réalisé par Jean-Noël Lafargue et Mathieu Burniat.
Le tout démarre assez mal avec… un texte. Pour un livre qui promeut la connaissance par la BD, c'est moyen. Passé cette préface on entre dans le vif du sujet : une fibre optique, coupée par une pauvresse qui ne connaît pas internet, va l'accompagner et lui expliquer ce qu'est, justement, internet.
Le livre cherche à faire le tour du sujet le plus complet possible : histoire, technique, actualité, réseau sociaux, lois… du coup, rien n'est réellement développé. La quantité d'informations est importante et les auteurs ne laissent pas souffler le lecteur. le livre s'apparente à une logorrhée mené par le personnage de la fibre. La vieille femme, sorte de Candide de l'Asie Mineure, intervient à peine pour relancer le sujet. Il n'y a pas de chapitres, on est censé tout lire d'une traite ce qui rend l'ensemble peu digeste.
Les auteurs cherchent avec la vieille femme à créer une forme d'humour. C'est léger, ça tombe à plat et ça n'a aucune finesse. C'est finalement dans l'information pure que l'on y trouve notre compte : certains aspects techniques ou historiques ou sur l'évolution d'internet. Mais je me suis posé la question de savoir à qui s'adresse ce livre ?
Au niveau du dessin et de la narration, l'utilisation d'une fibre optique comme personnage qui accompagne un candide paraît complètement anachronique ! Ça rappelle les fiches pédagogiques des entreprises des années 80 ! Quel passéisme ! Surtout qu'au niveau de la narration, il est difficile d'illustrer des pavés de textes et d'informations. Mathieu Burniat fait comme il peut, mais il n'y a pas d'inventivité ou d'humour suffisant. Bref, en tant que BD, cela n'a pas beaucoup d'intérêt.
Le problème de ces ouvrages c'est qu'ils sont par trop didactiques. Trop sérieux, trop complets… « Internet » n'est pas assez précis pour vous servir de référence (il n'y a même pas de chapitres pour retrouver une information par exemple). Et face à certains mastodontes de la vulgarisation (Marion Montaigne en tête) qui apportent un vrai plus à leurs ouvrages, ça ne fait pas le poids. Un ouvrage de bibliothèque plus que de bédéthèque.

Lien : http://blogbrother.fr/intern..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Guindoule
  20 septembre 2017
Très riche et complète sur son thème internet, cette bande dessinée nous amène avec finesse dans le monde du numérique avec les protocoles, les conflits...et les nouvelles technologies.
Un très beau tome de cette collection
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
Auracan   10 août 2017
Une nouvelle fois, cet album respecte et accomplit le contrat de vulgarisation scientifique inhérent à la Petite Bédéthèque, rassemblant avec succès un scientifique et un dessinateur s'attachant à nous faire appréhender un sujet -ici technique- et à le démystifier en BD.
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   01 juillet 2017
Ce volume est […] avant tout passionnant, même si je me dis qu'une grande partie s'adresse à des initiés qui savent ce qu'est un protocole, un serveur etc.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
PresencePresence   21 janvier 2018
Le principe de TCP, notre deuxième protocole, est que les données transmises sur le réseau sont découpées en paquets. Au lieu d'envoyer d'une traite une grande quantité de données, le fichier à envoyer est sectionné en paquets dont chacun a un numéro d'ordre, une adresse d'expédition, une adresse de destination. Chaque paquet va partir en tentant de suivre le meilleur chemin. L'orientation de ces paquets est déléguée aux routeurs qui ne connaissent que leurs voisins porches. Il est possible que des paquets appartenant à un même envoi empruntent des itinéraires différents, s'adaptant notamment aux changements du réseau. Au final, les paquets peuvent arriver dans le désordre. Ils seront recombinés par l'ordinateur du récepteur. Aucun paquet n'est mieux traité qu'une autre. C'est la neutralité du net, que certains aimeraient mettre à mal en permettant que les paquets ayant une certaine provenance ou une certaine destination soient désavantagés et que d'autres puissent les doubler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   21 janvier 2018
Écoutez, je suggère la création d'une seconde encyclopédie dont le principe serait diamétralement opposé : faisons-en sorte que n'importe qui puisse publier d'abord et que la révision soit faite ensuite par l'ensemble des lecteurs. Aujourd'hui le corpus total de wikipedia est de 40 millions d'articles dans 293 langues dont certaines pour lesquelles il n'avait jamais existé de dictionnaire jusqu'ici. Wikipedia n'a pas de chef, ses administrateurs élus ont pour charge de supprimer ou renommer des pages à la demande de la communauté et de bloquer les utilisateurs qui vandalisent l'encyclopédie, toujours sous le regard de l'ensemble de la communauté. Des amateurs qui écrivent sur tous les sujets sans qualification particulière, voilà qui semblait périlleux. Mais malgré de nombreux débats, on peut faire le constat que la qualité de wikipedia progresse régulièrement et que le contrat de départ - amener le savoir à des gens qui n'ont pas d'encyclopédie chez eux et leur permettre d'apporter leur pierre à l'édifice - est amplement rempli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   21 janvier 2018
Les pays qui ne régulent pas Internet ne sont pas pour autant des états de non-droit où le réseau serait un outil criminel ingérable. Ils se contentent d'appliquer à Internet les mêmes règles qu'à tout média public, avec censure ou poursuite a posteriori, et non a priori. Rappelons qu'un des principaux acquis de la Révolution Française est d'avoir institué une censure a posteriori et non avant publication. Avec le filtrage, non seulement la censure est réalisée a priori, mais elle l'est de manière automatique, immédiate, sans recours, et parfois à la discrétion de sociétés privées. C'est le cas par exemple des censures exercées par Google ou Facebook à la demande de gouvernements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   22 janvier 2018
L'ordinateur passe du statut d'outil à celui de média, et le Web tout entier prend ce chemin. Les premiers auteurs de sites Web étaient des amateurs. Peu à peu, même si l'ordinateur personne persiste, la création de sites web est une affaire qui se professionnalise. Le premier lieu de production de contenu sont les réseaux sociaux qui aliènent leurs usagers dans un système plus ou moins fermé.
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   21 janvier 2018
[…] Cette dame de plus de 75 ans qui, en Géorgie, près de Tbilissi, avait avec sa bêche, elle aussi, sectionné un câble sous-terrain. Pensant récupérer un vieux câble pour en revendre le cuivre qu'il contenait, notre bonne dame venait de priver d'Internet pour plusieurs jours l'Arménie voisine.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Jean-Noël Lafargue (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Noël Lafargue
Les fins du monde de l'Antiquité à nos jours.
autres livres classés : internetVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4707 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre