AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246703112
2501 pages
Éditeur : Grasset (18/01/2006)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Vers le sud est un roman constitué de plusieurs histoires qui s'entremêlent et se croisent.
Des Américains et Européens qui viennent en Haïti, y découvrent les habitant(e)s et tombent sous leurs charmes.
Laferrière peint une société haïtienne dans laquelle le sexe est une monnaie d'échange : la jeunesse d'Haïti (garçons et filles) n'hésite pas à se prostituer pour des hommes ou des femmes blancs qui ne peuvent résister à l'attrait des corps jeunes et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  28 février 2014
Le sexe, instrument de pouvoir et de commerce nord-sud, mais encore?
Danny Laferrière, Québécois d'origine haïtienne, a été élu en décembre à l'Académie française, il fallait bien mettre une de ses oeuvres sur ma PAL, j'ai donc choisi de tromper l'hiver en allant « Vers le sud ».

J'ai découvert une écriture agréable, mais un thème de la séduction et du pouvoir est traité de façon un peu superficielle. Des femmes du nord sont complètement obnubilées par des garçons qui monnayent leurs charmes sur les plages d'Haïti. Ces pauvres amoureuses deviennent esclaves de leurs sens et sont prêtes à s'humilier pour leur Adonis. Des réactions dont la crédibilité me semble parente de celle des héroïnes de romans Harlequin!

Quant aux gigolos, en plus d'un gagne-pain, ils semblent y trouver une douce revanche sur les colonisateurs de leur pays. Ces hommes ne sont pas des personnages d'une grande densité, mais peut-être que leur métier se passe facilement de questionnements philosophiques.

Le livre refermé, il ne reste pas grand-chose. Je n'ai pas vibré pour les beaux jeunes hommes et ma réflexion sur la société haïtienne et le tourisme sexuel n'a pas beaucoup progressé.

Meilleure chance la prochaine fois, ce n'est vraisemblablement pas le meilleur livre de cet auteur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
Caro29
  24 juillet 2012
Voilà, j'ai tourné la dernière page de « Vers le sud » ce matin aux alentours de 5h, grâce à une insomnie… J'ai un sentiment étrange au sujet de cet ouvrage. J'ai mis plusieurs jours à relire les premières pages de ce roman et j'ai même failli abandonner, me disant que des centaines d'autres livres m'attendaient, dont une bonne trentaine dans ma bibliothèque. Mais je n'ai pas su résister : Dany Laferrière est quand même un de mes auteurs préférés ! Alors je me suis concentrée et j'ai fini par accrocher. J'ai finalement beaucoup aimé ces histoires qui s'imbriquent les unes aux autres, tous ces personnages hauts en couleur et souvent franchement torturés par leur condition et/ou leur statut social. J'ai découvert une Haïti que je ne connaissais pas (à l'époque de Duvalier fils) : celle où la bourgeoisie haïtienne côtoyait à Pétionville, loin de la fameuse « Cité Soleil », les riches venus d'Europe et d'Amérique ; des relations souvent liées à la sexualité, selon Laferrière… C'est vraiment cette Haïti-là qui m'a intriguée, et pas tant ce qu'évoque l'auteur en racontant, dans quelques chapitres, l'histoire de ces quelques femmes cinquantenaires venues du « Nord » et allant « vers le Sud » à la recherche d'un amant un peu exotique. En attendant, certains clichés que l'on peut porter sur ce pays si souvent meurtri peuvent voler en éclats à la lecture de cet ouvrage où l'on apprécie toujours (enfin, c'est mon cas) la belle plume de Dany Laferrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
iarsenea
  02 juin 2012
Ce qui m'a amené à lire ce livre est une anecdote que j'ai vécue au cours de la semaine que j'ai passée en Jamaïque. Malgré le fait que je m'étais bien renseignée sur le pays avant de partir, j'ai été surprise de découvrir un aspect que je n'avais pas envisagé. En Jamaïque, le phénomène s'appelle «Rent-a-Rasta». En gros, c'est la version féminine du tourisme sexuel. de nombreuses femmes, pour la plupart d'un âge moyen et qui, pour une raison ou pour une autre, ne sont pas considérées comme attrayantes dans leur pays d'origine se rendent régulièrement dans certains pays des Caraïbes, où de jeunes hommes se font un plaisir de leur faire sentir qu'elles sont belles et désirables en échange de cadeaux et d'argent.
Même si nous étions deux jeunes filles et que nous ne correspondions pas tout à fait au portrait que je viens d'énoncer, en Jamaïque nous avons été abordées par un nombre incroyable de garçons qui n'avaient pas froid aux yeux. Et je peux vous dire qu'ils ont réellement le tour pour vous dire ce que vous désirez entendre. Et ils sont vraiment sexy. Pas étonnant que plusieurs succombent !
Pourtant, je ne suis pas naïve au point de croire que ces hommes n'attendaient rien en retour de tous ces compliments. À mon retour, je me suis renseignée et c'est comme ça que j'ai découvert que c'était une pratique très courante dans les Caraïbes. C'est aussi comme ça que j'ai découvert que Dany Laferrière en parlait dans l'un de ses romans, Vers le sud. En fait, j'ai d'abord découvert le film, qui m'a un peu choquée. Mais j'ai quand même voulu découvrir le livre sur lequel il était basé, et c'est ainsi que le roman de Laferrière s'est trouvé entre mes mains.
En fait, le film Vers le Sud ne représente qu'une petite partie du roman de Laferrière, celle qui traite de femmes dans la cinquantaine qui se rendent dans un hôtel pour recevoir les faveurs sexuels d'adolescents, et plus particulièrement de Legba, ce genre de demi-dieu haïtien. Toutefois, le roman est beaucoup plus complet. J'ai trouvé que c'était un drôle de mélange entre la nouvelle et le roman. Les personnages sont toujours les mêmes, mais tour à tour leur histoire est racontée. Des histoires où le sexe et le désir ne sont jamais bien loin. Prostitution, corruption, vaudou; toutes ces facettes d'Haïti sont abordées de front, sans aucune honte et sans aucune pudeur. Ce roman n'est donc pas pour tout le monde, mais je l'ai beaucoup aimé, sans doute en grande partie parce qu'il m'a permis de mieux comprendre ce qui m'est arrivé en Jamaïque et les raisons pour lesquelles ces hommes étaient si insistants.
J'ai bien hâte de décourvrir si tous les autres romans de Dany Laferrière sont aussi impudiques, aussi vrais. J'aurai bientôt la réponse à sa question, parce que j'ai aussi emprunté à la bibliothèque son premier roman Comment faire l'amour à un nègre sans se fatiguer. Ça promet !
Lien : http://lecturesdisabelle.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
elena6344a15
  21 septembre 2015
Pourquoi ce livre?
À vais dire, j’ai connu l’écrivain Dany Laferrière récemment, dans mon milieu de travail, où à plusieurs reprises je me suis confrontée avec des demandes de réservations ou d’emprunt de ses différentes œuvres littéraires. Parmi ses créations le plus demandées c’était le roman ci-dessus mentionné – Vers le sud. Petite remarque personnelle : chaque fois, c’étaient des femmes d’un certain âge qui empruntaient ou réservaient ce livre. Ce fut le premier constat qui m’a intrigué et poussé vers la pensée, qu’il faut découvrir à mon tour d’où vient cet intérêt. Qu’est-ce qu’il y avait dans le noyau de son contenu qui attirait ces femmes québécoises? Le point décisif pour le choix de ce livre a été sa découverte sur un présentoir d’une bibliothèque, offrant une sélection de lectures d’été. Ainsi, pour environ deux semaines je me suis donnée à la lecture passionnante de ce livre.
Un premier aspect qui m’a plu :
La variété des personnages, appartenant à des diverses clases sociales, avec leur force et faiblesse. À travers les protagonistes et des situations diverses, on découvre plusieurs vérités : que la chair a valeur d’échange, que ce n’est pas seulement l’argent qui fait le pouvoir, mais aussi la beauté et la jeunesse, à sa façon. Que devant le désir et la passion, les valeurs et le statut social tombent. Les actions tournent autour d’une phrase du début du roman : « Le pouvoir, l’argent et le sexe, […] voilà le trio infernal qui mène les hommes ».
Un second aspect qui m’a plu :
La lecture de ce livre m’a permis de découvrir une époque et un aspect d’un pays presque inconnu pour moi. L’auteur nous fait connaître plusieurs visages d’Haïti. D'une côté, on y découvre la pauvreté avec quelques-unes de ses conséquences légitimes, d’où le sexe ou le tourisme sexuel devient une source d’existence pour certains personnages. En même temps, l’auteur parle sur l’autre visage de ce pays, de la liberté, du désir de vivre, de la victoire de la beauté et de la sensualité. On connaît un Haïti avec ses paysages paradisiaques.
Aspect qui m’a moins plu :
J’aurais aimé avoir une continuité des certaines scénarios, rarement on y trouve une suite des événements. Des personnages intéressants figurent dans le roman, jouent leur rôle et disparaissent pour ne plus réapparaître. Comme la maman ou la sœur de Fanfan, par exemple, ou comment s’est déroulée par la suite la vie de la femme qui a changé le mari et ses enfants contre son attraction pour le paysan haïtien. Je n’ai pas aimé qu’on ne retrouve pas dans ce roman des jeunes personnages qui mènent une vie digne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mazou31
  29 octobre 2016
Je persisterai… mais ma première lecture d'une oeuvre de Dany Laferrière m'a déçu. J'ai trouvé ce roman, conçu en une sorte de diaporama où les photos n'auraient qu'un lien ténu, très superficiel, avec des personnages d'une épaisseur de papier bible. Certes les jeunes Haïtien(ne)s n'ayant que leur corps et leur sensualité comme seuls biens ne vivent ici que pour survivre avec le simple plaisir du jour. Certes les expats n'ont que l'ennui et leurs bouffées de chaleur pour seules occupations. Mais un peu d'approfondissement dans leurs rêves, leurs malaises et dans leur dérive tropicale aurait bien enrichi ce livre. Reste un style simple et lumineux qui ne manque pas d'élégance.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   28 février 2014
Le pouvoir, l’argent et le sexe, disait mon prof d’histoire, voilà le trio infernal qui mène les hommes. Quand vous aurez compris cela, messieurs, vous aurez tout compris. Et l’amour? Écoutez, on parle de choses sérieuses ici, lançait-il alors de sa voix tonitruante, (p.17)
Commenter  J’apprécie          370
Caro29Caro29   23 juillet 2012
C'est simple : pour empêcher un Haïtien de rêver, il faut l'abattre.
Commenter  J’apprécie          430
iarseneaiarsenea   02 juin 2012
- Vous, les femmes, vous êtes impossibles, franchement impossibles.
- On essaie simplement de se défendre, fait Tanya en minaudant un peu.
- Quand vous voulez quelqu'un, vous êtes capables de faire deux cents kilomètres sur les genoux, et si nous on fait ne serait-ce qu'un pas vers vous, vous sortez les griffes.
- C'est comme ça, papa...
- Ne m'appelle pas papa.
- Oui papa.
Commenter  J’apprécie          60
CielvariableCielvariable   11 mai 2018
Des fois, je me dis que toutes ces histoires de classes sociales, c’est de la vraie merde. …Pourquoi ce serait mieux qu’elle baise avec un petit con qui a un nom ? De toute façon, je ne distingue vraiment personne ici. Pour moi c’est un tout. Juste des Haïtiens. Alors lui ou un autre ?
Commenter  J’apprécie          20
iarseneaiarsenea   02 juin 2012
Dans un pays comme Haïti où les riches s'enferment dans leurs maisons luxueuses au flanc des montagnes, c'est uniquement sur le banc des écoles que nous avons une chance de les côtoyer, nous autres les pauvres, et de tisser des liens avec eux.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Dany Laferrière (93) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dany Laferrière
Dany Laferriere, "L'exil vaut le voyage". La chronique d'Alexandra Lemasson sur desmotsdeminuit.fr
Vous pouvez vous abonner à notre chaîne et activer la petite cloche pour ne rater aucune vidéo !
A B O N N E Z V O U S : https://culturebox.francetvinfo.fr/des-mots-de-minuit/ F A C E B O O K : https://www.facebook.com/desmotsdeminuit.fr/ T W I T T E R : @desmotsdeminuit
autres livres classés : haïtiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tu connais Dany Laferriere ?

son premier roman s'intitule?

l'enigme du retour
l'odeur du café
comment faire l'amour avec un negre sans se fatiguer
le gout des jeunes filles

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Dany LaferrièreCréer un quiz sur ce livre