AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2130785506
Éditeur : Presses Universitaires de France (11/01/2017)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Parce que nous vivons dans un monde mauvais, tout auteur doit nécessairement se poser la question de savoir comment ne pas être complice, volontairement ou involontairement, des systèmes de pouvoirs : qu’est-ce qu’écrire dans une société marquée par la violence, la domination, l’exploitation ? Comment concevoir une pratique de la pensée qui ne contribue pas à la perpétuation de ce qui existe mais qui soit, au contraire, oppositionnelle ? Quels sens ont l’art, la cul... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
terencejohnblake
  15 janvier 2017
Le nouveau livre de Geoffroy de Lagasnerie, PENSER DANS UN MONDE MAUVAIS, pose avec clarté et passion une question urgente de la pensée critique et innovante dans le monde contemporain: comment pouvons-nous devenir et rester producteurs de pensée, dans un monde "mauvais", c'est-à-dire dans un monde qui s'adonne à la reproduction de la violence, de la pauvreté, et de la domination physique et symbolique?
Plus simplement, on peut se poser la question: comment se construire après son éducation? Une des lectures possibles de cette question serait: comment continuer à construire sa pensée après la mort de ses éducateurs? Cette question s'avère particulièrement pressante pour quiconque a construit sa pensée dans le sillon des grands philosophes de la deuxième moitié du 20ième siècle: Deleuze, Lyotard, Foucault, Derrida, et Bourdieu. Ces ainés sont partis, et il ne reste pas grand-chose à leur place.
Vingt ans plus tard le monde a changé, et nous avons changé. La question devient: comment penser dans le monde actuel, un monde "mauvais" qui ne favorise pas la pensée?
C'est la question que se pose le sociologue-philosophe Geoffroy de Lagasnerie dans son nouveau livre PENSER DANS UN MONDE MAUVAIS, où il propose sa propre mise en perspective de cette question et des éléments de réponse. Cette question est au centre de toute son oeuvre publiée, depuis son premier livre, paru en 2007, "L'EMPIRE DE L'UNIVERSITÉ Sur Bourdieu, les intellectuels et le journalisme", jusqu'aujourd'hui.
La question qu'on peut se poser: comment continuer à se construire après la fin de son éducation?, devient dans ce livre: comment vivre et penser après la mort de ses éducateurs?, et ensuite comment traiter ses éducateurs comme des co-producteurs et non pas comme des maîtres? Comment avoir un rapport productif à son éducation et non pas un rapport reproductif? Geoffroy de Lagasnerie ne nous enseigne pas à faire le deuil de nos éducateurs d'antan ni à les imiter, mais nous encourage à prolonger leur démarche de critique et d'innovation conceptuelle dans un monde qu'ils n'ont pas anticipé dans tous ces détails. On ne peut qu'applaudir ce sentiment et ces analyses.
Cependant, il est surprenant de voir ces penseurs de l'affirmation vitale et pensante discuté dans un ton aussi nostalgique. Les penseurs qui ont mise en oeuvre la même logique de création que la génération de référence du livre ne sont pas pris en compte. Alain Badiou, Bruno Latour, Bernard Stiegler, François Laruelle ne sont pas mentionnés.
Le livre en tant qu'il accentue l'opposition plutôt que la création me semble marquer un moment de transition. Certes la nostalgie présente dans la problématique ("construire des champs oppositionnels" pour résister au "monde mauvais") n'est pas totalement réactif, ni un appel au deuil. Cette nostalgie sans deuil peut mener non seulement à des actes de résistance au monde "mauvais" mais aussi à de vraies actes de création dans un monde qui, selon Deleuze, contient l'intolérable et abonde en devenirs. Penser ce n'est pas seulement s'opposer au monde mauvais mais aussi composer ensemble un monde meilleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
micky05
  27 février 2017
Ce petit livre voit grand. Les références de l'auteur sont Foucault et Bourdieu. Les idées foisonnent et le parti-pris de l'auteur est qu'il faut s'engager pour penser. Je pense donc je m'engage. Bravo ! Mais cet ouvrage aurait gagné à être moins foisonnant et mieux structuré.
Commenter  J’apprécie          10
cannibalistique
  04 mars 2018
Un livre de vulgarisation.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
micky05micky05   24 février 2017
Edouard Louis déclarait : « Les gens posent souvent la question : peut-on faire une grande œuvre littéraire qui soit raciste ? C'est une question qu'on pose beaucoup, et d'ailleurs, la plupart du temps, à propos de quelques œuvres de Céline. [...] Je ne prétends pas qu'on ne peur pas écrire de belles choses, de beaux passages dans un roman raciste, je dis que ça ne suffit pas, et même qu'au regard de ce que cela peut produire de violence, ça n'en vaut pas le prix. Il faudrait à la limite se saisir de la rationalité économique en termes de "coût" dans ce type de réflexion sur la littérature, et se demander : est-ce que quelques phrases bien écrites, une écriture originale, valent la perpétuation de la violence, la perpétuation des fantasmes racistes ? Il est clair que non. » Pourquoi plaider pour une évaluation éthique, et non purement interne, des biens symboliques est-il si difficile et délicat ? Sans doute parce que ce geste exige nécessairement d'adopter une position forte et provocante : il n'y a pas de valeur inconditionnelle à l'art et à la littérature. Leur valeur dépend de leur inscription dans un horizon politique et de leur participation à une entreprise émancipatrice.
Lorsqu'elles ne se donnent pas à elles-mêmes un tel projet, ces entreprises renoncent à la possibilité parfaitement légitime. Il n'y a aucune raison d'accorder à cette modalité de la pratique une évidence et une naturalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
micky05micky05   24 février 2017
J'ai bien conscience qu'en érigeant la politique et l'éthique en points de départ qui commandent tout, et en reprenant à mon compte l'idée de Horkheimer selon laquelle écrire et penser doivent viser non pas « à simplement accroître le savoir en tant que tel, mais à libérer l'homme des servitudes qui pèsent sur lui » (et en ajoutant que, si l'on dit autre chose, on décide de collaborer avec le monde), on peut avoir l'impression que je mets en question l'autonomie de la science, la valeur de la culture en tant que telle ou du désintéressement, et que j'applique aux activités symboliques un raisonnement instrumental ou utilitariste contre lequel elles ont conquis leur autonomie, les menaçant par là même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
micky05micky05   23 février 2017
Mais ce n'est pas parce qu'une question n'est pas explicitement posée qu'elle n'est pas présente, dans les têtes. Elle peut être là au contraire, elle peut rôder et hanter les consciences, mais elle est
réprimée. Des techniques individuelles et collectives sont mises en place pour l'esquiver, afin de pouvoir continuer sa vie comme si de rien n'était, et l'on s'invente des raisons - que souvent d'ailleurs le monde social nous offre et tient à notre disposition - pour se persuader qu'il est bon que les choses continuent à être comme elles sont.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Geoffroy de Lagasnerie (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Geoffroy de Lagasnerie
Si on parle beaucoup des tirs de LBD et des dérapages des forces de l'ordre depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", les violences policières sont dénoncées depuis bien plus longtemps par des militants qui attirent l'attention sur le traitement réservé à certaines catégories de la population : les jeunes, les banlieusards et les minorités. Pourquoi certaines violences intéressent-elles plus que d?autres ?
Pour en parler, nous recevons Assa Traoré, la s?ur d'Adama Traoré, mort en 2016 suite à une interpellation de la police, et le sociologue Geoffroy de Lagasnerie. Ensemble, ils publient "Le combat Adama" qui relate leur lutte pour faire reconnaître la responsabilitéa des policiers dans la mort du jeune homme.
Pour en savoir plus : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/violences-policieres-la-parole-des-victimes
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : PluralismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
308 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre