AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de madamelafee


madamelafee
  04 juin 2018
Cruels tropiques !
Nous sommes en 1993 lorsqu'Alicia Cortez, une femme de 96 ans ouvre le portail de sa maison et se dirige vers le parc, c'est alors que des images vieilles de 70 ans lui reviennent en mémoire. Elle sort le révolver de sa poche et abat froidement un membre du Klan.
Replongeons-nous dans le passé.
Nous sommes en juin 1919 lorsqu'Alicia débarque à Key West ; elle est très jeune et est un peu perdue « voici désormais mon nouveau chez moi » dit-elle en son for intérieur. Ici commence alors le pays de toutes les déroutes. A l'émolliente beauté des paysages avec ses fleurs d'hibiscus, d'aloès et ses orangers succède l'odeur nauséabonde des abords du port de Key West avec ses bordels et ses gigantesques poubelles à rebuts, on y croise des passagers impatients de débarquer, des héros traumatisés par la grande guerre se soutenant les uns aux autres ainsi que des pauvres hères qui n'ont rien à voir avec l'idée que se faisait Alicia des américains. Puis la cousine Béatriz entraîne Alicia dans son salon de thé (qui n'en est pas un d'ailleurs) ; celle-ci vit entourée de son escouade de filles consentantes sous une chaleur d'enfer et qui carburent au rhum sous les palmes des ventilateurs. Alicia n'a qu'une envie à ce moment-là c'est de fuir très loin ou de rentrer à Cuba mais elle ne le peut pas car elle a été bannie et exilée par sa famille ; mais comme Alicia est une fille qui ne se laisse pas abattre, elle met toute sa volonté pour se contraindre à rester. John débarque lui aussi à Key West et après avoir fait la guerre dans les tranchées il n'a qu'une hâte c'est de rejoindre son père et son ami Thomas dans son bar de Last Resort et de retrouver le bon goût du rhum car ça c'est le goût du pays. Ces deux êtres au fort tempérament vont se croiser, se toucher, se réunir et vont vouloir vivre au grand jour une belle histoire d'amour, mais à cause du sectarisme et de la haine ambiante ils vont devoir affronter les pires dangers.
On fait aussi connaissance avec le jeune livreur Dwayne, le fils du pasteur Campbell qui psalmodie sur des textes de la bible des appels à une terre plus belle à sa façon. C'est l'époque de la prohibition et de la folle croisade du Ku Klux Klan fanatisé par de faux prêcheurs comme Simpkins et Campbell. Vanessa Lafaye construit un monde plus vrai que nature. Au début l'ambiance est émolliente et spongieuse puis elle se transforme très rapidement en une poudre décapante tel du white spirit, en somme l'esprit blanc s'abandonne à ses démons avec frénésie. L'alcool prohibé atteint les cerveaux, les corps et les coeurs.
Je me suis attachée aux personnages principaux, à Alicia, à John puis à Dwayne mais aussi à ceux qui souffrent de la haine et de la colère du klan des keys car j'ai partagé leurs souffrances et j'ai pleuré avec Alicia. Vanessa Lafaye a une plume qui touche le lecteur et par son écriture elle nous entraîne telle une bourrasque dans cette histoire, c'est un pur délire des sens, un cul de sac romanesque, nous n'en sortons pas indemne car toutes les peurs, toutes les inhibitions, toutes les contradictions, toutes les injustices viennent se percuter et se révèlent à travers un jeu de miroirs déformants.
Sur fond de prohibition et de faux paradis, « les brumes de Key West » est un roman à la fois décapant et empreint de beaux sentiments avec des personnages qui forcent l'admiration et marquent les esprits par leur courage et leur détermination. Un grand nombre de scènes sont poignantes et déchirent le coeur du lecteur. Cette histoire a eu le mérite d'être contée et elle restera gravée dans ma mémoire.
J'aime à penser écrira Vanessa Lafaye que la tragédie qui s'est ensuivie nous révèle autant de choses sur la nature de l'amour que sur leur époque. Pari réussi chère auteure ! Un grand coup de coeur pour moi.

Lien : https://leschroniquesdecoco2..
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus