AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Tricape


Tricape
  17 septembre 2020
Il y a toujours plaisir à remonter dans le oeuvres d'un auteur apprécié, passer de ses ouvrages récents à ceux qui le précédèrent, de l'estuaire à la source. Ainsi en fut-il pour moi en lisant "L'annonce" de Marie-Hélène Lafon dont j'ai lu, à chaque fois avec un grand plaisir, trois autres romans postérieurs ("Joseph", "Nos vies" et "Les pays").
La concision de l'écriture, l'économie des effets et le large flux de longues phrases sobres en ponctuation sont au service d'une histoire d'amour racontée sans coloration à l'eau de rose ; racontée ? non : décrite. On pourrait craindre dès lors trop de froideur, trop de distance entre l'auteure et ses personnages. Mais, c'est au contraire tout l'art de Marie-Hélène Lafon que de nous immiscer par petites touches et réflexions dans les caractères qui, sans qu'un seul dialogue soit rapporté sous la forme classique, sont plus vivants que si on avait eu un accès direct au contenu des conversations.
Nous sommes à la campagne ; on y parle peu. C'est précisément parce qu'on y parle peu, que l'on devine et l'on pressent les sentiments de ceux avec lesquels on vit. La terre est lourde, les silences pesants, mais le charme de la lecture provient de la légèreté des phrases qui, malgré leur longueur, nous entraînent et qui, avec l'usage fréquent du pronom impersonnel, estompent magistralement la limite entre les personnages et le lecteur. Exemple : " On ne gratterait pas les vieilles plaies de solitude et de peur, on n'était pas armé pour ça, pas équipé ; on s'arrangerait autrement".
Roman de la pudeur, roman du non-dit. Beau roman !
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus