AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marc de Gouvenain (Traducteur)Lena Grumbach (Traducteur)
ISBN : 2742741526
Éditeur : Actes Sud (07/11/2002)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Au soir de la Saint-Sylvestre, sœur Edit est en train de mourir de la tuberculose. C'est en côtoyant les miséreux qu'elle a contracté le mal qui la ronge. La jeune femme exprime une dernière volonté qu'on aille chercher l'un d'entre eux, David Holm, un ivrogne notoire, qu'elle a vainement tenté de remettre dans le droit chemin...
Au même moment, David Holm entend s'approcher le chariot des défunts, celui que doit conduire pendant un an, selon la légende, un m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Malaura
  22 novembre 2013
Une vieille légende suédoise raconte que si un homme a le malheur de trépasser le soir de la Saint-Sylvestre, tandis que retentissent les douze coups de minuit, le malchanceux sera condamné à conduire la funeste charrette grinçante et brinquebalante de la mort toute une année durant.
« Vêtu d'une large houppelande noire et souillée » et tenant à la main « le long manche d'une faux rouillée et émoussée », le cocher doit accomplir sa besogne, « effectuer la tournée des maisons endeuillées » afin de récolter les âmes des défunts pour le compte de la « sinistre Dame qui a pour nom la Mort ».
En ce soir de la Saint-Sylvestre, Edit, petite soeur de l'Armée du Salut, git, mourante sur son lit. Elle a contracté la tuberculose en se dévouant corps et âme aux miséreux et il ne lui reste plus que quelques heures à vivre. Elle s'accroche pourtant de toutes ses forces à la vie, car avant de mourir, elle veut pouvoir rencontrer une dernière fois David Holm, un homme alcoolique et mauvais qu'elle n'a pas réussi à remettre dans le droit chemin. Malgré toutes ses tentatives de persuasion, sa douceur et sa bonté, le bougre n'a cessé de se dérober.
Ce soir de la Saint-Sylvestre, alors que les salutistes le cherchent par toute la ville pour le conduire à soeur Edit agonisante, le voilà allongé à demi-mort dans le jardin derrière l'église.
Et tandis que résonnent les douze coups achevant l'année, il entend les abominables et terrifiants grincements de la charrette de la mort. Elle vient pour lui, lui seul peut l'entendre.
David Holm comprend qu'il a été choisi pour devenir le nouveau conducteur du funeste chariot et reconnaît en la personne du cocher de l'année écoulée, Georg, un fidèle ami de beuverie, décédé l'année précédente. Celui-ci va lui apprendre les douloureuses tâches qui incombent au cocher de la mort.
Pendant toute cette longue nuit, David Holm va faire face aux conséquences de son inhumanité, être le témoin impuissant des effets de ses agissements cruels, et comprendre enfin l'impact tragique de toutes les mauvaises actions qu'il a perpétrées autour de lui.
Mais est-il encore temps d'expier les fautes commises ?
La romancière suédoise Selma Lagerlöf (1858 – 1940) déploie toutes les richesses d'une imagination exaltée, d'un univers fantastique et spectral, dans ce remarquable et austère conte noir qui s'alimente des légendes suédoises pour aborder le thème de la rédemption et du pardon.
Dans une ambiance froide et crépusculaire, l'on pénètre dans une Suède du début du siècle accablée par l'alcoolisme et la misère.
Ces véritables fléaux combattus par les frères et soeurs de l'Armée du Salut, donnent au roman la connotation un peu surannée d'une oeuvre à la morale chrétienne, mais qu'importe…Les phrases y sont belles, empreintes d'un doux lyrisme, le style classique y est admirablement maîtrisé et lorsqu'il s'agit de dévoiler les sentiments de douleur, d'amour, de remords ou d'humanisme, l'auteur n'a pas son pareil pour étreindre le coeur des lecteurs avec des envolées exquises de puissance évocatrice.
Selma Lagerlöf fait briller la lumière de l'amour et de la foi au coeur de la nuit vespérale. le conte noir se transforme alors en une lumineuse allégorie sur la rédemption, la délivrance et le salut des âmes.
Première femme à avoir reçu le Prix Nobel de Littérature en 1909, la suédoise, qui obtint la consécration avec « le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède », signe avec « le cocher » un texte humaniste, profond et captivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          613
Annette55
  29 juillet 2014
Ce récit nous transporte dans la Suéde du début du vingtième siécle, accablée par la misère et l'alcoolisme, dans une ambiance crépusculaire, froide, un univers
à la limite du fantastique et du surnaturel où l'auteur aborde le thème de la rédemption et du pardon......
Une histoire d'amour d'une grande humanité hors du commun....
Ce récit nous étreint,nous attire et nous angoisse...un ouvrage très original, fort, profond, captivant, un ouvrage généreux et beau qui n'a pas d'âge dont on sort impressionné, dépaysé....un très beau texte un peu oublié.....poétique et fantastique....
L'auteur, Selma Lagerlöf y reprend une légende qui dit que celui qui mourra le dernier, aux douze coups de minuit, le soir de la saint- sylvestre prendra la place du cocher, serviteur de la mort, qui, à l'aide d'une vieille charrette s'empare des défunts.....
Ce même soir, soeur Edith se meurt de la tuberculose après avoir soigné des Indigents ou des mécréants comme David Holm, seul, abandonné par ses compagnons de beuverie au même moment ..... elle exprime une dernière volonté, que l'on aille chercher celui- ci, qu'elle a tenté de remettre dans le droit chemin....
Sera- ce David Holm qui devra prendre la place du cocher et conduire pendant un an , le chariot des défunts?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Neneve
  03 mars 2018
J'ai vu, dernièrement, beaucoup de livres de cette autrice passée sur les différents challenges auxquels je participe, alors, quand j'ai eu la chance de tomber sur un de ses bouquins dans une brocante, je l'ai pris de suite... question de me faire une tête sur elle... Bien que je sache qu'avec un seul livre lu, on peut pas vraiment avoir une idée précise de son legs. Mais bon, faut bien commencer quelque part !!
L'idée de base de ce court roman m'a plu de suite en lisant la 4e de couverture : le premier mort de la Saint-Sylvestre devient, tout l'année durant, le conducteur d'une charrette qui erre et prends les âmes des défunts. Une chouette histoire de fantôme, que je me suis dit... Mais ce livre va bien au-delà de cette idée. C'est surtout l'occasion pour Lagerlöf de parler de rédemption, de réparation de torts et de pardon. Holms, ce nouveau cocher spectral aura à affronter ses démons et à s'expier...
Une belle fable sur l'empreinte qu'on laisse aux vivants qui donne à réfléchir sur la vie et les actions qu'on posent. Une écriture que j'ai trouvé aérée malgré le sujet... Une belle découverte, et je vais surement me laisser tenter par autre chose d'elle, si la chance m'est donnée de tomber sur un de ses ouvrages...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nelja
  27 septembre 2014
On m'avait présenté ce livre comme du fantastique, mais pour moi c'est un conte merveilleux, même s'il est très sombre. Une histoire de rédemption d'un très mauvais sujet, David Holm, mort aux douze coups de minuit de la Saint-Sylvestre et pour la peine condamné à être le cocher de la mort pour un an.
C'est très moral, très chrétien (plus de la moitié des personnages sont de l'Armée du Salut), et parfois, je trouve ça excessif dans le côté moralisateur. Ce n'est pas vraiment niais, pourtant. Déjà parce que c'est très noir, ensuite parce que c'est presque nuancé, et la petite bonne soeur qui aide Holm a beau être droite et ferme elle fait d'énormes erreurs de jugement et la narration en tient compte. Holm lui-même a sa relation avec son frère qui est positive, même à ses pires moments. Et il y a des moments d'émotion dans l'arc de rédemption qui sont peut-être excessifs, mais qui, il faut le reconnaître, tombent souvent juste. Et j'aime le retournement de situation final, je ne l'avais absolument pas vu venir !
Sinon, les épidémies me mettent toujours mal à l'aise, et j'avais envie de leur dire de faire encore plus attention à la transmission de la tuberculose ! Et Selma Lagerlöf le sait, en plus (voir Nils Holgersson). Je me demande si cela sert de métaphore pour le péché, si l'auteur en est personnellement traumatisée, ou si cela faisait juste tellement partie de la réalité sociale qu'il était impossible de ne pas le mentionner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
christinebeausson
  10 octobre 2016
Le bruit de la charrette....
Que seul entend un être qui "est de ceux qui ont besoin d'être incité à l'inquiétude, aux remords et au mépris d'eux mêmes "
Les autres peuvent continuer de rire, de chanter, de boire ....
Que dire, toute mon admiration pour le style et l'idée !
Le jour où je verrais la goutte de pluie tomber sur ma main, qu'elle la traversera et ira s'écraser par terre, alors je comprendrai comme David que l'Ankou est arrivé.
Le jour où j'imaginerais voir les autres comme dans un miroir et constaterais qu'ils sont sortis du miroir, qu'ils sont capables de voir et de bouger alors je comprendrai ...
Le jour où j'accepterais de ne plus être qu'une voix dans l'immensité, une voix qui doit guider et rassurer l'autre pour qu'il accepte de venir dans cette contrée inconnue qu'est l'au delà alors je comprendrai ....
Pour le jour de la nouvelle année, je me rappellerais que mes voeux ne doivent pas évoquer "le bonheur en amour, ou le succès et la richesse, pas plus que le pouvoir ou une longue vie, pas même la santé." Mais plutôt évoquer un souhait : "Mon Dieu, puisse mon âme arriver à maturité avant qu'elle soit moissonnée !".
C'est fort bien dit et même si moi, je laisse dieu où il est, je ne peux que souhaiter à chaque homme dans sa vie d'avoir réussi à en faire ce qu'il souhaitait.
Contrairement au "merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède", qui ne m'avait pas enthousiasmée, j'avoue que la lecture du cocher m'a éblouie.
C'est un texte très fort, un conte et même si les aspects religieux ne m'ont guère plu, le style de narration est éblouissant, les détails rendent la description des scènes très vivantes. Les réflexions sur la vie, les répercussions qu'ont nos attitudes sur les autres sont criantes de vérité.
Les contes et légendes sont universels.
En Bretagne nous surveillons les ballades de la charrette de l'Ankou.
En Suède, la mort délègue son travail à de pauvres êtres punis.
À chaque fois l'imaginaire emprunte de drôles de chemins !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
MalauraMalaura   01 octobre 2011
C’est l’amour qui le submerge ainsi, l’amour des âmes, celui dont l’amour des hommes sur terre n’est qu’une pâle copie. Un amour qui lentement l’a embrasé, tout comme les flammes d’un feu qu’on vient d’allumer embrasent le bois. On a à peine conscience de son œuvre, pourtant il jette de temps à autre une brève flammèche pour indiquer qu’il est en train de tout enflammer. Et c’est une de ces vives flammèches qui maintenant s’est mise à briller en lui. Et sa lumière est suffisante pour que sa bien-aimée lui apparaisse d’une beauté telle qu’il ne peut que s’écrouler, rester anéanti d’impuissance, conscient de son incapacité à oser, à désirer l’approcher, à supporter l’idée de l’approcher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Annette55Annette55   29 juillet 2014
"Quand un cœur ne contient q´humilité et pitié, à qui pourrait- il offrir son amour le plus sincère, sinon à l'être le plus cruel, le plus déchu, le plus égaré?"
"Ainsi sœur Edith voudra t- elle repiquer dans un terreau favorable une graine qui jusque là avait poussé au milieu des ronces....."
Commenter  J’apprécie          60
christinebeaussonchristinebeausson   09 octobre 2016
Si seulement les hommes savaient, dit Georges, à quel point il est facile d'aider à franchir la frontière ceux qui ont terminé leur labeur, qui ont rempli leur mission et qui ont déjà quasiment coupé les liens, mais combien il est difficile de libérer celui qui n'a encore rien accompli, qui abandonne un travail en suspens et laisse derrière lui tous ceux qu'il aime, alors ils s'efforceraient peut être de faciliter le travail au cocher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SyrinxSyrinx   31 mai 2014
Nous sommes bientôt à l'aube du Jour de l'an, David, et les hommes qui d'ici peu vont se réveiller penseront avant tout à cette année nouvelle et à tout ce qu'ils espèrent qu'elle leur apportera, de même qu'à leur avenir d'une manière générale. Mais moi, j'aimerais leur dire qu'ils ne devraient pas se souhaiter le bonheur en amour, ou le succès et la richesse, pas plus que le pouvoir ou une longue vie, pas même la santé. J'aimerais qu'ils joignent leurs mains et concentrent leurs pensées autour d'une seule prière :
Mon Dieu, puisse mon âme arriver à maturité avant qu'elle soit moissonnée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
christinebeaussonchristinebeausson   08 octobre 2016
Tout ce qu'ils diront alors autour de ton cadavre, tu l'entendras, et ce ne sera sans doute pas plus beau à entendre que ce que tu écoutes en ce moment.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Selma Lagerlöf (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Selma Lagerlöf
Selma LAGERLÖF– Le Roi Déchu
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

LNHI-35491: littérature - Nils Holgersson

Quelle créature miniaturise le jeune Nils?

Un tomte
Un farfadet
Un elfe
Un kobold

14 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma LagerlöfCréer un quiz sur ce livre