AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Patrick Degli-Esposti (Illustrateur)Marie Boutroy (Illustrateur)
EAN : 9782867388415
65 pages
Syros (25/11/1992)
4.6/5   26 notes
Résumé :
Mais son vrai tablier,
son vieux tablier bleu
délavé, son tablier de
tous les jours, ce tablier
où elle a laissé passer,
docile, l'empreinte des
années, ce tablier qui lui
ressemble, où est-il ? Elle
ne sait plus. À la porte de
la cabane du jardin ? Au
sous-sol ? dans le grenier ?
Dans la grande poche
droite, il y avait une ou
deux épingles à linge, un
bou... >Voir plus
Que lire après Le tablier bleuVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Un joli livre tout en poésie et en émotion, dont on referme la dernière page avec les larmes aux yeux.
Louise, sa vie, elle l'a rêvée, plus que vécue.
Elle a été mariée à cet homme qui ne correspondait en rien à ses rêves de jeune fille, mais c'était le choix de ses parents, parce qu'il faut bien les comprendre c'est un bon parti qu'ils lui ont choisi, il a des biens.
Quelques mois de mariage et la guerre est arrivée, le jeune mari y est parti et il n'en est pas revenu « Mort pour la France ».
Se remarier ? Certainement pas, elle a un statut à préserver dans la société, puisque la voilà veuve de guerre et qui plus est, propriétaire de la maison de son défunt mari.
Et c'est dans le jardin de sa maison entre la sarriette et le romarin, que sa vie passera jour après jour, mois après mois, année après année, toujours vêtue de son tablier bleu qui lui rappelle tant son enfance et son grand-père adoré.
Jusqu'à ce jour fatidique au crépuscule de sa vie, quand son neveu décide qu'il est temps qu'elle quitte sa maison et qu'elle aille dans une maison de retraite.
Maison de retraite dans laquelle on lui a mis un autre tablier bleu avec un numéro 14313.
14313 voilà ce qu'elle est maintenant un numéro et c'est tout.
Un texte qui avec ses illustrations ne peut que nous interpeller sur la place que nous réservons à nos aînés dans une société qu'ils ne reconnaissent plus, et qu'on oublie dans des maisons de retraite jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Commenter  J’apprécie          110
Un court récit poétique d'une immense délicatesse qui évoque la fin de vie Louise, une vieille dame qui se retrouve du jour au lendemain privée de sa maison, son jardin, son tablier bleu symbole de sa vie pour se retrouver dans une maison de retraite ou on l'a habillée d'un autre tablier bleu qui porte le numéro 14313 et dorénavant c'est avec ce numéro qu'on l'identifie. Un jour elle s'enfuit et elle rencontre une belle inconnue qui la ramène dans sa maison ou elle s'empresse de s'habiller de son tablier bleu qui fleure bon la sarriette et le romarin... un texte émouvant qui aborde les thèmes de la vieillesse, de la folie, de la mort, de la perte d'autonomie et de ses conséquences tout ceci illustré par des petits mots calligraphiés et de tendres aquarelles marines.
Commenter  J’apprécie          120
C'est un beau livre. Un très beau livre. Un livre dont on sort le coeur chaviré, les yeux ourlés de larmes. Parce que Louise est attachante. Parce qu'on a envie de prendre soin d'elle, de la sortir de ce mouroir où son neveu l'a installée sous prétexte qu'elle ne pouvait plus vivre seule, à son âge. Parce qu'on a envie de lui retirer ce tablier immonde qui sent mauvais et qui n'est pas SON tablier bleu, celui qui recèle tant de souvenirs. Des objets, comme des émotions. Celui qu'elle veut porter le jour où elle partira pour son dernier voyage.

Car Louise sait qu'elle va mourir. D'autres meurent dans ce lieu où on l'a déposée comme un vulgaire paquet. D'ailleurs, n'est-elle pas un numéro? le numéro 14313, d'ailleurs? Et parce qu'elle n'est que ça, un numéro sans intérêt, Louise va prendre le large. Pas question de vivre ses derniers jours sans son tablier.

C'est un beau livre, un très beau livre. Triste, oui, sûrement, mais pas que ça. le tablier bleu est un livre tellement humain, tellement tendre, qu'il donne envie de serrer contre soi toutes les Louise du monde.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
Commenter  J’apprécie          110
Véritable pépite de 60 pages qui m'a été offerte par @escalivres mais qui n'est malheureusement plus éditée.
Si j'avais pu je vous aurais mis tout le livre en extrait tellement c'est beau et que ce fut difficile d'en choisir un.

"J'aime les vieux, non pour leur âge mais pour leur humanité, tout simplement. Chaque ride signe le temps qui passe. Qu'ils parlent, qu'ils vivent, qu'on les écoute, qu'on les laisse libres ! En découvrant que le crépuscule de l'existence peut aussi donner optimisme et joie de vivre, poésie et paisible distance sur le quotidien, chacun comprendra que la vieillesse, loin d'évoquer le naufrage, est le passage ralenti, parfois claudiquant, toujours désintéressé, d'une immortelle richesse visible vers les secrets d'un monde invisible." Kofi Yamgnane

J'ai été élevée par ma mamie et heureusement elle n'a jamais connu les maisons de repos. Pourtant j'aurais voulu égoïstement la garder à tout prix. Elle m'a construite, je lui dois tout et elle continue à m'accompagner au quotidien.
Ce livre d'une grande délicatesse et illustré de belles aquarelles marines m'a fait penser à ma mamie.
Il évoque la fin de vie de Louise dans une maison de repos où elle a reçu un tablier bleu portant le numéro 14313 mais ce n'est pas "[...] son vrai tablier, son vieux tablier bleu délavé, son tablier où elle a laissé passer, docile, l'empreinte des années [...]". Un jour elle s'enfuit pour aller retrouver son tablier bleu.
Superbe lecture dont on ne sort pas indemne, j'avais la larme à l'oeil à chaque page. Mais c'est une lecture tendre, un véritable bijou d'humanité que tout le monde devrait lire.
Commenter  J’apprécie          00
Un petit bijou de nouvelle, Louise, se sauve de la maison de retraite et retrouve pour quelques jours son tablier bleu qui sent si bon avec ses poches pleines de trésors. Des illustrations d'aquarelles et de calligraphies donnent de la douceur et de la tendresse et font oublier le grand âge de Louise.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Quand elle est arrivée ici, Louise, on lui a donné un tablier bleu comme aux autres, elle n'a rien dit, ni merci, ni rien. Depuis, toute la journée elle fixe un point n'importe où, sur le mur, au plafond, par terre, la tache sale au pied du lit, et elle croit voir sa maison aux volets verts, le potager au fond du jardin, les bordures de thym et de sariette, et les touffes de romarin...
Louise se balance sans rien dire, son regard perdu suit le tour et les détours de sa vie. Une petite vie de rien avec un rien de bonheur pas plus grand qu'une graine de capucine.
Commenter  J’apprécie          150
Dans la poche du tablier la pince à linge, le bout de raphia, la lavande séchée et la coquille d'escargot chatouillaient doucement le bout de ses doigts. Louise, calmement, se dirigea vers les roses thé, ses préférées. Elle se baissa au passage pour redresser les marguerites éparpillées par quelques pluies d'orage.
Commenter  J’apprécie          80
[...]cela fait longtemps qu'elle a décidé de ne plus parler. A quoi ça sert ? Il n'y a personne pour partager son temps, personne pour l'écouter jusqu'au bout de son rêve. Alors, c'est si facile de rentrer en soi, tout au fond de soi-même. Ça ne fait de mal à personne, et on peut tout inventer : le ciel, la mer, les mouettes, et la fenêtre ouverte.
Commenter  J’apprécie          70
Louise s'était mariée, mais si vite et si peu... L'amour, elle l'avait juste imaginé avec de grands bras tendres pour se cacher, se blottir, quand la pluie d'automne rend triste à pleurer... Celui qu'on choisissait pour elle, et qui n'était ni beau ,i laid, il avait du bien, ça suffisait. Ce n'était pas l'amour, l'amour elle le reconnaîtrait.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Martine Laffon (1) Voir plusAjouter une vidéo

Martine Laffon : La vie de Gandhi au fil de l'amour
Sur un banc du jardin du musée Rodin, Olivier BARROT propose une découverte de GANDHI à travers une fiction "La vie de GANDHI - Au fil de l'amour" publié chez Albin Michel. BT illustrations du livre.
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (52) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3753 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}