AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les brumes de Key West (24)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Valmyvoyou_lit
  12 décembre 2017
En 1993, une femme de 96 ans tue un homme, lors d'un rassemblement du Klu Klux Klan.

"Les brumes de Key West" relate la vie d'Alicia Cortez, une jeune métisse, depuis son arrivée en Amérique, en 1919, alors qu'elle fuyait Cuba et un mari tyrannique. Elle va vivre une idylle avec John, un blanc, propriétaire de bar. Nous sommes au début de la prohibition et l'avènement du Klu Klux Klan.

Ce roman est l'histoire d'une femme courageuse. Malgré les difficultés, Alicia est une battante. Elle ne baisse pas la tête face aux affronts. John est un homme solide, droit, et entier. Leur histoire d'amour est magnifique. Mais, malheureusement, en période ségrégationniste, elle provoque des remous.
Ce livre est également une fresque historique des années 1920, mais aussi un véritable portrait du Klu Klux Klan qui fait froid dans le dos.

Fondée sur des faits réels, cette histoire est très bien documentée. J'y ai appris des choses sur le Cuba et l'Amérique de l'époque. L'idéologie, les cérémonies et la méthode de recrutement du Klu Klux Klan, sont dépeintes avec précision.

Par ses mots très bien choisis, l'auteure m'a fait passer par toute une palette d'émotions. Les termes sont justes et, de ce fait, j'ai ressenti les sentiments et les pensées positifs ou négatifs des personnages.
Un des personnages, Dwayne, un jeune livreur, est tiraillé entre ses convictions profondes et l'envie de plaire à son paternel, membre éminent du Klu Klux Klan. Vanessa Lafaye, retranscrit si bien les pensées du jeune homme, que cela a provoqué de l'empathie en moi. Envers certains personnages, le père de l'adolescent, par exemple, j'ai ressenti une réelle haine. Pour d'autres, tels qu'Alicia, John et Thomas, son meilleur ami, j'ai été admirative et je me suis attachée à eux.

"Les brumes de Key West" m'a énormément émue. C'est une véritable ode à la liberté et à la lutte contre les préjugés. C'est un hommage à la force de ces hommes et ces femmes qui se battent lorsque le destin les malmène. Enfin, c'est aussi une magnificence de l'amour véritable.

Lien : https://www.facebook.com/Val..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Eroblin
  18 mai 2018
Une couverture qui attire et évoque l'exotisme. Un résumé alléchant. Il n'en fallait pas plus pour me décider à demander ce livre et je remercie les éditions Belfond et Netgalley de m'avoir permis de le découvrir. L'action se passe à Key West, une ville insulaire située en Floride, c'est là que débarque Alicia Cortez en 1919, fuyant son passé, bannie par ses parents. Pour cette jeune femme qui, jusqu'ici, a eu une vie confortable, c'est un choc de se retrouver dans une maison close tenue par sa cousine. Même si celle-ci lui promet qu'elle n'aura pas besoin de se prostituer, il n'empêche que le décor minable, la réalité du métier de sa cousine, la présence d'hommes braillards, ivres et entreprenants sont difficiles à assimiler. Devenue brutalement la patronne de la maison, elle fait connaissance avec le propriétaire d'un bar voisin, John qui vient de rentrer d'Europe, après avoir passé des mois dans l'enfer de la guerre des tranchées. Les circonstances vont les amener à devenir amis, puis amants.
Mais il ne fait pas bon d'être un couple mixte dans le contexte de l'époque : un blanc qui couche avec une noire ? D'accord. Mais un blanc qui vit avec une noire et affirme haut et fort qu'il l'aime ? Impossible pour certains et notamment une bande de cinglés affiliés au Ku Klux Klan qui estime de leur devoir d'intervenir. Et si possible ensuite, s'en prendre aux juifs, aux noirs et aux catholiques pour faire bonne mesure. Et tout cela pour sauver les Etats-Unis, rendre à la nation américaine sa grandeur. J'ai l'impression d'avoir déjà entendu cela quelque part…
Mais nous sommes en 1919 et l'auteur déploie l'histoire d'un drame qui se noue devant nos yeux impuissants et qui, en éclatant, transforme ceux qui l'ont vécu à jamais. Si j'ai bien aimé ce roman, je dois dire tout de même que je n'ai pas été transportée par ce que vit le couple Alicia/John. Si le contexte historique est soigné, si les personnages sont bien construits qu'ils soient principaux et secondaires (notamment le personnage de Dwayne), si les scènes sur le Klu Klux Klan sont pertinentes, il manque à cette intrigue un peu de souffle romanesque. Ce que vivent John et Alicia est terriblement injuste. Mais je n'ai pas sorti mes mouchoirs. J'ai donc fini ce roman avec du regret, celui d'être passée à côté d'une très belle histoire d'amour.

Lien : https://labibdeneko.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Gaoulette
  20 juin 2018
Sans le book club de Belfond, je n'aurais jamais ouvert ce roman. le titre pas très accrocheur, une couverture simpliste selon mes gouts bien entendu. L'impression au premier regard d'un roman de grand mère. Désoles pour les mamies qui lisent mes critiques.
Le début... Nous sommes en 1993, un rassemblement de Ku Klux Kan, une femme de 96 ans abat un homme de sang froid. Suite à ce meurtre atypique, le lecteur plonge en 1919 où une jolie cubaine Alicia débarque à Key West.
Vanessa Lafaye à travers cette histoire vraie nous offre un amour puissant au delà de la loi, l'arrivée du KKK sur cette île loin d'être paradisiaque, le début de la prohibition.
C'est l'histoire d'Alicia qui débarque sur la terre promise en 1919. La Guerre est finie en Europe. Les soldats rentrent chez eux. Alicia va devoir s'adapter à sa nouvelle vie loin des belles casas colorées et une famille aimante. C'est l'histoire de 3 héros Alicia, John et Dwayne. Ils seront liés par un drame qui aura une répercussion en 1993. Historiquement le roman de Vanessa Lafaye est complet. Mais c'est au point de vue personnalité et certains évènements marquants des personnages où je suis restée sur ma faim. Je pense surtout à John et Thomas, une relation forte qui méritait d'avoir un chapitre. Je pense à Lily, un personnage complexe trop survolé à mon gout, alors qu'elle a un rôle principal dans ce drame. Elle représente les secrets de l'ile.
J'ai passé cependant un super moment. J'ai dévoré Les brumes de Key West. Je me suis rendue compte après ma participation au book club que certains éléments du roman n'ont pas été perçus comme l'auteure le voulait. Elle donne des explications à la fin du roman. Et l'éditrice a posé des questions qui moi lectrice je n'ai pas su répondre. Peut-être un manque de profondeur? Ou moi qui suis passée à côté?
Une chose est sure je lirais son premier roman consacré à Dwayne. Dommage qu'on ait pas la chance de relire Vanessa Lafaye partie trop tôt. Paix à son âme. Un talent parti trop tôt....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
sweetie
  08 décembre 2018
C'est un instantané de Key West datant de 1919 que nous donne à voir et à imaginer Vanessa Lafaye dans ce roman historique de facture classique. L'auteure dresse un parallèle, que l'on trouve étonnant aujourd'hui, entre La Havane de ce début de siècle, ville somptueuse et florissante, et Key West, îlot rocheux aux maisons décrépites, attirant son lot de commerces louches, terre d'accueil des exilés de tous genres et des soldats revenant de la Grande Guerre, porteurs des germes de la grippe espagnole. Sur fond de Prohibition et de racisme latent incarné par le Ku Klux Klan, se profile également une belle histoire d'amour entre un ex-soldat américain, propriétaire d'un bar et une métisse cubaine, tenancière de bordel. On n'a pas affaire ici à une littérature de haut vol, mais on se laisse porter dès les premières pages par le récit qui est fort bien mené.
Commenter  J’apprécie          110
LaRousseBouquine
  21 mai 2018
Les Brumes de Key West de Vanessa Lafaye donne envie en ce printemps rien qu'avec sa couverture qui évoque les vacances. Et pourtant, la plage de rêve et l'ambiance tropicale sont pourtant bien trompeuses : ce roman n'a rien de léger ! Bienvenue en Floride où les moeurs légères sont en conflit permanent avec le Klu Klux Klan.

Les Brumes de Key West de Vanessa Lafaye est un portrait incroyable de l'Amérique chaude et poisseuse où se trament des affaires peu reluisantes. le roman s'ouvre sur une scène de crime. Une vieille dame sort de chez elle avant d'abattre un homme de sang froid. Elle est métisse, il était membre du Klu Klux Klan. Pourquoi a t-elle décidé de le tuer ? Une fois au commissariat, elle reconnaît son crime, mais refuse de donner plus de détails et attend calmement sa peine.

Pour comprendre la raison de ce meurtre de sang-froid, le lecteur revient alors en 1919, alors qu'une jeune femme arrive à Key West depuis la Havane. La Floride n'a alors rien de l'eldorado que l'on se figure aujourd'hui : c'est le lieu de tous les travers. La chaleur du Sud n'adoucit pas les moeurs, et Key West a tout du port sale où sont alignés bars et maisons closes. C'est dans ce décor peu engageant qu'Alicia, une jeune femme qui semble bien innocente au premier abord vient travailler. Elle rejoint sa tante au Pearl's, qui n'est pas un salon de thé comme les autres. Car s'il y a bien du thé sur la carte, ce n'est pas franchement cela que l'on y sert.

Dans les quartiers blancs, on rêve d'autre chose : de la prohibition d'abord, pour atténuer ce climat de débauche, et d'un peu de nettoyage. D'un bon coup de karcher comme dirait l'autre. D'une épuration en bonne et due forme, en commençant par ceux qui ne se plient par à leurs nouvelles règles. Sous de grandes capes blanches se cachent alors des esprits bien-pensants qui, sous couvert de vouloir faire le bien, vont finalement engendrer une extrême violence et beaucoup de cruauté dans une ville où chacun vaquait à ses occupations.

Les brumes de Key West de Vanessa Lafaye est un roman explosif sur l'Amérique du Klu Klux Klan. Avec des personnages forts au destin tragique, l'auteur parvient à reconstruire un siècle de ressentiment et de racisme. Un roman chaud et poignant qui vous serrera le coeur bien comme il faut sur la plage (ou pas) !
Lien : http://laroussebouquine.fr/b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Selvegem
  02 mai 2018
Les brumes de Key West commence lorsque Alicia Cortez, une vieille femme de 96 ans, abat un homme de sang-froid. Et ce meurtre, elle le revendique... Pour comprendre son histoire, nous allons au tout début, en 1919, lorsqu'Alicia n'était qu'une jeune fille. Pour fuir un mari violent et la colère de son père, elle est partie de Cuba pour se réfugier auprès de sa tante Beatriz, en Floride. Là-bas, la jeune femme va vite comprendre que sa tante ne dirige pas un salon de thé classique, mais une maison close...
Là-bas, Alicia ne va pas travailler comme prostituée, mais va accueillir les clients, avant de diriger elle-même l'établissement. Ses talents de guérisseuse, puis de gérante et enfin son association avec John pour faire passer de l'alcool durant la prohibition, tout cela va lui permettre de faire sa place dans la société. Et cela va permettre aux gens qui l'entoure non seulement de comprendre que ce n'est pas une personne faible et que sa couleur de peau n'est pas la chose la plus importante à savoir sur elle.
Mais lorsqu'elle entame une relation amoureuse avec John, les esprits – déjà échauffés par l'arrivée du Klu Klux Klan – vont vite s'embrasser. Une relation entre une métisse et un blanc, enfin, pensez-vous donc, c'est contre-nature... On a beau connaître les ravages du racisme et l'affaire abominable du KKK, je suis toujours écoeurée de lire des romans ou des témoignages de cette époque. Même si ça dépend des pays, le racisme a bien diminué depuis cette époque (et quand bien même, l'être humain peut être toujours sacrément con) : alors, quand on lit Les brumes de Key West, on a trop souvent des frissons d'horreur...
Les brumes de Key West c'est aussi un roman historique vibrant et passionnant, mais aussi très dur... J'étais souvent horrifié par la conduite des hommes, que ce soit qui commettent des horreurs au nom de leur conviction (et autres idées de merde) mais aussi pour toutes ces personnes qui n'osent pas se révoltent, qui ne pensent pas par elles-mêmes, et qui se laissent dicter leur conduite. Heureusement, on assiste à des actes de bontés et de gentillesse, qui rétablissent un peu la balance.
Un roman que je conseille absolument !

(Voir mon avis complet sur mon blog.)
Lien : http://chezlechatducheshire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
alapagedesuzie
  20 juin 2018
La vie d'Alicia n'a pas toujours été tendre avec elle. Après une année passée avec un mari qui l'utilisait à sa guise et qui la battait, elle a eu le courage de ne plus le laisser la brutaliser. Pour y parvenir, elle aura posé un geste irréversible et qui aura de graves conséquences sur son avenir. Pourquoi son mari l'a traitait-il de cette façon? Principalement en raison de sa couleur. Elle n'est ni noire, ni blanche... elle est spéciale... elle est métisse!

Suite à cet événement, ses parents l'obligent à prendre le prochain ferry. Elle doit quitter Cuba et aller refaire sa vie en Amérique. Son arrivée sur cette nouvelle terre ne se fera pas comme elle le croyait. le salon de thé de sa cousine Beatriz est en fait un bordel. Et à côté, l'on y retrouve le bar Last Resort dont le propriétaire vient tout juste de revenir de guerre. John reprend donc son bar en compagnie de son fidèle ami, Thomas. Au Rocher, il y a aussi Dwayne Campbell, un jeune homme de quatorze ans, fils du pasteur protestant. Dès l'arrivée d'Alicia sur le quai, il tombe sous le charme de cette jeune femme.

Quelques jours plus tard, la grippe espagnole envahit les habitants du Rocher et Beatriz meurt, mais avant de mourir, elle fait promettre à Alicia de reprendre le bordel à sa place. Grâce à John, elle pourra s'en sortir et bien évidemment, des liens se tisseront entre eux. Ils devront compter l'un sur l'autre alors que la loi sur la Prohibition vient d'être adoptée sans oublier que Klan s'en vient au Rocher.

Est-ce que John et Alicia réussiront à vivre leur amour au grand jour alors que les lois ségrégationnistes Jim Crow sont en vigueur? Quel sera le rôle de Dwayne dans tout cela puisque son père fait partie du Klan? Se laissera-t-il tenter de joindre les rangs du Klan ou bien restera-t-il aux côtés d'Alicia?

Encore une fois, le Cercle Belfond m'a fait découvrir un ouvrage bouleversant. Je me sens privilégiée de compter parmi les lectrices de ce club de lecture.

Dès le prologue, l'auteure nous surprend avec Alicia, âgée alors de quatre-vingt-seize ans, qui commet un meurtre lors d'une manifestation. Immédiatement, les questions se sont mises à affluer et elles sont restées en suspens, car dès le premier chapitre, Vanessa Lafaye nous amène en 1919 alors qu'Alicia n'est qu'une jeune femme.

Les premiers chapitres nous semblent un peu longs, mais en fait, l'auteure fait la mise en place du contexte qui prévaut au Rocher. de plus, nous apprenons à connaître les différents protagonistes et je me suis rapidement attachée à Alicia. Sa personnalité, sa vision de la vie m'ont profondément touchée. Je suis tombée sous le charme de cette jeune métisse au grand coeur.

Le contexte historique, tant au niveau de la ségrégation et la montée du Klan, mais également le retour de guerre des soldats et leur stress post-traumatique, ainsi que le début de la Prohibition, tout est bien détaillé et nous nous sentons comme partie prenante au récit. Nous avons l'impression de nous promener dans les rues de cette époque.

L'intrigue m'a captivée dès le début. Pourquoi une femme de cet âge commet l'irréparable, et ce, devant tous? J'avais hâte de connaître son histoire, de comprendre pourquoi elle en était arrivée à poser de geste. Plus j'avançais dans le récit et plus je voulais savoir comment elle allait s'en sortir avec le Klan, la Prohibition et cette loi Jim Crow.

Je ne m'attendais pas du tout à ce que ce roman vienne me toucher aussi profondément. Et dire que ce récit est basé sur des faits réels, cela ne peut faire autrement que de nous bouleverser.


Lien : http://alapagedesuzie.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
madamelafee
  04 juin 2018
Cruels tropiques !
Nous sommes en 1993 lorsqu'Alicia Cortez, une femme de 96 ans ouvre le portail de sa maison et se dirige vers le parc, c'est alors que des images vieilles de 70 ans lui reviennent en mémoire. Elle sort le révolver de sa poche et abat froidement un membre du Klan.
Replongeons-nous dans le passé.
Nous sommes en juin 1919 lorsqu'Alicia débarque à Key West ; elle est très jeune et est un peu perdue « voici désormais mon nouveau chez moi » dit-elle en son for intérieur. Ici commence alors le pays de toutes les déroutes. A l'émolliente beauté des paysages avec ses fleurs d'hibiscus, d'aloès et ses orangers succède l'odeur nauséabonde des abords du port de Key West avec ses bordels et ses gigantesques poubelles à rebuts, on y croise des passagers impatients de débarquer, des héros traumatisés par la grande guerre se soutenant les uns aux autres ainsi que des pauvres hères qui n'ont rien à voir avec l'idée que se faisait Alicia des américains. Puis la cousine Béatriz entraîne Alicia dans son salon de thé (qui n'en est pas un d'ailleurs) ; celle-ci vit entourée de son escouade de filles consentantes sous une chaleur d'enfer et qui carburent au rhum sous les palmes des ventilateurs. Alicia n'a qu'une envie à ce moment-là c'est de fuir très loin ou de rentrer à Cuba mais elle ne le peut pas car elle a été bannie et exilée par sa famille ; mais comme Alicia est une fille qui ne se laisse pas abattre, elle met toute sa volonté pour se contraindre à rester. John débarque lui aussi à Key West et après avoir fait la guerre dans les tranchées il n'a qu'une hâte c'est de rejoindre son père et son ami Thomas dans son bar de Last Resort et de retrouver le bon goût du rhum car ça c'est le goût du pays. Ces deux êtres au fort tempérament vont se croiser, se toucher, se réunir et vont vouloir vivre au grand jour une belle histoire d'amour, mais à cause du sectarisme et de la haine ambiante ils vont devoir affronter les pires dangers.
On fait aussi connaissance avec le jeune livreur Dwayne, le fils du pasteur Campbell qui psalmodie sur des textes de la bible des appels à une terre plus belle à sa façon. C'est l'époque de la prohibition et de la folle croisade du Ku Klux Klan fanatisé par de faux prêcheurs comme Simpkins et Campbell. Vanessa Lafaye construit un monde plus vrai que nature. Au début l'ambiance est émolliente et spongieuse puis elle se transforme très rapidement en une poudre décapante tel du white spirit, en somme l'esprit blanc s'abandonne à ses démons avec frénésie. L'alcool prohibé atteint les cerveaux, les corps et les coeurs.
Je me suis attachée aux personnages principaux, à Alicia, à John puis à Dwayne mais aussi à ceux qui souffrent de la haine et de la colère du klan des keys car j'ai partagé leurs souffrances et j'ai pleuré avec Alicia. Vanessa Lafaye a une plume qui touche le lecteur et par son écriture elle nous entraîne telle une bourrasque dans cette histoire, c'est un pur délire des sens, un cul de sac romanesque, nous n'en sortons pas indemne car toutes les peurs, toutes les inhibitions, toutes les contradictions, toutes les injustices viennent se percuter et se révèlent à travers un jeu de miroirs déformants.
Sur fond de prohibition et de faux paradis, « les brumes de Key West » est un roman à la fois décapant et empreint de beaux sentiments avec des personnages qui forcent l'admiration et marquent les esprits par leur courage et leur détermination. Un grand nombre de scènes sont poignantes et déchirent le coeur du lecteur. Cette histoire a eu le mérite d'être contée et elle restera gravée dans ma mémoire.
J'aime à penser écrira Vanessa Lafaye que la tragédie qui s'est ensuivie nous révèle autant de choses sur la nature de l'amour que sur leur époque. Pari réussi chère auteure ! Un grand coup de coeur pour moi.

Lien : https://leschroniquesdecoco2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LadyRomance
  06 août 2018
Les brumes de Key West de Vanessa Lafaye est un très beau roman d'amour à caractère dramatique basé sur une histoire vraie. C'est ce qui le rend particulièrement poignant parce qu'il met en scène des personnages ayant réellement existé dans le sud de l'Amérique du temps des lois ségrégationnistes Jim Crow qui rendaient les relations entre blancs et noirs illégales.
Le roman raconte l'histoire, en 1919, d'Alicia Cortez, une jeune métisse cubaine de 22 ans de mère africaine et de père cubain. Elle quitte la Havane pour s'exiler à Key West, la Floride actuelle, bannie par les siens pour avoir voulu réchapper après trois ans de terreur à un mari ignoble et violent qu'elle n'a pas choisi. Ses parents lui achète sa place auprès de sa cousine Beatriz qui tient un salon de thé. Alicia se rendra compte assez vite qu'il s'agit d'une maison close. Heureusement, son rôle s'en tiendra à l'accueil de clients en salle.
Malgré le choc marqué par un radical changement au niveau de la mentalité et du confort par rapport à son pays d'origine pourtant pas si loin, elle s'adapte et s'intègre grâce à ses qualités de guérisseuse, son tact et son intelligence, puis sa beauté. Et lorsque Beartriz meurt de la grippe espagnole, elle devra prendre sa place et gérer le salon auquel elle apportera beaucoup de fraîcheur. Mais pour cela, elle trouvera de l'aide auprès de John, propriétaire du bar voisin. Une force de la nature, vétéran tourmenté craint et respecté qui revient de France où il était engagé dans la Première Guerre mondiale. Mais si une passion pour un couple mixte est encore tolérée lorsqu'il reste secret, il pose un véritable problème lorsqu'il est découvert par des fanatiques débarquer dans le coin du pays afin d' y enrôler de nouveaux adeptes dans un mouvement pour imposer leurs macabres lois sans autres procès. A bien des égards, le Ku Klux Klan rappelle malheureusement une idéologie destructrice qui agit sous d'autres noms encore de nos jours.
Les brumes de Key West de Vanessa Lafaye est un roman très bien écrit et prenant. Il se lit facilement et vite tellement on veut connaître la suite. L'histoire d'amour est terriblement belle. Tragique, elle est sublimée par des personnages très forts et émouvants. J'ai beaucoup apprécié toutes les nuances et contradictions des uns et le besoin farouche de liberté des autres.
J'ai vraiment beaucoup beaucoup aimé ce roman et c'est un vrai coup de coeur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ingridfasquelle
  02 mai 2018
Née en Floride, Vanessa Lafaye a commencé sa carrière dans l'édition d'ouvrages académiques à Oxford, avant de se consacrer à l'écriture et au chant. Après Dans la chaleur de l'été (2016, Belfond ; 2017, Pocket), Les brumes de Key West est son second roman publié chez Belfond. Vanessa Lafaye a disparu en février 2018.
Puisant dans l'histoire mouvementée du sud des États-Unis, elle livre, avec finesse et élégance, le récit d'une passion interdite, sur fond de ségrégation, de fanatisme et de violence.
Cette histoire d'amour mixte à l'époque des lois ségrégationnistes s'inspire d'un fait réel, celui du meurtre non résolu d'un vétéran médaillé de la Première Guerre mondiale au tout début des années 1920 à Key West. le scandale de cette relation illégale a été transformée en tragédie par l'arrivée à Key West du Ku Klux Klan, chargé de sauver le pays pour les « vrais Américains ».
La façon dont Vanessa Lafaye raconte le règne du Klan des Keys est particulièrement intéressant. À travers plusieurs épisodes, dont celui particulièrement marquant de la cérémonie d'initiation, elle évoque un curieux mélange de bouffonnerie et d'efficacité criminelle caractéristique des activités du Klan. Sous les costumes et les rituels, il y avait bel et bien une organisation ainsi qu'un système de pensée arriéré qui faisaient régner la terreur et commettait les pires atrocités en toute impunité.
On peut, assez tristement d'ailleurs, remarquer à quel point cette rhétorique de la suprématie raciale des Blancs trouve encore une résonance à notre époque. Lee techniques de recrutement du KKK, telles que l'auteure les décrit dans son roman, présentent des analogies certaines avec ce que l'on connaît et que l'on nomme aujourd'hui sous le terme de radicalisation. le Klan ciblait les gens en colère, les laissés-pour-compte, ceux à qui manquait le sentiment d'appartenance à un groupe et qui ressentaient le besoin de faire partie de quelque chose de plus grand qu'eux. En exploitant leur désillusion, il les incitait à commettre les pires exactions. C'est sidérant !
« Il savait ce que représentait le Klan, ce dont Pa était capable après avoir vécu tant d'années avec lui et pourtant il avait volontairement choisi l'aveuglement. Tout comme un enfant qui se cache les yeux derrière les mains. Tous ces signes et ces rituels qu'il avait pris pour de la virilité n'étaient qu'un moyen pour les chefs, Pa et les autres, d'exercer leur pouvoir sur les faibles et les naïfs… sur des gens comme lui. Il l'avait toujours su. »
À travers cette tragédie, Vanessa Lafaye raconte surtout l'histoire magnifique et éternelle de deux êtres qui ont simplement voulu vivre ensemble et en ont été empêchés à cause du sectarisme et de la haine. Leur drame révèle autant de choses sur la nature de l'amour que sur leur époque. La tension, croissante, et la façon dont l'auteure dépeint l'enchaînement inéluctable des faits est tout simplement passionnante !
Les brumes de Key West fait partie de ces romans bouleversants, qui laissent une empreinte indélébile sur ses lecteurs. Suspendu aux mots de l'auteure, on ne peut que s'émouvoir de l'histoire magnifique d'Alicia et John, ressentir leur courage et leur détermination à combattre les préjugés pour vivre leur amour au grand jour et affirmer leur liberté. Mais au-delà de son intrigue tendue et passionnante, Vanessa Lafaye signe surtout un roman politique remarquable, intelligent et engagé, dont la lecture est plus que jamais nécessaire pour qui s'intéresse à la question raciale, à la haine et au racisme ordinaire.
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Vanessa Lafaye (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre