AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2912464889
Éditeur : Les Solitaires Intempestifs (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 92 notes)
Résumé :
Le fils retourne dans sa famille pour l'informer de sa mort prochaine. Ce sont les retrouvailles dans le cercle familial où l'on se dit l'amour que l'on se porte à travers d'éternelles querelles. De cette visite qu'il voulait définitive, le fils repartira sans avoir rien dit.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
michfred
18 octobre 2016
Juste la fin du monde est un texte de théâtre pas comme les autres.
J'avais vu il y a quelques années la pièce de Jean-Luc Lagarce au Français, dans une mise en scène de Michel Raskine que j'avais bien appréciée mais la représentation était trop lointaine pour chroniquer la pièce avec un minimum de précision.
Depuis que Xavier Dolan l'a adaptée au cinéma, chacun en connaît le sujet : un jeune homme malade, condamné, revient dans sa famille après des années d'absence, pour dire adieu à sa mère, son frère, sa soeur. Il repart sans leur avoir rien dit, mais après les avoir beaucoup écoutés, chacun étant enfermé dans sa solitude, reclus dans son propre monologue. Seule sa belle-soeur, qu'il n'a jamais vue auparavant, semble le comprendre et l'entendre un peu.
Mais les échos mitigés du film de Xavier Dolan m'étant parvenus- « du théâtre filmé, ennuyeux, statique »- ne m'ont pas donné envie de rafraîchir mes souvenirs en voyant l'adaptation cinématographique.

J'ai donc acheté et lu le texte –non sans quelque appréhension : j'avais fait la même chose après une excellente représentation des Prétendants de Lagarce à la Colline, et j'avais dû abandonner, la pièce s'avérant illisible sans une analyse scénique et une préparation de mise en scène.
J'ai donc lu le texte. Rien que le texte.

Pour la première fois, je n'ai pas eu le sentiment d'un texte orphelin de sa deuxième moitié, la mise en scène. Comme la lecture des pièces de Beckett, Juste la fin du monde se suffit à lui-même. Il dessine une partition, il fait entendre une langue, il invente une parole en train de naître qui, si on devait la jouer avec « naturel » casserait justement toute l'originalité de sa musique, détruirait toute la justesse de l'émotion.
La disposition graphique s'apparente à celle de la poésie : pleine de blancs, d'alinéas, de silences, qui rendent palpables la tension de ces « retrouvailles » familiales, la solitude des personnages, le vide des relations, le vertige des non-dits qui creuse chaque parole.
La parole elle-même est tâtonnante, elle se cherche entre les silences, hésite sur les temps verbaux, sur les pronoms, sur les mots : c'est une parole apeurée, qui peine à se mettre au monde, à se mettre à nu. Comme si elle cherchait obstinément à atteindre le mot juste, le nerf de l'émotion.
La syntaxe aussi est étonnante : la proposition principale est constamment parasitée, piratée par un afflux de petites incises qui interrompent, phagocytent, enrichissent ou noient l'idée directrice- mais celle-ci, têtue, enragée revient sans cesse à la charge et finit le plus souvent par faire mouche et par repêcher son propos dans la mer agitée ou confuse des émotions.
Les personnages ne se parlent pas, dans cette langue en gestation, dans cette langue chaotique : comme les semelles de plomb du scaphandrier, elle les entraîne tout au fond d'eux-mêmes, dans les abysses de leur jalousie, de leur frustration ou de leur panique. Ce sont des monologues qui se croisent, des arias solitaires, presque toujours terminés par la note soutenue d'un cri. A la fin de chaque monologue, le personnage hèle un absent, un muet, une rétive.
On découvre en lisant Juste la fin du monde une sorte d'opéra silencieux, dont la musique dissonante gronde en nous, comme une tempête intérieure.
Une musique magnifique de la discordance. Un poème de la débâcle et de la mort qui vient.
On l'entend si bien en nous, qu'on aurait presque peur de trahir la pièce en la mettant en jeu.
Juste la fin du monde est un texte à lire, à lire avant tout.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          265
ATOS
06 juin 2014
L'impossible devenir. Voilà la fin du monde. le bout du chemin. le lieu ? La famille. La cellule familiale. le temps ? À jamais perdu. Puisque ce temps ne fut jamais trouvé à quoi bon le rechercher ?
On ne peut pas reformuler ce qui n'a pas d'existence. Famille, jeu de rôle, jeu de place, et pour finir jeu de hasard où les dés sont tous pensés avant même d'être rejetés. Fratrie sous la régence des cris, obscurs désirs de ce qui ne peut être dit. Bien sûr on s'aime. On s'aime c'est écrit. le même nom, la même veine, la même chair, le même ventre. On s'aime bien sûr, promis, on se l'écrit. On s'apparente, on appartient à ce qui nous ressemble. Voilà l'oubli. On oublie que ce qui nous rassemble c'est ce qui nous lie. Ball trap, chausse- trape, jeu de massacre, famille je vous lis et vous délie.
Je te pense – tu m'imagines- je te réfléchis- tu me regardes – On se dira une autre vie.
On se ressemble, dis, c'est dingue. On se ressemble à s'y reprendre.
La pièce de Jean-Luc Lagarce c'est juste. Une tragédie.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
IreneAdler
16 février 2012
Louis revient dans sa famille, qu'il n'a vu depuis 10 ans. Il revient leur annoncer qu'il va mourir... Mais rien ne se passe comme il l'aurait souhaité. Chacun lâche ce qu'il a sur le coeur depuis tant d'années...
La langue est ciselée, chaque phrase ou presque est remaniée pour dire les sentiments le plus justement possible, créant un effet hypnotique. Les personnages parlent, mais ne s'adressent pas aux autres, ils soliloquent pour enfin se vider le coeur. L'impossibilité pour Louis d'annoncer sa mort prochaine le fait se sentir encore plus étranger à sa famille, plus qu'il ne l'était avant de la quitter. Beaucoup de souffrances et de rancoeur, mais aussi, malgré la maladresse, de l'amour.
Commenter  J’apprécie          180
andras
03 octobre 2016
Il y a une dizaine d'années qu'un couple d'amis comédiens m'avait offert cette pièce de théâtre, éditée chez Les Solitaires Intempestifs (http://www.solitairesintempestifs.com/), cadeau peu commun qui m'avait touché. J'en avais lu les trois ou quatre premières pages mais, déconcerté par le style, j'avais alors rangé le livre dans ma bibliothèque. Apprenant que Xavier Dolan, le jeune réalisateur québecois, avait basé son dernier film sur cette pièce, je me suis replongé dans cette lecture, toujours avec beaucoup de difficultés. Ce n'est qu'après avoir vu - et adoré - le film de Xavier Dolan que j'ai pu venir à bout de la pièce.
On y voit un homme d'une trentaine d'années, Louis, qui revient dans sa famille après dix ans d'absence, n'ayant entre temps envoyé que des cartes postales "elliptiques". Il a un jour quitté la famille pour aller dans la "grande ville" où il est devenu écrivain et auteur dramatique. A son retour, il retrouve sa mère et sa jeune soeur Suzanne qui vivent ensemble et son frère cadet Antoine ainsi que sa belle soeur Catherine (qu'il ne connaissait pas) qui, eux, vivent non loin de là. Louis est venu annoncer à sa famille qu'il va bientôt mourir mais il ne trouvera jamais le moment opportun pour leur faire cet aveu. Au cours de la courte journée que Louis va passer avec eux, chacun essaiera de lui dire ce qu'il n'a pu lui dire durant toutes ces années. Mais ces tentatives seront la plupart du temps avortées, car comme dit Antoine, "rien jamais ici ne se dit facilement". de fait, le langage est très souvent haché, les phrases restent en suspens ou sont répétées de façon légèrement différente, on bafouille, on s'emporte, on hésite sur la construction d'une phrase, un accord de temps ... et toutes ces hésitations ou ces exaspérations brouillent le message voire l'obscurcissent presque totalement. Mais au coeur de cette presqu'impossibilité de se confier, dans les silences qui s'installent ou dans les insultes qui fusent, quelque chose passe et si c'est difficile de parler ici d'amour, c'est tout sauf de l'indifférence.
Rien n'est dit (ou presque) sur les raisons qui ont poussé Louis à quitter le cercle familial mais j'ai imaginé que l'on pouvait aisément accoler à cette pièce le roman d'Edouard Louis (sic) : En finir avec Eddy Bellegueule, roman que j'ai lu cet été et que j'ai trouvé d'une force extraordinaire. Les styles de Lagarce et d'Edouard Louis sont bien-sûr très différents mais les histoires qu'ils racontent sont, je trouve, très complémentaires.
Bravo à Xavier Dolan de s'être emparé de cette pièce d'un accès difficile, de l'avoir si bien adaptée et d'avoir trouvé de magnifiques acteurs pour porter ces rôles (voir http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=237510.html).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lesfeuilletsdhypnos
16 juin 2017
Juste la fin du monde, c'est Louis, 34 ans, qui revient dans sa famille après dix ans d'absence pour annoncer sa mort prochaine. Il s'agit d'un court huis clos écrit comme un poème. Ce choix de l'auteur est significatif. Au départ, cela m'a gênée, j'ai pensé : « pourquoi ces incessants retours à la ligne, ces répétitions, cela empêche de fluidifier la lecture… » Mais c'est justement là tout l'intérêt. le texte refuse la fluidité de l'écriture. Il ne comporte quasiment pas de didascalies et se rapproche de l'oral, ce qui rend le récit vivant. Refuser la fluidité, c'est aussi refuser la beauté de l'écrit, son ordre parfait où chaque chose est pensée pour être à sa place, c'est presque une révolte contre son mensonge et sa fausseté. Ici, les personnages se répètent, font des fautes de grammaire, se reprennent. de cette manière, le récit s'ancre dans le vrai et en devient terriblement touchant, car proche de nous. L'auteur ne veut pas que ce soit beau par la forme, mais par le fond. L'émotion est toute nue et elle nous heurte de plein fouet.

Mon avis, en 5 questions :
Est-ce que ce que j'ai trouvé le livre bien écrit ?
Comme je l'ai dit plus haut, j'ai adoré le choix d'écriture de Jean-Luc Lagarce, très proche du langage parlé. le style est simple mais poignant. de plus, la pièce se lit très facilement. Elle fait 78 pages, que j'ai lues en deux jours pour prolonger un peu le plaisir, mais on peut aisément commencer et finir en une après-midi.
Est-ce que le récit est original ?
Je trouve le sujet vraiment original, je n'ai jamais rien lu de semblable. Annoncer sa mort à sa famille, mais surtout repartir sans avoir rien pu dire, c'est pour moi à la fois tragique et comique (mais les deux ne se mêlent-ils pas souvent ?). Pour moi, c'est révélateur de la difficulté à communiquer au sein d'une famille, surtout après une longue absence (est-ce que l'éloignement affecte les liens familiaux comme il étiole les liens amicaux ?), la difficulté à se dire les choses importantes comme le fait d'être atteint du sida ou tout simplement l'amour que l'on se porte.
Est-ce que j'ai ressenti des émotions fortes et/ou appris quelque chose ?
J'ai eu divers questionnements sur la famille, sur le mal-être, sur la mort, et j'ai ressenti de la peine évidemment, de la pitié face à la tragédie de cette famille engluée dans ses querelles, sans possibilité de se dire ce qui compte vraiment…
Est-ce que les personnages étaient attachants, authentiques, crédibles ?
Autant dans le film j'ai trouvé que les personnages étaient assez stéréotypés, autant dans le livre je n'ai pas du tout eu ce ressenti, je les ai trouvés profonds, avec leur part de mystère et leur personnalité propre.
Ai-je envie d'approfondir le sujet, de lire d'autres livres de l'auteur ?
J'ai déjà approfondi le sujet en visionnant le film de Xavier Dolan que j'ai trouvé absolument réussi, et je suis curieuse de découvrir d'autres ouvrages de Jean-Luc Lagarce.
Question bonus : Est-ce que j'y ai trouvé de la poésie ?
Pour moi le texte est hautement poétique, non seulement par sa forme, par le choix de l'écriture, mais également pour les dialogues et leur thème. Je trouve cette pièce emplie de poésie et de beauté.
Lien : https://lesfeuilletsdhypnos...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
lesfeuilletsdhypnoslesfeuilletsdhypnos16 juin 2017
Rien en toi n'est jamais atteint,
il fallait des années peut-être pour que je le sache,
mais rien en toi n'est jamais atteint,
tu n'as pas mal
- si tu avais mal, tu ne le dirais pas, j'ai appris cela à mon tour -
et tout ton malheur n'est qu'une façon de répondre,
une façon que tu as de répondre,
d'être là devant les autres et de ne pas les laisser entrer.
C'est ta manière à toi, ton allure,
le malheur sur le visage comme d'autres un air de crétinerie satisfaite,
tu as choisi ça et cela t'a servi et tu l'as conservé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lesfeuilletsdhypnoslesfeuilletsdhypnos16 juin 2017
Parfois, c'est comme un sursaut,
parfois, je m'agrippe encore, je deviens haineux,
haineux et enragé,
je fais les comptes, je me souviens.
Je mords, il m'arrive de mordre.
Ce que j'avais pardonné je le reprends,
un noyé qui tuerait ses sauveteurs, je leur plonge la tête dans la rivière,
je vous détruis sans regard avec férocité.
Je dis du mal.
Je suis dans mon lit, c'est la nuit, et parce que j'ai peur,
je ne saurais m'endormir,
je vomis la haine.
Elle m'apaise et m'épuise
et cet épuisement me laissera disparaître enfin.
Demain, je suis calme à nouveau, lent et pâle.
Je vous tue les uns après les autres, vous ne le savez pas
et je suis l'unique survivant,
je mourrai le dernier.
Je suis un meurtrier et les meurtriers ne meurent pas,
il faudra m'abattre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
michfredmichfred17 octobre 2016
Louis.(..)- Je compris que cette absence d'amour dont je me plains
et qui toujours fut pour moi l'unique raison de mes lâchetés,
sans que jamais jusqu'alors je ne la voie,
que cette absence d'amour fit toujours plus souffrir
les autres que moi.

Je me réveillai avec l'idée étrange et désespérée et indestructible encore
qu'on m'aimait déjà vivant comme on voudrait
m'aimer mort
sans pouvoir et savoir jamais rien me dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
NievaNieva07 juin 2016
Ces petits mots
— les phrases elliptiques —
ces petits mots, ils sont toujours écrits au dos de cartes postales
(nous en avons aujourd'hui une collection enviable)
comme si tu voulais, de cette manière, toujours paraître être en vacances,
je ne sais pas, je croyais cela,
ou encore, comme si, par avance,
tu voulais réduire la place que tu nous consacrerais
et laisser à tous les regards les messages sans importance que tu nous adresses.
«Je vais bien et j'espère qu'il en est de même pour vous.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
KahlanAmnellKahlanAmnell11 novembre 2016
Il y a dix jours,
j'étais dans mon lit et je me suis éveillé,
calmement, paisible
- cela fait longtemps,
aujourd'hui un an, je l'ai dit au début,
cela fait longtemps que cela ne m'arrive plus et que je me retrouve toujours, chaque matin, avec juste en tête pour commencer, commencer à nouveau,
juste en tête l'idée de ma propre mort à venir -
je me suis éveillé, calmement, paisible,
avec cette pensée étrange et claire

je ne sais pas si je pourrai bien la dire

avec cette pensée étrange et claire
que mes parents, que mes parents,
et les gens encore, tous les autres, dans ma vie,
les gens les plus proches de moi,
que mes parents et tous ceux que j'approche ou qui s'approchèrent de moi,
mon père aussi par le passé, admettons que je m'en souvienne,
ma mère, mon frère là aujourd'hui
et ma sœur encore,
que tout le monde après s'être fait une certaine idée de moi,
un jour ou l'autre ne m'aime plus, ne m'aima plus
et qu'on ne m'aime plus
(ce que je veux dire)
"au bout du compte",
comme par découragement, comme par lassitude de moi,
qu'on m'abandonna toujours car je demande l'abandon

c'était cette impression, je ne trouve pas les mots,
lorsque je me réveillai
- un instant, on sort du sommeil, tout est limpide, on croit le saisir, pour disparaître aussitôt -
qu'on m'abandonna toujours,
peu à peu,
à moi-même, à ma solitude au milieu des autres,
parce qu'on ne saurait m'atteindre,
me toucher,
et qu'il faut renoncer,

et on renonce à moi, ils renoncèrent à moi,
tous,
d'une certaine manière,
après avoir tant cherché à me garder auprès d'eux,
à me le dire aussi,
parce que je les en décourage,
et parce qu'ils veulent comprendre que me laisser en paix,
semblant ne plus se soucier de moi, c'est m'aimer plus encore.

Je compris que cette absence d'amour dont je me plains
et qui toujours fut pour moi l'unique raison de mes lâchetés,
sans que jamais jusqu'alors je ne la voie,
que cette absence d'amour fit toujours souffrir plus les autres que moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Videos de Jean-Luc Lagarce (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Lagarce
Vidéo de Jean-Luc Lagarce
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Théâtre : retrouvez le bon auteur !

Cyrano de Bergerac

Jean Racine
Edmond Rostand
Jean Anouilh
Edmond Jaloux

10 questions
249 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtreCréer un quiz sur ce livre
. .