AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843047765
Éditeur : Zulma (02/05/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Roman

Le charme des après-midi sans fin, sans doute le livre de Dany Laferrière le plus autobiographique, nous conte une jeunesse haïtienne en une succession de brefs tableaux sur le cours des jours à Petit Goâve.
Manifeste d’amour adressé par l’auteur à Da, la grand-mère qui l’a élevé, mais aussi, sur fond de crise politique haïtienne, roman initiatique de l’adolescence, ce livre nous émeut par sa tendresse et sa justesse.
« Les mères p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Myriam3
  28 février 2019
Bien qu'écrit des années plus tard, ce roman est la suite directe de L'Odeur du Café.
Dany a 13 ans , le début de l'adolescence, des quatre cents coups vite réfrénés par Da (sa grand-mère), la liberté de courir seul dans les rues, de faire les commissions et d'écouter les adultes parler de leurs vies.
L'enfant se rapproche notamment du notaire Loné qu'il va suivre toute une après-midi.
Le roman, anecdotique au début, s'enfonce peu à peu dans la violence des Tonton Macoutes (qui ne sont pas nommés) qui sillonnent Petit Goave après le couvre-feu et enlèvent ceux qui trainent encore dans la rue; les tortures et les morts sont sous-entendus, le regard reste celui d'un enfant qui observe et la parole est donnée à Da, qui le protège tout au long.
Le titre peut être surprenant quand on lit le roman jusqu'à la fin car on y lit finalement beaucoup d'angoisse, celle de devoir peut-être quitter Da pour rejoindre sa mère à Port-au-Prince, celle des violences en ville, et surtout la perte de Vava, son premier amour aux grands yeux noirs.
Dany Laferrière a l'art de parler de choses graves et sérieuses d'un ton badin et je l'aime pour ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Renatan
  20 septembre 2016
Le charme des après-midi sans fin est une lettre d'amour que l'auteur adresse à sa grand-mère Da. Depuis L'Odeur du café, il aura vieilli de quelques années. Quand ce second roman verra le jour, Da se sera déjà éteinte un samedi d'automne, à l'âge de 96 ans. Cinq ans après sa mort, les mots émouvants de son récit lui adresseront un dernier adieu.    
 
Sous forme de petits portraits, instantanés de son quotidien, il écrit avec nostalgie son enfance haïtienne à Petit-Goâve. Les souvenirs émergent du passé et bouleversent l'âme du lecteur. Sur la galerie du 88 de la rue Lamarre se tient fièrement une grande balance à café. Assise sur sa vieille dodine, une chaise de Jacmel dont elle ne se sépare que pour dormir, Da passe des heures à discuter avec son petit-fils, Vieux Os. L'odeur du café des Palmes, le préféré de Da, se fait sentir partout dans le village. À toute heure du jour, les gens passent et s'arrêtent pour boire une tasse bien chaude. Da ne serait pas Da sans son café qu'elle prépare amoureusement dans la cour sous la vieille tonnelle. Il est le témoin muet du réconfort qu'elle transmet. Et de l'amour infini qu'elle porte en elle…
 
« Da dit que c'est ainsi la vie. Un moment, vous êtes là, on ne voit que vous, on n'entend que vous, on ne parle que de vous, et un autre moment, on ne se souvient même pas de votre visage. Moi, je veux me rappeler toujours les yeux de Vava. »
 
Dany Laferrière n'oubliera jamais Vava, son amour de jeunesse. Jeune fille éblouissante dans sa petite robe jaune, aussi jaune que le soleil, assise sous le manguier. Il ne voit qu'elle, des papillons dans le ventre. Cinquante ans après, il lui dédie un livre jeunesse remplit d'amour : Je suis fou de Vava. Un trésor…
 
« Si j'ai aimé une fille, elle ne me sera jamais indifférente. Mon coeur battra toujours plus vite en entendant son nom. »
 
« Ses yeux se posent à peine sur moi que, déjà, ils me brûlent par leur feu intense. Même à cette distance, je sens cette chaleur. »
 
Il n'oubliera jamais non plus Rico et Frantz, avec qui il a fait les quatre cents coups. Ni Didi, Fifi, Edna et Sylphise. Certains d'entre eux reposent aujourd'hui dans un cimetière de Petit-Goâve. Il se souviendra d'une soirée chez Nissage et du fils d'Izma, mort de la tuberculose. D'autres gens encore et des commérages, de sa passion pour les livres, d'une épidémie de choléra, du bon vieux Marquis, le chien de son enfance et des rêves étoilés sous la penderie. Et qu'est-ce qu'il aimait regarder Da, son regard et l'expression affectueuse des traits de son visage. Un jour, sa mère et ses tantes ont dû rentrer à Port-au-Prince, le laissant seul avec Da des années durant. Il était encore enfant. J'ai l'impression que l'adulte qu'il est devenu lui doit tout, mais avant tout, un amour infini pour la vie. Et des racines inoubliables. 
 
Le régime des Duvalier débarque à Petit-Goâve. Les troupes gouvernementales encerclent la ville. Arrestations, amendes et couvre-feu général, des gens sont jetés en prison. L'auteur reste flou sur ces moments historiques qui ont marqué sa vie à jamais. Pudeur ou douleur encore omniprésente, de ces conflits il devra quitter Petit-Goâve et rentrer à Port-au-Prince. Ce jour-là, derrière le rideau de la fenêtre, Vava lui fait un baiser de la main. Et Da le regarde partir en pleurant. Il ne les reverra plus jamais qu'en pensées… 
 
« J'ai écrit ce livre pour une seule raison : revoir Da. Quand « L'Odeur du café » est paru en automne 1991, Da était encore vivante, et elle l'a lu.
-Vieux Os!... Quel beau cadeau tu m'as fait!
-Je te l'avais promis
Je me souviens de son doux sourire… Elle est morte un samedi matin. Et depuis, elle me manque. »
 
*******************************
 
« J'ai pris tant de plaisir à être à Petit-Goâve que je n'ai pas vu le temps passer. »
Lien : http://www.lamarreedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
thedoc
  23 novembre 2015
Dans « le charme des après-midi sans fin », Dany Laferrière nous fait partager son enfance en Haïti, dans la petite bourgade de Petit-Goâve. Alors âgé de 11 ans, il se fait appelé Vieux Os et vit auprès de sa grand-mère Da à qui sa mère l'a confié afin de lui éviter les dangers de la capitale de Port-au-Prince où elle-même vit.
Da, sur sa terrasse de bois, accueille les visiteurs avec une bonne tasse de café, ce breuvage corsé qui occupe une place importante dans la maisonnée. Amis, connaissances, tous rendent visite à la vieille femme, personnage reconnu au sein de sa communauté et considéré un peu comme un « sage ». Vieux Os aime tendrement cette grand-mère qui lui raconte les histoires et coutumes du pays. Elle apprend également à son petit-fils les bonnes manières afin de faire de lui un honnête homme.
A côté du portrait de Da, nous suivons également la vie quotidienne du jeune garçon : les bagarres, les aventures et les premiers émois amoureux avec ses inséparables amis Rico et Frantz. Nous découvrons aussi les habitudes des habitants de la ville, leurs bonheurs et leurs soucis de tous les jours. Malgré son jeune âge, Vieux Os est déjà très mûr et pose un regard inquiet sur ce qui l'entoure. Car la crise politique menace ce petit monde jusque là protégé et Da elle-même en oublie son café qui a trop chauffé. L'heure est grave…
C'est à travers des chapitres qui ressemblent à de petits tableaux que Dany Laferrière nous raconte cette jeunesse colorée. Avec un style simple auréolé de mots créoles, l'auteur nous décrit sa terre natale et son enfance envolée. C'est un regard d'enfant qui se pose sur le monde des adultes, un regard tellement juste et vivant que l'on sent avec lui l'odeur du café de Da.
Hommage à sa grand-mère, instants d'émotion, souvenirs, mots colorés, Dany Laferrière réussit brillamment à nous faire remonter le temps avec lui. Direction Haïti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
carre
  28 février 2012
Haiti début années soixante. Dany Laferrière nous conte la jeunesse haïtienne de "Vieux os" élevé par sa grand-mère Da à Petit Goâve, avec que sa mère est à Port-Au-Prince la capitale. Bien évidemment le quotidien du jeune garçon est celle vécut par Laferrière lui-même. En cours chapitres, on suit au quotidien la vie du petit-fils de Da et de ses amis Rico et Frantz, et son éveil au sentiment amoureux avec la belle Vava. le tout sur fond de tensions politiques.
Récit en partie autobiographique avec une magnifique grand-mère, femme protectrice et tolérante. Tour à tour, drôle, attachant, touchant, un hymne à la liberté, à l'insousciance de l'enfance écrit dans une langue riche et colorée. Délicieusement nostalgique.
Commenter  J’apprécie          180
Malbranche
  22 juillet 2012
Le charme des après-midi sans fin
Livre écrit par Dany Laferrière, où il nous raconte sa propre histoire d'adolescence à Petit-Goâve. le livre est aussi une preuve de reconnaissance à sa grand-mère Da. À la fois drôle, sérieux et triste, ce livre est un miroir clair des moeurs enfantines et même celles des adultes d'Haïti. L'histoire cadencée en multiples petits chapitres nous porte à rêver.
Voilà le conte :
Un petit garçon de 13 ans (Dany) surnommé Vieux Os, qui est élevé par sa grand-mère dans l'amour et la sagesse, va fréquenter le quotidien des adolescents d'Haïti. Les promenades avec les amis, les petits combats à l'école, et un amour secret à l'égard de Vava, vont être entre autres le blablabla de son passage à Petit-Goâve, jusqu'à ce que subitement surgit le malheur. Des problèmes politiques pas trop bien expliqués vont aboutir à l'arrestation des notables de la ville, puis une conversation secrète entre Da et le Commissaire du Gouvernement expliquant des problèmes graves va causer le départ de Vieux os. Départ très triste pour lui, car il va devoir se séparer du corps chaud de Da et de son café. Comme si cela ne suffisait pas, étant sur la route pour se rendre à Port-au-Prince, un bisou lointain de Vava exaspère la situation. Il va revenir trente ans après pour revoir ses amis : Frantz, Rico, Vava, Edna, Fifi, Didi, et Sylhise qui ont illuminés son enfance.
S'il y aurait une critique négative à faire ce serait : À force d'évoquer plein de petits chapitres contenant quelque fois sa propre l'histoire, l'auteur se perd dans sa narration. Des histoires évoquées qui sont devenues très attrayantes ne sont pas terminées. Comme l'histoire du mariage de Thérèse, l'amour de Fifi pour Vieux Os, le départ de Rico pour Port-au-Prince pour cause maladive etc.…
Mais en gros ce livre fait partie de ceux les plus pittoresques de la littérature haïtienne, car les commentaires à son sujet sont de plus en plus complimenteurs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   27 février 2012
Vava me regarde. Tout mon sang vient de se retirer de mon corps. Je deviens livide. Les grands yeux noirs de Vava. Une dernière fois. Mes mains sont glacées. Ma bouche sèche. Le camion redémarre lentement.On entend craquer le vieux chassis en bois. Vava m'envoie un baiser. Délia se retourne vivement.
-Ferme la fenêtre Valentine.
La fenêtre se referme doucement, comme une caresse sur ma joue.
Je suis mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
SachenkaSachenka   18 mai 2015
J'ai un coeur qui ne se repose jamais, même pendant mon sommeil. Je rêve d'elle. Et elle ne sait même pas que je suis amoureux d'elle. Je n'ose pas prononcer son nom.
Commenter  J’apprécie          220
Myriam3Myriam3   23 février 2019
Elle a l'air endormie comme ça, mais je sais qu'elle réfléchit. De temps en temps, je l'entends marmonner quelque chose que je ne parviens pas à déchiffrer. Je voudrais avoir des dents dans mes oreilles pour pouvoir mastiquer calmement ce qu'elle dit.
Commenter  J’apprécie          110
TINUSIATINUSIA   26 juillet 2010
Cette fille m'est pire qu'une blessure. Celle qui vole mon sommeil parce que son visage ne disparaît pas quand je ferme les yeux. Et elle vient de me dire que je la fais souffrir. La couleur de l'après-midi change brusquement. Une joie si violente qu'elle ne rend triste.
Commenter  J’apprécie          40
TINUSIATINUSIA   25 juillet 2010
- Da, cela a dû faire mal à Izma de voir son fils souffrir ainsi.
- Bien sûr, Vieux Os.
- Donc elle doit être heureuse qu'il soit maintenant mort.
- Elle est à la fois heureuse et malheureuse. La souffrance est une chose terrible, Vieux Os, mais la mort c'est autre chose...
- Et qu'est-ce que c'est ?
- Tout ce qu'on ne sait pas, dit Da pensivement.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Dany Laferrière (85) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dany Laferrière
À l'occasion du festival international 2019 du livre et du film "Etonnants Voyageurs" de Saint-Malo, rencontre avec Dany Laferrière autour de son ouvrage "Vers d'autres rives" aux éditions de l'Aube.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2238494/dany-laferriere-vers-d-autres-rives
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : haïtiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tu connais Dany Laferriere ?

son premier roman s'intitule?

l'enigme du retour
l'odeur du café
comment faire l'amour avec un negre sans se fatiguer
le gout des jeunes filles

11 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Dany LaferrièreCréer un quiz sur ce livre
.. ..