AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072858109
128 pages
Gallimard (06/02/2020)
3.35/5   64 notes
Résumé :
« Je me suis fait pirater. Toute mon existence est là, répandue sur Internet. Mes documents, l'ensemble de mes emails professionnels, tous mes courriels privés : Des milliers de messages, reçus et envoyés. Depuis un moteur de recherche, n'importe qui est désormais en mesure d'accéder à ma correspondance privée, à douze années d'intimité. Demain, lorsqu'ils se réveilleront, mes parents pourront appréhender ma vie intime et sexuelle. Mon patron entreprendra peut-être ... >Voir plus
Que lire après L'intrusionVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,35

sur 64 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
On a toujours quelque chose à cacher…Et c'est pour ça que la méfiance est requise lorsque l'on se balade sur la toile, dont l'araignée est tapie, plantée dans une pièce jointe insignifiante, mais dont l'ouverture peut déclencher un raz-de-marée dévastateur pour le cuiseurs ou l'étourdi.

C'est l'histoire du narrateur, pourtant pas un perdreau de l'année, mais voilà, la curiosité de découvrir ce que veut lui dire la plus jolie femme de l'entreprise pour laquelle il travaille, et le piège se referme sur lui. Tous ses mails, messages documents sont mis en pâture et accessibles pour tous sur le net. Autant dire que sa vie, professionnelle ou personnelle, va exploser : amis, amours, travail, les mille et une trahisons, adressées sur le ton de la plaisanterie, lui reviennent en boomerang.

Le mécanisme destructeur n'aura pas que des effets négatifs…


C'est un plaidoyer pour la prudence, pour la suspicion voire la paranoïa, préférable au naufrage d'une diffusion virale de l'intimité.

Même si le scénario est un peu exagéré, il reste intéressant et bien ficelé .

Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          751
Gaspard, jeune employé d'une société d'intermédiation aux intérêts multiples et troubles intervenant dans des secteurs sensibles, se retrouve victime d'un piratage informatique. Non seulement celui-ci compromet l'existence même de cette entreprise, mais il expose aux yeux de tous sa vie privée, toute son intimité. ● L'intrigue est très (trop) simple et on a l'impression d'avoir plus affaire à un exposé sur les ravages d'une fuite informatique qu'à un roman. Il manque à l'intrigue de la complexité – et peut-être même jusqu'à une existence… – et aux personnages de l'épaisseur leur permettant de n'être pas que des fantoches à l'appui d'une thèse qui serait : Ah ! qu'il est traumatisant de se faire pirater… Si les différents éléments montrant la profondeur du préjudice subi sont très bien analysés et font froid dans le dos, la situation n'évolue pas entre le début et la fin du roman. D'ailleurs la fin n'en est pas une mais il s'agit plutôt d'une pirouette artificielle.
Commenter  J’apprécie          282
Un court roman mais pertinent sur le piratage d'une boite mail pro qui va dévoilé les dossiers secrets de l'entreprise et la vie personnelle du protagoniste ainsi que de ses collègues. Cela bouleverser sa vie amoureuse, amicale et pro du narrateur.
Toute trace que nous laissons sur le net reste à jamais et par petite touche nous racontons beaucoup de nos vies personnelles. Ce livre le montre bien.
Il en ressort également une tendresse et la remarque du frère du narrateur apporte un recul face à la situation vécue.
J'ai beaucoup aimé cette lecture, bien écrit.
Commenter  J’apprécie          230
Le deuxième roman d'un auteur qui inscrit son univers dans le monde contemporain.
Le style est fluide et nous plonge dans une histoire vertigineuse : elle nous démontre à quel point nos vies sont fragiles parce que susceptibles d'être dévoilées dans un véritable "effet domino" incontrôlable sans les filtres qui permettent de préserver ses relations sociales et affectives.
Dans le même temps l'intrusion dont est victime le narrateur va permettre de révéler les pratiques inavouables de l'entreprise pour laquelle il travaille. A quel prix ?
Commenter  J’apprécie          190
"Longtemps, j'ai pensé que je n'avais rien à cacher (...). Aussi ai-je pu croire que je n'avais rien à protéger, rien à défendre, que la transparence et l'exposition totales de ma vie privée n'auraient sur moi aucun effet. J'ignorais alors que l'intimité est autre chose, qu'elle n'est ni une collection d'objets, ni la somme de secrets enfouis, ni même l'accumulation de souvenirs inavouables, mais un ensemble vital et insaisissable de non-dits, d'affects, de traces, de stigmates, que l'Autre peut difficilement effleurer, et qui forme la part inaliénable et essentielle de ce que nous sommes".

L'intrusion est un roman qui a été inspiré à son auteur par un événement réel dans lequel il s'est trouvé impliqué en tant que membre de l'équipe de campagne du candidat Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle de 2017. Piratage de boîtes mails et déballage sur la place publique, on s'en souvient, de tas de conversations, de documents autant liés à la politique qu'à la vie privée des protagonistes. Ce n'est pas cette histoire que raconte Quentin Lafay, mais il s'empare du traumatisme pour interroger la notion d'intimité à l'aune de nos moyens de communication actuels. Bien sûr, son héros, Gaspard travaille dans une société "sensible", Avicenne, un des leaders français de "l'intelligence stratégique et de la diplomatie économique" ; on imagine tout de suite les dégâts d'un tel piratage et de toutes ces informations au mieux top secret et au pire inavouables, accessibles au tout venant par un simple moteur de recherche. Pas de chance, c'est par sa propre boîte mail que le virus est entré, le truc classique de la pièce jointe piégée. Ce sont donc aussi ses échanges de mails personnels qui sont rendus publics et tombent sous les yeux de celles et ceux qui n'étaient pas censés les lire. Une mise à nu totale.

La démonstration est courte, efficace, limpide. Un piratage de boîte mail c'est un peu comme un vol de journal intime et forcément, en refermant ce livre on est pris d'une envie subite d'aller nettoyer tout ce qui traîne dans la nôtre. On pense être dans un espace privé, on s'aperçoit qu'il peut devenir public en un seul clic malencontreux. L'auteur interroge parfaitement nos comportements, entre voyeurisme et exhibitionnisme et plaide avec beaucoup de justesse pour une prise de conscience de la nécessité de préserver notre vie privée ou plutôt notre intimité car pour lui le monde ne survivrait pas à un piratage à grande échelle, "la paix sociale repose sur la possibilité donnée à chacun d'être un être pluriel, de préserver une part de ce qu'il est, de mener dans la discrétion plusieurs vies à la fois". Cette question apparaissait déjà en 2014 dans le roman de Benoît Duteurtre, L'ordinateur du Paradis qui imaginait un cloud devenu fou et redistribuant ses contenus de façon désordonnée. Ces deux textes se rejoignent dans leur incitation à réfléchir aux traces que nous laissons, à la façon dont nous utilisons ces fantastiques moyens de communication qui peuvent aussi se transformer en engins cauchemardesques. le cyberespace est aussi un terrain de guerre, de pression et d'affrontement dont n'importe qui peut faire figure de dommage collatéral. A méditer.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (1)
Bibliobs
10 mars 2020
Dans son roman « l’Intrusion », Quentin Lafay s’inspire de son histoire personnelle pour réfléchir à l’importance de la vie privée à l’ère numérique. On n’a jamais mieux montré que dans ce court roman le traumatisme que constitue le pillage d’une vie privée, aussi banale soit-elle.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Internet n’est plus pour moi ce no man’s land, cette zone neutre et fantasmée à mi-chemin entre le réel et le virtuel. Dans mon esprit rétracté, il est devenu le terrain même du combat, l’espace qui m’oppose à un ennemi insaisissable mais omniprésent, sans identité.

Désormais, chaque email que je reçois fait surgir en moi une pointe d’anxiété. Je lis et j’analyse plusieurs fois l’objet avant de l’ouvrir, je vérifie avec attention que l’adresse de l’expéditeur n’est pas tronquée, altérée, je me méfie des pièces jointes comme des virus meurtriers, je suis pris d’une agitation nerveuse chaque fois que mon téléphone semble ramer, que mes emails mettent trop de temps à se charger.
Commenter  J’apprécie          70
  " J’ai réalisé une chose idiote, une chose banale, au fond, mais qui m’a fait beaucoup de peine : à l’époque où l’on s’est rencontrés, et contrairement à aujourd’hui, on prenait le temps de s’écrire, de s’aimer avec des mots, pas simplement avec des gestes, de s’écrire pour se décrire, pour se dire ce qu’on ressentait, ce qu’on désirait, ce qu’on planifiait. À Paris, dans le train pour venir ici, j’ai continué à parcourir nos échanges. Ces fuites m’ont forcée à m’y replonger, à affronter la vérité. J’ai avancé, du plus ancien au plus récent, j’ai lu des dizaines de messages, et peu à peu, à travers le choix de nos mots, de la longueur de nos messages, j’ai perçu le déclin de notre passion, l’apparition de nos mensonges respectifs. Au bout d’un moment, j’ai arrêté : ces messages étaient vides et plats, ils n’avaient plus d’intérêt. "
Commenter  J’apprécie          50
Après tout, qui n’a pas quelques vices à cacher ?

Toutefois, je me dois d’être franche : j’ai le sentiment que vous avez péché par aveuglement en sautant à pieds joints dans un piège visible, grand ouvert. Depuis des décennies, je travaille dans le secteur informatique, et je demeure absolument sidérée par notre naïveté collective. J’ai toujours été effarée de voir ces milliards d’internautes se confier et se décrire sans prudence sur les réseaux sociaux. Chaque minute, ils y déversent un peu de leur vie : leurs secrets, leurs envies, leurs excès, en somme tout ce qui ne devrait jamais sortir du cercle de l’intimité.
Commenter  J’apprécie          60
J’ai peur de mes propres traces, de ce qu’elles disent et diront de moi.

Je supprime la quasi-totalité des messages que j’adresse ou que l’on m’envoie, tous ceux qui me paraissent sensibles ou dans lesquels j’apparais sous un mauvais jour, tous ceux où je communique des informations personnelles, où le nom de Sophie est mentionné.

J’efface des pans entiers de mon existence à mesure que je les construis.
Commenter  J’apprécie          50
Je n'ai ni compte dissimulé aux îles Caïmans, ni garçonnière planquée dans un quelconque quartier de Paris. Je n'ai pas de passé politique sulfureux, je n'ai pas non plus de proximité actuelle avec un réseau d'extrême droite, de maladie grave ou contagieuse, de faux diplôme, de CV trafiqué.
Aussi ai-je pu croire que je n'avais rien à protéger, rien à défendre, que la transparence et l'exposition totales de ma vie privée n'auraient sur moi aucun effet.
J'ignorais alors que l'intimité est autre chose, qu'elle n'est ni une collection d'objets, ni la somme des secrets enfouis, ni même l'accumulation de souvenirs inavouables, mais un ensemble vital et insaisissable de non-dits, d'affects, de traces, de stigmates, que l'Autre peut difficilement effleurer, et qui forme la part inaliéanable et essentielle de ce que nous sommes.
C'est cela, cette part de moi-même, qui vient subitement de voler en éclats.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Quentin Lafay (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Quentin Lafay
Une distribution d'aide humanitaire à Gaza a viré au drame, jeudi 29 février. Plusieurs dizaines de personnes ont péri. Un drame qui a suscité l'indignation partout dans le monde. La France et l'ONU réclament une enquête pour en éclaircir les circonstances.
Une solution politique peut-elle mettre un terme à une violence qui n'en finit plus, alors que sur le terrain, de nombreux observateurs pointent du doigt une “stratégie du chaos” ?
Pour en parler et analyser la situation, Quentin Lafay reçoit : Vincent Lemire, historien, spécialiste de l'histoire du conflit israélo-palestinien, et de la ville de Jérusalem Aurélie Godard, médecin, responsable des activités médicales de MSF à Gaza
Visuel de la vignette : ISRAELI ARMY / AFP
#gaza #israel #politique ___________
Découvrez tous les invités des Matins dans "France Culture va plus loin" https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDroMCMte_GTmH-UaRvUg6aXj ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/l-invite-e-des-matins
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : internetVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus

Autres livres de Quentin Lafay (1) Voir plus

Lecteurs (121) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3593 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..