AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283019656
Éditeur : Buchet-Chastel (04/02/2005)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 25 notes)
Résumé :
"Il ne s'est pas allongé, il a posé son doigt tendu sur la peau nue entre le tissu rouge et le pantalon, et il a suivi la ligne, de chaque côté du nombril, le corps de Maria a bougé, elle a ouvert les bras, il a senti son odeur, il ne s'est pas penché, il l'a regardée, elle a fermé les yeux un moment, ses cheveux brillaient sur le bleu de l'écharpe, il a attendu et il a posé sa main droite sous le nombril de Maria, toute sa main longue, et il a appuyé un peu".
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
5Arabella
  11 mai 2019
Mo pour ne pas dire Mohamed, car c'était le prénom du fils aîné, celui qui est mort trop jeune, et dont Mo a récupéré le prénom pour l'état civil, en espérant qu'il pourrait réaliser les promesses de ce frère trop tôt disparu. Or il n'en est rien, Mo à 33 ans vit avec sa mère, dont il s'occupe, et travaille dans une grande surface, un petit emploi subalterne. En apparence, il laisse sa mère lui dicter sa façon de vivre, mais il arrive à se ménager de petits espaces de liberté, dont elle ne sait rien. C'est un rêveur, qui à la fois imagine et invente, et aussi convoque les souvenirs.
Un jour il remarque dans la boulangerie du centre commercial où il travaille, une nouvelle vendeuse, Maria. Il a une sorte de coup de foudre, et Maria s'intéresse aussi à lui très rapidement. Une nouvelle vie semble possible.
Marie-Hélène Lafon s'aventure dans un univers différent, nous ne sommes plus dans le monde paysan, mais dans la vie de petites gens des périphéries urbaines. Mais les êtres humains sont les mêmes partout, et Mo ressemble étrangement aux portraits de personnages ruraux de l'auteur. Comme eux, il ne sembla pas avoir beaucoup le choix, il subit plus qu'il ne maîtrise son destin, le destin familial et social est finalement aussi inéluctable que le mode de vie paysan réglé par les lois de la nature. le monde dans lequel vit Mo n'est pas plus vaste que celui du village ; ici c'est la cité, le trajet jusqu'au centre commercial où il travaille, parfois quelques escapades un peu plus loin, mais pas très souvent, et pas très loin.
Marie-Hélène Lafont donne à Mo les mots qu'il n'a pas, nous laisse deviner les sentiments qu'il n'arrive pas à dire, à sortir de lui, et qui petit à petit l'étouffent. Les souffrances jamais exprimées, les frustrations qui grossissent. Et qui finiront par provoquer une explosion, d'autant plus définitive que rien n'a pas être évacué avant qu'elle ne survienne.
Un très beau portrait, un très beau livre, triste et poignant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Herve-Lionel
  09 mars 2014

N°671– Août 2013.
MO – Marie-Hélène Lafon – Éditions Buchet Chastel.
Mo, c'est le prénom simplifié de ce dernier fils qui s'occupe de « la mère »[elle sera nommée comme cela durant tout le roman comme on parlera « du père » décédé quelques année auparavant]. C'est une abréviation parce qu'un autre fils Mohamed (en entier) est mort à l'âge de 13 ans, renversé par une voiture, mais Mo n'est pas là pour le remplacer. Pourtant il s'occupe seul de sa mère tyrannique, abusive et jalouse qui demeure toute la journée dans l'appartement parce qu'elle a des difficultés pour se déplacer. Il le fait de son mieux, faisant le ménage, en observant un certain rituel de chaque jour [« Le jeudi était le jour des pieds »] parce que c'est un bon fils, soigneux et attentif mais surtout parce que les autres enfants sont partis de la maison et lui ont laissé ce soin. Sa mère ne l'aime guère et ses autres frères profitent un peu de l'argent que Mo rapporte à sa mère, mais finalement tout cela lui est bien égal. Il travaille dans un centre commercial et on le cantonne à une tâche subalterne parce qu'il ne peut pas faire autre chose. Cela l'occupe et il a l'impression de servir à quelque chose. Il vit un peu dans son monde, avec ce travail sans intérêt, cette mère à demi impotente, cet appartement où il s'ennuie. Il voit quand même qu'autour de lui il y la violence, le mensonge, la trahison, la famille qui se délite surtout depuis la mort du père. Il a conscience de cela mais n'y peut rien et vit au jour le jour sans trop se poser de question en écoutant Ali, dit Jo, le vigile, lui parler de Dieu, mais de celui des Chrétiens. de là où il est, il voit Maria, une Portugaise plus jeune que lui qui est vendeuse dans une boulangerie. C'est une fille sérieuse, travailleuse, propre, appliquée et surtout célibataire. Elle est donc l'objet de tous ces fantasmes. C'est que Mo n'en est pas à son coup d'essai avec les femmes de la cité où il habitent. Elles l'aiment bien dans le quartier il a même des aventures avec certaines d'entre elles. Dès l'école où il ne fit pas vraiment des étincelles, il avait déjà du succès. En réalité, il est un peu mythomane, est sensible à la beauté du corps féminin, sans doute comme chacun d'entre nous. En réalité, à la trentaine, il est un véritable séducteur mais quand il rencontre Maria, il n'y a plus qu'elle qui compte à ses yeux. C'est une jeune fille indépendante qui vit sa vie sans entrave, aussi libre qu'il est naïf .
Il la séduit, quitte de plus en plus souvent l'appartement au grand dam de sa mère et de ses frères, finit par vouloir se construire quelque chose avec elle. Ils ont leur vie, leur jardin secret, leurs projets. le lecteur imagine une fin heureuse, mais c'est oublier le titre et la division en quatorze stations comme le Chemin de Croix du Christ. Comme pour lui cela doit mal se terminer. Maria en eut-elle assez de Mo, a-elle choisi de lui faire de la peine en dénonçant ses fautes d'orthographe, elle qui écrivait sans en faire ? A-t-elle prononcé ces quelques mots anodins sans y penser, à cause de la fatigue ou simplement pour le taquiner ? Mo a perdu la tête, a changé de peau, est devenu un autre, abandonnant soudain ce qu'il était, tout ce à quoi il était attaché, et en premier lieu à Maria qui a peut-être fait une simple gaffe innocente en mentionnant les difficultés de son ami en français ? A travers les psalmodies du numéro de téléphone de son frère à qui il pense soudain ou la récitation quasi mécanique des ex-voto qu'il a sous les yeux, Mo pénètre dans un univers peut-être inconnu ou enfoui depuis longtemps en lui et qui va favoriser sinon provoquer son geste fatal, signature d'un retard mental ou d'une obscure maladie psychiatrique que la jeune fille n'a sans doute pas pu déceler, ou une de ces actions qu'on regrette après qu'elle sont perpétrées, une pulsion soudaine, imprévisible et inexplicable. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai envie de prolonger l'histoire, j'imagine Mo devant la Cour d'Assises, prostré dans le box des accusés, n'osant pas regarder la famille de Maria, incapable d'expliquer son geste qui a brutalement interrompu la vie de cette jeune fille qui ne demandait qu'à vivre !
J'avoue que ce roman m'a étonné. L'écriture tout d'abord est hachée, monocorde, minimaliste, peu facile à lire, simplifiée à l'extrême sans recherche, sans beaucoup d'images. C'est un parti-pris que je respecte même si je le goûte peu. Ce roman met en scène un jeune homme d'origine maghrébine apparemment mécréant mais qu'on s'attendrait, pourquoi pas, à voir se rapprocher d'une mosquée. Au contraire, il multiplie les références catholiques jusque dans son quotidien. Quand il voit Maria servir les clients à la boulangerie, elle lui rappelle une scène de l'Évangile. Son prénom lui-même n'est pas sans rappeler celui de la mère du Christ et Mo, qui a 33 ans comme Jésus à l'âge de sa mort écoute avec admiration Ali qui a choisi Jo, comme Joseph, évoquer pour lui le Dieu des Chrétiens, la passion du Christ, sa résurrection. Mo la met en balance avec la mort d'un de ses frères. La construction du roman lui-même est divisé en quatorze stations comme une Passion christique et c'est en quelque sorte sous l'égide de Notre Dame de la Garde qu'il met un terme définitif à sa liaison amoureuse, d'ailleurs sans beaucoup d'explications. Je choisis d'y voir la marque d'un trouble mental qui habite probablement Mo depuis le début de sa vie et qui éclate ici, un choix surréaliste qu'il fait : la mort plutôt que le bonheur !
Je ne connaissais pas Marie-Hélène Lafon. Je pense que je vais quand même poursuivre la lecture de ses oeuvres.

Hervé GAUTIER - Août 2013 - http://hervegautier.e-monsite.com

























Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ATOS
  03 août 2016
Écrire comme ça. Un personnage comme celui... Voilà, Mo. Mo de Marie Hélène Lafon. Il n'a pas tous les mots. Ceux des autres . Il a ses gestes. Il a une mère Mo, et puis un centre où il travaille, des corps qu'il apaise. Des femmes qu'ils écoutent. On le devine grand Mo du dedans. Mais il est à l'étroit Mo. Né dans un monde qui l'enserre. Il est un Mo à maux, de ceux des autres. Mais les mots de Mo de quel pont nous seront ils jetés ? Cassés n'est pas jouer. Mo ne joue pas, il regarde et cherche ce que personne ne lui donne.
Un mot peut être. Un mot à Mo. Un seul. le seul.
Une découverte pour moi que celle de l'écriture de Marie-Hélène Lafon. Écriture que j'ai découverte à la lecture d'une de ses nouvelles parue dans le hors série du journal le 1 paru cet été.
Les personnages ont leur langage. de tous récits ils sont les maîtres mots.
Astrid Shriqui Garain

Commenter  J’apprécie          100
myriampele
  15 février 2013
J'ai découvert cette auteure à travers ce qu'on m'en a dit. je n'avais jamais rien lu d'elle. Et je commence avec "Mo". Ce personnage étrange, entre grande naïveté et innocence, réveille en nous une émotion étrange. Son histoire d'amour avec Maria la portugaise nous étonne, nous interpelle et le roman est tout parsemé de gentils et de méchants, que Mo rencontre et n'oublie jamais. L'écriture est étonnante, monocorde, mais très forte. Un très beau livre.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   10 mai 2019
Mo avait claqué la porte, il était sorti, il avait marché longtemps dans la cité. Il ne raconterait plus rien à sa mère, elle avait trop de jalousie.
Commenter  J’apprécie          50
myriampelemyriampele   15 février 2013
Il disait à Mo je te boxe, je te boxe, je t'écrase, je te meurs, ça va fillette ça va, rentre chez ta mère, vous habitez chez vos parents, laissez venir à moi les petits enfants, heureux les simples d'esprit le royaume de Dieu est à eux, allez en paix mon fils, vous avez du feu, va mourir Mo va mourir, et d'autres phrases qui les faisaient rire les deux dans la grande allée du centre. Mo ne savait pas pourquoi il riait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PenelopePenelope   03 juin 2008
Maria disait que les mères voulaient faire pitié aux enfants pour les garder avec elles, elles n'avaient pas le droit, les enfants n'avaient rien demandé aux mères, eux.
Commenter  J’apprécie          41
Videos de Marie-Hélène Lafon (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Hélène Lafon
Maison de la poésie (4 juin 2019) - Texte et Lecture de Alban Lefranc, extrait du Dictionnaire des mots parfaits (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution mai 2019).
Le Dictionnaire des mots parfaits :
Pourquoi certains mots nous plaisent-ils tant ? S?adressant à notre sensibilité, à notre mémoire ou à notre intelligence du monde, ils nous semblent? parfaits. Bien sûr, parfait, aucun mot ne l?est ? ou alors tous le sont. Pourtant, chacun de nous transporte un lexique intime, composé de quelques vocables particulièrement aimés. Après ceux consacrés aux mots manquants et aux mots en trop, ce troisième dictionnaire iconoclaste invite une cinquantaine d?écrivains à partager leurs mots préférés. Il vient parachever une grande aventure collective où la littérature d?aujourd?hui nous ouvre ses ateliers secrets.
Auteurs : Nathalie Azoulai, Dominique Barbéris, Marcel Bénabou, Jean-Marie Blas de Roblès, François Bordes, Lucile Bordes, Geneviève Brisac, Belinda Cannone, Béatrice Commengé, Pascal Commère, Seyhmus Dagtekin, Jacques Damade, François Debluë, Frédérique Deghelt, Jean-Michel Delacomptée, Jean-Philippe Domecq, Suzanne Doppelt, Max Dorra, Christian Doumet, Renaud Ego, Pierrette Fleutiaux, Hélène Frappat, Philippe Garnier, Simonetta Greggio, Jacques Jouet, Pierre Jourde, Cécile Ladjali, Marie-Hélène Lafon, Frank Lanot, Bertrand Leclair, Alban Lefranc, Sylvie Lemonnier, Arrigo Lessana, Alain Leygonie, Jean-Pierre Martin, Nicolas Mathieu, Jérôme Meizoz, Gilles Ortlieb, Véronique Ovaldé, Guillaume Poix, Didier Pourquery, Christophe Pradeau, Henri Raynal, Philippe Renonçay, Pascale Roze, Jean-Baptiste de Seynes, François Taillandier, Yoann Thommerel, Laurence Werner David, Julie Wolkenstein, Valérie Zenatti
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1066 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre