AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782815930727
88 pages
Éditeur : L'Aube (04/04/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Dans ce récit très personnel, illustré de sa propre main, original et drôle, Dany Laferrière se raconte. De son enfance en Haïti, il parle des gens qu'il aime, de ses souvenirs, des lieux et sensations. Puis il bifurque sur les peintres primitifs... avant de nous embarquer à Miami, où il vécut quelques années, période de sa vie dont il nous raconte le quotidien auprès de sa femme et ses filles, dans ce pays inconnu. Il évoque les quartiers et les habitants, la socié... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
BurjBabil
  30 mai 2020
C'est un roman autobio (là, l'appellation est exacte) graphique. Les quarante premières pages sont un bestiaire et un déchaînement de couleurs. L'écriture manuscrite de Dany Laférière alterne avec ses dessins, qu'il semble lui-même qualifier au détour d'une remarque de peinture naïve.
Ces rencontres animales sont le prétexte à une mise en relief de certains aspects de sa jeunesse à Port Goâve. Les dindons sont comme les tontons makoutes, le chat sacrifié évoque la présence des loges maçonniques et leurs rites.
Puis vient la période Port au Prince, l'art via l'initiateur Dewitt Peters, et l'évocation des artistes tel Castera Bazile, le balayeur qui devient peintre. Tiga Robart et l'art primordial qui fascina Malraux . . . et inspira sans doute le futur autodidacte Basquiat. C'est une visite de musée virtuelle que nous offre Laférière. le musée de l'imagier de son enfance. L'explosion de couleurs se poursuit.
La poésie n'apparaît qu'à mi-ouvrage, avec la figure de Carl Brouard. « Sa poésie si légère m'a tout de suite plu. Contrairement à ses contemporains, si pesants avec leurs rêves chimériques de changer le sort du peuple, il ne parlait que pour lui-même. Et c'est pour cela qu'il m'a été si facile de me retrouver en lui. »
Elégie
Dolorès te souviens-tu du passé;
de nos amours clandestines;
dans une rue calme de banlieue port-au-princienne.
L'air sentait le jasmin en fleurs
On faisait la noce sans remords.
L'on se fichait carrément de la critique des moeurs
et des faux-cols protocolaires.
je garderai toujours la nostalgie de ce soir
de pluie
où tu fus tellement vicieuse
Parfois, j'avais mal à la tête
et tu me forçais à avaler
-Dieu sait combien de cachets d'aspirine
tout en m'inondant
les cheveux et le visage de tafia camphré,
Brisés d'amour
on s'assoupissait,
doucement bercés par le phono
et l'on regardait la lune, girandole ambulante brillant dans un ciel "étoilé.
Les choses ont bien changé ma chère,
me voici devenu un peu ascète.
Enfin, les couleurs se mettent en cases : c'est Miami et la volonté d'écrire LE GRAND ROMAN américain. Il n'est pas seul à ce moment, il y a l'états-unien J. E (ceux qui ont suivi mes critiques savent ce que j'en pense aujourd'hui, no comment)
La vie familiale, les espoirs...
Voilà, c'est un ouvrage atypique qui trouvera une place dans une bibliothèque s'ouvrant sur les caraïbes en général et Haïti en particulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310


critiques presse (3)
Actualitte   06 décembre 2019
Vers d’autres rives raconte à la fois son exil politique, mais aussi son voyage spirituel et artistique. L’art, la poésie, comme premier objet de l’errance, de transcendance.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeJournaldeQuebec   25 novembre 2019
Riche et coloré, ce nouveau roman illustré fait découvrir à la fois l’enfance de l’écrivain en Haïti, ses souvenirs, mais aussi ses peintres et ses poètes préférés.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse   18 novembre 2019
Dans Vers d’autres rives, Dany Laferrière poursuit sur sa lancée autobiographique en explorant sa généalogie artistique. Il rend hommage à l’audace des artistes haïtiens et à la sagesse de Da, sa grand-mère adorée. Entre les poèmes de René Depestre et les explosions de couleurs de Philomé Obin, l’écrivain académicien nous convie à un voyage sensuel teinté de nostalgie.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BurjBabilBurjBabil   30 mai 2020
La cuisine de DA : L'art le plus proche de l'écriture est à mes yeux celui de la cuisine. La longue cuisson, les épices fraîches et cette exigence simple : ne jamais quitter des yeux une chaudière sur le feu. Bien sûr que vous pouvez vous déplacer un moment en prenant soin de baisser le feu, de ranger le manuscrit dans un tiroir (pardonnez-moi de croire encore que c'est un travail manuel). Sachez tout de même que le repas comme le roman vous habite même si vous n'êtes pas dans la cuisine ou en train d'écrire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Dany Laferrière (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dany Laferrière
Comme chaque année le 12 août, les libraires encouragent les lecteurs à acheter un livre québécois. Pour l'occasion, entrevue avec l'écrivain et membre de l’Académie française Dany Laferrière pour parler de littérature .
autres livres classés : miamiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tu connais Dany Laferriere ?

son premier roman s'intitule?

l'enigme du retour
l'odeur du café
comment faire l'amour avec un negre sans se fatiguer
le gout des jeunes filles

11 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : Dany LaferrièreCréer un quiz sur ce livre