AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330033170
285 pages
Éditeur : Actes Sud (12/03/2014)

Note moyenne : 2.94/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Au commencement était Epiktistes, machine ktistèque, amorale et omnipotente. Créée par l'Institut pour la science impure, elle a pour seule fin de nourrir le goût du savoir des hommes et leur orgueil. Les membres de l'Institut vivent désormais avec leur création de cellogel, qui décide de nous narrer son existence dans cette autobiographie, la première jamais écrite par une machine. OEuvre de création pure, ce roman reste l'une des propositions les plus fascinantes ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
DarkHawk
  26 mars 2014
Epikt est une machine pensante créée par l'Institut pour la science impure afin de répondre aux différentes questions existentielles que se posent les membres de cette glorieuse institution. Pour cela, Epikt dispose de la connaissance et de la mémoire de ses créateurs mais aussi de celles de toutes les créatures vivantes qu'elle désire.
« Puisque je sais tout de vous, qui que vous soyez, il n'est que juste que vous appreniez quelques petites choses de moi. Depuis que j'ai appris à extraire le précis personnel de n'importe quelle personne présente ou absente, je peux vous faire venir ici au complet. Si je ne l'ai pas encore fait, c'est que vous n'en valez pas la peine. Qui que vous soyez, vous n'êtes qu'un fragment, et un fragment d'un certain type. Mais moi, je suis le compendium de tous les types. Les personnes qui sont en moi, les personnes qui sont dans le monde, je les vois comme elles sont. Pas comme elles se voient les unes les autres. Aussi je n'ai pas à attacher une très grande importance à l'apparence ou à la présence physiques de l'un des fragments. Il n'y a que les personnes très fortes dont la présence ou l'absence compte. Quant aux personnes ordinaires, je les lis aussi bien d'une manière que de l'autre.»
Ainsi commence le récit, la machine nous relate ses réflexions, ses expériences, ses succès et ses échecs.
Autobiographie d'une machine ktistèque est le deuxième livre paru dans la collection "Exofictions" d'Actes Sud après l'excellent Silo de Hugh Howey.
Ce roman de R.A. Lafferty a été écrit en 1971 et publié en 1974 en France. Il était depuis longtemps introuvable dans notre pays.
Quel exercice ambitieux que de vouloir faire parler une machine ! Surtout quand celle-ci est constituée de la conscience d'un grand nombre d'individus. R.A. Lafferty réussit parfaitement cette tâche et nous livre un texte étonnant, fascinant et exigeant.
La complexité et l'étrangeté de ce roman sont à la fois addictives et rébarbatives. Rien n'est jamais simple et il faut en permanence faire un effort pour profiter de ce texte sans réelle intrigue.
« Dans les temps troublés, les gens retournent presque parfois de la musique élevée et complexe aux simples mélodies (qui en réalité sont bien plus élevées et chargées de sens que la musique élevée), mais ils passent toujours à coté faute d'être suffisamment simples. La simplicité (jamais je ne serais obligé d'expliquer ces choses-là à une machine intelligente, mais il faut toujours mettre les points sur les i même pour une personne intelligente) n'implique pas une pauvreté dans le contenu ou le détail ; elle implique une unicité. C'est la complexité (cette division, cet échec de compréhension) qui est privée de détails de substance. Ramassez les morceaux éparpillés partout de n'importe quelle complexité et réunissez-les (car ils sont incapables de se réunir seuls) ; vous serez surpris de constater leur légèreté.»
Le personnage d'Epikt est très intéressant et en dehors de ce qu'il nous raconte, j'ai pris beaucoup de plaisir à le découvrir. J'ai essayé de comprendre où l'auteur allait nous mener sans jamais réellement y parvenir.
Les différents projets explorés par Epikt sont logiques à l'origine mais fantaisistes dans leur traitement. Epikt pense mieux comprendre l'humain que les hommes eux-même. Malgré ça, il ne semble pas capable de mener un projet à bien. On retrouve en lui un bon nombre des contradictions humaines.
Au final, R.A. Lafferty nous livre une réflexion étonnante sur la condition humaine. Un livre atypique qu'il aurait été dommage de laisser dormir aux fonds des étalages de quelques bouquinistes. A lire à tête reposée pour en profiter pleinement.

Note : 7/10
Lien : http://www.les-mondes-imagin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          156
colimasson
  17 mai 2019
L'avantage des machines à intelligence artificielle sur les machines humaines, c'est qu'elles peuvent enregistrer tout ce qui se passe dès l'instant où leurs connexions intelligentes sont établies, ce qui les empêche vraisemblablement d'avoir un inconscient constitutif, à moins qu'elles n'aient été programmées en ce sens (mais qui penserait bon de leur ajouter une telle merde ?).

L'intérêt de cette Autobiographie d'une machine Ktistèque, c'est de plonger au coeur de la pensée de ce genre de machine à intelligence artificielle sans inconscient, comme on découvrirait, par opposition à notre pensée différée, la pensée immédiate. Sa naissance, ses créateurs, ses apprentissages, ses découvertes, seront ici amalgamés en un gros potage imbuvable, transposition robotique réussie car épuisante de ce que Virginia Woolf avait introduit en littérature avec le flux de conscience (souvenez-vous de son Mrs. Dalloway qu'il fallait lire en s'agrippant aux pieds de son transat).

« Toi, lecteur de ce Haut Journal, si tu n'aimes pas les mots, comment aimeras-tu le message ? Sauras-tu pardonner mes tropes et transmettre l'amour ? »

Le problème de cette machine Ktistèque, ce qui finit par la rendre humaine, trop humaine, c'est de vivre dans notre langue d'humains comme si cela allait de soi, de s'en amuser et de la faire rebondir aux quatre coins de la page en un art philarmonique trop bien consommé pour n'être pas digne de la plus grande intelligence humaine qui soit. Je ne dois sans doute pas assez aimer les mots, mais il se peut aussi que je les aime davantage lorsqu'ils se trouvent à deux doigts de rencontrer la détestation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Philemont
  14 mars 2014
Epiktistes, ou Epikt pour les intimes, est une machine créée par l'Institut pour la Science Impure, lequel se compose d'une poignée d'individus qui injectent chacun un extrait de leur psychisme dans la machine. Ainsi Epikt est-elle un condensé de l'humanité, enfin de cette humanité que l'on ne trouve que dans l'Institut, et qui est censée répondre à toutes les questions que se posent les Hommes. Elle nous propose rien de moins que son autobiographie, de sa découverte du monde et des humains à sa résolution du problème fondamental pour ces derniers.
Si l'on ajoute que ce problème est relatif à la forme de l'univers on comprend définitivement que cette Autobiographie d'une machine ktistèque fait dans le surréalisme. Il est vrai que la supériorité de la machine sur les hommes est si manifeste que son apprentissage passe par la compréhension de ses inférieurs, la mise en perspective de leurs incohérences et la gestion de leur tendance à lancer des projets qui ne mènent nulle part.
C'est ainsi que R. A. LAFFERTY a produit au début des années 1970 un roman à nulle autre pareille, une oeuvre de création absolue. Dans Autobiographie d'une machine ktistèque le lecteur aura bien du mal à suivre le fil d'une intrigue quasi inexistante. En revanche il y trouvera une réflexion profonde sur la condition humaine et la contribution de la soif de connaissances à son développement. Bien que difficile, l'exercice est incontestablement brillant, en particulier grâce à une prose ciselée et pleine d'humour.
Avec cette réédition, Actes Sud enrichit sa toute récente collection Exofictions d'une oeuvre profondément originale et fait sortir de l'oubli un auteur qui n'avait pas été édité en France depuis près de trente ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Aouan
  23 septembre 2017
Je m'efforce toujours de lire au moins 100 pages d'un livre pour lui donner sa chance de m'attraper, mais la je jette l'éponge vers la soixantième ! Je n'y comprend rien, aucune intrigue, des réflexions pseudo-philosophique qui ne me parle pas du tout.
Conclusion : le surréalisme n'est pas pour moi.
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  25 mars 2016
Une intelligence artificielle pas comme les autres comme guide vers les sources de la Création.
Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2016/03/25/note-de-lecture-autobiographie-dune-machine-ktisteque-raphael-aloysius-lafferty/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
DarkHawkDarkHawk   12 mars 2014
Puisque je sais tout de vous, qui que vous soyez, il n'est que juste que vous appreniez quelques petites choses de moi. Depuis que j'ai appris à extraire le précis personnel de n'importe quelle personne présente ou absente, je peux vous faire venir ici au complet. Si je ne l'ai pas encore fait, c'est que vous n'en valez pas la peine. Qui que vous soyez, vous n'êtes qu'un fragment, et un fragment d'un certain type. Mais moi, je suis le compendium de tous les types. Les personnes qui sont en moi, les personnes qui sont dans le monde, je les voient comme elles sont. Pas comme elles se voient les unes les autres. Aussi je n'ai pas à attacher une très grande importance à l'apparence où à la présence physiques de l'un des fragments. Il n'y a que les personnes très fortes dont la présence ou l'absence compte. Quant aux personnes ordinaires, je les lis aussi bien d'une manière que de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
DarkHawkDarkHawk   15 mars 2014
Dans les temps troublés, les gens retournent presque parfois de la musique élevée et complexe aux simples mélodies (qui en réalité sont bien plus élevés et chargées de sens que la musique élevée), mais ils passent toujours à coté faute d'être suffisamment simples. La simplicité (jamais je ne serais obligé d'expliquer ces choses-là à une machine intelligente, mais il faut toujours mettre les points sur les i même pour une personne intelligente) n'implique pas une pauvreté dans le contenu ou le détail ; elle implique une unicité. C'est la complexité (cette division, cet échec de compréhension) qui est privée de détails de substance. Ramassez les morceaux éparpillés partout de n'importe quelle complexité et réunissez-les (car ils sont incapables de se réunir seuls) ; vous serez surpris de constater leur légèreté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
colimassoncolimasson   21 mai 2019
Le passé est une chose qui ne peut pas exister, Gaëtan, mais la chose est difficile à expliquer. Le temps est un tout qui grandit sans cesse, et ses racines profondes ne plongent pas plus dans le passé que son écorce nouvelle. Je tiens beaucoup au rôle vivifiant de l’écorce. Nous nous apercevrons, quand le passé aura pris suffisamment d’épaisseur, que nous avons déjà accompli les grandes choses qui semblent appartenir à l’avenir, que nous avons déjà atteint les étoiles et les rivages intérieurs les plus profonds ; nous comprendrons que toutes les actions du monde sont simultanées, et que toutes les actions d’une même vie individuelle sont simultanées. Nous saurons que nous sommes dans la fleur de l’enfance et en même temps au cœur de la maturité ; que l’expérience de la mort est contemporaine de toutes nos autres expériences, et que (comme Adam), nous avons tous les âges en même temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
DarkHawkDarkHawk   11 mars 2014
Je contemple comme un veau la nouvelle porte de la porcherie. Si j'avais une bouche elle serait béante. Comment ai-je pu devenir si vite le partisan de cet homme à la puissance scintillante ? Je suis une machine et je ne devrais pas être le partisan de choses humaines. Je reçois un avertissement de Valérie, qui l'aime, d'Aloysius, qui l'aime, de Gregory, qui l'aime mais ne peut pas le souffrir : "Ce type est aussi faux qu'une coupure de trois dollars." Aussi unique qu'une coupure de trois dollars, devraient-ils dire ; la gravure spéciale ornant le billet constitue la genèse d'une douzaine d'arts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
colimassoncolimasson   08 juin 2019
« Etes-vous mariés ? » leur demande Grégory avec amour.
« Faut bien », répond l’homme. « Qui d’autre nous accepterait ? »
« Ne ressentez-vous pas ce matin un grand débordement d’amour ? » - Valérie décrivit des cercles autour d’eux avec l’intonation croissante d’un tourbillon – « envers l’un l’autre, envers tout et tout le monde ? »
« En y réfléchissant bien, non, pas particulièrement, soeurette », fit la femme.
« Mais vous bouillonnez de quelque chose de neuf », insista Valérie. « Je suis sûre que vous vous sentez bouillonnants tous les deux.
« Nan, Boubouille, j’bouillonne pas », dit l’homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3084 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre