AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782846810630
58 pages
Éditeur : Les Solitaires Intempestifs (01/08/2004)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 31 notes)
Résumé :

J'aurais préféré ne rien voir. Je me souvenais suffisamment. Et rester là, comme une cousine pauvre... Ce que je voudrais que vous sachiez : je craignais de gêner par ma présence, vous ne m'avez jamais beaucoup aimée, Hélène et vous ; et lui, près de vous, il m'aime moins, je préfère ne pas le constater. Un peu exclue par avance, inopportune, là à m'extasier sans fin sur le jardin, l'ai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
brigetoun
  20 août 2011
vestige d'un amour passé à trois, Paul et Hélène qui étaient partis pour se marier, qui se sont séparés, reviennent avec nouvelle femme, nouveau mari, et une fille, dans la maison où est restée Pierre.
Des bribes des dialogues ou discussions – et montent les mensonges, les vérités assénées qui ne sont peut être que de maintenant, se glissent les petites perfidies, les non-dits, interviennent qu'ils le désirent ou non, les trois pièces-rapportées..
Fin de l'amour – ce qu'il pouvait cacher
Commenter  J’apprécie          10
Laureneb
  04 mai 2018
Une pièce qui repose sur les non-dits, les silences. La narration n'est pas linéaire même si elle progresse - ou plutôt se décale : à la fin, la situation n'est plus la même qu'au début. Les personnages ont vieilli/mûri, les amours ont laissé place à l'indifférence qui est peut-être pire que la haine, puisqu'il n'y a pas de vraie dispute, seulement des remords.
Commenter  J’apprécie          10
Mana_
  29 septembre 2016
Je me serai bien passée de lire cette pièce. Qu'est-ce que je pourrais ajouter d'autres ?
"Tout" est dit sur ma chronique ;)
Lien : http://la-riviere-des-mots.b..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
alexis_hubertalexis_hubert   03 juin 2013
" ANNE. - Vous me trouviez extrêmement sympathique, vous avez dit cela plus haut, vous avez glissé cela, mine de rien, au milieu d'une de vos longues et inépuisables digressions, je l'ai noté. Cela m'a fait plaisir. Est-ce que vous n'avez pas dit cela ? Je me trompe? Presque au début, j'ai trouvé cela gentil, oui, le mot, gentil.
Me trouvez-vous toujours aussi sympathique, là, maintenant ? Nous ferons le point, voulez-vous, de temps à autre pour évaluer où nous en sommes, la sympathie que vous avez pour moi, le degré de sympathie que vous aurez encore pour moi.

ANTOINE. - Je vous tiendrai au courant. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NievaNieva   11 août 2016
ANNE. — Ce que je souhaite dire : il faut que vous le compreniez, cela m'ennuierait que vous vous mépreniez à son sujet. Il a pensé très longuement à vous. Je ne voudrais pas m'avancer, parler à sa place, il pense souvent à vous et vous êtes de ces gens, qui, dans sa vie...

Il est assez malheureux, c'est cela, assez malheureux de cette distance qu'il y a aujourd'hui entre vous. Vous ne répondez pas aux lettres et très souvent, vous prétendez être parti en voyage. Ce n'est pas vrai, bien sûr, il le sait mais il ne peut rien y faire. Parfois, d'une manière ou d'une autre, vous devriez lui répondre. C'est ce que je souhaitais dire.

PIERRE. — Je suis souvent absent.

ANNE. — Oui. C'est ce que je dis.
Il a peur peut-être qu'un jour vous ne mouriez sans qu'il en soit averti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   20 août 2011
Lise : Ils ont un peu tout fait ; ils sont assez représentatifs, famille de la bourgeoisie naissante provinciale et commerçante, Poitiers, Dijon, Rouen, le triangle terrible, études larvaires, revendications diverses postadolescentes, montée vers la capitale, tentatives artistiques; littérature allemande et cinéma quart-monde, revendications diverses préadultes, fuite de la capitale, descente, l'air pur, "la vraie vie", alternatives animales, mauve et rose tyrien, le bonheur, le paradis, cette maison-ci, puis éclatement encore..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   20 août 2011
Hélène : Je mentais.
Je mentais, peut-être ai-je toujours menti, je ne sais pas, c'est possible. Peut-être ce n'est pas très agréable à entendre, mais lorsque je vous revis, là, aujourd'hui, peut-être ai-je compris ça, au moins ça : je mentais tout le temps, tellement.
Commenter  J’apprécie          20
NievaNieva   11 août 2016
PIERRE. — Ce qu'il fallut faire, c'est vivre, j'entends par là manger, payer le «loyer ridicule» — vous avez attendu deux ou trois années avant d'en parler, l'écrire —, gagner ma vie, l'argent, tout ça. Subvenir à mes besoins, c'est comme cela qu'on dit. La plaisanterie, c'est ainsi que j'appelle parfois ma jeunesse, la plaisanterie devait se terminer.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Luc Lagarce (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Lagarce
Tiago Rodrigues sur Jean-Luc Lagarce .
autres livres classés : argentVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
765 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre