AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782283022313
208 pages
Buchet-Chastel (10/01/2008)
3.79/5   131 notes
Résumé :
"Les Santoire vivaient sur une île, ils étaient les derniers Indiens, la mère le disait chaque fois que l'on passait en voiture devant les panneaux d'information touristique du Parc régional des volcans d'Auvergne, on est les derniers Indiens."
Les Santoire, le frère et la sœur, sont la quatrième génération. Ils ne se sont pas mariés, n'ont pas eu d'enfants. En face de chez eux, de l'autre côté de la route, prolifère la tribu des voisins qui ont le goût de de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 131 notes
5
7 avis
4
16 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

marina53
  03 septembre 2020
Jean et Marie se retrouvent seuls dans la maison de leur enfance. Des années après le décès de leur frère, puis leur père et, plus récemment, leur mère. Issus d'une illustre famille de paysans, frère et soeur sont célibataires et sans enfant. Aujourd'hui à la retraite, dans une demeure trop grande pour eux, ils vivent la plupart du temps reclus, ne sortant que rarement, ne côtoyant personne. En face habitent les Lavigne, une grande famille où grand-parents, parents et enfants vivent ensemble. Agrandissant la maison, en construisant une à côté. Les Lavigne ont réussi quand les Santoire, embourbés dans la tradition, ont dépéri. D'eux, il ne restera rien, une fois que Marie et Jean ne seront plus là. de sa fenêtre, cette dernière les observe souvent. Immobile devant tant de vie, de joie et de rires d'enfants...
Jean et Marie, deux taiseux qui vivent ensemble. Par habitude sûrement. Enracinés dans le passé. Enracinés dans une vie qu'ils ne semblent pas avoir choisie. Et tandis qu'en face, ça bouge, ça vit, ça s'agite, ça fleurit, ça fait fortune, chez eux, tout ternit, tout dépérit, tout s'attriste. Parce que frère et soeur savent qu'après eux, il n'y aura plus rien. À travers le regard de Marie, l'on regarde la vie autour, l'on se replonge dans le passé, dans les souvenirs, les bons et les moins bons. Marie-Hélène Lafon décrit, avec beaucoup d'intensité, la banalité de la vie de ces deux handicapés de la vie qui vivent la leur par procuration mais aussi encore sous le diktat de leur mère, pourtant décédée. Émouvantes et poignantes ces pensées de Marie, engoncée dans une vie étroite et inconfortable. Transparent, ce frère qui habite sous le même toit. Désespérant et triste, ce quotidien vide de tout. D'une grande justesse, sobre, économe, la plume de Marie-Hélène Lafon donne pourtant une grande profondeur à ce roman intimiste, presque figé dans un autre temps...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          736
LouAnnB
  27 mars 2022
« Il fallait être normal » écrit l'auteure. Il fallait être normal chez les Santoire. L'histoire c'est le quotidien, celui de Marie, la fille Santoire, celui de Jean, le fils, celui de la mère. Marie-Hélène Lafon nous plonge dans le récit de la vie lasse d'une famille aux membres dissolus. Tous sont absorbés par la mère, dure, stricte. Tous agissent à travers elle, ils pensent peu, rêvent peu. Tous à l'exception de Pierre, le fils aimé, le fils infidèle : celui qui a fuit, qui a vécu. C'est le tableau d'une famille paysanne et conservatrice que peint l'auteur de manière sobre. Les phrases sont courtes, descriptives, franches, elles s'emploient à décrire le rituel de vie familiale qui se répète, toujours identique. le récit se déroule autour de Marie, vieille fille, aliénée par sa mère, qui observe, qui exécute mais qui ne vit pas réellement. Son existence, elle la vit par procuration, elle vit à travers les voisins qu'elle observe. Tandis qu'elle les envie, la mère les a en abomination, ils sont le futur, ce sont ceux qui « auraient tout, prendraient tout ». le futur, il n'y en a pas pour les Santoire, Jean et Marie sont les derniers de la lignée, avec eux, le nom s'éteint. C'est une histoire au présent mais qui a tout d'une histoire passée. Celle d'une « bonne famille » dont le dernier membre était la mère. Les enfants ne sont que des corps, des enveloppes qu'eux-mêmes connaissent mal et qui n'ont vocation qu'à accueillir la mère qui même morte, en eux, est vivante. L'auteure nous offre à voir le déclin, celui du nom qui s'efface, celui des derniers indiens. Plus que l'histoire de petites gens, qui ne sont pas plus vivant que les autres*, M.H. Lafon rédige celle, plus sociale, de la famille souche qui disparaît avec l'urbanisation et le progrès. Elle couche sur le papier les dernières bribes d'un mode de vie en décalage qui se perd sans se transformer. En cela, elle rend visible l'invisible et se pose en témoin de l'évanouissement culturel paysan dans un monde qui l'absorbe comme il absorbe Marie et Jean, personnages désorientés qui incarnent à eux seuls l'égarement de toute une communauté. M.H. Lafon parvient à nous faire ressentir cette sensation étrange qui est celle de l'ignorance, de la méconnaissance à l'égard d'une terre locale colonisée par le nouveau, le moderne et dans laquelle s'éteignent peu à peu les derniers indiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Lucilou
  06 août 2022
"Les Derniers Indiens"...
Peu à peu, la liste des romans de Marie-Hélène Lafon qu'il me restera à découvrir s'amenuise. C'est bien vrai que je voulais prendre mon temps, en gouter les derniers avec parcimonie mais je n'ai pas pu et Marie et Jean m'attendaient déjà depuis si longtemps dans ma bibliothèque.
Alors oui, j'ai commencé "Les Derniers Indiens", j'en ai savouré chaque page comme on savoure les premières longues soirées d'été. Et comme à chaque fois, le récit imaginé par Marie-Hélène Lafon m'a serrée le coeur.
Ce roman qui porte en creux tout ce qui fait la beauté des textes et des histoires de son auteur, court, ramassé, pelotonné sur lui-même comme un chat en hiver, est d'une beauté calme, sereine et d'une tristesse profonde et un peu grise qui vous écorche le coeur.
Pour moi, "Les Derniers indiens" est à la hauteur de "Le Soir du Chien", de "Joseph" aussi.
Bien sûr, il y a le style, l'écriture de Marie-Hélène Lafon limpide et ciselé, tellement claire, tellement!..
Et puis il y a ce monde rural en train de disparaître ou de se transformer, selon de quel côté de la cour on se place, ces paysages âpres jusqu'à l'austérité mais non sans beauté du Cantal et de ces hameaux si loin des villes.
Marie et Jean sont frère et soeur, et déjà le poids des ans courbe leurs dos. Ils occupent la ferme familiale devenue trop grande après le décès de leurs parents il y a des années déjà et d'un frère, flamboyant fauché comme les blés en plein été. Ils l'ont toujours occupé cette ferme, ne l'ont jamais quitté. Ils ne se sont jamais mariés non plus et s'ils ont couru les bals avec Pierre, c'était plus souvent pour faire "normal" ou tapisserie. Et puis, dans leur famille, vieille famille de paysans, il n'aurait pas fallu mésallier, cela n'aurait pas plu à leur mère, sèche, dure comme sa terre. C'est pour elle qu'ils sont restés ou à cause d'elle et qu'ils ont peut-être manqué leur vie, qu'ils l'ont subi. Après, après c'était trop tard, et ils ont continué à avancer, à s'effacer même. Ils sont les derniers indiens et après eux, il ne restera rien, rien de leur lignée, du fruit de leur labeur. Et la maison est si grande avec tous ses souvenirs qui s'éteignent dans les vastes armoires au bois de miel. Après eux, ce sera la mort d'un monde qui crève déjà de silences et de solitude. le nouveau monde, il est de l'autre côté, chez ces voisins dont Marie observe le linge qui sèche au vent, la tribu, les Lavigne et leur maisonnée pleines de rires et de cris dans laquelle trois générations vivent avec fracas. Elle y pense beaucoup à tout ça Marie, au temps qui passe, à la mère et au père, à Pierre, au pensionnat, à l'Alice des voisins si blonde, aux silences de Jean et ce sont ses pensées que nous offre le roman, pelote que l'on dévide, un fil lumineux et mélancolique qui suit un parcours faussement désorganisé. C'est là qu'excelle Marie-Hélène Lafon, dans cette plongée vers l'intime dont elle sait écrire les suspensions, les respirations et la délicatesse des nuances; une plongée qui épouse en un mariage heureux, fragile parce que beau, la peinture d'une ruralité âpre qui m'émeut toujours infiniment -comme m'émeuvent les vies manquées de ses personnages- parce que c'est le monde d'où viennent les miens, ce monde de paysans taiseux et fiers de leurs terres et de leur travail.
Il est magnifique "Les Derniers Indiens", de la première à la dernière page, et cette chute, ce dernier paragraphe, comme un murmure sur le silence, comme un brouillard qui se lèverai, oh juste un peu, sur les secrets, les non-dits de ceux qu'on oublie parce qu'ils gardent leur maison oubliée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
5Arabella
  17 mai 2021
Un roman court, ramassé, comme sait si bien les faire Marie-Hélène Lafon, et qui une fois encore explore un monde rural en train de disparaître dans son Auvergne natale. Ou plus exactement un monde rural en pleine mutation, une ancienne manière de vivre, de penser, une certaine identité, en train de s'éteindre, de mourir presque de mort naturelle, alors que quelque chose d'autre, une autre vitalité, la remplace.
L'ancien monde, ce sont les Santoire, une famille paysanne de quatre générations. La figure dominante est celle de la mère, morte maintenant mais tellement présente pourtant. Comme si elle décidait toujours de la vie de ses deux enfants survivants, Marie et Jean. Ils ne sont pas mariés, n'ont jamais quitté la ferme familiale, et maintenant, à la retraite, ils leur reste le souvenir, et une tradition à perpétuer, vidée en grande partie de sa substance, qui est plus une répétition, une habitude, une incapacité à faire autrement, qu'une glorieuse affirmation et un véritable choix. A côté, il y a les voisins jadis méprisés, les Lavigne, qui font à leur manière, peu soigneuse, ne respectant aucune tradition ; les Lavigne adeptes du confort moderne, capables de prendre des initiatives, portés par une vitalité qui semble ne jamais vouloir s'arrêter, et qui leur fait développer leurs activités, donner naissance à des nombreux enfants. Qui vont sans doute absorber après la mort du frère et de la soeur l'ancestrale ferme des Santoire, dont ils louent déjà les terres.
A son habitude, Marie-Hélène Lafon nous donne à voir, à sentir, ces vies, ces petites vies de paysans. Elle crée des personnages, qui même si soumis à un même moule, nés dans la même culture, ont chacun leur individualité, leur spécificité, qui leur donnent au final leur destin. Les vies racornies du frère et de la soeur, qui ne se sont jamais affirmé, questionné, désiré, autre chose qui ce leur a été imposé, se découvrent progressivement dans un tragique dont la banalité apparente et quotidienne cache la souffrance et la violence. Jusqu'à la révélation finale, qui remet les choses dans une autre perspective.
Encore une très grande réussite de Marie-Hélène Lafon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
mollymonade
  14 août 2019
Marie est une vielle femme. Elle vit avec son frère, célibataire lui aussi, dans la ferme familiale. Enfin, vivre est peut-être un bien grand mot, disons qu'elle vivote dans une douce monotonie en laissant le temps passer.
Bridée par une mère autoritaire à l'excès, elle n'a jamais rien fait en dehors de la ferme, même pas le moindre petit voyage. Sa vie sociale se réduit à observer les voisins et sa vie intérieure n'est guère plus brillante. A part penser aux disparus, elle se contente de fantasmer sur des catalogues en imaginant changer les meubles. Autant dire, un vide abyssal. Mais ce vide, loin d'être angoissant, parait presque lénifiant. Marie existe simplement, loin de toute passion et quasiment dans le silence car le frère et la soeur ne se parlent guère. Ils sont de la race des taiseux.
C'est le roman de Marie-hélène Lafon que j'ai préféré ! Habituellement je suis un peu dérangée par son écriture si particulière qui ne me parait pas naturelle mais cette fois ci je suis tombée sous le charme. Ici ses mots coulent avec la limpidité de l'eau d'un ruisseau. Quel talent pour raconter si bien le presque rien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   18 mars 2020
Ne pas croire en Dieu séparait Marie des gens, parce qu'elle ne pouvait pas se consoler avec l'Eglise et les prières. Elle sentait que la messe était un endroit pour se consoler, se faire du bien, même si on n'y pensait pas. Les gens n'y pensaient pas, ils répétaient les gestes et les mots, debout, assis, à genoux (...) (p. 39)
Commenter  J’apprécie          120
ay_guadalquiviray_guadalquivir   10 février 2015
Longtemps avant la mort de la mère, quand elle ne choisissait rien, elle avait compris que personne ne pouvait l’empêcher de suivre ses pensées. A condition de se taire, tout était possible : on pouvait écarter ce qui ne faisait pas plaisir, ou qui donnait envie de pleurer, ou qui coupait le goût et la force pour le travail. Quand elle était occupée, quand la mère parlait sans poser de questions, elle pouvait décider, ça ne se voyait pas sur sa figure, de penser à ceci ou cela, aux colchiques, au fils de la tante Léontine, aux voisins, à l’affaire de l’Alice, ou à Jeanne cette fille du pensionnat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Leg12Leg12   10 octobre 2021
La mère avait des expressions, des formules, qui restaient, qui flottaient dans les pièces de la maison depuis sa mort, sa voix était là, Marie l’entendait, parfois ; elle ne regardait pas de photos, elle aurait voulu oublier, mais ça ne se produisait pas, la mère ne partait pas, elle n’avait pas été quittée, ses phrases tenaient, revenaient, tournaient dans les après-midi immobiles quand il n’était pas encore deux heures et que Jean dormait sur le banc du côté de la cuisinière, le dos à plat, calé contre la table, les jambes allongées, l’avant-bras droit replié sur les yeux, sans bruit, dans la sourdine de la télé. Les formules suintaient, elles étaient têtues ; les chiens font pas des chats, si tu as besoin de rien tu seras bien servi, comme on fait son lit on se couche, quand la crèche est vide les ânes se battent, chacun chez soi les vaches sont bien gardées, quand on sait pas couper le pain on sait pas le gagner, tu feras pas boire un âne qui a pas soif, il faut pas se déshabiller avant de se coucher. Les expressions de la mère venaient de son père dont elle avait été la fille unique, née sur le tard et longuement aimée. Inespérée, elle disait qu’elle avait été inespérée. Les expressions faisaient le tour du monde et le mettaient en ordre, elles donnaient les règles, elles prévoyaient tout ; la mère avait régné par leur puissance qui coulait avec son sang, qui était son héritage à l’égal des terres, des bâtiments, de la maison, et du nom. La mère n’avait eu de mari que pour continuer le sang, le père était entré gendre, comment faire autrement quand il n’y a pas de fils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
5Arabella5Arabella   17 mai 2021
Après l'enterrement, pendant l'automne et l'hiver qui avait suivi, alors que tout le pays bruissait de l'Alice, de cette affaire grasse et lourde, aux silences de la mère aux brèves paroles qu'elle leur jetait, à sa nuque raide à la ligne noire de tout son corps sanglé, Marie avait senti que l'ordre ancien était restauré, et que la mère, par la mort éclatante du fils prodigue et vaincu, avait recouvré son trône et son royaume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
marina53marina53   03 septembre 2020
Le temps passait pour eux. Elle se sentait à côté d’eux comme un insecte. Elle ne leur disait pas bonjour, elle n’en avait pas envie, et elle ne se cachait pas pour les regarder, ils servaient à ça, au spectacle.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Marie-Hélène Lafon (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Hélène Lafon
Le livre qui a bouleversé Leïla Slimani n'est autre que "L'insoutenable légèreté de l'être" de Milan Kundera. Derrière la fascination de ce titre, l'auteure raconte que "c'est un livre qui a totalement changé le rapport avec son corps". Nous pourrions parler du génie de ce romancier et pourtant, pour Marie-Hélène Lafon, "en ce qui me concerne, chez Kundera, je n'entends à peu près rien. (...) Pour moi, cela n'a pas de corps".
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
autres livres classés : ruralitéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2988 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre