AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782845620209
195 pages
Éditeur : La Passe du Vent (19/09/2000)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 12 notes)
Résumé :

Aujourd'hui à 47 ans, et après dix romans qui forment une vaste Autobiographie américaine, j'ose jeter un regard, le premier, sur le chemin parcouru. Ce qu'il a fallu d'efforts, de sacrifices, de joies, d'amour et de vin pour que l'enfant pudique de Petit-Goâve se déshabille ainsi, mot à mot, à la face du monde...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
TiboLexie
  17 juin 2020
Livre daté mais qui permet de cerner un peu l'univers de ce grand de la littérature, devenu depuis membre de l'académie française.
L'entretien est fouillé et aborde toutes les étapes de la vie de l'auteur. Néanmoins, certains propos peuvent déconcerter. À l'image de son parcours sans doute.
Commenter  J’apprécie          50
cafeaulait
  25 décembre 2019
Par ce livre on entre vraiment dans l'univers coloré et imaginatif de l'auteur. On comprend comment il se sert de sa réalité pour la transformer en poésie, réflexion, histoires et personnages attachants. Comme il le dit si bien : « Je ne suis pas un écrivain haïtien» et « Je ne fais pas une autobiographie de ma vie » … « Je fais une autobiographie de mes émotions ». J'adore sa marginalité, sa façon de s'affirmer dans sa différence et son anticonformisme et sa grande sensibilité.
Commenter  J’apprécie          20
gielair
  11 novembre 2018
Une incursion dans l'univers de Laferrière. Un regard qui se pose à l'intérieur même de l'oeuvre, un regard qui est celui que Laferrière porte lui-même sur ses écrits. Une lecture comme celle-ci impose et détermine une nouvelle approche que je devrais avoir de mes prochaines incursions dans la sphère de cet écrivain japonais.
L'entretien abordera, il va sans dire, des éléments biographiques, les premières lectures, les auteurs influents, les processus d'écriture mais aussi des thèmes moins convenus tels la dictature, la francophonie, l'esclavage, le féminisme, parmi d'autres.
Toutefois, ce que je retiens le plus de cette lecture c'est le projet qui s'intitule Une autobiographie américaine.
«Cette longue autobiographie en dix volumes, si on la passait en revue livre par livre, non pas dans l'ordre de publication, mais dans l'ordre narratif.
C'est un seul livre qui commence par cette simple phrase: «J'ai passé mon enfance à Petit-Goâve, à quelques kilomètres de Port-au-Prince» pour se terminer par «Le pays réel, monsieur, je n'ai pas besoin de le rêver». entre ces deux phrases, il y a près de trois mille pages dactylographiées avec un seul doigt.» [D.L.]
C'est ce projet, plus que tout autre, qui m'incite à me plonger à nouveau dans la réalité américaine de Laferrière.
Lien : http://rivesderives.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   17 octobre 2014
La langue est un vêtement, et l’élégance suprême, pour moi, c’est plutôt quand on ne remarque pas le costume. Je n’essaie pas de la cacher, je tente de l’éliminer. La culture m’intéresse, pas la langue. c’est pour cela que la francophonie me laisse totalement froid. La langue vulgaire me suffit amplement. Si le musicien est mauvais, tu peux lui donner un Stradivarius que ça ne changera rien. Je regrette de ne pas avoir connu l’anglais au moment où j’écrivais Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer, sinon je l’aurais écrit en anglais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   17 octobre 2014
Le plaisir de la femme n’existait pas. Les femmes étaient au bord de la guerre civile, parce que le sexe ce n’est pas rien dans la vie des gens. certains magazines leur conseil laient le vibromasseur à la place de l’homme. Moi, je venais d’un pays où le machisme s’exerçait autrement. il consis-tait à faire mourir de plaisir la femme jusqu’à ce qu’elle oublie son propre nom, jusqu’à ce qu’elle oublie l’usage de la parole et qu’elle ne communique qu’avec des onomatopées, jusqu’à ce qu’elle te demande pardon, jusqu’à ce qu’elle te supplie de la laisser respirer un moment. et l’homme n’a pas triomphé tant qu’il n’a pas entendu la femme en train de pleurer doucement de joie dans son oreiller, alors, mais alors seulement, il peut s’endormir. et chez nous, on dit que la nuit préfigure le jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AndrAndr   24 septembre 2019
-T'est-il arrivé de lire ...le livre d'un inconnu ?...Ah,tu veux les détails. (Rires) - ...Quand on n'a jamais bu du bon vin, on ne peut pas faire la différence.J'ai magnifié le mauvais,un peu comme Bukowski avec ses femmes alcooliques...
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   17 octobre 2014
L’homme va-t-il dominer la femme, ou la Blanche va-t-elle dominer le Nègre? c’est dans ce tremble-ment que tout se joue. La lutte pour le pouvoir va être terrible.Le Nègre finira par dominer parce que c’est sa seule chance. il sait que, dès que le jour va poindre, la Blanche reprendra tous ses pouvoirs. Le Nègre le fera avec rage. Mais cela faisait longtemps qu’on n’avait pas baisé la Blanche avec tant de passion (oh, la passion qu’on peut mettre dans un pouvoir que l’on sait éphémère), tant d’appétit carnivore, tant de haine («la haine dans l’acte sexuel est plus efficace que l’amour», dit le narrateur de Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer), tant de douceur aussi; tout cela fait une nuit mémorable qu’il faut éviter de renouveler trop souvent, car le fantasme a la vie courte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 octobre 2014
On ne lit pas uniquement pour s’apitoyer sur le sort d’un pays, même le plus dramatiquement agité. il y a mille raisons pour lire comme pour écrire. Moi, la mienne, c’est pour vivre. Personne ne m’a demandé d’écrire, donc personne ne me dira quoi écrire. Peut-être même que personne ne s’en apercevra quand j’arrêterai d’écrire. Pour moi, c’est un exercice de liberté absolue avec des contraintes terriblement douloureuses. comment écrire avec des mots en donnant l’impression qu’il n’y a pas que des mots sur la feuille de papier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Dany Laferrière (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dany Laferrière
Dany Laferriere, "L'exil vaut le voyage". La chronique d'Alexandra Lemasson sur desmotsdeminuit.fr
Vous pouvez vous abonner à notre chaîne et activer la petite cloche pour ne rater aucune vidéo !
A B O N N E Z V O U S : https://culturebox.francetvinfo.fr/des-mots-de-minuit/ F A C E B O O K : https://www.facebook.com/desmotsdeminuit.fr/ T W I T T E R : @desmotsdeminuit
autres livres classés : littérature haïtienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tu connais Dany Laferriere ?

son premier roman s'intitule?

l'enigme du retour
l'odeur du café
comment faire l'amour avec un negre sans se fatiguer
le gout des jeunes filles

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Dany LaferrièreCréer un quiz sur ce livre